BSG-1-picsay-4

La folle histoire de l’espace, Episode 2: Fleet Commander

Très cher lecteur, une indicible joie m’étreint à l’aube de ce nouveau chapitre. Une joie sans borne, sans limite, à l’image de cet univers qui me fait tant frissonner. Me voilà dans la peau de ces nouveaux conquérants, explorant toujours plus loin l’insondable étrangeté de…

Gaut: Hein ? Amiral Ackbar !? C’est vous ?

Ackbar : Bien évidemment, mais on n’a pas vraiment le temps de parler, on est en train d’essuyer une attaque…

Gaut : une attaque ? mais… et mon intro ? et la présentation du jeu ? et comment je vais expliquer au lecteur…. une attaque, vous dites ?

Ackbar : oui, oui, je sais pas qui ni comment mais il y a toute une flotte qui nous saute dessus.

Gaut : Mais… mais je ne peux pas laisser mes lecteurs en plan amiral ! c’est trop maltraitant, ça va complètement saborder mon deuxième épisode…

Ackbar : alors ne bouge pas, on est en train d’entrer tes coordonnées dans le téléporteur, on va te faire monter sur le pont de notre cuirassé, comme ça tu feras reporter de guerre.

Gaut : mais… Wow wow! Attendez, attendez ! Je comprends plus rien, là : normalement c’est le capitaine Kirk qui a un téléporteur, pas vous ? Et puis en plus vous êtes dans une lointaine galaxie, il y a bien longtemps ? Comment c’est possible qu’on se parle à travers l’espace et le temps ?

Ackbar : oui effectivement, c’est très curieux, je suis tout à fait d’accord, mais là on a d’autres chats à fouetter. Téléportation enclenchée : attention ! ça va piquer…

Gaut : hein ? quoi ????

GRRRRRRRZZZZZZZZZZZZZZ…

 

Fleet Commander est un jeu du tout jeune éditeur Capsicum Games, sorti pour Essen 2014.

Jeu d’escarmouche spatiale où deux joueurs vont amener au feu du combat leurs flottes respectives afin de mettre sa marave à l’autre. Environ une heure de combat acharné.

Game system pas révolutionnaire, mais simple, intuitif et nerveux laissant la part belle à la tactique, le fun et l’immersion.

Des règles de base pour prendre en main le jeu, puis des règles un peu avancées pour approfondir le sujet, ainsi que des scénarii permettant de renouveler les mises en place et les conditions de victoire.

Des extensions déjà abouties et n’attendant que le succès du premier opus pour sortir en boutique.

C’était mon coup de cœur de Cannes 2014.

 

 Le Briefing

Gaut: Ok, bon, on est où là?

 

Gaut: Hein ? Mais ça m’a pas l’air si méchant que ça… vous avez une flotte plutôt bien pourvue, non?

Gaut : Alors là, je ne comprends plus rien à rien. L’amiral Piett, il devait être mort dans l’Executor, pendant la bataille d’Endor ? Comment a-t-il pu survivre ?

 Ackbar : Je sais, c’est pas logique, mais on a d’autres chats…

Gaut :…à fouetter, je sais.

Ackbar : Tout à fait. En attendant d’éclaircir ce nouveau mystère, prends deux dés jaunes et un vert, et lance-les !

Gaut : hein ?

Ackbar : prends 3 dés (en l’occurrence 2 jaunes et un vert ce tour-ci), et lance-les.

Gaut: mais pourquoi?

Parce qu’à un moment ou à un autre, il faut y aller.

Gaut : OK, et j’imagine que pour les dés rouges et verts, ça marche de la même manière?

Ackbar : Tout à fait : la couleur indique l’effet, le résultat, la direction.

 Ackbar: Les résultats spéciaux servent à trois choses:

  • Activer l’arme spéciale
  • modifier la direction d’un dé de même couleur
  • permettre de réagir face aux attaques ennemies (essentiellement esquive et riposte)

La gestion des résultats spéciaux est cruciale lors du combat:  vaut-il mieux les réserver pour déclencher l’arme spéciale, ou bien les assigner à d’autres tâches?… cela fait partie des décisions importantes à prendre.

