Participatif, la sélection naturelle N° 129 du mardi 03 mars 2020

  

separateur-1

N° 129

 

 Salutations ludico-participatives !

► L’absence de chronique la semaine dernière, largement compensée par l’actualité autour du Festival de Cannes 😉 , m’a un peu obligé à en faire deux fois plus cette semaine. C’est que les porteurs de projets se moquent éperdument que je ne n’ai pas le temps de suivre. Et vas-y que ça enchaîne les campagnes, beaucoup (trop !) sans prévenir ! Et ce n’est pas prêt de ralentir en cadence, il n’y a qu’à voir ce qui déboule ce mardi pour s’en convaincre.

 Bonne lecture, et à la semaine prochaine (ou celle d’après 😉 ) !

 
 

separateur-1

Évolution des campagnes en cours la semaine passée

 

 

 wonderland's-war-box-art-cheshire Wonderland’s War par Druid City Games, aura confirmé la belle réussite de sa campagne en accueillant près de 2 000 soutiens marvel-united-box-artsupplémentaires lui permettant d’être désormais financée à plus de 11 fois. Les 10 000 contributeurs ne devraient toutefois pas être atteints, sauf mega coup de boost suite au rappel des 48 heures (actuellement 558 000/50 000 $ et 6 980 soutiens. Fin le 04 mars).

 Plus 4 000 soutiens pour Marvel United par CMON. L’association chibi de ces deux grands noms fonctionne plutôt pas mal, dira-t-on avec un soupçon d’euphémisme. Là encore c’est financé à 11 fois et là encore, les suites du rappel des 48 heures devraient être intéressantes à examiner (actuellement 1 848 000/150 000 $ et 15 480 soutiens. Fin le 05 mars).
 
 
gorinto-box-artfr Gorinto par Grand Gamers Guild s’en sort bien également, qui a plus que doublé le nombre de ses contributeurs grâce à un hades-trap-boiterythme stable d’environ 60 soutiens quotidiens. Là par contre, je ne suis pas persuadé que le rappel des 48 heures bouleverse la donne, mais sait-on jamais  (actuellement 67 800/10 000 $ et 1 550 soutiens. Fin le 05 mars).
 
fr Malgré la bonne impression laissée à Cannes à ceux qui ont pu y jouer, Hades Trap par Débâcle Jeux a passé une petite semaine. On peut toutefois être positif en se disant que le nombre de soutiens a été doublé, que la campagne est financée à presque deux fois et demi et qu’il reste près de deux semaines de campagne pour améliorer le score (actuellement 10 800/4 500 € et 350 soutiens. Fin le 17 mars).
 
 

 

separateur-1

Les projets qui ont le plus attiré mon attention (en bien comme en mal)

 

 
the-last-bottle-of-rum-box-artcoeur bleu fr The Last Bottle Of Rum par Lord Racoon Games est pour moi le coup de cœur de cette sélection. Pas pour son thème, archi éculé avec cette histoire de pirates qui se tirent la bourre pour gagner la dernière bouteille de rhum de l’archipel. Non plus parce-qu’il s’agit du premier projet d’un tout nouveau petit éditeur français. Encore que… Mais parce-qu’il s’agit d’un jeu aux mécaniques certes classiques mais lesquelles, au final, sont au service d’un gameplay plutôt malin.
 
Gameplay soutenu, que dis-je… sublimé, par des illustrations et une direction artistique juste magnifique, travail d’un illustrateur jusqu’ici inconnu (mais qui mériterait de ne pas le rester plus longtemps), Baptiste Michard.
 
Cet ensemble nous donne un jeu familial idéal pour les longues soirées d’hiver, mais pas que, et qui pourrait bien s’avérer être intéressant même pour des habitués de jeux un peu plus velus.
 
Chaque joueur est un pirate avec des talents uniques qui va devoir parcourir la mer autour d’une île centrale (des hexagones face cachée révélés lorsqu’un bateau passe dessus) à la recherche d’îles sur lesquelles peut potentiellement se trouver un trésor. Trésor qu’il faudra ramener sur l’île centrale pour engranger des points de victoire.
 
the-last-bottle-of-rum-cartesBien sûr, vos adversaires ne vont pas vous regarder vous balader sans rien faire. Ils sauront vous réserver quelques tours pendables, mais rien de méchant. Le jeu n’est pas très punitif, vous serez quelque peu embêté mais pas plus. Il est toujours relativement aisé de faire réparer les dégâts qui vous ralentissent dans vos actions. Un Kraken rôde aussi dans les parages et pourrait bien venir vous chercher des noises.
 
