► E.D.I.T.O. : ça joue, on écoute

Vous êtes peut-être mélomane, sûrement joueur. Mais mêlez-vous les deux plaisirs ? Sha-man, à la rédac, a beaucoup de mal à écouter de la musique en jouant, “parce que ça l’empêche de penser”, tandis que que Fred, Shanouillette et moi mettons volontiers un petit air sur la platine en fond sonore. Et vous, dans quel camp vous situez-vous ? 

music

Dans le jeu de rôle, avoir une piste associée au bon endroit peut faire la différence : rendre une scène plus épique, plus sombre, plus joyeuse ou plus triste, permet d’amplifier les émotions des joueurs et ainsi de magnifier leur expérience. Outil non nécessaire, certes, mais vous savez ce qu’on dit : inutile, donc indispensable !

Cela vaut aussi pour le jeu de société : un Biblios accompagné de chants grégoriens ? C’est possible. Un New York 1901 au son des big bands (même si un peu anachronique) ? Pourquoi pas ! Des sites font très bien les choses pour cela avec des pistes instrumentales à gogo. Tabletop audio, par exemple est un site de référence, mais il n’est pas seul dans le genre, il y a aussi Melodice. Mynoise, lui, va plutôt chercher à émuler des bruits (blancs ou non) que de la vraie musique : ambiance de pluie, de forêt tropicale ou de vent, tout est là. Vous avez aussi les appli Syrinscape, celle dédiée au jdr ambiance med-fan (on a tout ce qu’il faut pour ambiancer des parties de jeux de rôle, avec ambiance donjon, auberge, etc), celle typée SF, et celle pour les jeux de société (la moins sexy des trois pour l’heure, mais peut-être faudra-t-il repasser plus tard).

Plongée ludique et musicale 

L’immersion est un souci constant pour les éditeurs : matériel pléthorique, toujours mieux illustré, en relief, figurines démentielles là où un stand de carton ou un pion aurait suffi… Et certains poussent le vice à vous emplir les coquillards de mélopées concoctées pour l’occasion (on les remercie bien).

       Quelques exemples 

La bande originale de Mysterium, à lire sur Youtube ou à télécharger sur le site de l’éditeur, est presque concrète dans son approche. Sons distendus, clangs de métal et vents hurlants, l’angoisse est au rendez-vous sans se montrer pesante. La bande son, malgré un côté répétitif, parvient à épaissir l’ambiance déjà sombre de ce titre !

 

Andor – Voyage vers le Nord s’est adjoint les services d’un groupe de folk médiéval, Elane. Quelques notes s’égrènent sur la longue piste de 70 minutes, accompagnées de craquements de bois, de clapotis épars et de cris de mouette. De quoi vous dépayser ! Téléchargeable sur les sites des éditeurs (Iello ou le site officiel legendsofandor.com), la BO rajoute cette touche d’immersion pour un jeu qui n’en manquait déjà pas !

elane

 

Les Demeures de l’Épouvante v2 est assurément un des cartons de 2016 par chez nous. Et quoi de mieux qu’un peu de musique pour renforcer l’horreur et la démence rampante ? L’application requise au jeu est là pour gérer les méchants et les événements, d’accord. Mais elle diffuse des sons d’ambiance fort bien sentis, du grincement de parquet au piano plein de réverb’ qui fout les miquettes. Très contemplative, la piste est fort réussie et il est seulement dommage qu’elle soit un peu solitaire : sur un jeu dont les parties peuvent durer deux ou trois heures, on en veut plus ! Pour vous donner une idée, vous pouvez poser l’oreille ici (mais si vous regardez, ça spoile un peu).

mansion-of-madness-ffg

Zombie 15, lui, fait partie de ceux qui ont une bande originale incluse dans sa boîte… et dans son gameplay. Un petit CD, avec quelques pistes. Évidemment, on retrouvera tout ça sur internet si on se trouve dépourvu de lecteur de galette. Et la lecture de la piste est nécessaire au jeu. Chaque piste s’étend sur quinze minutes, comme le jeu à vrai dire. Et ce n’est pas anodin. En commençant avec un rythme lent perturbé par quelques bruits de talkie et quelques grognements de zombie, tout va relativement bien. Les hurlements sur la bande son servent d’éléments de jeu et déclenchent l’arrivée de mangeurs de cervelle sur le plateau. En revanche, une fois la sirène de mi-partie sonnée, le rythme prend une allure plus frénétique pour devenir une véritable fanfare en fin de bande. La première partie, on écoute d’une oreille distraite avant de se laisser absorber par le jeu et, Ô surprise ! La fin de la partie est là et on s’arrête, haletants, surpris d’avoir le cœur qui bat la chamade : forcément, on est obligés d’écouter la musique un minimum, et de guetter le cri de zombie… L’élément traditionnellement accessoire est rendu essentiel, soufflant un vent de fraîcheur sur le média.

