Railways Express… et la folle histoire du train

Railways Express… et la folle histoire du train

                                Au commencent était 1830.                                                                          


1830, le jeu de train de Francis Tresham sorti en 1986 (oui 1986 !), classique de l'hardcore s'il en est (des parties de 300 minutes au bas mot), a démontré très vite que "chemin de fer" ne rimait pas avec "train-train". Ici vous brûlez vos neurones jusqu'à ce que votre tête fume comme une machine à vapeur et vous en redemandez, en plus.

1998 : Martin Wallace sort Lancashire Railways. Il se basera sur ce système de déplacement des marchandise pour le combiner à un nouveau système de placement de voies ferrées et hop, saut dans le temps, 2001 : l'odyssée d'Age of steam débute (avec ses plateaux… hyper fonctionnels ;) ).
 


L'année suivante c'est Trans America qui fait parler de lui : il s'adresse au grand public et ça marche.
Peu après, en 2004, Ticket to Ride débarque, traduit les aventuriers du rail chez nous. Le monde entier joue aux petits trains.

2005 : Martin Wallace garde la ligne avec Glenn Drover, ça donne Railroad Tycoon qui deviendra "Railways of the World" en 2009… la même année que la sortie de Steam !

La plupart de ces jeux sont devenues des séries tellement il y a eu d'extensions et de ré-éditions.

Revenons en 2008 avec Chicago Express qui, question difficulté, est un peu entre Les aventuriers du rail (qui sort alors son extension dés cette année là lalalala) et Age of steam : on allonge nos chemins tout en faisant la gestion des actions boursières de sa compagnie.

2010 : des tas de jeux de train continuent de sortir dont Railroad Barons, le premier jeu de la série des 18XX qui dure moins d'une heure (en même temps, c'est un jeu de cartes).

Au Japon, on relie les gares avec des ficelles, c'est frais, c'est String railway :
 

2011 : Paris connection chez Queen games, un jeu rapide où les joueurs tentent encore de connecter le maximum de villes entre elles via leur réseau ferroviaire. Efficace.

2012 fait tchouuutchouuuuu :
Locomotive Werks est ré-édité
Snowdonia cartonne en proposant de construire la voie ferrée entre plusieurs gares en tenant compte de la météo et de vos ouvriers qui sont au pub,
Rolling Freight est salué (mais pas assez) il offre une utilisation intéressante des dés ;
Trains propose un jeu de deck-building ferroviaire.

En 2013 enfin, vous aidez le tsar Alexandre III à la construction du chemin de fer transsibérien avec Russian Railroads. Le jeu ne manque pas de se faire remarquer à Essen par les gamers qui aiment la gestion et la pose d'ouvriers. Normal quand on sait que les auteurs Helmut Ohley et Leonhard Orgler étaient déjà derrière plusieurs des 18xx…

…et je boucle la boucle !

Sauf que.
Personne ne parle de Railways Express dans tout ça.
Pauvre petiot. Oui lui, là.

Pourtant il est accessible aux plus jeunes tout en proposant du challenge au plus chevronnés avec ses deux niveaux de règles.

On retrouve un peu de Railways Of The World puisqu'il s'en inspire (lui même étant inspiré de de ouiii Age of steam, c'est bien vous avez suivi) les habitués ne seront donc pas perdus : tuiles de rails courbées ou droites, trains en plastique colorés, cubes en bois, cartes… et aussi…des dés ! On a la course à la conquête, on a la connexion de villes, oui tout y est.

Les joueurs partent de leur ville de départ et s'en vont bâtir leur chemin de fer à travers les plaines, les cours d'eau et les montagnes américaines… en fonction de ce qu'ils obtiennent sur leurs 2 dés "terrain" et leurs 2 dés "chemin" .
 


S'ils relient des villes avec les chemins de fer, ils recevront des cubes en bois qui permettront de relancer leurs dés (et éventuellement des cartes aussi), ce qui leur ouvrira des options stratégiques pour essayez de connecter plus de villes.

Le jeu est sorti cet été en anglais par Eagle Games, les auteurs s'appellent Sean Brown, Carey Grayson et Rick Soued et c'est un 2 − 4 joueurs à partir de … 7 ans. Oui da. Alors, les trains, vous êtes plutôt du genre à les regarder passer…ou à monter à bord ?

Laisser un commentaire