Le tour de jeu se résume à jouer deux cartes sur les quatre de sa main et d’en résoudre les effets, éventuellement en dépensant quelques piécettes pour en obtenir de plus puissants : se déplacer ou explorer un tuile adjacente à son navire ; attaquer un autre navire ; réparer les dommages de son navire. Nous avons donc là un jeu simple à expliquer, dans lequel le hasard est omniprésent mais, en l’occurrence, il s’agit plus d’un point positif que d’un inconvénient eu égard au jeune public auquel il peut potentiellement s’adresser. La possibilité de faire des petites crasses à Papa devrait également parler au côté sadique de nos chères petites têtes blondes.
 
the-last-bottle-of-rum-tuilesMais il semblerait que l’éditeur ait gardé sous le coude quelques éléments de gameplay susceptibles de rendre le jeu un peu plus affriolant aux yeux des gamers retaillés, s’il en est besoin. On sait déjà que des minis extensions vont apparaître au fur et à mesure de l’avancée de la campagne. L’une d’elle devrait d’ailleurs l’être au moment où vous lirez ces lignes.
 
On en arrive au nerf de la guerre : les sous ! Le pledge unique est à 42 €, auxquels il faudra en ajouter 11 de plus pour le port. ce qui nous donne 55 € FdPIn, tarif qui a fait grincer quelques dents eut égard au positionnement familial du jeu. Oui mais… D’abord un pledge de 5 boîtes est proposé ramenant le tarif tout compris à 44.50 €. Ensuite, c’est compter sans les stretch goals (puisque la campagne a été financée en une quinzaine d’heures), lesquels semblent bien pouvoir remplir la boîte et, comme je l’ai dit plus haut, apporter pas mal de gameplay supplémentaire. Comme souvent, il faudra donc juger la valeur de l’offre à l’aune de ce qui aura été débloqué durant la campagne (actuellement 31 100/15 000 € et 760 soutiens. Fin le 19 mars).
 
 
 
batman-the-animated-series-box-artLes américains n’ont pas que Marvel, les comics sont une source inépuisable de héros à mettre à toutes les sauces. Batman n’est pas le dernier d’entre-eux, et il est le sujet d’une série animée très populaire. Du coup, hop, jeu de plateau ! Et voici que se pointe Batman, The Animated Serie par IDW.
 
L’éditeur n’est pas un inconnu puisqu’il a déjà proposé sur Kickstarter un jeu basé sur les Tortues Ninjas, Teenage Mutant Ninja Turtles : Shadows Of The Past. Batman est d’ailleurs basé sur le même système de jeu, sobrement affublé du sobriquet rigolo de Adventures Univeral Game System.
 
Les joueurs endossent le rôle de super héros qui vont devoir unir leurs forces (jeu coop donc) pour battre une tripotée de méchants gérés par un deck de cartes à travers 24 scénarios tirés des épisodes de la série. Mais ce deck peut-être avantageusement remplacé par un autre joueur qui va œuvrer en tant qu’Overlord dans un mode 4 Vs 1.
 
En ce qui concerne la direction artistique, on se doute qu’elle est extrêmement fidèle à celle de la série animée, avec au passage de très belles figurines qui devraient à elles seules générer bon nombre de pledges. Donc si vous aimez cette dernière, celle du jeu vous parlera. Dans le cas contraire… (actuellement 1 069 000/225 000 € et 5 700 soutiens. Fin le 13 mars).
 
 
 
heroes-of-tenefyr-the-second-curse-box-artHeroes Of Tenefyr : The Second Curse par Broken Mill est une extension pour le jeu éponyme très correctement financé (1 228 contributeurs) sur Kickstarter fin 2018 et dont les retours des joueurs sont plutôt bons (7.3 sur BGG).
 
Il s’agit d’un jeu de deckbuilding coopératif pour 1 à 4 joueurs avec un peu de stop ou encore dedans dans lequel vous allez endosser le rôle de héros qui vont devoir protéger un village de l’attaque de monstres. Oui je sais, tant d’originalité dans le thème aurait pu effrayer les joueurs^^.
 