 

Ambiancer sa tablée 

Trouver de quoi mettre l’ambiance dans une soirée à thème peut porter votre patte toute personnelle. En cherchant des œuvres connexes avec une bande originale (films, animations ou jeux vidéo sont de bons clients), en dénichant des artistes idoines, en profitant de compilations et autres playlistes trouvables sur le web, qui sélectionnent elles-mêmes des morceaux et des artistes dans un style ou une ambiance spéciale.
Certains utilisateurs vous proposeront, sur des sites de streaming (Youtube, Spotify), des playlists adaptées à des thèmes ou des situations, l’internet est riche, allez fouiller ! Tenez, par exemple le rôliste Maxime Lennoz classe selon des styles ou des lieux (zombies, horreur, suspense, nuit en forêt, western, taverne naine, bibliothèque de magie, etc) à la fois musiques et ambiances sonores. Voilà qui peut très bien servir aussi pour le jeu de plateau !

Pensez aussi au contrepoint musical. C’est pas parce qu’on joue à un jeu d’action que la musique doit être forcément soutenue et chargée. Ceux qui ont aimé la bande son de Kill Bill ou de Guardians of the Galaxy comprennent de quoi on parle ici. On peut très bien se plonger dans une ambiance contemporaine façon Zombicide sur fond de pop nasillarde, ou naviguer en eaux post-apo sur du jazz des années 30, façon Fallout. On suggère une époque et on dédramatise les actions terribles et la pression imposée par le jeu, la rendant presque risible par un décalage qui lui-même devient ludique. 

Old radio

Mais, nous le disions, la musique peut également perturber l’environnement ludique. Vous êtes dans une situation de calcul tendue et votre oreille est inexorablement distraite par ce petit air entêtant ? Bon, c’est pas top. Vous jouez à un jeu de bluff et soudain, la cucaracha débarque dans votre salon ? Hum, on peut pas rêver mieux pour ruiner la tension du moment. Bref, la musique c’est bien, à condition que tout le monde soit partant et que le jeu s’y prête. Pour limiter la casse, on aura tendance à privilégier les morceaux instrumentaux ou avec peu de voix (c’est aussi en cela que les BO sont souvent toutes indiquées) : les paroles pourraient prendre le pas sur la communication du jeu, s’imposer au devant de la scène mentale, alors que le son se doit surtout d’être une nappe confortable.

#MercrediConseil

Voici une liste de petites recommandations de notre part. Un peu comme dans notre édito sur les films et les jeux, nous vous proposons des visions personnelles, si possible en dehors des sentiers battus.

 

Vous voulez des pirates ? On vous conseille les chansons de taverne bourrines d’Alestorm, ou les chants de marin d’Assassin’s Creed Black Flag (ainsi que ses mélodies au crincrin virulent et aux percussions bien senties). Sinon, the Dread Crew of Oddwood met l’ambiance ripaille pirate à fond.

dead-crew-of-oddwood_t658

Vous voulez des Vikings ? Gamarna tient le haut poteau avec ses chants traditionnels scandinaves, suivi non loin de la bande originale de the Banner Saga par Austin Wintory.

On pourrait éventuellement embrayer avec Wardruna et ses compositions résolument folk pour faire le lien entre la partie de Blood Rage et celle d’In the Name of Odin dans votre soirée à thème casque à cornes.

 

Vous voulez du médiéval-fantastique ? Adrian von Ziegler, compositeur de son état, vous propose des mélodies aux accents celtes bien reposantes et pas trop intrusives. Pour du combat épique, on ne saurait que trop vous conseiller Audiomachine, qui ne lésine pas sur le nombre d’instruments utilisés. Enfin, pourquoi pas plonger du côté de Jeremy Soule pour tout le reste ?

