Golem : Les mains dans la glaise avec Simone Luciani, Virginio Gigli et Flaminia Brasini

Dans la mythologie juive, un Golem est une créature animée, faite d’argile et de glaise, qui protège son créateur. Un thème original tout trouvé pour un jeu de société moderne, non ? Le golem dont nous allons parler ici a été façonné par trois paires de mains, j’ai nommé Simone Luciani, Virginio Gigli et Flaminia Brasini (oui oui, le même trio que Lorenzo le Magnifique).

Dans ce nouveau jeu, nous sommes des kabbalistes et nous allons malaxer la terre glaise et lui insuffler la vie pour la déplacer dans les rues de Prague… mais n’allons-nous pas perdre le contrôle de notre humanoïde, tel Frankenstein avec sa créature ?

 

version prototype du jeu

 

Dans Golem nous avons une synagogue en trois dimensions avec des billes de couleurs différentes. Ces billes vont se déverser dans un réceptacle et cela va avoir un impact sur les actions que nous allons jouer, ou plutôt sur leur coût.

Revenons à nos golems…

Pendant un tour de jeu, un joueur va collecter deux billes et réaliser les actions associées. La couleur n’influe pas uniquement sur le prix, avec la combinaison des deux billes vous allez pouvoir peut-être activer le pouvoir d’un personnage de la ville de Prague.

 

 

Cinq actions sont possibles. Vous pouvez d’abord faire travailler votre golem en payant avec du mana pour gagner des bonus en fonction du lieu où il se trouve. Vous pouvez aussi construire de nouveaux golems ou les faire évoluer (un peu comme des pokémons oui). Acheter de nouveaux artéfacts afin de gagner de nouveaux bonus. Enfin, vous pouvez lancer des sorts, parce que c’est cool (et que ça fait gagner des points de victoire en plus). L’action du miroir vous permet de réaliser l’action de votre choix (l’adaptation, mère de sureté), par contre, il faudra payer une pièce.

Comme dans Coimbra, la couleur de la bille vous permettra en fin de manche de faire avancer vos maîtres sur des pistes de la ville, cela aura son importance, car si un de vos golems dépasse un de vos maîtres, cela veut dire que vous en avez perdu le contrôle et là c’est la catastrophe ! Il va falloir le détruire, à moins que ça ne soit lui qui vous détruise… (aka perte de points de victoire probable).

Le système de billes de Lorenzo The Card Game

 

Nous aurons l’occasion de reparler de Golem quand il sortira de terre, ou plutôt des ateliers de Cranio Editions, d’ici 2021.

   

5 Commentaires

  1. Tihro 27/11/2020
    Répondre

    Hé! Mais ça claque grave, ce thème ! Original + Luciani, ça me donne envie de mettre les mains dessus dès que possible. Merci pour la news 😀

    • atom 27/11/2020
      Répondre

      Apparemment le jeu aurait aussi un aspect engine building, probablement que l’on va pouvoir booster nos golems, mais n’ayant pas la règle, je n’ai pas compris comment.

  2. ocelau 27/11/2020
    Répondre

    Merci pour l’explication du fonctionnement du jeu, je n’avais pas trouvé trop d’info. Très intriguant ces histoires de bille (pour la méca) et du golem (pour le thème). La couv’ est superbe , par contre le plateau j’accroche pas du tout (à part le fait qu’il soit ici présenté à l’envers), à voir en vrai (les visuels internet sont parfois trompeurs)

    • atom 27/11/2020
      Répondre

      Merci, j’ai modifié, j’ai pris l’image sur bgg et je n’avais pas fait attention qu’elle était à l’envers ^^

    • atom 27/11/2020
      Répondre

      Je pense que les billes c’est surtout un gimmick matériel, tu peux obtenir la même chose avec des dés, d’ailleurs j’ai visionné une vidéo ou les auteurs jouent sur le proto TTS et en effet ils utilisent des dés (apparemment le logiciel ne permet pas de modéliser des billes.

Laisser un commentaire