Cette extension double le nombre de cartes du jeu de base (pour deux fois plus de plaisir ?) en amenant 4 nouveaux héros, 21 nouveaux boss, 60 cartes de dongeon, etc… Le prix est très contenu : 16 € pour l’extension, 18 € pour le jeu de base, 33 € pour le bundle des deux. Comme trop souvent désormais, les frais de port de 11 à 14 € plombent le tarif final. De plus, le jeu reste désespérément en anglais.

(actuellement 13 400/4 500 € et 855 soutiens. Fin le 11 mars).
 
 
 
tumble-town-box-artTumble Town par Weird Giraffe Games est un jeu de placement de dés sur un thème Far-West. Vous allez participer à la construction d’une ville en érigeant de nouveaux bâtiments. L’originalité vient de ce que ces bâtiments sont construits par placement de dés sur leur carte respective, et surtout que ces dés doivent parfois être empilés les uns sur les autres. Il est donc fortement conseillé de s’assurer de la stabilité de la table et de l’absence dans les alentours immédiats de mini félins potentiellement nuisibles à la bonne marche de la partie en cours.
 
Le système de jeu est assez malin quoique pas très original. Pour construire un bâtiment il faut certains matériaux (les dés de couleur), les bâtiments construits vous octroient des avantages ou possibilités diverses qui vont faciliter la construction d’autres bâtiments, lesquels vont vous octroyer des bonus… Vous voyez le tableau.
 
La direction artistique est épurée et j’ai personnellement (donc de mon goût à moi tout seul) beaucoup de mal avec les illustrations des cartes que je trouve juste moches. Mais au moins elles sont lisibles. Là encore le tarif est tout léger, 29 $. Pour 20 $ de plus, vous pourrez agrémenter vos parties grâce à un playmat. Les frais de port sont dans la (nouvelle) fourchette basse : 13 $ (actuellement 22 500/9 500 € et 790 soutiens. Fin le 27 mars).
 
 
 
stormsunder-boitesAttention 2 fr Cela faisait fort fort longtemps que je n’avais pas sorti le triangle rouge d’alerte. mais pour la campagne de Stormsunder : Heirs Of Ruins par Lazy Squire Games il ne pouvait en être autrement.
 
Le jeu est un coopératif story-driven pour 1 à 4 joueurs se déroulant dans l’univers de l’Egypte mythologique et a été teasé par son éditeur en axant essentiellement la communication sur les figurines. Certes, elles sont belles. Certes, elles seront fabriquées par Archon dont le savoir-faire dans le domaine n’est plus à démontrer. Mais nous sommes dans une période où les figurines au kilo ne font plus rêver grand monde.
 
Mais là n’est pas le problème. Ce qui met mes voyants au rouge, c’est la démesure du projet par rapport à la taille de l’éditeur. On parle là d’une société qui a annulé son premier projet, qui n’a pas encore livré le deuxième et qui se lance dans un nouveau projet pharaonique (c’est le cas de le dire vu le thème du jeu). Jugez plutôt : 300 heures de jeu annoncées (bon, ça on sait ce que ça vaut en réalité) ; une centaine de figs dans la boîte de base, plus de 230 dans le deuxième pledge, plus de 340 dans le troisième ; plus de 1 000 cartes dans le pledge de base, 2000 dans le deuxième et 3 000 dans le troisième ; un livre de campagne de 300, 600 ou 900 pages selon le pledge ; une application compagnon ; sans compter pléthore de jetons, plateaux doubles couches et autres éléments matériels traditionnels dans un jeu de ce type. Le plus gros pledge tient dans pas moins de six boîtes ! Et cerise sur la crème du gâteau, tout cela traduit dans 5 langues !
 
Un tel projet mené par CMON ou Awaken Realms ferait déjà lever le sourcil du backer aguerri. Mené par ce petit éditeur qui n’a pas encore prouvé grand chose, il faudra être très joueur pour risquer les 150, 300 ou 450 $ demandés en fonction du pledge. Dans le meilleur des cas, un retard est à envisager sérieusement et ce même si la date de livraison semble avoir été choisie avec une grosse marge de sécurité (mars 2022). Dans le pire des cas, et bien… demandez aux backers de Heroquest 25 (actuellement 594 000/90 000 $ et 3 110 soutiens. Fin le 05 mars).
 

 

erune-bandeau► fr C’est avec une grande surprise (et je ne suis pas le seul dans ce cas) que j’ai appris par hasard le lancement de la campagne de Erune par Arkada Studio, un jeune éditeur français. Lancer un tel projet un peu à l’arrache est un pari risqué, mais bon…

Erune est un jeu que j’avais repéré il y a deux ans au salon Octogônes de Lyon, revu l’année passée sans pouvoir y jouer vu que le stand de l’éditeur était toujours plein, ce qui est généralement bon signe.

