Gears of War : Humains contre Aliens

Gears of War édité chez FFG-Edge, est un jeu coopératif d’affrontement où les joueurs incarnent un groupe de soldats de la CGU (Coalition des Gouvernements Unis) en lutte contre la horde de Locustes (les aliens). Reprenant le thème classique Marines vs Alien, cet ameritrash vous propose donc de coopérer contre le jeu. Au contraire d’un Doom, Descent ou Imperial Assault, ici point d’overlord mais une « IA » jouera les méchants pour vous. Ça faisait un moment que j’avais envie d’essayer ce jeu, attiré à la fois par le thème mais aussi par le fait qu’il n’y ait pas de joueur incarnant les vilains. Comment une « IA » dans un jeu de plateau pourrait bien offrir un challenge intéressant et surtout varié ?
 
pic1090489_md

Le matériel 

Le jeu qui m’a été envoyé pour cet essai, est un jeu d’occasion dans lequel les figurines sont peintes :

Locuste peint

Enfin, peinte…. l’immersion sera difficile avec un tel rendu… impossible pour moi de convaincre mes joueurs d’aller affronter des aliens schtroumpf. Bon, va falloir ressortir les pinceaux et tenter de rattraper le coup, moi qui ne suis qu’un peintre débutant. 

Les figurines justement, parlons-en : une quarantaine de figurines dont la majorité sont des locustes, 7 types différents.

  pic1109650_md

On trouve ensuite un paquet de cartes, ou devrais-je dire des paquets de cartes, grandes et petites. Des cartes missions décrivent les différents scénarios possibles. Des cartes personnages, monstres permettent de connaitre les différentes caractéristiques des opposants et enfin des cartes équipements que l’on pourra acquérir pour améliorer nos possibilités.

pic994861_mdLes petites cartes indiquent ce que l’on peut trouver dans chaque lieu (tuile) que les soldats du CGU exploreront. Et enfin, nous avons les fameuses cartes IA.

Carte IA

Ces cartes sont toutes construites sur le même schéma comme le montre la photo ci-dessus. Une indication de comment jouer les locustes si la condition est remplie, et sinon que faire. Parfois une troisième possibilité est indiquée si les deux premières conditions ne sont pas remplies. Système simple qui va s’avérer particulièrement efficace.

Le matériel est donc de bonne facture, les illustrations, les figurines, tout concoure à vous plonger dans l’ambiance.

C’est pas une IA en carton qui va nous arrêter !

Et c’est donc vaillants, sûrs de nous que nous nous lançons à l’assaut de ces minables locustes dirigés par des cartes à l’IA digne d’un programmeur débutant.

Dispersion camarades

Chacun avance selon ses envies, pas de réelle coordination. Ça discute sévère mais bon, c’est le scénario d’introduction, pas d’overlord, et nous sommes des joueurs aguerris. À noter que ce scénario d’introduction obstrue les trous (cf jetons en carton posés sur chaque dalle) qui sont autant de lieux d’apparition potentielle des locustes. Ici c’est facile, ne reste que la dernière dalle comme lieux d’apparition. À l’assauuuuuut !!!!

Imprévus multiples

 

Euh, c’est pas ce qui était prévu là ?! L’ouverture intempestif de la porte du fond a provoqué l’apparition d’un nombre conséquent de vilains, donc des gros bien méchants.

 

Pif paf !

Pif, paf, deux d’entre nous tombent !

Ça sent le roussi. D’autant que pour aller les relever, il va falloir sauter dans le tas ! Et c’est jamais bon de sauter au milieu d’un tas d’aliens. La fin a donc été brève, rapide, mais pas sans douleur. 

Ok, on a compris, on a fait les fanfarons, on va recommencer et cette fois-ci jouer groupé et plus prudemment. Il va vraiment falloir coopérer. Nous en profitons pour changer de scénario. Nous voici poursuivi par un Locuste berserker.

Run forest, run !

On essaie d’établir une tactique, et pendant que 3 d’entre nous retiennent ce monstre, un autre part en éclaireur essayer de remplir la mission…

Eclaireur

Mauvaise idée….

 

Dead again

Bon, en fouillant un peu, je me suis rendu compte que c’était une des missions les plus difficiles bien que ce ne soit que la seconde. L’honneur est sauf, n’est-ce pas ?

Au rapport Commandant !

