Ex Libris : L’art du rangement

Ma première rencontre avec Ex libris fut au salon d’Essen 2017. L’éditeur, Renegade, avait reçu ses boîtes avec un jour de retard et une file impressionnante de joueurs s’était alors massée devant le stand, au moment de l’approvisionnement. Ma seconde rencontre fut au festival de Cannes avec une boîte visible sur le stand de l’éditeur et de nombreuses personnes demandant s’il était disponible, ce qui n’était pas encore le cas. Il semble donc que ce jeu soit fortement attendu par la communauté ludique [Ndlr : la sortie du jeu en France est prévue pour cette semaine].

En vaut-il la chandelle ?

ex libris

 
La première impression visuelle est « Quelle boîte ! ». En voici une assez volumineuse pour un jeu de cette catégorie, et surtout très bien illustrée. Cela donne envie de vite l’ouvrir !
Le contenu n’est pas en reste avec un beau plateau central (même s’il a une utilité toute relative), de nombreuses cartes et lieux cartonnés et des pions au design farfelu.
 
 

Un ex-libris désigne une vignette artistique collée à l’intérieur d’un livre, mentionnant éventuellement le nom du propriétaire, ses armes, sa devise (Définition Wikipédia)

 
Le thème de Ex Libris est pour le moins original : nous allons endosser le rôle de respectables bibliothécaires et constituer la plus belle bibliothèque de la ville. Mélangez avec un peu de fantasy, un zeste d’humour et vous aurez une ambiance qui sent bon le Pratchett au coin du feu. Le thème est vite en place grâce aux éléments du jeu, et plus particulièrement aux très nombreuses cartes livres qui vont constituer notre bibliothèque.
 
exlibris-pion

Les pions personnages sont fun !

 
Le jeu va consister à récupérer des cartes contenant plusieurs ouvrages de plusieurs catégories (6 différentes, des bestiaires aux codex corrompus, en passant par les livres de sortilèges), et de les assembler en une belle bibliothèque parfaitement ordonnée (chaque carte a une valeur alpha-numérique).
 
En tant qu’amateur de livres quelque peu maniaque, vous ne pouvez concevoir que votre bibliothèque soit mal rangée. Tout doit être classé par ordre alphabétique et numérique. Il est donc conseillé de bien connaitre son alphabet pour pouvoir jouer, même si vous avez un petit rappel sur votre carte personnage. 😉
 
 
 
 
Votre carte personnage justement. Celui que vous incarnerez aura un pouvoir particulier et surtout une figurine unique (Meeple sorcière, un bon gros bonhomme de neige, ou encore un blob gélatineux…). Un matériel très agréable. 
 
exlibris-personnage

Carte personnage de la sorcière, sa figurine unique et ses deux assistants

 
 
Vous disposerez en plus de deux assistants pour réaliser vos actions pendant un tour de jeu, façon pose d’ouvriers classique.
 
 
Le jeu se décompose en plusieurs tours, où les joueurs géreront leur main de cartes et leur bibliothèque, jusqu’à ce qu’un joueur-bibliothécaire arrive à un certain nombre de cartes-ouvrages posées (en fonction du nombre de joueurs). 
 
 
 
 

Tour de jeu

 
Pendant un tour, les joueurs vont poser un de leurs 3 pions sur un des lieux disponibles de la ville. Ceux-ci sont divers et variés et possèdent tous une action définie plus ou moins complexe. Certains proposeront des cartes à récupérer selon différentes méthodes, d’autres de modifier les positions des ouvrages dans sa bibliothèque. Ces lieux retranscrivent bien l’humour général du jeu (comme le tripot). 
 
Les emplacement sont souvent limités pour nos assistants. Cela sera donc un affrontement pour se positionner sur les lieux les plus intéressantes en premier.
Les joueurs pourront aussi se placer sur leur bibliothèque perso pour piocher une carte et compléter leur main, ou archiver une carte, c’est-à-dire la placer dans sa bibliothèque (zone devant soi). 
 