Erune est un projet ambitieux qui tente, comme d’autres l’ont fait sans beaucoup de bonheur auparavant, de réconcilier le jeu de plateau (à tendance jeu de rôle) et la technologie connectée. Si vous êtes de ceux qui ne supportent pas le moindre gadget électronique lors de vos parties, cela risque de ne pas trop vous plaire. Ceux qui voudront bien donner sa chance au produit, comme on dit dans le milieu des marketeux, verront un jeu ultra classique dans ses mécaniques, mais très novateur dans la façon de les mettre en œuvre.

Il s’agit d’un jeu d’aventure, un dungeon crawler des plus banals, avec exploration de pièces, combats contre des vilains-pas-beaux à grands lancés de pelletés de dés, ramassage de loot, etc… C’est un dungeon crawler avec Overlord. Ne fuyez pas tout de suite, attendez un peu ! La force du jeu (ou l’élément rédhibitoire, selon les personnes) provient de ce que tout est régit par une intelligence artificielle, à laquelle on peut poser des questions par la voix. Elle connait toutes les règles, les caractéristiques de tous les monstres, objets, armes, sorts, bref, tout ce qui compose l’univers du jeu. Pour obtenir un renseignement sur un élément, il suffit de poser la question et une voix féminine vous répond.

Tous les textes d’ambiance sont également lus par cette même voix, mais il est prévu de les faire enregistrer par des comédiens professionnels. Ces interactions avec l’AI se font via un smartphone ou une tablette et le grand intérêt du système est que l’Overlord découvre l’histoire en même temps que les autres joueurs. Il a des objectifs à atteindre pour remporter la partie et il devient donc un joueur comme les autres.

La direction artistique du jeu ne fera pas date dans le domaine. En tous cas ce qui est montré sur la page de campagne. À titre personnel, je trouve que c’est un peu fade, mais peut-être est-ce appelé à évoluer. Les figurines sont par contre très sympas, ceci compensant cela. Deux pledges sont proposés, le premier comprenant la core box est à 90 € et le deuxième y ajoutant une extension pour 140 €. Les frais de port sont dans la fourchette basse de ce qui se pratique actuellement avec 12 et 14 € seulement (actuellement 78 500/45 000 € et 645 soutiens. Fin le 19 mars).

 

the-ming-voyages-boitefr The Ming Voyages and The March Of Progress par 2Tomatoes est une campagne pour deux jeux pour deux joueurs, différents dans leur mécaniques mais similaires dans leur approche : aisé à transporter car matériel minimal. Ils continuent d’ailleurs la série Pocket Campaigns de l’éditeur, initiée par The Cousin’sWar.
 
The Ming Voyages prend place dans la chine de l’Empereur Ming (celui des vases). L’un des joueurs est l’Empereur qui va tenter de faire effectuer à sa flotte sept voyages pour ramener des trésors, l’autre joue trois factions barbares qui cherchent à envahir la Chine par ses frontières terrestres. Le tout est à base de cartes et de dés. Seul l’Empereur tire de nouvelles cartes, les mains sont échangées the-march-of-progress-boiteà chaque tour et l’Empereur est donc en permanence au courant de ce que possède le barbare, l’inverse n’étant pas vrai. Les dés servent à résoudre les combats. A noter que ce jeu possède un mode solo.
 
Changement radical de thème avec The March Of Progress qui va simuler les conquêtes de territoires de différentes guerres européennes, de la Guerre de Trente Ans à la Seconde Guerre Mondiale. A chacune de ces guerres correspond un scénario et des ajustements de règles. Le jeu est également à base de cartes. Chaque joueur a une main de 8 cartes Action (Déplacer, Attaquer, Recruter, etc…). Chaque joueur choisit simultanément 1 carte, la révèle et effectue l’Action. Les autres cartes sont défaussées. Pour récupérer ses cartes, et donc pouvoir en rejouer, il doit jouer la carte « Scoring ».
 
Chaque jeu est à 18 € avec des frais de port à 4 €, les deux sont à 34 € avec des frais de port à 5 €. Les deux jeux sont disponibles en français (actuellement 16 800/12 500 $ et 490 soutiens. Fin le 16 mars).
 
