LE TEST DE THE GODFATHER
the-godfather-jeu
Un jeu de Eric M. Lang
Illustré par Karl Kopinski
Edité par Cool Mini Or Not
Pays d'origine : Etats-Unis
Langue et traductions : Anglais
Date de sortie : 2017-10
De 3 à 5 joueurs
A partir de 14 ans
Durée moyenne d'une partie : 85 minutes
Durée d'une partie entre 75 et 90 minutes

Thèmes : Mafia et gangs, TV et ciné
Mécanismes : Cartes personnages, Contrôle de territoire, Gestion de main, Pose d'ouvriers
Types de jeu : Jeu de plateau
Complexité du jeu : Expert
Nombres de parties jouées : 4
Configurations testées : 3, 4, 5 joueur(s)

Introduction

Si vous êtes fan de ciné et/ou de roman, vous n’avez pas pu passer à côté de ce monument qu’est « Le Parrain » : Coppola, Brando, ses répliques cultes… Si ce n’est pas le cas, on vous conseille de vous pencher sur cette trilogie intemporelle.

Ce jeu d’Eric Lang déploie toute la panoplie du gangster : vous devrez racketter, corrompre et flinguer vos ennemis pour prendre possession des quartiers, car celui qui contrôle la ville en est le chef. Au-delà de son thème mafieux (et de sa licence hyper juteuse) qui ouvre la porte aux coups fourrés les plus retors, ce jeu n’est pas très complexe. C’est un jeu de placement, de récupération de ressources, et de majorité. Vous placez vos hommes sur des lieux, ils s’implantent dans ce quartier et vous donnent des ressources avec lesquelles vous remplissez des contrats qui vous permettent des effets pour la suite du jeu. Le jeu est assez rapide, assez tendu si on joue à 4 ou 5, et il n’est pas si facile de contrôler un quartier quand le décompte tombe.  
Seul le thème l’empêchera de trôner sur la table familiale après le poulet-frites du dimanche, mais au final, voilà un jeu relativement accessible. 

Contexte

« Le Parrain » - « The Godfather » pour ce test réalisé avec la boite en VO.  Je n’en rajoute pas sur le fait de la réputation du film, mais quand même, cela pousse la curiosité. Un jeu sur le Parrain, on est obligé d’aller voir.

La boîte est imposante, le matériel en nombre… On se dit tout de suite « c’est du lourd » quand on fait la mise en place.

Perso, je ne suis pas un grand fan de l’auteur que je trouve un peu surcoté, mais il connaît son boulot, c'est sûr, on peut s’attendre d’entrée à un certain niveau.

Première partie à trois joueurs. Ce n’est pas le nombre idéal, on se gêne peu, mais cela permet de comprendre le jeu. La partie me paraît un peu déséquilibrée sur certains pouvoirs. Une deuxième partie à quatre donnera une autre vision, plus tendue et vacharde.



ACCESSIBILITE DES REGLES
16
Clarté du livret de règles
Livret très bien pensé
Clarté des explications. Pertinence, quantité, et précision des exemples
Règles claires et sans erreur, exemples concrets et pertinents
Erreurs de règle, questions sans réponse après lecture, points flous
Sensation de compréhension correcte
Besoin de retour aux règles, facilité à retrouver l'info. Clarté et pertinence des aides de jeu
Quelques retours aux règles. aide de jeu correcte

Le livret de règles est un régal pour les yeux, clair, avec des exemples détaillés, aéré, ponctué de citations du film en tête de chapitre, et surtout rempli de magnifiques illustrations qui valent bien celles de Scythe. Les peintures de ville sont splendides. Pour tout dire, on le parcourt par plaisir. 