Gaut : OK. Bon, je résume: je choisis 3 dés, je les lance (pas dans la face de Piett mais sur la table, j’ai compris), j’utilise les résultats (ou pas) puis c’est à Piett, à nous, à Piett, et ainsi de suite jusqu’à ce que l’un de nous détruise l’équivalent de 8 classes de vaisseaux à l’adversaire…

Ackbar : Parfaitement ! Et bien évidemment, tu assignes tes dés dans l’ordre de ton choix. Tu peux aussi assigner plusieurs dés aux mêmes vaisseaux pendant ton tour pour les faire bouger ou attaquer plusieurs fois.

Gaut: Mais à chaque rencontre, c’est un peu répétitif, non?

Ackbar : Pas du tout ! Pour renouveler les batailles, en plus des armes spéciales (capacité des cuirassés), il y a les champs d’astéroïdes et les  champs gravitiques, qui modifient le terrain, les capacités spéciales des frégates et des destroyers dont je ne t’ai pas parlé, la possibilité d’utiliser les dés spéciaux de différentes manières, les règles des attaques à distance ou des attaques combinées si l’adversaire se fait encercler, la possibilité de faire des déploiements masqués, en utilisant des jetons sur le plateau au lieu des figurines, et que l’on révèle lors des contacts avec l’ennemi. Il y a aussi dans le livret de règles 4 scénarios, qui cassent la symétrie du jeu, ajoutent des règles, modifient le placement de départ et les conditions de victoire, pour renouveler sans cesse la richesse tactique… De quoi se chamailler avec Piett pendant un bon bout de temps!

Gaut : OK ! OK ! N’en jetez plus, j’ai compris ! Bon alors, c’est parti ? On va le rosser, ce petit Piett ?

Ackbar : En avant toute !

 

Arrière toute !

 IMG_20141122_131736-picsay

 

 

Ackbar : … je… je ne sais pas… c’était encore un piège, non?

Piett : mais pô du tout, Ackbar : tu t’es juste pris une grosse piquette, mon gars. Faut savoir manœuvrer dans l’espace, et ce n’est pas parce qu’on lance des dés qu’il faut se fier au hasard. C’est comme la pub du poker : l’important, ce n’est pas le résultat de tes dés, c’est ce que tu en fais. Comment tu assignes tes dés, que fais-tu de tes résultats spéciaux ? C’est juste que quand on est mauvais, on fait les mauvais choix. Là, par exemple, je crois que je vais faire le bon choix et lancer mes trois dés rouges, mouhahahahaaa !

Ackbar : Bon,  Gaut, je te suggère de vite retourner dans la cabine de téléportation pour qu’on te renvoie chez toi fissa…

Gaut: Euh… OK, OK, ça marche. Ben, j’ai envie de dire… Bonne continuation ?

…ZZZZZZZZZZZZZZZPING!

 

Epilogue

Gaut : Mais,  que s’est-il passé ?

Amiral : Nom de Zeus ! Tu es retourné chez toi avec un léger glissement temporel, désolé.

Gaut : Nan, nan, nan!…  Nom de Zeus, maintenant ? Vous mélangez tout Amiral, c’est la porte ouverte à toutes les fenêtres ! Qu’est-ce que je vais raconter aux lecteurs et à la Ludoteam ? Hein ? Je devais publier mon papier avant la sortie du jeu, en exclu! Là c’est complètement fichu… Qu’est-ce que je vais leur dire ?

Ackbar : Ben la vérité! Le téléporteur, la bataille, le glissement temporel toussa…

Gaut : Mais ils ne me croiront jamais! Et au fait: vous auriez dû vous faire atomiser par Piett, vous : comment ça se fait que vous êtes pas mort ?

Ackbar : Mmmmoui, tiens, ça aussi c’est très curieux, encore un mystère qu’il va falloir éclaircir…

Gaut : Ah ! Ben là c’est sûr, ils ne me croiront jamais….  Bon, comment je vais commencer mon papier, moi ?  

