[Les petits joueurs #2] : Sonar Family, Kikafé, Zombie Kidz Evolution, Soupe à la grenouille, Pool Party, Chop Chop, Saumon Frétillant

Cette rubrique « enfant » vous est présentée aujourd’hui grâce au concours de Tim, 9 ans, et Clem, 6 ans et Mini-Sha 8 ans. Disons que ce sont nos petits cobayes (joyeux et consentants) toujours prêts à essayer de nouveaux jeux. Il n’est pas exclu que dans le futur d’autres les rejoignent.

 

Profil psychologique des petits joueurs

Tim baigne dans le jeu de société depuis qu’il est tout petit. Il a une nette préférence pour le jeu vidéo, mais ne rechigne pas à jouer à des jeux de plateau, principalement avec sa sœur (surtout quand il peut l’écraser, disons-le). Il aime bien de temps en temps faire ses règles « maison » et a même tenté des prototypes qui mélangent des jeux qu’il nous a vu jouer. Il aime bien fanfaronner quand il écrase sa sœur pour la faire rager.

Clem est peu joueuse, c’est une très mauvaise perdante, surtout quand son frère ne sait pas gagner avec élégance. Mais quand elle gagne elle-même, au lieu de profiter de sa victoire elle va considérer qu’il y a égalité, probablement pour ne pas frustrer le perdant. Le calcul n’est pas son truc, ce qui lui plaît c’est de ressentir des émotions, de vibrer, il est plaisant de la voir frissonner quand elle pose un élément en équilibre sur Rhino Hero, ou quand elle bluffe sur Argh ! et nous mystifie totalement.

Mini-Sha est totalement immergée dans le jeu depuis sa naissance, il faut dire que sa maison est envahie de jeux, papa-maman étant les fondateurs de Ludovox, ceci explique cela. 😉 Du haut de ses 8 ans, elle commence à avoir une jolie petite culture ludique (pour ce qui est de la section enfant en tout cas !) Elle préfère gagner évidemment, mais accepte de mieux en mieux la défaite en grandissant. Elle aime autant les jeux abstraits comme Aquatika (qu’elle emmène partout) que les univers immersifs à la Mice & Mystics « tant qu’on s’amuse ! ». Son dernier coup de coeur : Zombie Kidz Evolution

 

 

chop-chop-banniere

 MiniSha aime sortir Chop! chop! de temps en temps. En général, on y joue plutôt à deux, même si la boîte indique 2-4.  
Dans Chop! chop! le joueur “chat” veut manger les souris et les souris cherchent les morceaux de fromages cachés dans la cuisine … On se place, on se cache, on tente des coups, on se fait attraper, on recommence de plus bel !

chop-chop-ludovox-3

Nous avons un matériel qui représente une cuisine carrelée où sont placées des tuiles qui cachent parfois des bouts de fromage.
À chaque tour, le joueur chat se déplace du nombre de cases indiqué par son lancé de dé, avec pour objectif de finir sur la même case qu’une souris, pour l’attraper dans ses griffes acérées. Les souris feront peu ou prou de même de leur côté, mais elles cherchent à dévoiler des tuiles “fromage”. Le jeu est asymétrique puisque chaque camp a droit à des actions spécifiques dont certaines impliquent directement le (fort joli) matériel à dispo : le chat peut monter sur la table, les souris se réfugier dans leur trou.

Oui, le jeu est vraiment très beau, on apprécie de le sortir aussi pour ça, les souris et le chat sont adorables, la petite table en bois est chouette, malheureusement un problème de production ne permet pas de la démonter et de la ranger proprement. Autre bémol, les règles sont simples une fois qu’on les connait, mais je trouve le livret pas très bien écrit, pas particulièrement agréable à prendre en main et à parcourir.
Malgré ces défauts d’édition, on aime bien jouer au chat et à la souris !

chop-chop

 

pool-party-banniere

pool partyPool Party se situe presque entre le jeu de société et le jouet. L’avantage ? Pas d’explication de règles. On voit le jeu sur la table, et on comprend de suite ce qu’il faut faire. L’inconvénient ? On en a fait le tour en 3 minutes.

Sur un socle, un ressort au bout duquel est disposé une sorte de grand bol. C’est là que l’on va essayer d’envoyer nos plongeurs le plus vite possible, « plongeurs » qui sont en fait des puces en plastique sur lesquelles on appuie pour les faire sauter. L’idée étant d’envoyer tous nos plongeurs rapidos avant les autres dans la piscine centrale.  
 
On nous présente ça comme un jeu d’adresse, pourtant, honnêtement, quand on gagne, on ne sait pas trop comment on a fait. Mais c’est rigolo, le ressort engendre une instabilité qui parfois fait glisser les plongeurs hors du bol, on se dépêche, on fait n’importe quoi, bref on rigole trois minutes, et on passe à un autre jeu. Un concept aussi efficace qu’éphémère.  