 
 
separateur-1

Et s’il vous reste des sous…

 

klimato-box-art ► fr Klimato par Yoann Brogol est un jeu à tendance écolo dont le but est de transformer des villes pour les rendre le plus écologique possible. Il faudra combiner des ressources pour construire des bâtiments et remplir des missions pour engranger les points de la victoire. Le tout est à base de cartes aux illustrations épurées, c’est pour 2 à 5 personnes à partir de 8 ans. La campagne ayant atteint les 200 %, le jeu sera fabriqué selon le label environnemental FSC qui garantit la gestion durable des ressources utilisées. Ha oui, c’est sur Ulule (actuellement 4 050/2 020 € et 195 soutiens. Fin le 20 mars).

goetia-nine-kings-of-solomon-box-artGoetia : Nine Kings of Solomon  par Demonic Games est un eurogame pour 2 à 4 joueurs à base de placement d’ouvriers et de gestion de ressources dans lequel vous allez chercher à contacter, conjurer et adorer des démons parmi neufs recensés dans le Lemegeton Clavicula Salomonis, un traité de magie rituelle du XVII siècle. Vous ne serez pas étonné si je vous dit que la direction artistique est plutôt « dark » et qu’elle brille par l’absence de licornes aux couleurs chatoyantes. L’unique pledge est à environ 45 € (480 SEK, la couronne suédoise), auxquels il faudra ajouter entre 8 et 14 US$ de frais de port (si si, des SEK et des $. Votre banque va adorer 😉 ). Ce n’est pas financé à l’heure où j’écris ces lignes, mais ça devrait l’être sans trop de problème (actuellement 119 730/166 000 SEK et 288 soutiens. Fin le 19 mars).

 la-résistance-box-art La Résistance par Flying Pigs Games est un jeu de Mark H. Walker, un auteur de wargames aussi confidentiels que bien notés par les connaisseurs. Ici, nous avons à faire à un jeu de placement de dés pour 3 à 5 joueurs sur le thème de la Résistance (on s’en serait un peu douté). Présenté par son auteur comme un mix du Yatzee et de King of Tokyo, avec du « pan ! Dans ta mouille ! » dedans et beaucoup d’interaction entre les joueurs.
 
En gros, on lance des dés et on cherche à les placer au mieux sur des cartes missions, chaque groupe de Résistants (chaque joueur donc) cherchant à mettre les bâtons dans les roues des autres. Bon, vous imaginez bien que c’est un peu plus subtil que ça, mais je ne suis pas sûr que cette vision du combat contre l’occupant soit très fidèle (même si je ne doute pas un instant qu’en certains endroits cela se soit passé ainsi, surtout dans les derniers mois quand une palanquée de collabos se sont trouvés subitement une âme de chevaliers blancs. Mais je disserte). Pledge à 20$, 30 pour la version Deluxe avec des dés custom, playmat en add-on à 10 $ et 15 $ de frais de port. C’est uniquement en anglais et c’est financé (actuellement 7 700/6 000 $ et 230 soutiens. Fin le 18 mars).
 
gladius-box-artfr Gladius par Cat Quartet Games  est un jeu de cartes sur le thème des combats de gladiateurs dont le thème un tantinet violent est contrebalancé par une direction artistique toute choupinette. C’est surtout un jeu qui a d’ores-et-déjà reçu une tripotée de prix divers et variés en 2018 et 2019 en tant que jeu indie.
 
Les joueurs sont des spectateurs de combats de gladiateurs qui vont parier sur les victoires ou défaites des combattants en cherchant sournoisement à agir en coulisses pour modifier l’issue des joutes en leur faveur. Bien sûr, le plus riche à la fin gagne. La campagne tourne bien et a permis de débloquer la traduction du livret de règles et du PnP en plusieurs langues, dont le français. Le prix du pledge est à 25 $, auxquels il faudra en ajouter 10 autres pour le recevoir chez vous. Vous pouvez aussi vous contenter du PnP pour 10 $ (actuellement 53 000/8 000 $ et 1 790 soutiens. Fin le 19 mars).

