Mare Nostrum 2ème partie, à 5 cette fois

PARTIE DE

Photo du profil de Cormyr

Cormyr

Jeu :

Mare Nostrum 2015

Nombre de joueurs :

5

Date de la partie :

28/07/2016

Durée de la partie :

180 minutes

Mode de jeu :

Compétitif

Avis sur la partie :

Les joueurs :

Photo du profil de Cormyr

Cormyr

Photo de Ludo Boy

Fred

Photo de Ludo Boy

Lupo666

Photo de Ludo Boy

Julien

Photo de Ludo Boy

PiR2



Compte rendu de la partie :

Après une petite discussion, nous décidons pour ne pas trop ralentir la partie de garder encore le tirage de 5 héros/merveilles pour notre seconde partie.
Affrontement dès le début de la partie entre la Babylonien et l’Égyptien qui se dispute Jérusalem. Alors que le Babylonien avais conquis Jérusalem sur son attaque, l’Égyptien reprendra la ville par une contre-attaque rondement menée. Pendant ce temps les autres nations se développent et se partagent le territoire, le Romain se permettant une incursion de l’autre côté de la mer noire.
Après cette première escarmouche, Égyption et Babylonien vont s’allier pour ne pas s’épuiser dans une guerre qui les empêcheraient de se développer. Il vont même convaincre le Carthaginois de lancer une attaque concertée contre le Romain (seconde photo). Premier étonnement de ma part car le Carthaginois pouvait tenter une victoire en deux tours. Prendre ce tour-ci les jardins suspendus pour économiser 2 ressource, récupérer les 3 jetons commerces au tour suivant et par un échange à 5 pouvoir acheter la pyramide. Certes le commerce n’est jamais garantie, mais avec 8 ressources différentes récoltées, 2 mises de côtés et 5 échanges, il y avait de quoi faire. Celui-ci déclare ne pas vouloir gagner juste par une Merveille mais souhaite dominer le monde en possédant tous les titres. Pourtant, il est bien loin sur le politique avec seulement 2 en politique….
Le Romain se trouve stoppé dans son développement. Si il était encore loin du Carthaginois, il avait un potentiel énorme avec la possibilité éventuelle de prendre le héros (j’ai oublié son nom) qui permet d’utiliser ses légions pour commercer et alors disposer aussi d’une capacité d’achat conséquente. L’incursion du Carthaginois en plein milieu de son empire, la destruction de sa flotte par le Babylonien, la perte de Egée capturée par l’Égyptien l’handicape fortement (3ème photo). La prochaine cible désignée par l’alliance des 3 est désormais le Romain (votre serviteur). Là encore j’essaie de convaincre l’Égyptien et le Babylonien du danger que représente le Carthaginois. Mais ceux-ci cherchent à profiter du fait que ce dernier s’est lancé dans une croisade sans espoir pour s’étendre et pouvoir le contrer plus tard.
Mon allié de fait, le Grec, souhaite que j’attaque les trirèmes du Carthaginois pour l’aider à s’en débarasser tout en évitant que l’Égyptien et le Babylonien se concentre sur moi. Après une longue réflexion, je décide de renforcer ma présence en Adriatique pour éviter une prise de revers par la Cathaginois mais je n’attaque pas ses trirèmes et au contraire lance une attaque sur son territoire. Profitant du fait qu’on n’est pas obligé de combattre en mer, je sacrifie une trirème qui me permet de débarquer avec 4 légions à l’ouest de Carthage . Mon plan : porter la guerre sur le territoire de Carthaginois pour, récupérer des ressources, l’affaiblir et obliger l’Égyptien et le Babylonien à se détourner du Romain. Ainsi contre toute attente, je n’occupe pas les bâtiments du Cathaginois, mais je tente une prise de contrôle de son territoire, le laissant en capacité de produire et de rusher la Pyramide, au grand dam du Babyloniene t de l’Égyptien. Le Carthaginois que je fais jouer juste après moi, réagit comme je le pensais. Il détruit ma trirème tout en rappatriant ses troupes d’italie vers son territoire pour se défendre. Heureusement les légions romaines tiennent bon et sa contre-attaque ne porte pas ses fruits (4ème photo).
L’Égyptien et le Babylonien comprennent alors que le Carthaginois a perdu tout espoir de remporter une victoire par l’obtention des 3 titres et qu’il va tenter finalement la Pyramide. L’Égyptien débarque donc en carthage et occupe les bâtiments du Babylonien pour l’empêcher de produire en masse (5ème photo).
Au tour suivant, je renforce ma position sur le territoire du Carthaginois alors que celui-ci, au lieu de chasser l’égyptien qui occupe les caravanes de Carthage, lance une contre-attaque contre moi, laissant l’Égyptien maître de sa production. J’ai eu beau en début de tour de prévenir tout le monde que l’Égyptien était désormais en position de l’emporter en achetant la Pyramide si on le laissait ainsi occuper plusieurs positions du Carthaginois, ni ce dernier, ni le Babylonien m’ont entendu. La babylonien consolide ses positions pour produire d’avantage. Le Carthaginois lance une attaque contre moi, sans succès encore une fois, et le Romain reconstitue ses forces. Bien sûr l’Égyptien en profite, occupe cités et capitale pour produire de l’impôt en masse et s’assure de pouvoir acheter la pyramide au début du tour suivant.
Ses alliés l’ont bien aidé en le laissant faire et il l’emporte malgré mes avertissement. Le plus fort dans l’histoire c’est que le Babylonien et le Carthaginois me reprocheront de ne pas avoir été assez explicite ! Comment dire mieux que « l’Égyptien est en position de gagner au prochain tour si on lui laisse occuepr les territoires du Carthaginois » ?
Une partie beaucoup plus militaire que la première, très intéressante où l’on a pu mesurer l’impact du choix d’ordre du tour à chaque phase, où la possibilité d’éviter les combats en méditérannée permet des contre-attaques par la mer et empêche quiconque de trop se protéger en défense. Mare Nostrum porte bien son nom : une flotte en méditerranée peut être la clef des mouvements et de la victoire !
Qu’une envie, en refaire une partie mais avec un Cathaginois plus inspiré pour ne pas fausser le résultat de la partie 😉

Photos de la partie :


Laisser un commentaire