Poolparty_jeux_de_societe_ludovoxcover

 

 

kikafé-banniere

 

Kikafé est un petit jeu de cartes dès 6 ans… mais qu’on se le dise, malgré les apparences, les adultes ne seront pas en reste !
Les manches sont super courtes, mais une partie se joue en trois manches gagnantes, et cela peut donc durer 20 minutes.
Le but ? Se défausser de toutes nos cartes. Classique. Chaque joueur a une main identique au départ, faite d’un chat, d’un lapin, d’un perroquet, d’un poisson rouge, d’un hamster, et d’une tortue (à votre couleur).
Au centre de la table, un petit caca. Oui, oui, un jeton crotte. (Après le succès de l’emoji caca, fallait bien que ça arrive.)
Un animal est responsable de cette ignominie et doit être sévèrement réprimandé à coups de “Makikafécaca ? Ilépatrésage. Didonc.”  

kikafé-jeu-ludovox

Vous allez innocenter vos petits animaux adorables en les défaussant le plus vite possible quand quelqu’un les appellera. Ainsi, pendant une partie de Kikafé on entend : “c’est pas mon chat qui a fait ça ! C’est un lapin !” À ce moment là, tous les joueurs se ruent pour défausser leur carte lapin. Le plus rapide peut se défausser et enchaîne : “C’est pas mon lapin ! C’est un… perroquet !” etc. Dès qu’un joueur a vidé sa main, il emporte la manche. Sauf que ! C’est pas si simple les amis. Il faut parvenir à se souvenir de tout : quel animal a déjà été défaussé, et par quel joueur, car si vous appelez un animal que plus personne n’a en main, vous avez perdu, et la crotte est pour vous. Kikiva chercher labalayette ?
Un jeu parfait pour désigner celui qui fait la vaisselle ou sort les poubelles. Le challenge est là, vu la vitesse à laquelle les cartes défilent, bien finaud celui qui saura s’en sortir sans hésiter !
Une partie jouée avec ma fille et mon mari ainsi qu’une autre entre gamers voxiens confirme la sélection à l’as d’or. Pas besoin de longs discours : les fous rires parlent d’eux-mêmes. Derrière ce petit jeu qui ne paie pas de mine, rapidité, observation, mémoire et déduction, avec 2 règles à comprendre et des illustrations kawais pour les amateurs de grands yeux brillants. Bref, il vaut très largement ses 8 euros !

Kikafé-Couv-Jeu-de-societe-ludovox

 

 

saumont-banniere

Saumon Frétillant est ce que j’appellerais un jeu défouloir. Le but du jeu est de vider sa main de cartes (là encore). Tous en même temps, on révèle une carte de notre main et on cherche le partenaire qui a la même carte. Pour pouvoir défausser notre carte, il faudra faire ensemble l’action indiquée. Dès que c’est fait, on la défausse. Au programme : on se tape dans les mains, on change de place autour de la table, on se touche les avants-bras comme deux saumons remontant la rivière, etc. Avec toute une panoplie de borborygmes et onomatopées qui vont bien, Floup Floup ! Gloup Gloup ! Splaf ! Splaf !

cartes saumon fretillant

 

Si le jeu à toute sa place entre adultes pour briser la glace (je n’ose imaginer le jeu dans un séminaire de Team Building) avec les enfants ça fonctionne à merveille, ils en redemandent vivement. Par contre, je déconseille d’y jouer le soir avant le dodo, même si les parties durent deux minutes car ce n’est pas vraiment propice au moment du coucher !

saumon-fretillant

 

 

sonar-family--banniere

Captain Sonar est un excellent jeu, mais il n’est pas vraiment adapté aux familles et encore moins aux enfants, car les parties peuvent être longues. Sonar Family est donc une version allégée du non moins excellent jeu de base, qui simplifie un peu la mécanique.

Dans le Sonar Family, nous devons trouver le sous-marin adverse et le couler. Caché derrière son paravent, on va cocher la position de son sous-marin. Chacun son tour (nous avons joué au tour par tour) on va donc annoncer publiquement si on déplace son sous-marin vers la gauche, la droite, le haut, le bas.
Chaque mouvement nous donne une énergie. En dépensant ces énergies on va pouvoir ensuite lancer un sonar, qui oblige l’adversaire à donner la ligne ou la colonne où il se trouve. Un indice précieux pour savoir où il se cache ! 