verdun-1916-steel-inferno-box-artfr Verdun 1916 : Steel Inferno par Fellowship Of Simulation est un wargame card driven qui vous fera revivre la période de la bataille de Verdun, un joueur côté français et bien entendu l’autre côté allemand. Sont proposés un scénario d’introduction, deux scénarios courts jouables en une courte session et une campagne jouable en un après-midi. Le point fort du jeu est sa direction artistique, toutes les illustrations étant l’œuvre du dessinateur de BD Tardi, auteur de Putain de Guerre, C’était la Guerre des Tranchées et Le Dernier Assaut. Plusieurs pledges sont proposés, allant de celui de base à 69 € jusqu’à ceux proposant un ou plusieurs playmats néoprène (139 € pour le plus gros). Le jeu est disponible en français (actuellement 40 700/7 000 $ et 420 soutiens. Fin le 16 mars).
 
ark-awakening-box-artArk : Awakening par Skyport Games est un jeu sur un thème SF aux mécaniques de placement d’ouvriers, de contrôle de zone, de construction de moteur avec un peu d’exploration. Vous vous réveillez dans ce qui semble être votre chez vous mais qui s’avère être un module de la taille d’une ville faisant partie d’un gigantesque vaisseau extraterrestre : l’Arche (le plateau de jeu). Votre but va être d’explorer ce vaisseau et chacun des modules qui le composent (des tuiles qui forment le plateau de jeu), exploiter les ressources nécessaires pour réveiller le reste de votre faction, collectez des artefacts extraterrestres et enquêter sur la raison pour laquelle votre faction se trouve dans cette Arche.
En plus du mode compétitif « Awakening », le jeu propose un mode compétitif « Fallout », un mode solo et un mode collaboratif qui peuvent être joués contre un joueur ou une IA automa.
 
La direction artistique est très sympa, les illustrations ne sont peut-être pas hyper originales mais au moins sont-elles bien faites et permette de se plonger dans le thème. Les ouvriers sont de jolis meeples custom avec des formes différentes pour chaque faction. Une version Premium du jeu remplace les cristaux colorés des ressources en vrai plastique par des meeples également custom en vrai bois d’arbre.
 
Deux pledges sont proposés. Un de base à 33 €et un deuxième, le Premium dont j’ai parlé plus haut qui offre, en plus des meeples ressources custom, deux plateaux joueurs et le matériel pour un cinquième joueur. Les frais de port se situeront entre 13 et 17 € (actuellement 29 500/14 000 $ et 820 soutiens. Fin le 26 mars).

 
 
 
 
separateur-1

Ils débarquent cette semaine

 

who-goes-there-box-art► Who Goes There V2 par Certifiable Studios – le 02 mars
Reprint en version revue et corrigée d’un jeu très inspiré du film The Thing. Nouveaux évènements, nouveaux personnages et proposition d’un kit d’upgrade pour les possesseurs de la première version.
 
 
 
 
 
lander-box-art► Lander par Intrepid Games – le 03 mars
Le thème désormais éculé de la colonisation de mars se voit une nouvelle fois utilisé par un jeu de contrôle de zone qui s’annonce adaptable en temps de jeu par joueur selon 3 niveau
 
 
 
 
 
 
mint-control-boite► fr Mint Control par Five24 Labs – le 03 mars
Petit dernier de ce qui est désormais une gamme à part entière. On aborde cette fois le gameplay du contrôle de zone. VF par Lucky Duck Games.
 
 
 
 
 
steam-watchers-box-art► fr Steam Watchers par Mythic Games – le 03 mars
La bande à Léo nous revient avec un eurogame 3X dans un univers post-apo-frigo qui fait méchamment saliver du monde depuis que son existence à été révélée. Ça devrait envoyer du lourd.
 
 
 
 
 
 
chronicles-of-crime-1400-box-art chronicles-of-crime-2400-box-artchronicles-of-crime-1900-box-art► fr Chronicles Of Crime Millenium par Lucky Duck Games – le 03 mars
Trois standalones sur trois périodes historiques différentes : 1400, 1900, 2400.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
matchbox-collection-banniere-ks► Matchbox Collection par Thundergryph Games – le 03 mars
Après les boîtes de menthe, voici les boîtes d’allumettes. Une série de 5 jeux uniquement disponibles via Kickstarter.
 
 
 
 
 
 
viscounts-of-the-west-kingdom-box-art► fr Viscounts Of The West Kingdom par Garphill Games – le 03 mars
Troisième et dernier volet de la trilogie des « Of The West Kingdom ». On est toujours dans de la pose d’ouvriers thématisé moyen-âge.
La version française sera proposée par Pixie Games.