Une très agréable surprise que ce Gears of War. J’étais vraiment dubitatif quant à une IA représentée par des cartes. Et finalement le résultat est plus que probant. Les « choix » effectués par les Locustes semblent logiques et donnent du fil à retordre. Comme les cartes introduisent une part de hasard quant à ces choix, on n’est pas dans un jeu collaboratif classique à la Pandémie où tout peut se calculer et se résume finalement à un jeu d’optimisation combinatoire. Effet secondaire de ce système, l’effet leader est largement atténué car il n’y a pas de meilleur choix qu’un joueur d’expérience trouvera systématiquement et ne pourra s’empêcher d’imposer aux autres. 

Si vous aimez les améristrashs, si une version coopérative vous questionne, ou tout simplement vous intéresse car vous n’aimez pas écraser/anéantir vos adversaires, ou plutôt vos adversaires en ont marre de se faire ratatiner, ce jeu est fait pour vous. De plus, il permet de jouer à un jeu d’affrontement à 4, ce qui est chose assez rare, souvent ces jeux étant nettement plus adaptés à des versions 2 joueurs.

Bien que ce jeu ne soit plus disponible en français (sauf si votre boutique en a encore en stock), on le trouve encore sur certains sites, surtout en anglais, ou parfois d’occasion. Il a été arrêté par FFG et par Edge. Sans doute la licence n’est-elle pas assez porteuse ? Ou est-ce le principe même d’un coopératif qui ne colle pas avec l’ameristrash ? Quoiqu’il en soit, je ne regrette en rien mon essai, et je compte bien y rejouer. C’est fun d’écraser de se faire écraser par des aliens ensemble  😎 

>> La fiche de jeu

 Un jeu de Corey Konieczka
Langue et traductions : Anglais, Francais
Date de sortie : 01/01/2011
De 1 à 4 joueurs
A partir de 13 ans
Durée moyenne d’une partie : 120 minutes

2 Commentaires

  1. Photo du profil de Sedenta
    Sedenta 17/07/2015
    Répondre

    Nous avons joués toutes les missions, sauf la dernière de Gear of War, dans l’ordre. La Berserker nous a prit 7-8 parties pour y arriver, se fut dur mais nous avons put affuter nos techniques. Les quelques points à savoir à Gear of War :

    – Plus il y a de joueur et plus le jeu est difficile, en plus de l’augmentation du nombre d’ennemi, le nombre d’activation ennemi entre 2 tour d’un même joueur est augmenté, ce qui nécessite une gestion minutieuse des cartes ordres/Point de vie.

    – Sortez couverts : Ils est indispensable d’être pratiquement tout le temps à couvert, autant pour la défense que cela procure que par ce qu’il y a un nombre de carte ordre important donnant des cartes à « tous les personnages à couvert », n’oubliez pas : carte ordre = Point de vie, c’est important.

    – Chassez l’instinctif ou les ennemis reviennent au galop : Il est plus avantageux de garder 1 ennemi faible (A) vivant qui vous grignote les mollets que de tous les exterminer, ainsi, il n’y a pas de génération massive d’ennemi A, pour les ennemis Drones, il est plus avantageux d’en garder un blessé que de les exterminés, l’IA va « perdre » un tour a soigner l’unique survivant plutôt que d’en générer plusieurs. Pour les ennemis C (qui peuvent etre détruits), démontez les franco.

    – Ne vous précipitez pas pour ouvrir une porte, soyez prêt à affronter une armée avant de tourner la poignée.

    -Ne vous précipitez pas à relever un camarade tombé, laissez-le ramper loin de la horde et rejoignez le lorsque celle-ci est passée, si possible, relevez-le juste avant son tour afin qu’il pioche 2 cartes immédiatement.

    – Comme dans les films du genre : faire plusieurs groupe, c’est une mauvaise idée, surtout des groupes de 1.

    – Toute arme doit être prise, une carte IA défausse les minutions et les armes qui trainent, prenez-les avant que cela n’arrive car la carte revient régulièrement et les munitions peuvent manquer cruellement à la fin.

    C’est tout 🙂

    • Photo du profil de Cormyr
      Cormyr 17/07/2015
      Répondre

      Je suis d’accord. On se rend vite compte qu’il ne faut pas se prendre pour un space marine bourrin mais bien qu’il faut plutôt bien affuter sa tactique, quitte à sacrifier un peu à l’envie de tout exterminer.

Laisser un commentaire