TopTIGRE

Tigres et Euphrate sur Ipad

Généralités

Je ne suis pas un grand fanatique du doc Reiner Knizia, mais il faut lui reconnaître sa facilité à créer des dizaines (je devrais dire centaines si l’on va consulter ce document retraçant sa ludographie) de jeux en un temps record. Certains ne sont pas très bons, d’autres ont connu un succès énorme et Tigres et Euphrate est sans aucun doute l’un de ceux-là. C’est peut-être même LE jeu du bon docteur.

Sorti initialement en 1997, – oui cela va faire 18 ans cette année ! -, FFG a décidé cette année de rééditer ce que beaucoup considèrent comme un bijou du jeu de société dit « moderne ». C’est donc pour moi l’occasion de vous parler de sa déclinaison sur mon vénérable IPad.

Je ne vais pas rentrer dans le détail de l’ensemble des règles qui, sans être plus compliquées que d’autres jeux déjà évoqués dans cette section « écrans », recèlent tout de même une multitude de détails peu jouissifs à lire sans autre forme. Je vous laisserais donc voir la vidéorègles de Mr Yahndrev qui fait ça à merveille sur son propre site.

accueil

Néanmoins voyons les grands principes : Dans Tigre et Euphrate, vous allez devoir développer votre civilisation en tentant d’harmoniser les quatre piliers de la réussite que sont, selon Mr Knizia bien sûr, la population, la religion, le commerce et l’agriculture. C’est le plus petit score parmi ces quatre qui sera votre score final. Vous devrez donc vous étendre, mais en veillant à ne pas oublier un secteur par rapport aux autres.

Retenez également que vous ne jouez pas une couleur mais un emblème (poterie, taureau…) avec 4 couleurs différentes pour chaque joueur, chaque couleur représentant donc un des piliers. Cela est assez perturbant au départ, on a toujours tendance à dire, « voyons quelle couleur je suis déjà… » alors que vous devez chercher votre symbole sur le jeu.

Vous allez poser des tuiles sur un plateau représentant la partie de la Mésopotamie située entre le Tigre et l’Euphrate, d’où le nom du jeu vous l’avez compris. Ces tuiles formeront des royaumes et vous feront, sous certaines conditions, gagner des points de victoire. Un leader d’une couleur vous permettra de gagner un point dans la-dite couleur si un pion correspondant fait partie du même royaume. Par exemple le leader commerce ne vous fera gagner des points qu’avec les pions marchands de son royaume…

Comment cela se passe-t-il sur tablette ? Entrons directement dans la version iOS si vous le voulez bien.

La version iOS

Les graphismes

Il est évident que ce n’est pas avec un tel jeu que l’on va avoir des graphismes qui vous déchirent la rétine. Sa relative complexité mérite une certaine sobriété afin de pouvoir analyser la situation sur le plateau. Malgré tout, la version physique de 2009 est tout à fait sympathique avec de belles couleurs chaudes et des tuiles plutôt stylées.

Rien de tout cela dans cette version iOS. Nous avons un plateau maronnasse où coulent les deux rivières (en fait deux serpentins bleus inanimés) et les tuiles représentent les actions de manière stylisées. Malgré tout, cela à l’avantage d’être très lisible.

partie2

Les menus sont quant à eux extrêmement basiques et leurs icônes du même acabit.

Seule la page d’accueil est très réussie représentant une belle porte avec ses deux personnages aux couleurs biens chatoyantes, je pense que cela fait partie de la porte d’Ishtar.

Les règles

Devant la particularité de ce jeu qui ne vous fait pas jouer une couleur mais un symbole (lion, taureau, poterie ou archer), ce qui peut être assez perturbant au départ, à quoi s’ajoutent les différences subtiles entre la révolte et la guerre, il fallait faire quelque chose de plutôt complet et bien explicite.

Complet, cela l’est. Les règles « textuelles » abordent tous les points et je n’ai rien remarqué qui manquerait pour comprendre l’ensemble du jeu. Cependant quand je dis textuel, c’est… textuel. Pas une seule image qui ne vienne illustrer les propos ! Et le tout en anglais… Si vous ne connaissez pas du tout le jeu, bon courage !

regles2

regles3 

Le studio a donc pensé à vous en implémentant un tutoriel dont nous reparlerons. Il a également ajouté une option que je trouve intéressante : l’apparition d’une aide contextuelle en fonction des actions que vous venez de réaliser. Cette aide est souvent bienvenue durant les premières parties pour vous rappeler les quelques points importants de vos actions et les conséquences de vos actes, en particulier lorsque vous provoquez ou subissez un conflit.

