MEOWTOPIA : Le kawaï, c’est la santé

Appelez ça le destin, le hasard, l’alignement cosmique ou la chance, il se passe quand même des trucs inexpliqués au cœur même de votre quotidien. Si, si. Tout peut arriver à n’importe quel moment. Souvent c’est de l’évènement mineur : la caisse du supermarché que vous avez choisi est l’antre du monstre sans cervelle qui a oublié ses sous !  La personne devant vous achète la dernière baguette de pain, une voiture s’en va au moment même où vous cherchez une place… voyez, l’étrange est à nos portes.

Pourquoi je vous parle de ça ?

Prenons Meowtopia.

L’histoire commence un jour où Rémi, le boss de Runes éditions se promène sur les sites de jeux de la planète. Par hasard, il y croise quelqu’un que nous connaissons, du moins de nom, Mr Sathimon aka l’homme des traductions, qui lui conseille de jeter un œil sur un truc nommé  Jungle Rumble.

 

meotopia vo

Ce « truc » deviendra Meowtopia.

 

Meowtopia est un jeu trompeur. Personnellement, avant d’y jouer, je l’avais regardé du coin de l’œil. La petite ville de Chaton city avec ses félidés kawaï me laissait dubitatif. Runes, l’éditeur, avait auparavant sorti deux bons jeux (Kings & Assassins puis Harald) ce qui faisait pencher la balance du bon côté. Mais franchement, « réveiller des chatons »,  on a vu mieux pour piquer la curiosité des gamers ! 

Un risque assumé, comme l’explique Rémi : «  le thème était original pour un jeu de gestion, qui sont plutôt assez austères. La question s’est posée de changer le thème, mais je trouvais plus sympa et original de conserver le thème des chatons, tout en étant bien conscient que c’était un risque. Mais nous avons beaucoup communiqué et le jeu a trouvé son public.

Nous avons quand même refait les visuels pour que le jeu soit plus avenant, et en avons profité pour exploiter à fond le thème des chatons ».

 

 

P1040271

 

Le jour arriva où nous pûmes (oui, je sais) nous asseoir autour d’une table pour essayer ce jeu. J’aime ces moments, lorsque vous ne vous attendez à rien, et que vous sortez ravi. Tout s’éclaire, et même ces chatons  deviennent une évidence, les illustrations de Lo Reine (l’est elle ?) fonctionnent parfaitement avec le jeu.

 

 

MEOW T’AS  MIS LA BOITE ?

Si les illustrations brossent d’entrée le décor, le matériel y contribue lui aussi fortement. Que ce soit les petites tuiles champs, les bâtonnets rivière, les jetons ou les plateaux individuels, tout est mignon. Le matériel est agréable à manipuler et les indications, tour de jeu et logos, sont aisément compréhensibles. Cette clarté se retrouve dans  un livret aux explications simples.

 

P1040279

Le plateau principal, dispensable, si ce n’est pour les informations de comptage des points

 

Récapitulons. Vous avez acheté ce jeu parce que votre fillette fan de Mon petit poney vous a fait une scène et vlan, vous voilà avec un petit jeu de gestion sur les bras, car, au bout du compte, Meowtopia aurait plutôt des accointances du côté de Puerto Rico et d’Agricola.

Quoi ! vous exclamez-vous. Ben oui.  Dans ce jeu, vous êtes en charge d’un village où il faut gérer la journée de vos ouvriers qui, après avoir travaillé, vont dormir, se rêvent commerçant, demandent à être nourris et, de ce fait, vous forcent à irriguer des champs qu’il vous faudra agrandir ! Le rêve choupi vient de voler en éclats.

 

P1040282

les belles illustrations des plateaux individuels

 

MÉTRO, BOULOT, CROQUETTES

Au début de la partie, chaque joueur se voit confier 2 chatons, un plateau individuel, deux champs, 1 bâtonnet d’irrigation, 1 sou et 4  nourritures.

La vie du chaton suit le cycle du soleil et vous rappellera sûrement quelque chose.

 

Driiiing c’est le matin : le joueur réveille ses chatons, en leur offrant un petit déjeuner.

Tous les chatons sont déjà levés, le joueur n’a pas à les réveiller, il gagne donc une nourriture. Un seul chaton dort encore, il peut le réveiller gratuitement. Tout le monde dort, il va falloir mettre la cafetière en route et payer une nourriture par employé si on veut les voir debout. On peut aussi les laisser dormir, par choix ou manque de nourriture.

 

Les commerçants se lèvent tôt et c’est le matin qu’ils font des affaires. Vous pouvez à ce moment donner au(x) commerçant(s) en place une pièce ou une nourriture. Attention, chacun étant spécialisé, vous ne pourrez pas panacher par la suite.

