Tajuto : tiens, voilà du bouddha !

Reiner Knizia, malgré ses derniers recyclages et quelques vraies déceptions, reste un des meilleurs auteurs du monde ludique. Un de ceux qui ont changé la face de notre hobby, en particulier avec des titres sortis dans les années 90 tels que Tigre et Euphrate, Modern art, Lost Cities, ou Schotten Totten

Super Meeple propose depuis sa création des boîtes qui, en plus d’avoir de l’allure, ont un fond. Ils sont derrière le retour de noms cultes avec les rééditions luxueuses de la trilogie des masques de Kramer & Kiesling par exemple ou les localisations des nouvelles versions de jeux comme Glen More ou Endeavor
Imaginé par Knizia, sur demande de Super Meeple, Tajuto est donc beau à l’œil et donne envie de s’asseoir pour y jouer. Mais qu’en est-il de sa capacité à nous distraire et élever notre esprit ?

 

20191205_103049

 

Avant de pouvoir répondre, il faut d’abord savoir de quelle façon emprunter ce pont qui mène aux temples colorés disséminés dans ce jardin japonais. Et comprendre comment atteindre le plus haut niveau de spiritualité pour devenir le Grand Gardien des 8 pagodes. Malgré la beauté intérieure qui émane de votre personne, il va quand même falloir écraser vos adversaires si vous voulez gagner.

Pour comprendre le principe, le petit Ludochrono est toujours pratique : 

 

Dans Tajuto, les joueurs incarnent ces moines bouddhistes nous dit-on. « Grâce à l’activation de leurs tuiles d’actions, ils pourront bâtir les étages des Tajuto, y faire des offrandes ou encore améliorer leurs capacités. ».

La mise en place est simple, il s’agit surtout de disposer les tuiles sur ce plateau tout en longueur. Les tuiles, avec les étages de pagodes en 3D, sont les principales composantes de ce jeu. Elles sont divisées en plusieurs familles :

  • Sagesse : apporte des points de spiritualité (des PV)

  • Transcendance : vous donnera un niveau de spiritualité permanent en réduisant les coûts de certains achats ou en augmentant la valeur de ces achats

  • Objectifs : ces derniers sont visibles et réalisables à tout moment (atteindre 10 pts de sagesse, avoir déposé 8 offrandes…)

  • Inauguration : ce sont des paris pris sur l’achèvement d’une pagode (0 ou 4 points).

 

L’ajout de cubes offrandes et de meeples complètent le tableau.

tajuto-1-jeu-de-societe-ludovox-ok-

trois actions, c’est 10 balles mon ami

 

Bien qu’expérimenté, vous avez encore des choses à apprendre, chers amis bouddhistes ! Vous commencez donc avec 3 tuiles action dont une seulement est gratuite. Pour utiliser les deux autres, il faudra payer. Elles vous permettent, déjà, de piocher un étage de pagode. Oui, dans ce grand sac. Bien sûr, vous pourrez sentir ce que vous prenez mais vous ne connaîtrez la couleur qu’à la sortie du sac ! Attention, piocher n’est pas construire. 

Les tuiles actions vous permettent aussi de déposer un cube offrande qui vous donnera des points de méditation (la monnaie qui vous sert à acheter des actions supplémentaires ou des tuiles). Enfin, il est possible d’acheter une tuile en payant par points de méditation votre avancée sur le pont du jardin. (Case 15 = 15 sous disponibles).

Sans tuile action, vous pouvez construire un étage de pagode ou réaliser un objectif. Et pour construire, il suffit d’empiler les étages selon leur ordre de grandeur. C’est sur un de ces étages à ciel ouvert que vous pourrez placer votre offrande et gagner plus de points, idem si vous la recouvrez.

Avec deux actions vous pouvez donc poser deux offrandes et scorer deux fois, piocher, poser une offrande et poser un étage afin de marquer une nouvelle fois (les points de l’offrande + points de pose) .

Quand 4 pagodes seront achevées, votre travail sera terminé, ainsi que la partie.

tajuto-2-jeu-OK

4 PV pour 20 points de méditation, je prends !

 

Tajuto, pagode ou pas good ?