QUALITE DU MATERIEL
17.5
Organisation de la boîte. Éléments de rangement fournis
Rangement bien pensé et organisé
Qualité des éléments et des matériaux
Qualité et finitions très agréables
Ergonomie des éléments de jeu. Facilité de manipulation des éléments de jeu
Clarté visuelle. Manipulation adaptée
Qualité des illustrations
Très travaillé


Le matériel est attirant et de bonne qualité : un beau plateau représentant la ville (le plan de la ville est travaillé afin que vous ne puissiez pas bloquer l’adversaire trop facilement par exemple), beaucoup de cartes (alliés / contrats / ressources...), des figurines et des valises en fer pour ranger ses sous (l’effet KS !). 

Le rangement est impeccable : des emplacements pour les cartes et jetons, une boîte particulière pour les figurines et un espace pour les valises en fer.

Si vous décidez de payez le prix fort, vous ne serez pas déçu par le contenant. On apprécie mais tout cela fait, hélas, monter le prix de la boîte qui aurait très bien pu se suffire d'un ensemble un peu moins surédité pour un prix plus accessible, surtout vu le jeu qu'il y a derrière (50€ aurait été bien, mieux que 80€).

THEME
15
Objectifs du jeu clairs
On a envie de justifier ses choix thématiquement
Histoire racontée par la partie. Evolution dans la thématique.
La trame de fond est intéressante
Cohérence des mécanismes et de la thématique
Le jeu est un tout thématique
Cohérence du thème
Respect du thème

Alors, le thème...

Oui, le thème générique de la mafia fonctionne bien. On envoie ses ptits soldats racketter les lieux, voler des armes, des bouteilles afin de pouvoir corrompre les personnalités de la ville, faire des raids contre des lieux adverses ou assassiner le voisin. Prise de territoire, coups fourrés, tout l'arsenal du film de gangster est déployé, en ce point le jeu est réussi.

Si on se base sur son titre et sur son affiliation avec le film/livre, c’est pour moi un bide. On a du Brando au dos des cartes mais ça aurait pu être De Niro, Ray Liotta ou Christopher Walken, c'était kiff kiff. Le jeu ne tente pas de servir mieux que ça le propos du Parrain. La tête de cheval sert de jeton premier joueur et le livret de règles place quelques citations. À mon sens, on aurait pu aller plus loin avec la base d'une telle licence. 

DUREE DE VIE
12.5
Facilité à sortir : durée, profil de joueur, configurations de joueurs.
Souple
Renouvellement : modularité des composantes de jeu / évènements aléatoires décisifs
Les parties se différencient un peu
Contenu additionnel
Assez de diversité pour qu'on n'aille pas chercher ailleurs.
Essouflement du jeu
Des éléments renouvellent les parties

Le jeu est assez rapide, environ une heure, pas trop compliqué, il fonctionne bien et on a plaisir à tenter de récupérer les bonnes cartes pour remplir ses contrats.

Si vous êtes un joueur casual, ce jeu vous plaira, il contient assez de profondeur pour vous occuper un temps.
Si c’est votre premier gros jeu, vous serez aux anges, on se bat, on se place, on fait des coups tordus, on essaie de convaincre le voisin que « non, on n’ira pas chez lui »…  
Si vous êtes un joueur plus habitué, il n’est pas sûr que, passer la partie de découverte, vous vous lanciez à fond dans le crime.

Ce jeu, au final et à mon avis, est assez léger, répétitif par instant et ne propose rien de neuf sous le ciel du placement - majorité : on se place pour que l'autre ne s'y mette pas, pour prendre la majorité ou / et des ressources, ce genre de principe que l'on retrouve aussi dans Champions of Midgard, Pillards de la mer du Nord, Ethnos, El Grande...et beaucoup d'autres. Pourquoi pas, on ne peut pas réinventer la poudre à chaque fois, mais on peut au moins essayer de mettre son grain de sel. Perso, une partie de temps en temps, sans problème, mais de là à l’avoir dans ma ludothèque… non, surtout pour 80€. Qui plus est, il n’est pas facile à sortir : en dessous de quatre joueurs, ça marche moins bien. A 5, la prise de territoire est plus chaotique, 4 me paraît le bon chiffre (sweet spot).

