u03_barbecue_NJ1

Barbecue – Du grill au plateau

On a récupéré Barbecue en discutant avec Xavier Lardy à OctoGônes. Et Xavier Lardy c’est un mec qu’il est cool. La petite boîte couleur coppa nous a nargués, même si on a un bel été indien et qu’on pourrait tout à fait envisager d’en organiser. Et enfin, on a trouvé le temps (15 minutes) de la tester au bureau !

Particularité : le jeu est autoédité. Les marqueurs braise sont donc des billes plates rouges et les marqueurs fumée, des découpes de pvc noir. Et on peut commander le jeu via le site perso de l’auteur, ou s’imprimer sa propre version p’n p.

Une bien belle boîte, avec les sachets qu’il faut. Xavier Lardy a bien emballé sa bidoche. Et ça tient dans toutes les glacières.

 

C’est la merguez – merguez party !

Chaque joueur dispose d’un paquet de six cartes : deux brochettes (1 pt), deux côtelettes (2 pts), deux brochettes de saucisses (3 points). Et c’est tout. Un barbecue est installé, avec une longueur de 1 grille/joueur, avec des braises dessus.

Le but de Barbecue, c’est évidemment de cuire sa viande à point sans la faire cramer. Difficile dans certaines conditions, d’ailleurs. Parce que la braise sur le barbecue est en quantité limitée, tout d’abord, mais aussi parce que la graisse viendra s’écouler entre les grilles et flambera allègrement vos bidoches. Une viande doit cuire 3 fois pour être à point et avoir le droit d’être servie. Mais à quatre cuissons, c’est le drame, ça carbonise et la viande est perdue à jamais…

 

Tant qu’y a d’la braise, c’est pas fini !

Le tour est simple :

  • On fait cuire les grillades sur lesquelles se situe une braise en les tournant d’un quart de tour,
  • On pose ou retire une grillade (et on est obligé de faire l’un des deux si on peut),
  • On vérifie si ça froutche (si ça prend feu, et le terme donné par les règles est bien « ça froutche », si si),
  • On déplace une braise (optionnel) vers une de ses grillades ou vers le centre du barbecue.

 

Les cartes carbonisées occupent des emplacements, bien entendu…

Lorsqu’une carte est posée, elle froutche (et fait froutcher ses voisins) si la somme des valeurs des cartes est de 6 ou plus. Froutcher a deux effets : lorsqu’un groupe de grillades froutche, on fait cuire chacune des grillades une fois, puis on déplace un marqueur fumée sur une grillade adverse, empêchant ainsi qu’on les retire. Parce qu’on le sait bien, les grillades fumantes, ça pique les yeux et la fumée tourne toujours dans votre sens.

 

OMGWTFBBQ

La partie dure quinze minutes clés en main, avec cinq minutes d’explication de règle. On comprend immédiatement comment le jeu fonctionne, et les subtilités apparaissent dès le premier froutch. On crame les grillades des autres, on se met volontairement en danger avec une brochette puisqu’elle ne vaut qu’un point.

Après quelques tours de jeu. Le violet est mal barré, je vous le dis. Il a des côtelettes inaccessibles pour cause d’enfumage.

Les tactiques ne sont certes pas légion, mais Barbecue dispose d’un potentiel stratégique qui diffuse une bonne ambiance, d’une thématique bien ancrée dans les mécanismes de jeu. C’est un peu comme si Service Compris s’était passé de son habillage fantasy et de tous ses textes : le jeu est en plus très modulaire, avec sa grille de barbecue par personne.

Vraiment, Barbecue a de quoi séduire, et il ne manque qu’une version végétarienne (ooooh le vilain) pour satisfaire la rédaction à cent pour cent. L’expérience de jeu se fonde beaucoup sur des situation que l’on a tous connu : fumée dans la gueule, grillade qui ne veut jamais cuire parce qu’elle est au bord du grill, etc. Une très bonne ambiance, donc, doublée d’un jeu au thème accrocheur. Vraiment savoureux.

Merci Xavier Lardy. Maintenant, on a envie de s’organiser une merguez party…

Les grillades du joueur bleu.

   

Laisser un commentaire