 
Au fur et à mesure la partie, notre bibliothèque s’enrichira avec toujours la volonté de respecter un ordre parfait d’autant que celle-ci ne peut se faire que sur 3 étages et que chaque carte archivée doit être adjacente à une déjà posée. On peut donc très vite se bloquer si on place un G juste après un C. Les lettres de D à F ne seront plus que d’une utilité très réduite. Certaines actions permettront potentiellement de modifier a posteriori nos archivages pas très heureux. 
 
exlibris-bibliotheqe

Chaque carte contient des ouvrages de différentes catégories

 
 
 
 
Un petit rappel est fourni pour savoir combien de cartes de chaque lettre il existe, car elles ne sont pas toutes équivalentes. Une info très utile pour jauger au mieux de l’emplacement idéal de chaque carte. 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bon, c’est bien beau d’avoir une belle bibliothèque, mais l’objectif reste d’avoir la meilleure, la plus complète, la plus grande… bref, celle qui fera pâlir d’envie un académicien. Pour cela, nos administrateurs du conseil municipal nous ont fixé quelques règles :
 
exlibris-score

Tableau de score unique et effaçable

  •  Déjà, on ne le répétera jamais assez, que vos livres soient bien ordonnés ! Toute carte ouvrage mal rangée sera retournée et ne comptera pas dans les ouvrages pour le décompte final. En fin de partie, faites confiance à vos adversaires pour contrôler que vous n’avez pas fait d’erreur !
  • Une bibliothèque digne de ce nom doit être stable. Vous ne voudriez pas qu’elle s’effondre sur le premier venu. Votre plus grand rectangle complet de cartes vous rapportera un point par carte. Notons que les cartes mal ordonnées sont retournées mais comptent pour la stabilité.
  • Vos administrateurs ont déterminé la catégorie d’ouvrage la plus populaire. Celui d’entre vous qui en aura le plus attirera le plus de lecteurs, et engrangera 15 points (puis on comptera 9 points puis 3 points pour les joueurs suivants).
  • Il y a une catégorie, par contre, qui n’a pas du tout la cote (dans mes parties, par hasard, ce fut tout le temps les manuels d’utilisations, curieusement). 1 point en moins par ouvrage de cette catégorie dans sa bibliothèque. Gare aux pénalités !
  • Avoir plein de livres, c’est bien. Se diversifier, c’est mieux. Chaque bibliothécaire gagnera 3 points par ouvrage de la catégorie dont il en a le moins. Voilà qui oblige à être polyvalent. 
  • Enfin, chaque bibliothécaire a sa catégorie fétiche, non connue des autres joueurs, qui lui rapportera 2 points par ouvrage.
 
Tout cela est rappelé par le plateau central du jeu, qui n’a peut-être bien que cette utilité, au final.
Après tous ces calculs (parce qu’en plus de savoir lire, un bibliothécaire digne de ce nom doit être fort en mathématique), le joueur avec le score le plus élevé gagnera le diplôme du meilleur bibliothécaire de la ville.
 
 

Ex Libris, prochain Pulitzer ludique ?

 
exlibris2

Une table très colorée

S’il y a bien quelque chose que nous ne pouvons pas enlever à Ex Libris, c’est la qualité de son édition. Les cartes lieux et personnages sont particulièrement bien illustrées. Les pions personnages sont tous uniques. Le tout fait une table de jeu assez somptueuse, aux couleurs particulièrement chaudes, chamarrées. 
 
L’élément qui fait la différence pour pouvoir bien s’immerger dans le thème d’Ex Libris, ce sont les 510 titres originaux de livres que l’on retrouve sur les cartes, parfois humoristiques et décalés, inspirés de vraies œuvres littéraires.
 
On prend plaisir pendant la partie et en attendant son tour, à lire les titres des ouvrages posés devant nous, à la recherche d’un nom que nous reconnaîtrions. « Rhum, gloire et décadence », « le welsh sans gluten », autant de titres rigolos à découvrir. Un vrai effort a été fait sur la traduction des cartes, comme nous le savions depuis l’interview Ludovox faite à Essen.
 
 Un bon point enfin à la « feuille » de score (un tableau blanc fort bien conçu avec marqueur effaçable) qui est très pratique et agréable pour procéder au décompte final.
 
 
 
Ce jeu s’adresse plutôt à un public familial+, avec moins d’une heure pour dérouler une partie. Les règles sont plutôt simples (bien écrites avec de nombreux exemples, ce qui est toujours appréciable). Les tours de jeu se veulent rapides et fluides. La majorité des actions consistera à compléter sa main de cartes et/ou agrandir sa bibliothèque. Toute la subtilité du jeu sera de récupérer d’une part les cartes qui seront faciles à ordonner, d’autre part les cartes avec les ouvrages qui vous rapporteront le plus de points.
 
Tout le matériel tend à rendre le jeu très immersif. Et c’est très agréable, d’autant plus sur un thème original comme celui-ci. Tout au long de la partie, on s’amuse à construire sa bibliothèque, optimisant le placement, prenant un risque en condamnant certaines cartes, et en étant attentif à toutes les cartes qui se rendent disponibles sur les différents lieux.
exlibris3

Il y a assez peu d’interactions directes : on n’ira pas toucher à une bibliothèque adverse ou faire défausser des cartes à un joueur.
Par contre, plusieurs pouvoirs de personnages permettent de rendre inutiles certains lieux, ou vont permettre à des joueurs d’avoir plus d’actions. Les pouvoirs des personnages semblent s’équilibrer dans l’ensemble, d’autant que seule la figurine du personnage peut l’activer. Les assistants n’en n’ont pas la possibilité.
 