Ah, si, peut-être qu’il vous faudra du chiptune pour vous plonger dans un Epixx ou un Boss-monster : le pixel art a lui aussi son son ! Alors pourquoi pas un peu de Rich Vreeland, aka Disasterpeace ?

disasterpeace

Vous voulez de l’horreur ? On ne saurait que trop vous conseiller la bande originale de Bloodborne (pourquoi pas pour jouer à son adaptation ludique ?), grotesque à souhait, grandiloquente souvent, et toujours du meilleur goût, mais pas bien discrète.

Dans un autre genre, la bande-son d’Amnesia – A machine for pigs sera du meilleur effet, avec ses passages atmosphériques mêlés de bruits métalliques et de cordes troublantes. Et si vous ne voulez que l’ambiance sans moment de sursaut, l’orchestration d’un troisième jeu vidéo pour cette catégorie : Inside.

 

Vous voulez une ambiance plus moderne, un peu sci-fi ? The Social Network, film sur la création de Facebook, s’offrait à l’époque une bande originale par Trent Reznor et Atticus Ross.
Sinon vous avez peut-être vu Interstellar, vous savez, ce film de Hans Zimmer sur des images de Christopher Nolan ? Ces grandes orgues crescendo vous offrent une symphonie angoissante qui vous emporteront loin des marches impériales d’un Star Wars, plus près du froid et de l’infiniment grand de l’espace.

 

Hans-Zimmer-ok
 
Pour de l’ambiance, un autre rejeton de groupe – ici l’ancien Red Hot Chili Peppers Cliff Martinez – compose pas mal de choses pour le cinéma et le jeu vidéo. On vous ordonne de vous jeter sur Drive et ses nappes contemplatives et ses morceaux rétro.

 

Voilà pour nos pistes musicales ! Maintenant n’hésitez pas à nous dire ce que vous écoutez pendant vos parties ! Ou si, au contraire, vous préférez jouer de la musique OU des jeux mais pas les deux en même temps. 😉

 

 

– La Rédaction

   

7 Commentaires

  1. Davy Bernard 10/05/2017
    Répondre

    Superbe article !

    De la musique et des jeux ? Bien sûr ! Là où j’officie, l’un ne va pas sans l’autre pour favoriser l’immersion. Vos références me seront des plus utiles pour accompagner mes jeux à présent. 🙂

    Autre source de musiques, fort intéressante et en plus participative : melodice.org ! Les listes sont variées et plutôt bien fournies aussi. A découvrir !

  2. Photo du profil de Fred la loutre
    Fred la loutre 10/05/2017
    Répondre

    La radio en sourdine est quasi systématique de mon coté. Sinon le temps passe trop doucement quand certains des joueurs mettent 3 plombes à réfléchir pour jouer leur coup.

  3. Photo du profil de morlockbob
    morlockbob 10/05/2017
    Répondre

    De la soul, ou De La Soul, tant que c ‘est tranquille, ça me va pour jouer

  4. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 11/05/2017
    Répondre

    je joue à tous les jeux stratégique dans le calme. Notemment en tournoi, c’est essentiel pour une concentration totale. Mais pour un conan ou du genre, une bonne musique épique, ça met dans le bain !

  5. Photo du profil de thetoramizu
    thetoramizu 12/05/2017
    Répondre

    Pour ma part j’utilise ambient-mixer.com, c’est sur le même principe que Mynoise. De la musique je ne peux pas, peu importe le jeu, par contre ce genre d’ambiance sonore est agréable.

    Après c’est en général quand je joue solo que je mets ce genre d’ambiance, lorsque j’ai des joueurs avec moi on n’a pas besoin de fond sonore pour se mettre totalement dans l’ambiance du jeu.

  6. Photo du profil de Miki
    Miki 18/08/2017
    Répondre

    Vraiment cool comme article, c’est bien de voir qu’il y a des Meloman-Gamers :). Tu as cité Trent Reznor, il a son groupe de metal indus Nine Inch Nails, dont les sons tortureux pour ma part vont très bien quand je joue a Xénoshyft. Sinon la plupart du temps c’est du prog rock (Yes, Genesis, Dream Theater)

Laisser un commentaire