En déclenchant un silence, on se déplace mais sans indiquer la direction, ce qui permet de disparaître temporairement du radar adverse.
Enfin, on peut tirer un missile en indiquant les coordonnées exactes. Mieux vaut ne pas se tromper !

captain-sonar-family-jeu-ludovox

Quand on sort le matériel, les feutres, les calques transparents, que l’on explique le jeu, on sent de suite que l’on a gagné l’attention de tout le monde. Les petits sont pris à l’hameçon. Malheureusement, en jeu, c’est bien plus compliqué, le jeu est trop lent pour eux. La déduction est intéressante pour un adulte, mais un enfant va vite décrocher, il suffit d’une action silence pour entendre un soupir, pire, de la résignation. Normalement il faut toucher deux fois sa cible, mais en réalité on s’arrête avant. Je précise que je joue avec la plus petite contre le grand. Nous avons essayé en duel avec mon fils, mais il démissionne rapidement, la frustration est trop importante pour lui. Dommage, sur le papier tout ça semblait hyper alléchant, mais en vrai ça tombe un peu… à l’eau. En revanche, il est très sympathique entre adultes !  

cover_sonarfamily_news

 

 

ZKE-banniere-avec-tampon

Si on m’avait dit que j’achèterais un jeu avec des zombies à mes enfants, je ne l’aurais pas cru. Et pourtant ici les zombies sont très colorés, ils ne font pas vraiment peur, les enfants peuvent même choisir leurs petits noms. ZKE propose un tower défense allégé pour les enfants mais, les parties s’enchaînant le jeu va se complexifier de manière très progressive. Pas à pas, ils appréhendent les règles, comme un tutoriel finalement, mais fun.

ZombieKidz_box+content_FR_WEB

En fait, je leur ai mis le pied à l’étrier et depuis ils y jouent ensemble touts seuls. Sur les 30 sessions qu’ils ont réalisées, j’ai du faire 5 parties avec eux. Une franche réussite, merci à Mini-Sha pour la découverte ! Zombie Kidz Evolution méritait bien sa nomination à l’as d’or ! Le test complet. 

zombie kidz evolution

 

 

la-soupe-à-la-grenouille-banniere

Paru dernièrement chez Tikids (la gamme enfant de Tiki éditions), cette ragoutante soupe coopérative peut réunir quatre grenouilles bondissantes autour de la table.
À l’ouverture de la boîte, on sera agréablement étonné de la taille des figurines en carton – illustrées avec brio par la talentueuse Camille Chaussy. Tout le matériel est une invitation au jeu, que l’on soit petit ou grand (avec une âme d’enfant pas trop dégradé).
On place d’abord la grande sorcière au centre, entourée de ses cercles magiques. Ceux-ci servent simplement à indiquer les ingrédients qu’elle va incorporer progressivement dans sa recette… qui sont en fait les figurines que nous allons tenter de renverser.

soupe-a-la-grenouille

En tant que grenouilles, nous unissons nos forces pour empêcher cette vile magicienne d’arriver à ses fins (c’est qu’on n’a pas très envie de passer à la casserole en fait !). À votre tour, vous regardez la cible imposée par le cercle magique, vous dirigez votre grenouille en plastique dans la direction de la figurine correspondante et tentez de la shooter par une pichenette ou plutôt un saut gracile de batracien. Vous avez trois essais pour y parvenir.

Le principe du jeu n’a donc rien de franchement révolutionnaire et offre plutôt un dispositif (règles et matériel) permettant d’exploiter ce bon vieux concept des grenouilles sauteuses. Ceux qui ont déjà fabriqué des grenouilles en origami avec des pages de brouillon entre deux leçons auront sans doute quelques souvenirs émus. Les enfants dès 5 ans, même avant en fait, pourront s’amuser à dégommer ces grandes figurines en carton avec plaisir. Le défi proposé est assez mineur, mais le jeu propose des variantes qui corsent le tout, on peut même ajouter des objets de la vie quotidienne dans la zone de jeu pour pimenter la recette. La force du jeu tel qu’il est proposé ici est directement liée à la valeur ajoutée d’une édition maîtrisée, avec ce matériel aguichant, solide, thématique, et des règles très clairement écrites. 

SoupeALaGrenouille_Ludovox_j2s_couv

 

 

Merci d’avoir lu cette 2e édition de cette chronique que nous espérons vous proposer régulièrement. N’hésitez pas à donner votre opinion et faire vos suggestions dans les commentaires. Jouez bien avec vos enfants !

 

enfants

 

À lire : 

> Les petits joueurs numéro 1

 

Pub-Tipeee-grand-format-copie

 

2 Commentaires

  1. Gaume il y a 21 jours
    Répondre

    Merci pour cet article, très instructif.

  2. Photo du profil de keltys
    keltys il y a 21 jours
    Répondre

    Concernant Sonar Family c’est la réflexion que je me suis fait en jouant. J’ai trouvé ça plus léger que l’original on est d’accord. Mais calculer des coordonnées, essayer de perdre l’adversaire etc. sont autant de choix et de possibilités qui demandent une attention soutenue. Pour un adulte c’est faisable (ce qui rend le jeu accessible à des non-joueurs ou joueurs très occasionnels) mais pour des « familles » comprenant des plus petits, je trouvais ça compliqué s’ils ne sont pas accompagnés.

    En tout cas, c’est un bon jeu avec un public adulte.

Laisser un commentaire