Enfin une sorte de conseiller représenté par un gros point d’interrogation vous permet d’avoir une idée de ce que l’IA jouerait à votre place. Ses avis sont souvent assez judicieux et peuvent aussi être très utiles lors de vos débuts et quand vous ne maitrisez pas bien les stratégies. Comme rien ne vous oblige à suivre ces indications, vous restez maître de vos actes et pouvez rapidement voir si l’action que vous envisagiez était finalement plus intéressante que celle « conseillée ».

Le tutoriel

Il est assez complet et vous éclaire sur tous les éléments importants du jeu, mais aussi sur l’interface et ses icônes. En quelques tours simulés, mais où vous devrez suivre à la lettre les ordres de l’application, vous apprendrez les bases du jeu, les conflits, les trésors, les monuments… Bref vous en saurez assez pour vous lancer dans une vraie partie.

Après chaque point essentiel, un récapitulatif vous propose un résumé de la règle  en quelques mots, très synthétique et facile à mémoriser.

tuto

Il est également questions de stratégies « basiques » avec les ouvertures les plus communes ou bien le renforcement de positions…

Bref c’est assez bien fait et surtout très utile si vous n’avez jamais joué ou si vous êtes seul sur terre sans ami, ce qui est probable si vous jouez sur votre tablette… 😉

L’ergonomie

Ici aussi, pas de souci particulier avec une utilisation du glisser-déposer bien maîtrisée. Vous posez votre doigt sur la tuile que vous souhaitez jouer, vous la glissez au-dessus de la carte et la lâchez sur l’emplacement souhaité. Rien de plus simple.

Pour choisir une pyramide, il faut cliquer dessus pour cycler parmi les duos de couleurs possibles et taper sur l’icône de validation. C’est un peu moins intuitif pour le coup et l’on aurait préféré des flèches pour choisir les couleurs.

partie1

Les messages textuels s’effacent en une tape n‘importe où sur l’écran ce qui est aussi très simple et pratique.

Toutes les informations importantes sont parfaitement visibles à l’écran : vos propres tuiles bien sûr mais aussi, selon les différentes options que vous aurez choisies, les tuiles des autres joueurs, leurs scores et les généraux encore dans leur réserve.

Vous pouvez également consulter les pyramides restantes en jeu et qui peuvent donc encore être posées sur le plateau. Bien utile pour éviter des déconvenues si vous réussissez à former un carré de 2*2 avec vos pions.

monuments

Les sons

Comme trop souvent on est ici dans la partie la plus faible de l’application. Si les bruitages sont plutôt sobres et ne viennent pas alourdir la sensation de jeu tout en proposant le minimum vital, la musique sera elle rapidement coupée car encore une fois beaucoup trop répétitive pour être écoutée toute une partie durant. Elle est tout à fait dans le thème et bien réalisée, mais vous ne l’écouterez qu’une fois.

En revanche, l’option de mettre votre propre musique est tout à fait louable et beaucoup devraient reprendre cette idée à leur compte.

offline

Rien à voir avec les sons mais j’ai du mal à illustrer le son des guitares en image…

 

Les modes de jeux

Vous pourrez profiter du tutoriel comme on l’a déjà vu, du jeu local et du mode online. Classique, mais l’essentiel est là !

  • En local vous pourrez affronter jusqu’à 3 IA, parmi 3 niveaux de difficulté, ou bien vos amis réunis autour de votre tablette. Le choix du premier joueur peut être confié au hasard ou pas, et vous pourrez même en achat in App télécharger une autre carte, ce que je n’ai pas fait jusqu’à présent.

 

Il est à noter que tous les messages textuels s’affichent selon le sens de lecture du joueur humain et sa position autours de l’appareil ce qui est tout à fait agréable.