On pourra essayer de deviner la catégorie secrète d’un autre joueur et essayer de l’empêcher de récupérer des cartes intéressantes. Mais l’impact reste assez mineur.
 
 
Néanmoins, Ex Libris n’est pas exempt de quelques défauts.
 
exlibris - biblio
Le premier point est le texte présent sur les cartes lieux. Non pas qu’il y en ait beaucoup, mais une iconographie aurait été très appréciée pour mieux visualiser le pouvoir du lieu. 
 
En effet, cela n’est pas bien pratique pour les joueurs qui ne sont pas en face des cartes lieux et qui doivent souvent y revenir pour bien comprendre le pouvoir du lieu. Cela s’amoindrit avec les parties et la connaissance des lieux, mais la prise en main est en assez affectée.
 
 Sur une partie, l’ensemble des lieux auront été disponibles au moins une fois. Mais, dans l’ensemble, il n’y a pas plusieurs stratégies possibles pour faire grandir sa bibliothèque. Malgré quelques personnages qui ont un réel pouvoir de nuisance (comme le bonhomme de neige qui condamne tous les emplacements d’un lieu), les parties ont tendance à se
ressembler l’une sur l’autre.
 
Attention aussi aux joueurs très calculateurs qui peuvent être victimes d’un peu d’analysis-paralysis en cherchant la carte qui optimisera le mieux leur bibliothèque, tout en ne la laissant pas disponible pour un autre joueur. On en perdra l’essence du jeu qui n’est pas de chercher l’optimisation maximale à mon sens.

Au final, les parties de Ex Libris sont agréables. Mais, malgré une édition d’une qualité quasi irréprochable, saura-t-il faire son trou dans le nombre croissant de sorties ludiques ?

Après quelques parties, mon sentiment est plutôt qu’il sortira occasionnellement. Je lui préférerai un jeu plus compact.

Bien que l’on passe un bon moment, il lui manque un petit quelque chose qui donne envie de l’embarquer avec soi à chaque soirée jeux et d’enchaîner les parties. Cela reste néanmoins un jeu accessible et original par son thème.

À noter qu’il existe un mode solo. Utile pour découvrir le jeu, mais sans grand intérêt.

 

Pub Tipeee grand format copie

 

 

La fiche de jeu Ex Libris

(Retrouvez-y le Ludochrono)

Un jeu de Adam P.Mclver
Illustré par Jacqui Davis
Edité par Renegade Game Studios
Langue et traductions : Anglais, Français
De 1 à 4 joueurs
A partir de 12 ans
Durée d’une partie entre 30 et 60 minutes

 

6 Commentaires

  1. Photo du profil de FX
    FX 27/03/2018
    Répondre

    merci pour le JP 🙂

  2. Photo du profil de Shanouillette
    Shanouillette 27/03/2018
    Répondre

    Oui merci beaucoup Meeple Cam pour cet excellent JP qui retranscrit parfaitement mes impressions (et effectué dans les meilleurs délais, ce qui ne gâche en rien mon plaisir de rédac chef ^^).

    • Photo du profil de Meeple_Cam
      Meeple_Cam 27/03/2018
      Répondre

      ah bah si mon article est apprécié par la redac chef, je peux être satisfait 🙂

  3. Photo du profil de Sgt Pépère
    Sgt Pépère 28/03/2018
    Répondre

    Merci pour cet article. A tester donc avant d’acheter. 🙂

  4. morlockbob 06/04/2018
    Répondre

    je avais pas saisi  l’ambiance à la lecture de l’article mais après deux parties, je suis ravis d’y avoir joué. Effectivement j ‘ai trouvé ça assez simple et c’est marrant de découvrir les bonhommes spéciaux. Je suis d ‘accord, c’est un bon, beau familial et qu’on a envie de sortir. Et j’avoue que je le garderai bien quelques temps avec moi.

  5. Photo du profil de Zuton
    Zuton 10/08/2018
    Répondre

    Merci pour le test et le JP : intéressant ! J’étais bien chaud pour acheter ce jeu qui me fait de l’œil depuis un moment mais à la lecture de ton article, le test associé, je suis plutôt refroidi en me disant que cet opus rejoindra les jeux prenant la poussière de ma ludo, comme si ce jeu de livres avait pour vocation de venir remplir les étagères…. d’une ludothèque mais sans en sortir !

Laisser un commentaire