 

P1040299

les commerçants sur la gauche se spécialisent et sont coincés dans leur boutique. A droite, ouvrier endormi et actif

 

La journée, les chatons vont au turbin.

C’est la phase la plus dense du jeu. Elle concerne aussi bien le joueur actif, que ses adversaires. Le joueur choisit une action. Pour la réaliser, il bascule un chaton sur sa face sommeil, deux s’il veut la répéter… Ses adversaires ont alors le choix de suivre en copiant l’action (une fois) ou de réveiller un de leur chaton. C’est un moment crucial dans le choix de sa tuile action. On essaie toujours de laisser le moins de possibilité aux autres, même si nos propres intérêts priment. Si l’on peut conjuguer les deux, c’est mieux.

 

P1040304

Les 5 actions possibles de Meowtopia

 

C’est durant cette phase que vous allez pouvoir recruter d’autres chatons, acquérir des canaux d’irrigation, de nouveaux champs, de la nourriture ou des sous… Vous pouvez passer et gagner de la nourriture.

Il faudra trouver votre propre rythme pour avoir toujours un chaton prêt à bondir sous peine de voir une action dont vous avez besoin vous échapper. Et perdre un tour pour la réaliser plus tard. Debout, couché, debout, couché, au boulot. Pfff !

 

Le soir, le chaton mange. C’est bête et ça fait mal. Comme dans tous ces jeux où l’on nourrit ses ouvriers, la nourriture part à une vitesse folle et l’erreur (oups j ai oublié de faire les courses !) coûte cher (de la perte de chatons à la prise de jetons malus). Le moyen de parer à ce stress : agrandir ses champs et construire des canaux d’irrigation. Mais pendant ce temps là, on ne fait pas autre chose… Aaargh ! Voilà pourquoi il faut profiter des actions des autres pour pallier les petits soucis et ce concentrer sur ce que l’on veut vraiment. Enfin, c’est plus facile à dire qu’à faire…

  À la fin de la manche, les tuiles actions non sélectionnées se voient gratifiées d’un jeton  nourriture. Les voilà soudainement plus intéressantes !

 

 

CHAMP MÉ !

Lorsqu’un joueur achète le dernier champ, le dernier canal d’irrigation ou  recrute un septième chaton, on achève la manche en cours et on procède au décompte.

 

P1040291

Plateau individuel après quelques tours. Le plateau intègre l’aide de jeu en son centre.

 

Les points sont comptabilisés pour les chatons, les champs irrigués, les réserves d’or ou de nourriture et les ressources (pièces et nourritures) des commerçants…

Un chaton rapporte 3 points, un canal suivant sa position 1 ou 2 points, chaque sous chez un commerçant 3 points, chaque nourriture chez un commerçant 2 points, chaque sous dans la réserve 1 points, chaque paire de nourriture 1 points. Moins les jetons malus.

 

 

Grâce à vous le maire de Meowtopia peut partir à la retraite, la ville est en de bonnes mains.

 

Variante experte :

 

P1040308

 

On joue de la même façon, mais le joueur actif effectue une des deux actions et les autres celle qui reste. Cela ajoute un peu plus de réflexion dans les choix des joueurs.

 

UN JEU QUI A DU CHIEN

Maintenant que j’y ai joué, je ne me pose plus la question du thème et de l’ambiance. Je peux comprendre que ça bloque, comme le disait Jim (23/02/2016) sur ce même site «  Mewtopia, un village de chats, brr… l’enfer sur terre a donc un nom !!!! ».  

Je dis ça, je dis rien, c’est avec ce jeu que Runes a commencé à faire parler de lui. L’éditeur est maintenant « un peu plus connu, que ce soit du public, des professionnels, des auteurs… un peu plus sollicité, un peu plus suivi… Une évolution logique avec le temps, le travail, la présence en festival… »

 

Je parlais de Puerto Rico au début de cet article, à propos des tuiles actions que se partagent tous les joueurs, je pourrais citer un autre gros jeu comme Manhattan Project pour la phase de récupération de ses ouvriers, et surtout le timing qui en découle. Car s’il y a bien un point à appréhender c’est le timing : à quel moment réveiller, mettre en sommeil… Si vous arrivez à avoir un roulement entre vos ouvriers et n’avoir aucun temps mort, vous prendrez un avantage certain. Les autres chatons, rusés qu’ils sont, choisiront les actions qui vous intéressent au moment où vous serez démuni et que vos employés seront endormis. C’est le jeu. Et c’est ainsi qu’il se gère. On pourra lui reprocher, malgré la possibilité de copier les actions des autres, un manque d’interaction. On ne bloque pas les autres, on construit dans son coin, c’est réellement un jeu d’optimisation et de gestion.

