Dice City : des dés, des cartes et des combos !

PARTIE DE

Photo du profil de Zuton

Zuton

Jeu :

Dice City

Nombre de joueurs :

3

Date de la partie :

02/01/2016

Durée de la partie :

180 minutes

Mode de jeu :

Compétitif

Avis sur la partie :

Les joueurs :

Photo du profil de Zuton

Zuton

Photo de Ludo Boy

France

Photo du profil de ChrisE38

ChrisE38


Les scores :


Compte rendu de la partie :

P1090024_600p450

La boite donne le ton ! L’intérieur est pourvu d’un thermoformage mais pas des plus pratiques.

À force d’insister lourdement auprès de Chris, j’ai enfin eu l’opportunité de jouer à Dice City cette après-midi, à 3 joueurs avec Chris et France ! Faut dire que j’avais repéré le jeu depuis la GenCon 2015 et le récent article de type Just Played d’Atom donnait déjà bien l’eau à la bouche

On découvrait tous les 3 le jeu, les explications sont plutôt limpides, tout comme le livret de règles super bien fait, aéré, avec une grosse police bien lisible !

P1090023_600p450 

Le livret est très aéré, pourvu de plusieurs d’illustrations et surtout rédigé dans une belle grosse police de caractère : appréciable !

Les illustrations sont bien sympas, proche de Imperial Settlers (car réalisées par la même studio coréen d’artistes).

Lorsque Chris me donne mon plateau personnel, surpris pas sa grandeur, je veux d’abord le mettre au milieu de la table pensant que c’est le plateau central ! Mais que nenni : on a chacun le sien ! La classe !

P1090008_600p450

Plateau personnel de grande taille

Certains pouvoirs des cartes sont sujets à interprétation comme par exemple la cathédrale : peut-on panacher entre la pierre et le métal pour obtenir les PV supplémentaires ? A priori, oui. D’autres cartes ne sont pas faciles à comprendre de prime abord, mais rien d’insurmontable, l’anglais étant très accessible et l’iconographie du jeu claire !

P1090006_600p450

Une aide de jeu bienvenue !

J’ai acquis une tour d’observation d’entrée de jeu qui m’a bien aidé à combattre les bandits toute la partie, puis une catapulte que j’ai peu utilisée. Attaquer un adversaire est moins lucratif que combattre les bandits mais permet de ralentir sa progression. On s’est au final rarement attaqués les uns les autres.

L’effet course est très présent et ce sur plusieurs niveaux : les bandits, les bateaux et les cartes à construire. L’offre s’épuisait sur ce dernier étal si bien que les bâtiments proposées en fin de partie n’étaient pas très attirants, pauvres en PV et avec plusieurs fois la même carte.

P1090007_600p450

Les cartes disponibles à construire

Rechercher la meilleure combo pour optimiser le placement de ses dés est très ludique et donne lieu à pas mal de réflexion, avec parfois quelque rembobinages ! Pas trop non plus, faut pas pousser : j’en ai fait les frais à un moment en effectuant une « bêtise » pénalisante mais joué c’est joué !

Le placement des cartes sur son plateau personnel oriente sa stratégie en recouvrant les bâtiments de base (voir des cartes). Heureusement, on peut déplacer un dé sur une case horizontale adjacente en sacrifiant un autre dé, mécanisme beaucoup utilisé pour optimiser ses actions et ne pas perdre de ressources en fin de tour (on ne peut conserver qu’une seule ressource de chaque type).

P1090013_600p450

Vue de mon plateau personnel proche de la fin de partie

On peut anticiper ses actions pendant le tour des autres mais il faut parfois s’adapter, comme par exemple si une carte convoitée s’en va ou bien si une pénurie de carte bateau / bandit survient juste avant son tour ou encore si on subit une attaque.

Les tours sont quand-même assez fluides , attention à ne pas jouer avec des joueurs souffrant du syndrome analysis paralysis, au risque d’une partie marathon !

J’ai donc recensé les différentes types de cartes suivantes :

  • les bâtiments verts générant les 3 ressources de base (bois, pierre, fer)
  • les bâtiments bleues qui donnent plus de contrôle sur nos actions par les dés
  • les bâtiments jaunes de type plutôt commerce boostant la génération de ressources
  • les bâtiments rouges militaires donnant de la force militaire pour attaquer les bandits ou ses adversaires
  • les bâtiments violets pour les machines à PV ou augmentant la défense

Ces choix ne sont pas sans rappeler les couleurs de Minivilles ou 7 Wonders.

P1090014_600p450

Vue d’ensemble aérienne !

J’ai engrangé les cartes bandits puis bateaux tandis que Chris a suivi une stratégie bâtiments violets sur la même ligne avec 3 cathédrales lui rapportant 3×6 =18 PV.

La carte bateau à 20 PV est extrêmement difficile à remplir puisqu’elle requiert 4 ressources de chaque type. J’ai failli y réussir avec le bazar (qui donne une ressource de chaque type) mais il me manquait une ressource. Personne n’y est parvenu. Cette carte très lucrative semble correspondre à une stratégie « full ressources » avec des bâtiments verts.

P1090019_600p450

Le décompte, c’est maintenant !

Chris met fin à la partie avec 3 lignes complètement remplies et nous procédons au décompte final. Chris empoche 48 PV grâce à tous ses bâtiments et notamment sa belle ligne de bâtiments violets dont 3 cathédrales. La totalité de mes cartes bandits et bateaux donnent exactement le même score.  La différence se fait donc sur les quelques points de victoire glanés ça et là et le décompte de mes bâtiments alors que Chris marque seulement 4 PV pour les bandits & bateau. France n’est pas loin derrière Chris et a suivi une stratégie similaire à la mienne avec plus de bâtiments jaunes de commerce mais avec un léger temps de retard qui ne pardonne pas par rapport aux nombres limités de cartes bandits et bateaux.

 

Je n’ai pas compté le nombre de tours joués mais je dirais une dizaine par joueur au pifomètre, donnant une durée de partie assez longue (2h30 explications comprises), mais normal pour une telle partie découverte.

 

Même si plusieurs stratégies sont possibles, je me demande si le jeu se renouvelle bien après plusieurs parties car j’ai trouvé que le jeu manquait de diversité au niveau des cartes bâtiments.

 

D’un autre côté, je pense que l’expérience de jeu pourrait s’avérer complètement différente selon la nature agressive ou pas des joueurs car il faudrait encore plus surveiller les bâtiments / placement des dés de ses adversaires dans un environnement plus belliqueux. Bref, il faut s’adapter.

 

P1090004_600p450

 

J’ai en tout cas beaucoup apprécié la partie, un bon mélange de gestion / développement / combos avec des dés + cartes, accompagné d’un effet course important. Mais bon, normal que ce jeu me plaise : ce genre de jeu, c’est plutôt ma came…

 

Plus d’infos sur le jeu : n’hésitez pas à consulter l’article Just Played Dice City : Dice Settlers d’Atom!