MECANISMES
15
Fluidité du tour
Presque sans accroc
Interaction et implication pendant le tour des autres joueurs
L'interaction est nécessaire au jeu
Équilibre : viabilité des stratégies, martingale / retard irrattrapable, fin de partie, Kingmaking.
Du choix dans les stratégies
Contrôle sur le déroulement : équilibre opportunisme / planification
Équilibre du jeu entre planification et opportunité

Les mécanismes sont classiques : on place son pion sur un lieu pour l'occuper mais aussi pour récupérer des ressources qui serviront à acheter un effet ou une amélioration. On se place aussi pour être majoritaire lors du décompte des zones du plateau.

Le jeu se déroulant en quatre manches (Acts), celles-ci sont graduelles et donnent le ton pour le tour à venir : on récupère des hommes de mains supplémentaires, on a plus ou moins de cartes en mains, et il y aura des enchères ... Les enchères servent à acquérir les fameux alliés. Perso, bon, c'est pas mon truc les enchères. Le dernier joueur n'ayant rien, il faut savoir gérer, même si vous ne perdez pas d'argent, si vous n'embauchez personne, vous vous privez d'un effet important pour la suite de la partie (mais la monnaie étant décomptée à la fin, vous en aurez plus).

Le Parrain est un jeu où on se dégomme, où on prend la place des autres, où il faut prendre le rôle de premier joueur (important) et où la stratégie réside surtout dans le placement et la prise de territoire. Force est de constater que ça marche. Le tout est fluide. Il faut avoir une vue sur les lieux à posséder et les ressources nécessaires pour faire vos achats, c'est le moteur du jeu. Un peu de planification et d'adaptation lorsqu'on vous a piqué la place que vous convoitiez et vous serez le prochain Caïd.



16
17.5
15
12.5
15

Photo du profil de morlockbob

76%

L'avis de morlockbob

Testeur Ludovox.fr

Publié le 02/10/2017

 

Le Parrain est un jeu qui n’invente rien, qui recycle, et qui le fait bien. J'ai tout de même le sentiment que s'il était venu d'un illustre inconnu, avec un thème moins vendeur (et une édition moins poussée) il serait complètement passé sous les radars. 

Si c’est votre premier gros jeu, vous serez servi. Le matériel est classe, le plan de la ville est bien pensé et il y a plein de choses à faire : se placer, récupérer des ressources, se battre sur les enchères, acheter des cartes à effets, des alliés… tout cela pour prendre le contrôle des quartiers.

Si vous êtes un joueur plus expérimenté, m'est avis que vous en aurez fait le tour en une ou deux parties. Pas que le jeu soit déplaisant, mais il montre vite ses limites. Il est assez répétitif sur le placement, il n'y a pas cinquante stratégies et les enchères peuvent creuser la différence si vous n'êtes pas très combatif sur ce terrain.

Si le jeu fonctionne sans écueil, il n’apporte rien de neuf dans ce segment du placement / majorité. On cherche le petit plus qu'aurait pu induire la licence mais en vain. Eric Lang produit un jeu sans fautes mais également sans âme. Un jeu de technicien qui fait parler son expérience plutôt que sa fibre ludique.

Cerise (si je puis dire) sur le gâteau, l’univers de Corleone, s'il colle plutôt bien, fait surtout penser à une vitrine pour vendre le jeu et, à mon avis, sans la licence, ce jeu ne serait pas sorti du lot.

Je reste donc mitigé quant à ce jeu qui, je le répète, fonctionne très bien, mais ne nous a pas apporté le souffle et la tension de la saga à laquelle il se réfère.

 


  • Matériel
  • plan de la ville réfléchi
  • Agréable à jouer

  • cher
  • pas très original
  • Reste sur ma faim côté Parrain
L'AVIS DES JOUEURS

1 avis pour ce jeu

Lire les avis

Connectez-vous

70%