Clans of Caledonia, battre la campagne écossaise

Voici poindre à l’horizon un nouveau projet participatif sur lequel planche depuis un p’tit moment un certain Juma Al-Joujou – auteur allemand qui était derrière Green Deal en 2014 (5e meilleur jeu économique selon Vasel à l’époque) et fondateur de Karma Games s’il en est.

Dans ce Clans of Caledonia, vous vous retrouvez à la tête d’un clan écossais du 19e siècle et tenterez de faire du commerce et de l’exportation. Vous vendez au reste de l’Europe vos produits typiques tels que le whisky et le coton. Pour ce faire, il conviendra de mettre en place votre moteur économique sans perdre de temps.

 

Clans of Caledonia à deux joueurs

 


On joue ? 

Lors d’une première phase, les joueurs vont jouer à tour de rôle une action jusqu’à ce qu’ils décident de passer.
Quelles options s’offrent à vous ? Par exemple, vous pouvez envoyer vos pions Marchands au marché pour acheter ou vendre des biens (un seul type de bien à la fois). Sachez qu’on débute la partie avec 2 marchands en main mais si vous payez 4£ et utilisez une action, vous pourrez en embaucher un autre.

Vous pourrez aussi payer pour acquérir un contrat du plateau « exportation ». Le prix est déterminé par le tour de jeu, par exemple, et c’est notable, si vous en achetez un lors du premier tour, vous recevrez de l’argent au lieu d’en dépenser. Mais maintenant que vous avez un contrat, il faudra remplir cet objectif-là, en défaussant les biens demandés, avant d’en prendre un nouveau. Chaque contrat honoré vous affublera d’avoirs intéressants évidemment.

 

Coins

Autre option, se déployer en plaçant une unité (vache, mouton, champ, distillerie, boulangerie, fromagerie, Bûcheron ou Mineur) sur un espace vide de la carte, et payez-en le coût (à cet instant, bien entendu, il y a quelques règles de placement et autres restrictions à respecter). Si vous vous déployez à côté d’un hexagone où des unités adverses sont présentes, vous pourriez acheter des biens que ces unités produisent à un prix attractif. Le placement est essentiel, vous pouvez même cumuler ces avantages d’achat. Avoir des unités regroupées permet aussi d’engranger des points pour la fin. 

Si, après vous être déployé, vous avez placé vos 4 bâtiments d’un même type (soit boulangerie, distillerie, ou fromagerie) vous pouvez immédiatement tirer 3 tuiles de contrat d’exportation aléatoires de la pile pour en choisir une.

Port tiles

Visez les ports, ils donnent plein de bonus !

 

Autre possibilité, à votre tour, payer 4£ pour déplacer votre marqueur Expédition afin de booster votre portée d’expédition. Il vous est également possible d’améliorer vos ouvriers en payant 10£. En faisant cela, vous retournez la tuile technologie qui vous intéresse sur votre plateau perso. Tous les ouvriers concernés seront désormais plus productifs.

Voilà en quelques mots les actions des joueurs. Si à votre tour, vous ne pouvez plus jouer ou ne le souhaitez pas, vous passez la main. Plus vous passez tôt, plus vous serez haut dans le prochain ordre du tour et plus vous gagnerez des sous en compensation.

Après cette phase d’actions, on passe à la phase de production pure et simple. C’est à ce moment que les vaches produisent du lait, les moutons de la laine, les champs du grain, les boulangeries du pain (contre du grain), etc. La belle histoire de la vie sous vos yeux émus.

On parachève chaque manche par une phase de scoring. Chaque joueur reçoit des points en fonction de la tuile ‘scoring’ actuellement en cours, un peu comme dans Isle of Skye avec lequel Clans of Caledonia partage aussi la thématique et l’illustrateur.
Par exemple, un tour, vous pourriez marquer un point pour chaque bien de base que vous avez en stock. Un autre tour, ça sera 2 points pour chacun de vos ouvriers déployés, etc, etc.

FINAL Player Board

Plateau du joueur

 

Après que le dernier scoring ait eu lieu lors du 5e tour, on marquera les derniers points en fonction des biens et de l’argent qu’il nous reste, entre autres choses. Par exemple, le nombre de contrats honorés permet aussi bien sûr de grignoter quelques points substantiels, mais chaque joueur regarde aussi comment il s’est déployé sur le plateau (plus on a d’unités rassemblés dans une zone, mieux c’est).

 

La campagne de Karma

À savoir : les règles du jeu offrent une version deux joueurs qui propose essentiellement de réduire la carte, ainsi qu’un jeu solo et de nombreuses variantes.
Pour en savoir plus sur cet eurogame sans hasard manifestement inspiré par Terra Mystica, Voyages de Marco Polo (pour les contrats) ou encore Navegador (pour le marché), rendez-vous sur la page KS à partir de demain 15h ou sur la version Tabletopia.

 

Clans-of-Caledonia-tabletopia-small

Sur Tabletopia

 

Le tout est illustré par Klemens Franz, un habitué des campagnes écossaises comme nous le soulignions plus haut. Côté rejouabilité, sachez que chaque clan a ses particularités, le plateau est par ailleurs hyper modulable (16 différents set up sont possibles) et la variété des scorings semble bien assurer la pluralités des chemins vers la victoire. À noter : une édition premium proposée sur le KS permet d’adjoindre notamment 70 piécettes en métal.

 

Fiche de jeu 

Un jeu de Juma Al-JouJou
Illustré par Klemens Franz
Edité par (Self-published), Karma Games
Langue et traductions : Anglais
Date de sortie : 2017
De 1 à 4 joueurs
A partir de 12 ans
Durée d’une partie entre 30 et 120 minutes

 

 

   

2 Commentaires

  1. Grovast 25/04/2017
    Répondre

    Quand j’ai vu la couv’, j’ai cru que c’était l’extension d’Isle of Skye…

Laisser un commentaire