« …Très cher lecteur, une indicible joie m’étreint à l’aube de ce nouveau chapitre. Une joie, sans borne, sans limite, à l’image de cet univers qui me fait tant frissonner… »

Fin

 

Allez, je vous remets un petit lien vers la page de l’éditeur dédiée à Fleet Commander : vous y trouverez toutes les infos que j’ai passées sous silence ainsi que le livret de règles, si vous voulez approfondir.

Si vous voulez plus d’objectivité, voici le lien vers le test du jeu que j’ai effectué

Enfin là, vous retrouverez la pause de Midi consacrée au jeu.

 

 

Enfant du soleil…

Comme dans l’épisode 1, je vous propose une petite rubrique pédagogique n’ayant rien à voir avec le jeu…

Cette fois, ce ne sont pas des constellations que je vais vous proposer d’observer, mais la station spatiale internationale.

L’ISS passe régulièrement  au dessus de nos têtes. Lorsqu’on sait où et quand regarder (en général au lever ou au coucher du soleil), c’est un spectacle magnifique. C’est juste un point très lumineux qui fend le ciel pendant deux ou trois minutes, mais quand on prend conscience que le petit point passe à 400 km de nous, et va à 30 000 km/h, ça fait bizarre. Le petit point, il a des panneaux solaires de la taille d’un terrain de foot. Et surtout, surtout, il y a des gens, dedans, en train de regarder la Terre par le hublot. Il y a des putains de gens à 30 000 km/h au dessus de nos têtes quoi, des gens qui peuvent, d’un seul regard, embrasser Taschkent et New-York. Frisson garanti.

Si vous voulez observer l’ISS, je vous conseille d’aller voir là : on vous explique où et quand regarder, ou bien le site Heavens Above, qui permet d’avoir les horaires de passage au dessus de nos têtes.

Personnellement, j’utilise l’appli ISS Detector, chopée sur le google store.

Allez, bonne observation et à bientôt! Attention, dans l’épisode 3, on va faire de la hard science, et on va bosser les orbites!

 

6 Commentaires

  1. Photo du profil de eolean
    eolean 27/11/2014
    Répondre

    Un article excellent pleins de vie, de trouvaille et d’humour ! Ca force le respect !

    Avec en plus cette appli sur l’ISS à la fin que je vais aller chopper au plus vite !

    Bravo ! Ca vient bien compléter la video du midi faite il y a quelques temps 🙂

  2. Photo du profil de TSR
    TSR 27/11/2014
    Répondre

    Absolument incroyable ! Fantastique article ! Bravo ! Purée ca met la barre hyper haut !

  3. Photo du profil de Shanouillette
    Shanouillette 28/11/2014
    Répondre

    C’est très fort, le coup du glissement temporel, on me l’avait jamais faite celle là! Lol

  4. Photo du profil de Sha-Man
    Sha-Man 28/11/2014
    Répondre

    Y a trop de paragraphes je trouve 😉 *Wink* *Wink*

  5. Photo du profil de MeepleGaut
    MeepleGaut 28/11/2014
    Répondre

    Merci bien!

    @Sha-man: ha! ha! je me disais bien que j’avais touché un point sensible! Mais rassure-toi, je ne pensais pas à toi -ni même à ludovox d’une manière générale-, je te signale même que j’avais lu avec grand intérêt tes articles sur Boss Monster ou Owacon.

    C’est plus une question d’affinités: je ne suis pas spécialement friand des grands articles ultra-descriptifs car je préfère saisir/retranscrire une ambiance ou un ton plutôt que toutes les subtilités des règles d’un jeu; mais je sais aussi pertinemment que la majorité des lecteurs recherchent des informations fouillées et minutieuses. Ce qui fait la richesse de ce site, c’est qu’il y en a pour tous les goûts, puisque que vous autorisez plusieurs « formats éditoriaux »: la différence de ton et d’approche de tous les rédacteurs de ludovox forme un ensemble hétéroclite vraiment plaisant à mon sens.

Laisser un commentaire