 

P1040318

le chat viking, perso promo du jeu

 

Je passe rapidement sur la nourriture, élément à ne pas ignorer, vous vous en rendrez compte très rapidement.

 

Une petite astuce : faites vivre le petit commerce ! Perdu dans les méandres du développement personnel et de son personnel, de construire des canaux pour nourrir, on oublie bien volontiers le commerce. Il est vrai que c’est pénalisant, un chaton bloqué derrière son comptoir, c’est une action en moins. Que nenni, la force du commerce rapporte en fin de partie. Vous ne pourrez pas dire que je ne vous ai pas prévenu.

Après cet article, j’espère vous avoir convaincu que Meowtopia mérite plus qu’un sourire en coin et un a priori. Ce jeu rapide (et léger) propose de vrais choix et une vraie stratégie ainsi qu’une adaptation permanente au jeu de vos adversaires. Chaque décision est cruciale et comme je l’ai dit, trouver le rythme à adopter est essentiel.

Un jeu faussement enfantin à découvrir si vous aviez fait l’impasse à son propos.

 

P1040312

Les personnages du jeu en vrai.

 

 

Meowtopia,

Un jeu de Eros Lin, Nightsorrow Chou, Zeldaaa Ling
Illustré par Loreine
Edité par Runes Éditions
Langue et traductions : Français
Date de sortie : 06-2016
De 2 à 4 joueurs
A partir de 10 ans
Durée moyenne d’une partie : 40 minutes

9 Commentaires

  1. Photo du profil de atom
    atom 12/05/2017
    Répondre

    Après ce Jp, mon intérêt s’est rehaussè. il manque une façon de les réveiller un peu plus brutale comme dans Anachrony (le coup de pied au …) ça le ferait parce que les chats c’est vraiment trop des branleurs.

  2. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 12/05/2017
    Répondre

    On aura beau me dire que le jeu est bon, une bonne mécanique servie par un theme qui ne me tente pas du tout, ça ne sortira jamais. Donc non 🙂

    Dans le rayon theme bizarre j’ai déjà Automania et CO2, tous 2 très bons, mais pas simple a sortir !

    • bibi 14/05/2017
      Répondre

      Se refuser à un jeu parce qu’on trouve le thème bizarre, je trouve çà bizarre 😉 Sortir du schéma fantasy/mythologie/SF/viking/samouraï/cowboy, ça me parait salvateur au contraire.

      • Photo du profil de Fred la loutre
        Fred la loutre 14/05/2017
        Répondre

        Ben la mécanique est une chose, mais le theme, l’immersion, et l’aventure proposée reste importante pour beaucoup de joueurs.

        Lorsque tu va faire une soirée jeux, ou tu propose des jeux à tes joueurs, il est tjs plus simple de proposer un jeu au theme vendeur qu’un jeu avec un theme nawak. Les joueurs vont avoir un effort à faire pour se projeter dans des regles, il faut eviter d’avoir à les projeter en plus dans un theme difficilement abordable.

        • Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
          TheGoodTheBadAndTheMeeple 15/05/2017
          Répondre

          voila exactement, c’est pas une question de refus, c’est une question qu’on n’y jouera pas chez nous, qu’il soit bon ou non ! Il y a une telle production ludique, que ça n’a aucune impact, sauf si le jeu est incroyable, ce dont je doute (il faudrait egaler Agricola, Concordia, Isle of Skye ou Ghost stories)

  3. Photo du profil de Angie
    Angie 13/05/2017
    Répondre

    Et pour boucler avec l’édito de la semaine, on écoute le « Nyan Cat » (hihihi). Ca donne envie, moi je trouve que ça change un peu l’univers,

  4. Photo du profil de Meeeuuhhh
    Meeeuuhhh 17/05/2017
    Répondre

    J’ai bien aimé ce faux petit jeu aux accents d’Agricola et de Puerto Rico (le dernier pour le mécanisme de choix d’action que tout le monde peut faire et le premier pour le travail des champs). Et le thème est rigolo et décalé.

     

    En plus, on peut manger ses chats ! C’est délicieusement affreux, non ?

     

    Alors non, en fait, on ne les mange pas : ils vont explorer au loin et nous envoient des souris ; mais ne reviennent jamais.

  5. snaketc 07/07/2019
    Répondre

    Je viens de l’essayer à 2 joueurs et ce n’est pas top. Il manque d’intérêt car moins d’action à jouer pendant le tour des autres. 

    • morlockbob 07/07/2019
      Répondre

      c’est vrai que c’est souvent écrit 2-4 ou 2-5 , mais  le jeu à deux est un art à part entière, rare sont ceux qui peuvent fair ele grand écart

Laisser un commentaire