DESTIN DE VOLEUR : Pour sortir, il faut bien sablier

À force de voir des films de voleurs de haut vol, vous vous y croyez et, hop, vous décidez de pénétrer dans le Palais Royal. Trop la fête, il y a des brouzoufs partout. Et un mystérieux sablier… Là vous pensez « bon sang, ce serait idéal pour la cuisson des œufs ! ». Hélas ce sablier est mystique et il vous fait entrevoir le futur et le passé de vos actions. C’est foutu pour les œufs, mais avec ce don, vous allez pouvoir articuler vos décisions au mieux. 
Bon, maintenant, il faut sortir du Palais…

20201002_103908

Un petit air de Prince of Persia non ?

 

Destin de voleur (A Thief’s Fortune) est un jeu à combos où les cartes que vous récupérez vont déclencher des effets mais venir aussi bousculer la mise en place de celles que vous avez devant vous. Il faudra ainsi jongler entre trois espaces : Futur, Présent, Passé avec un rythme calculé.
Il s’agit d’un jeu grec imaginé par Konstantinos Kokkinis & Sotirios Tsantilas, édité par Artipia en 2018 et localisé chez nous par Super Meeple

 

Pour la visite du Palais, veuillez me suivre…

Les cartes sont divisées en trois familles : lieu / personnage / évènement. Chaque carte définit une zone de butin (un endroit que l’on retrouve sur le plateau central), sa capacité (à chaque fois qu’un évènement est posé dans votre Présent, obtenez un sablier ; payer deux gemmes pour obtenir deux points ; obtenez toutes les ressources d’une carte Futur et défaussez-la…), des Points de Victoire (PV) et un Avantage (un bonus se déclenchant sous condition). Les butins sont les ressources (gemme, lampe, sabre, sablier) auxquels nous ajoutons des jetons danger (malus).

Vous avez chacun trois lieux et trois espaces temps devant vous. Le présent est symbolisé par deux réglettes permettant de bien séparer les types de cartes (lieu/personnage/évènement). À votre droite ce sera la zone Futur, à gauche, le Passé.

 

cartes

les trois types de cartes, magnifiques, du jeu

 

Le Futur sert pour la production de ressources. À chaque fois qu’une carte est posée dans le Futur, toutes les ressources de sa zone « butin » vont être déposées avec (dessus). On pourra donc taper dedans. Attention, une fois la carte vidée de ses ressources, elle glisse dans la zone « Présent ». L’art du jeu réside dans le timing : la faire glisser au bon moment changera la donne pour vous.

Le Présent : Limité à quatre cartes par type, c’est là que l’on va activer personnage ou évènement, afin de récolter d’autres ressources, les échanger contre des PV ou des effets (rejouer une carte, la déplacer…) et se servir des pouvoir des lieux qui, eux, s’activent automatiquement si la condition est remplie (vos adversaires possèdent moins de deux dangers, ils en piochent un nouveau / prenez une ressource dès que vous posez un personnage…). Si une cinquième carte du Futur glisse dans le Présent, la carte la plus à droite de ce Présent ira dans le Passé.

Le Passé : les cartes conservées ici n’ont plus de pouvoir, c’est simplement la réserve à PV.

 

20201001_120337

Au centre le présent. A gauche le passé. A droite le futur (n’en tirez aucune conclusion)

 

Marty, quand est-ce qu’on part ?

Le tour de jeu se déroule en 6 phases et 5 manches.
À chaque début de tour, on pioche une carte de chaque type + deux cartes supplémentaires de son choix. Pour éviter trop de chance au tirage, on fait un draft de cartes, et on produit les ressources de son Futur en y posant des cartes. On choisit les ressources nécessaires à notre stratégie, on déplace les cartes vers le Présent si besoin et on réalise ses actions (jusqu’au moment où l’on passe) : activer ses personnages et ses évènements. C’est aussi le moment d’utiliser les jetons sabliers pour acheter une ressource ou passer et alors devenir premier joueur. 

On terminera par la phase de Corruption où il faut payer pour les jetons danger que l’on possède afin de ne pas perdre des PV. 
Cinq manches plus tard, le casse du siècle est terminé. Vous êtes encore dans le Palais ?

 

20200922_220045

Un plateau inutile servant surtout de piste de score

 

À noter que le jeu se pare d’un mode solo et d’une variante Futur commun où trois cartes lieu /personnage / évènement sont disponibles pour tous, avec leur ressources. Les joueurs peuvent donc récupérer ressources et cartes supplémentaires pour leur Présent.