 

 

 
museum-pictura-box-art► fr Museum : Pictura par Holy Grail Games – le 03 mars
Jeu de collection dans l’univers de Museum où les joueurs endossent le rôle d’un conservateur de musée d’art.
 
 
 
 
 
 
steampunk-rally-fusion-box-art► Steampunk Rally : Fusion par Roxley Games – le 04 mars
Extension stand alone pour ce jeu de course bénéficiant d’une belle côte de popularité.

 

 

 

 

separateur-1

Légende des symboles utilisés

coeur rouge: Désigne les campagnes conseillées par Shanouillette.

coeur bleu: Désigne les campagnes conseillées par Gougou69.

fr: Désigne les campagnes dont tout ou partie des éléments sont en français.

€ : Désigne les campagnes particulièrement intéressantes sur le plan financier.

Attention 2: Désigne les campagnes que nous déconseillons fortement.

Le lexique du participatif

  • Add-on : (Nom m.) Ajouts optionnels et néanmoins payants proposés au cours de la campagne. Cela peut-être des packs de figurines, des extensions, des dés plus jolis, mais aussi des objets beaucoup plus dispensables tels que des t-Shirts ou des mugs, voire des pin’s (si si !). Dans tous les cas, les sommes collectées par ce biais participent à l’augmentation de la cagnotte et à atteindre les paliers des stretch goals.
  • Backer [bakeur] : (nom m.) Aussi utilisé, « pledger ». Personne qui avance de l’argent pour la réalisation d’un projet dont la campagne est en cours.
  • Box Upgrade : Modifications apportées tout au long de la campagne (souvent dans le cadre des stretch goals) qui permettent d’améliorer la qualité du matériel du jeu (cartes plus épaisses, carton de la boîte plus fort, dés spéciaux, etc…).
  • CAD$ : Dollars Canadiens (cours bien inférieur au Dollar US)
  • Campagne : Période au cours de laquelle le projet est proposé au souscripteurs. Généralement de 2 à 4 semaines, mais cela peut être moins ou beaucoup plus. Cette durée n’est pas anodine et ne doit pas être choisie au hasard par le porteur du projet. En effet, de celle-ci dépend la forme et la dynamique de la campagne.
  • CMoN : Initiales de l’éditeur “Cool Mini or Not”. Afin de briller en société et avoir l’air du mec (ou de la meuf) qui s’y connait, on le prononcera “Simone” (oui, comme la tata du même nom) et on proscrira les “kmone” ou, pire, les “komone”.
  • DPG : Initiales de l’éditeur “Devil Pig Games”.
  • Early Birds [eurli beurdz] : (Nom m.) Rien à voir avec des oiseaux qui arriveraient en avance. Il s’agit d’un nom poétique donné au pledge à prix réduit (généralement quelques dollars) ou avec un bonus proposé parfois aux tous premiers souscripteurs d’une campagne.
  • FdPI : Initiales de « Frais de Port Inclus »
  • KS : Contraction de KickStarter, la plus grosse plate-forme de financement du monde connu.
  • KS Exclu : Acronyme regroupant tout ce qui est proposé lors d’une campagne et qui lui est exclusif. Par exemple, un add-on ou un stretch goal « KS Exclu » ne se retrouvera jamais dans le commerce et ne pourra plus être acquis en dehors de la campagne. Mais certains porteurs de projets ont des notions bien personnelles de la signification du terme « exclusif ».
  • Mougeon : (Nom m.) Race animale grégaire endémique sur Kickstarter, mi-mouton mi-pigeon. Les spécimens qui la compose ont pour particularité d’avoir, au cours de certaines périodes de l’année qui correspondent peu ou prou à la durée des campagnes de financement les plus en vue, une capacité de discernement inversement proportionnelle à la taille de leur compte en banque.
  • Pledge [plèdj] : (Nom m.) Niveau de soutien proposé lors d’une campagne. Par extension, somme d’argent versée pour y accéder.
  • Pledge groupé (ou PG) : (Nom m.) Regroupement des participations de plusieurs soutiens géré par une personne, généralement pour diminuer (parfois drastiquement) les frais de port et après négociation avec le porteur du projet.
  • Pledger : [plédjé] (Verbe) Action de sélectionner un niveau de soutien et d’autoriser le débit de son compte de la somme correspondant en cas de réussite de la campagne.
  • Pledger : [plédjeur] (Nom m.) Voir « Backer ».
  • PnP : Initiales de « Print and Play ». Il s’agit d’un fichier (généralement PDF) gratuit ou payant, permettant d’imprimer les composants du jeu qui s’y prêtent et ainsi de le tester avant la fin de la campagne.
  • Reboot [rebout] : Deuxième (voire plus) lancement d’une campagne qui a précédemment échoué à être financée. En général, le porteur du projet essaie à ce moment là de corriger les erreurs qui ont mené à l’échec, mais pas toujours…
  • Reminder [wemeyndeur] : Option qui vous averti par mail de l’entrée d’une campagne dans ses dernières 48 heures et vous permet ainsi de juger de la pertinence d’y participer. Utile lorsque l’on est pas certain d’être intéressé en l’état en début de campagne.
  • Reprint : Nouveau tirage d’un jeu qui fait parfois l’objet d’une campagne participative.
  • ROW : Acronyme de “Rest Of the World”. Indique l’ensemble des zones géographiques concernées par des frais de port qui n’ont pas été déjà détaillées.
  • SG : Contraction de « Stretch Goals » (voir explication de ce terme).
  • Stretch Goals [strètch golz] : Paliers de financement qui, lorsqu’ils sont atteints, débloquent un ou plusieurs éléments supplémentaires venant généralement enrichir le jeu. Lorsque ces stretch goals sont spécifiques à la campagne et lui resteront exclusifs, on emploie l’expression acronyme de « SG KS Exclus ».
  • UE Friendly : Définit un projet dont le porteur s’est assuré que les colis de son jeu arriveront dans notre boîte aux lettres sans surcoût lié au passage en douane.