De même pour vous éviter l’espionnage des tuiles adverses, une tape sur l’écran est demandée au joueur actif lorsqu’il est prêt à jouer et qu’il a donc bien la tablette entre les mains à l’abri des regards indiscrets…

  • En mode online, vous pourrez créer un partie avec autant d’humains et d’IA que vous le souhaitez (maximum 4 joueurs que l’on soit bien clair tout de même… 😉 ). Vous pourrez choisir parmi vos amis GameCenter ou bien attendre que l’outil Apple ne vous propose un joueur au hasard.
scores

Oui, je sais, j’ai perdu mais c’est juste pour vous montrer qu’on peut relier tout ça à Facebook quand même…

 

Il y a une petite fonction de chat intégré, toujours pratique. Il semble qu’il y ait suffisamment de joueurs pour ne pas devoir attendre des heures avant de débuter une partie, en revanche je ne me prononcerai pas sur le niveau général des joueurs, n’ayant pas suffisamment de parties à mon actif dans ce mode.

Les IA

Parmi les 3 difficultés que propose le jeu, je n’ai gagné de manière franche qu’avec le mode facile. Dès le niveau moyen j’ai eu nettement plus de soucis pour battre mes adversaires et je crois bien n’y être arrivé qu’une ou deux fois. Quant au difficile, je me suis fait systématiquement battre à plate couture pour ne pas dire écraser….

ELO

Je dois avouer que mon propre niveau n’est pas formidable ce qui me laisse à penser que les grands adeptes, rompus aux mécanismes et aux stratégies du jeu depuis sa sortie en 1997 ne trouveront sans doute un challenge que dans la version hard des IA.

Mais pour tous les autres, novices ou comme moi tout simplement moyens, il y a une bonne courbe de progression à envisager.

partie3

Les options

Elles sont assez nombreuses avec au programme :

  • La vitesse d’animation
  • La vitesse de réflexion des IA
  • Les volumes des bruitages et de la musique (ouf…)
  • Le choix de votre propre musique
  • Les affichages des différents messages textuels (conseils, conflits, messages de confirmation des actions, de fin de tour)

options

Lorsque vous commencez un jeu vous pourrez choisir en plus :

  • Le nombre de joueurs
  • Le niveau des IA
  • Si certaines informations sont visibles de tous ou pas, comme les scores et les tuiles de vos adversaires, le nombre exact de tuiles dans la pioche
  • Le choix du premier joueur
  • Le nom de vos adversaires humains, pratique pour maintenir les statistiques à jour

definition partie local

Les statistiques

Le jeu gère vos statistiques et vous pourrez retrouver le nombre de parties gagnées parmi toutes celles jouées, votre score ELO. Il en sera de même pour tous les IA et vos amis s’ils prennent garde de bien orthographier systématiquement leur pseudo de la même manière. Le programme vous donnera le nombre de parties gagnées par rapport à celles jouées et votre score total. J’avoue ne pas bien comprendre l’intérêt de ce dernier point car savoir que Bull à réalisé 107 points en 11 parties ne m’est pas vraiment d’une grande utilité, sauf si je suis un dingue des statistiques euclidiennes… Ce que je ne suis définitivement pas, je l’avoue…

 

ELO

Conclusion

Transposer un tel monument était un pari risqué et il a été relevé avec brio. Bien sûr, ce type de jeu hautement calculatoire se prêtent bien à une adaptation numérique pour peu que l’on ait des IA de bon niveau et cela semble à peu près le cas ici.

Evidemment on aurait préféré un traitement graphique qui soit plus flatteur et une réactivité des menus plus importante, mais on pardonnera facilement ces quelques faiblesses si l’on se concentre sur l’essentiel : le respect de l’original. Et de ce point de vue-là il n’y a rien à redire.

Je vous encourage donc à télécharger ce jeu si vous êtes un adepte du genre et aussi si vous ne l’êtes pas pour découvrir ce que l’on pourrait qualifier aujourd’hui « d’ancêtre » dans le monde si volatile du monde du jeu de société moderne. Ainsi vous serez prêts à claquer quelques billets supplémentaires pour vous offrir la toute nouvelle version éditée par FFG et Edge qui arrivera très bientôt dans nos contrées.

 

  

tresor2

1 Commentaire

  1. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 13/04/2015
    Répondre

    Ah, un grand jeu ! Un vrai jeu d’ambiance 😉 La nouvelle version a de la gueule, mais la vieille a son petit cachet aussi 😀

    Je serais curieux de tester sur la tablette…

Laisser un commentaire