Voler c’est pas beau, travailler c’est relou !

J’aime beaucoup la phrase qui détermine le premier joueur « le joueur qui a le plus récemment emprunté quelque chose sans le rendre devient Premier joueur ». Le petit blabla d’intro est amusant aussi et vous met dans le bain. On se dit qu’on a entre les mains un jeu bien cool. Le matériel et l’imagerie tapent juste, on a de très belles illustrations des cartes, les pictos sont très clairs et aérés, les jetons ressources agréables. La manipulation du jeu vous aide à passer un bon moment.

Là où le jeu peut surprendre (l’habillage faisant penser à un titre de chez Queen Games) c’est sur le fait qu’on est loin d’être dans un jeu familial. Pas expert non plus, mais une certaine pratique est nécessaire, si possible en Magic ou autres jeux d’optimisation/combos. Car le but est bien celui-là : trouver les meilleures combinaisons pour progresser plus vite et mieux que les autres. La première partie peut perdre les joueurs non habitués ou donner l’air d’un jeu brouillon qui traine en longueur. Avec une idée du déroulé et la connaissance des cartes, vous pouvez déjà mieux anticiper vos choix si vous refaites une partie.

 

dos carte

Dos de cartes travaillé, on apprécie

 

Le jeu se développe de manière exponentielle. Si au premier tour, on pose trois cartes avec un ou deux petits effets, cela va vite devenir serré dans le choix des cartes prises pour le Futur et celles qui vont glisser vers le passé. Si les lieux donnent un effet quasi permanent, ils ne rapportent pas grand chose. Le choix des personnages devra être équilibré, rapportant à la fois des ressources et les utilisant dans le même tour. Les évènements à usage unique devront, aux aussi, être utilisés au bon moment. On passe vite à une réflexion intense sur quoi prendre et dans quel sens activer ses cartes. On doit à la fois créer un moteur (je récupère/j’utilise) rapidement et, c’est le point fort du jeu, faire glisser les cartes (donc les sacrifier) vers le Passé pour se constituer une réserve de PV pour la fin de partie. Du « tableau building » intéressant, avec une structure originale. Mais certains y verront peut-être ici un frein à l’amusement : trop de manutention. Personnellement, cela ne m’a pas dérangé, on est dans l’esprit d’un jeu où on échange des ressources. Rien d’insurmontable.

Le bémol, inhérent à ce genre d’exercice, est une faible interaction entre joueurs. Si le draft de début de manche contredit un peu mon propos ou si certains effets permettent de taper sur le voisin (en lui faisant piocher des jetons gardes, ces jetons malus que vous devez annuler en payant un pot de vin), ils ne permettent pas non plus de dire qu’on joue ensemble. Chacun est complètement centré sur sa zone de jeu, essayant d’agencer au mieux ses ressources et effets. En prime, si vous vous ratez, vous allez trouver le temps long. Vous avez peu d’actions, vous n’avez plus qu’à regarder vos camarades jouer deux, trois tours de plus. Si vous en êtes là, il y a peu de chance que vous puissiez les rattraper et comme les manches se rallongent car on a plus de personnages, ça ne va pas s’améliorer.

 

20201002_104810

Les défis du mode solo

 

Destin de voleur nous aura donc surpris de par son niveau avec une première partie qui aura duré deux heures et demie. Si la mise en place n’est pas spécialement longue, la lecture des effets de cartes est plus fastidieuse, du moins à la découverte. Difficile d’entrevoir ce qui nous sera utile sur du moyen terme (car vous n’avez place que pour quatre cartes dans vos lieux et qu’il faudra se débarrasser de certaines). La partie suivante fut plus rapide et je ne doute pas de trouver une vitesse de croisière d’ici peu, si je joue avec les mêmes personnes. Quoiqu’il en soit le plaisir est au rendez-vous. Il faut juste savoir où on met les pieds pour ne pas se retrouver débordé ou à la traîne. Une visite du Palais s’impose, non ? 

 

 

Bandeau de l’article par Shenfeic

 

   

2 Commentaires

  1. Salmanazar 20/01/2021
    Répondre

    Et le jeu est en soldes un peu partout aujourd’hui !

    Si c’est pas un plan calculé avec l’éditeur ça 😉

    #theorie#complot

    • morlockbob 20/01/2021
      Répondre

      si l’article était sorti avant, le jeu aurait il évité d’être en solde…? Un doute m’étreint.

Laisser un commentaire