separateur-1

 

 

   

7 Commentaires

  1. Photo du profil de P'Ti RouZ
    P’Ti RouZ 03/03/2020
    Répondre

    Salut,

    Super résumé comme d’habitude.

    Es tu sur que les Lucky Duck Games vont le faire en Français en même temps, car je les ai entendu dire que comme c’était proche de la livraison de Mint Cooperative, il ne le ferais pas tout de suite.

    Christophe.

    • Anko 03/03/2020
      Répondre

      Je plussoie en copiant-collant :

      « Nous avons également reçu des messages à propos de Mint Control qui sera lancé sur Kickstarter en mars 2020. Nous localiserons probablement ce jeu mais pas en même temps que la campagne KS. Nous estimons de notre côté que c’est trop tôt puisque nous ne vous avons pas encore livré vos pré-commandes pour Mint Works, Delivery et Coop.

      Nous vous tenons informés.

      La Team Lucky Duck Games »

      • Photo du profil de Gougou69
        Gougou69 03/03/2020
        Répondre

        J’ai marqué que la VF sera faite par les Canards Chanceux, mais c’est vrai que j’aurais du préciser que ce ne sera pas au cours de la campagne. Dans ma tête c’était évident, j’ai juste oublié que tous les lecteurs ne sont pas dans ma tête 😉

  2. Opack 03/03/2020
    Répondre

    Salut ! Sauf erreur de ma part, je n’ai pas vu de mention à Undercover Turbo Duckies dans cette chronique. C’est bien dommage y a-t-il une raison particulière à ça ?

    (désolé par avance si c’est un loupé de ma part et que je n’ai pas vu le passage correspondant dans les articles précédents, mais j’ai aussi cherché sur le site )

    • Photo du profil de Gougou69
      Gougou69 03/03/2020
      Répondre

      Oui, il y a une raison. Toujours la même d’ailleurs. Cette chronique est une sélection, donc il y a pléthore de campagnes dont je ne parle pas. Ce pour plein de raisons diverses, certaines totalement subjectives et d’autres très objectives, le manque de temps n’étant pas la moindre.

      • Photo du profil de Opack
        Opack 05/03/2020
        Répondre

        OK OK, pas de soucis 😉 C’est en effet le principe d’une sélection : tout n’y apparaît pas. Je trouvais le jeu sympa et je l’ai backé, mais je crains qu’il n’arrive pas à être financé, et comme il est sur Ulule j’avais peur que ça soit passé sous votre radar; mais s’il a été écarté c’est autre chose. En tous cas pas de problème avec le principe de sélection 🙂

      • Tasslehoff 09/03/2020
        Répondre

        En fait, tu devrait ajouter une rubrique intitulé « les projets que je n’ai pas sélectionné par choix ou par passage de coté » avec comme texte « ajoutez dans les commentaires votre propre sélection que vous souhaitez mettre en lumière »

Laisser un commentaire