Agent Hunter, Espionnage, Bluff et Déduction

C’est Ludovic Papaïs, chef de projet et responsable du sourcing chez Iello, qui m’a fait découvrir Agent Hunter il y a deux ans (disponible uniquement en anglais chez AEG à l’époque) alors qu’il étudiait comment il pouvait éditer ce jeu en français tout en conservant un prix modéré (le coût de la traduction et des illustrations pouvant vite faire gonfler la facture). C’est finalement la gamme Mini Games qui lui a permis de trouver une réponse.

Dans la boîte : 1 règle, 20 cartes et 10 jetons

Dans la boîte : 1 règle, 20 cartes et 10 jetons

 

En planque à deux

Agent Hunter est un jeu minimaliste pour deux joueurs dans lequel les joueurs jouent des agences d’espionnage (AGENCE T.A.R.G.E.T contre les MEN IN MASK). Leur but est de démasquer les espions adversaires et de détruire leurs planques.
Les joueurs ont chacun dix espions de valeur comprise entre 0 et 9. En début de partie, chaque joueur choisit trois espions et les place face cachée sur la table. Ils sont considérés comme étant en mission et cela représente leurs planques.

 

Derrière mon loup... Devinez qui je suis...

Derrière mon loup… Devinez qui je suis…

 

À son tour un joueur peut soit tenter de démasquer un agent adverse, soit remplacer un de ses agents en mission. Pour démasquer un agent (et pouvoir détruire sa planque), le joueur révèle une carte espion de sa main en désignant une planque. L’adversaire doit alors dire si la valeur de l’agent caché est inférieure, supérieure ou égale à celle de l’agent présenté. Si les valeurs sont égales, alors la couverture de l’agent en mission est découverte et la planque détruite. Sinon, le joueur doit indiquer si l’agent planqué a une valeur supérieure ou inférieure à la carte jouée.

Il est possible d’attaquer un agent adverse à l’aide d’une de ses propres planques, avec le risque en cas d’erreur de détruire sa propre planque (à réserver pour les cas sûrs ou désespérés). Enfin, il est également possible de remplacer un de ses agents en mission en reprenant la carte en main et en en mettant une autre (ou la même, hé hé) à la place. Ce faisant, le joueur doit placer un jeton Leurre sur une planque non détruite (maximum cinq fois dans une partie). Dès que les trois planques d’un joueur sont détruites la partie s’arrête et les joueurs comptent les points : chaque joueur marque 1 point par planque adverse détruite plus 1 point par jeton Leurre qui leur est associé. Ainsi, ce n’est pas toujours celui qui a détruit les trois planques adverses qui gagne la partie.

 

Fin de partie, AGENCE T.A.R.G.E.T. gagne avec 4 points

Fin de partie, AGENCE T.A.R.G.E.T. gagne avec 4 points

 

Laissez le charme agir

La règle est tellement simple, qu’elle est immédiatement intégrée par les joueurs (y compris par des enfants de 9 – 10 ans). Il suffit ensuite de deux parties pour que les joueurs aient acquis les bons réflexes dans leur façon de jouer. Sans vouloir spoiler cette part de découverte qui fait tout le charme du jeu, sachez que les joueurs doivent prendre garde aux agents qu’ils révèlent pour tenter de découvrir ceux de l’adversaire car ils dévoilent en même temps une information précieuse. À noter que le bluff est bien entendu possible (et conseillé), quoique limité aux simples changements d’espions dans les planques. Le jeu renferme essentiellement une part de déduction que nul hasard (ou pouvoir spécial) ne vient déranger. Contrairement à Braverats qui a une dimension de bluff plus importante grâce aux pouvoirs des cartes.

Avec seulement trois planques à détruire, les parties sont rapides. D’autant que le facteur chance peut rapidement permettre à un joueur de prendre l’avantage. Heureusement, les parties ne durant pas plus de cinq minutes, le perdant a tôt de fait de prendre sa revanche.

 

Impressions, durée de vie

Si les parties s’enchaînent à un rythme effréné au début, il est évident que le jeu perd un peu de son attrait une fois la découverte passée. Mais comme il tient dans la poche et ne demande pas beaucoup de place pour être joué, il est facile de l’emmener partout avec soi et de le sortir de temps à autre (en voyage par exemple).

Le thème original très orienté Comics a été revu pour un style plus doux imaginé par Mu. Il est étrangement différent du style des autres jeux Iello. J’ai apprécié l’unité des décors pour les agents adverses de même valeur. C’est tout bête, mais ça donne une unité qui a son charme. Il y a des clins d’oeil dans la plupart des illustrations, mais je ne suis pas sûr de les avoir tous trouvés.

 

Les paires d'espion (un de chaque agence). Saurez-vous retrouver les clins d'oeil ?

Les paires d’espion (un de chaque agence). Saurez-vous retrouver les clins d’oeil ?

 

► Bien sûr, Agent Hunter n’a pas la profondeur d’un Jaipur, mais il a tout à fait sa place dans la gamme Mini Games, et offre malgré tout des parties toujours rapides, mais tendues, un peu à l’image de Braverats publié chez Blue Orange, qui offre une expérience de jeu différente et sans doute un peu plus riche.

Si vous aimez les jeux à deux de bluff, ou si vous voulez les découvrir, vous pouvez craquer pour Agent Hunter, vous ne le regretterez pas, d’autant que c’est le genre de jeu facile à emmener partout avec soi.

> La fiche de jeu

Un jeu de Mike Elliott
Illustré par Mu
Edité par iello
Langue et traductions : Français
Date de sortie : 02-2015
De 2 à 2 joueurs
A partir de 12 ans
Durée moyenne d’une partie : 15 minutes

   

1 Commentaire

  1. Photo du profil de Izobretenik
    Izobretenik 03/11/2015
    Répondre

    Très bon article Guillaume. C’est un jeu que nous aimons beaucoup, nous aussi. Il nous a fallu quelques parties pour vraiment en saisir la richesse mais le jeu valait bien quelques efforts.

Laisser un commentaire