Une fois n’est pas coutume et bien qu’on reconnaisse des mécanismes classiques de ce genre de jeu (les tuiles bonus pour payer moins cher, les objectifs visibles), le thème fonctionne plutôt pas mal ici, surtout grâce à la construction des pagodes. Les points de spiritualité comme monnaie est aussi assez bien vu. Pour un Knizia, ce serait presque immersif car disons-le, Tajuto est un jeu abstrait malgré la qualité de son décor.
L’habileté de l’auteur est d’avoir pu enrober le tout dans un jeu facile à comprendre. Attention Tajuto n’est pas pour autant familial car le jeu de poses d’étages engendre de la réflexion qui va au-delà du simple fait de trouver la bonne pièce (ce que certains n’auront pas perçu de suite, confondant sûrement Tajuto avec Jenga ?).

 

tajuto-3-image-du-jeu-de-societe-ludovox

le pont du salariat : une case = un sou spirituel

 

Chez nous, une première partie en a appelé une autre, car, pour être franc, nous n’en sommes pas sortis convaincus. Le début est lent : on pose les bases des pagodes pour glaner 1 point, on pose une offrande pour 2 points… Puis le jeu va s’emballer et monter crescendo. Quand on atteint le troisième niveau, ça commence à payer. C’est durant cette partie qu’il va falloir être malin et observer ce qui est posé. Si la pioche des étages tirés du sac reste hasardeuse, on peut quand même se la jouer subtile. Si par exemple, je m’aperçois que 4 pagodes nécessitent un cinquième étage (4/8) j’ai plus de chance d’arriver à quelque chose que si je mise sur le sixième étage d’une seule pagode (on ne panache pas les couleurs, on n’est pas à Woodstock ici !). On peut essayer de temporiser, mais pour récupérer de la monnaie, il faut construire, on est un peu coincé de ce côté là. Et c’est dommage.

 

9dd860fa242bec71ae6d8a9fb24c88dc.0

work in progress

 

Une architecture longitudinale

Si au départ atteindre la case 30 semble chimérique, en réalité on n’arrêtera pas d’y aller au cours du jeu. En fait, si crescendo il y a, l’auteur a oublié la tension qui l’accompagne. À chaque tour, on fait un peu ce qu’on veut, dépensant et gagnant dans le même tour ce qu’il nous faut.

Les tuiles objectifs sont décoratives et rapportent peu, tout comme les tuiles inauguration qui n’ont pas vraiment de poids, les tuiles transcendance peuvent servir si on les prend assez tôt, mais pour faire du point, il faut acheter de la sagesse, en masse.

Deux parties plus tard et toujours le même ressenti : l’idée de la pioche à l’aveugle est bien vue (si on me passe l’expression), mais il n’y a que ça dans le jeu. Le reste est un enrobage qui peine à séduire. Malgré ses jolies pagodes, ce Tajuto reste plat et le nom de Knizia ne suffit pas pour convaincre. 

Bref, je vais arrêter de me raser le crâne ! Et pour atteindre le Nirvana, je préfère remettre le vinyle sur la platine…

 

 

2 Commentaires

  1. Salmanazar il y a 26 jours
    Répondre

    Mince, on dirait bien encore un jeu davantage beau que bon !

  2. SUPER MEEPLE il y a 25 jours
    Répondre

    Dommage que le jeu ne vous ait pas convaincu ! Petite précision : le jeu n’a pas été fait par Knizia sur notre demande.

    Et j’aurais bien fait une partie avec vous pour voir comment vous faites pour acheter et dépenser comme vous voulez à chaque tour … Acheter une tuile sagesse qui coûte 20 n’est pas simple, mais le rapport coût / PV est plus intéressant. Sans compter que les premiers servis seront les mieux servis. Pour rappel, le jeu n’est pas une course à celui qui construit le plus d’étages ou le plus vite les pagodes, car ça n’apporte aucun point de victoire.

    Quant à « l’enrobage » c’est la gestion de ses points d’action, comment utiliser au mieux ses points d’action, attendre au risque de se faire voler les meilleures tuiles ou dépenser rapidement, le jeu repose avant tout sur ces choix tactiques. Cet enrobage c’est ce qu’on retrouve à peu près dans tous les jeux, comment optimiser ses « points d’action ».

    Merci dans tous les cas d’avoir joué au jeu ! 🙂

Laisser un commentaire