Ready Set Bet – Des paris, des cris, des rires

 

John D. Clair n’en est pas à sa première création originale. Si vous avez croisé des titres comme Mystic Vale, Cubitos, Empire’s End sans oublier l’impressionnant Dead Reckogning, vous saurez à quoi je fais référence. Si plusieurs jeux de cette liste sont clivants ou non exempts de défauts, ils ont le mérite d’apporter quelque chose de nouveau.

Ready Set Bet de John D. Clair est pour moi LA sortie originale de la fin de l’été dernier, éditée chez Iello. Peut-on parler d’OLNI ? probablement. Vous ne l’avez peut-être pas remarqué car sur une étagère de boutique, il ne sort pas vraiment du lot. Ma mission aujourd’hui est de vous montrer ce qu’il a dans la boite !

 

 

Vous êtes sûrs qu’on va jouer à ça ?

Ne pas le mentionner serait hypocrite. Pour être franc, rien ne fait envie lorsque l’on vous présente la boite de Ready Set Bet. La réaction de chaque personne à qui je l’ai présentée a été plus ou moins la même : un petit sourire pincé, poli, sans mot. Traduction : « ton jeu, il est vilain comme un pou. On va y jouer mais je vais un peu me forcer ».

Je l’avoue, je trouve ce jeu visuellement peu attrayant. La couverture, tout droit sortie des années 80, avec un dessin approximatif et des couleurs mornes, n’est franchement pas réussie. Le plateau vert aux cases peu engageantes donne l’impression d’un jeu tout aussi vieux. On pense devoir entrer dans un système de paris compliqués, ou dans un « PMU simulator ». Même l’application mobile (nous allons en parler plus loin) a un côté un peu cheap à première vue. Le cadre est posé.

Cela dit, côté matériel et ergonomie, nous ne sommes plus 40 ans en arrière, mais bien dans une édition contemporaine des plus correctes. Et au-delà de ces considérations techniques, nous allons voir qu’au final le visuel importe peu car ce jeu propose bien autre chose.

 

Les jeux de pari : un parti pris ?

Les jeux de pari ne sont pas une composante dominante du jeu de société, mais ils ont toujours été présents. Ils sont cette particularité qu’ils ne se ressemblent pas entre eux et qu’ils sont souvent associés au bluff. On se souvient par exemple de Perudo ou d’Equinox (sous ses différentes formes).

Ici nous avons un jeu de pari dans sa plus pure essence. La proposition est paradoxalement aussi originale dans le jeu de société qu’elle n’est vieille comme le monde dans la vie réelle. Le principe est simplement d’assister à une course de chevaux tout en pariant sur eux au fur et à mesure de son déroulement.

Une fois de plus, dit comme ça, ça n’est toujours pas convainquant. Mais alors, que peut-on trouver à ce Ready Set Bet ? Commençons par expliquer un peu comment les choses se passent, puis nous parlerons ensuite des sensations ressenties.

 

Attention au départ !

Pour une explication courte en vidéo, ne ratez pas notre Ludochrono. Le but de Ready Set Bet est d’empocher le plus d’argent à la fin des 4 manches, grâce aux mises gagnantes. Chaque manche, vous disposerez de 5 jetons de pari à valeur variable (de 2 à 5) qu’il va falloir dépenser au mieux.

 

 

Un des joueurs devra se dévouer pour être l’animateur (une appli peut gérer cela, j’en reparle plus loin), non pas un book maker, mais un speaker dont le rôle sera de faire avancer des chevaux et de commenter la partie. Pour cela il lancera à intervalle réguliers deux dés à 6 faces. Leur total donnera le numéro d’un des 9 chevaux présents sur la course qu’il faudra avancer d’une case vers la victoire.

Mais alors, les chevaux du milieu (5, 6, 7) auront-ils plus de chances de gagner (car on obtient bien plus souvent des 5, 6 ou 7 avec deux dés) ? Non, grâce à un système qui vient égaliser leurs chances. Si deux lancers de dés successifs donnent le même total, le cheval gagne un bonus de déplacement. Ce bonus est propre à chaque cheval. Sissi de Lorraine (le 6) par exemple a un bonus de 1, tandis que Magicien d’Onze (le cheval 11/12) a un bonus de 3 ! en résultante, les chevaux intermédiaires avanceront régulièrement mais doucement, ceux situés plus aux extrêmes avanceront plus rarement mais pourront faire des bonds spectaculaires !

 

L’animateur simule la course en lançant régulièrement les dés et en faisant avancer les chevaux. Chacun a son petit sobriquet basé sur un jeu de mots.

 

Le point fort : l’ambiance !

Pendant ce temps, vous placerez des jetons sur un grand tableau rempli de cases pour parier. Chaque case n’a pas le même intérêt mais ne peut contenir qu’un seul jeton. L’ergonomie est bien pensée, et il y a la bonne place pour que tout le monde puisse s’exprimer avec ses jetons sans craindre de renverser le tout.

Pour y voir un peu plus clair, il y a trois colonnes : Gagnant, Couplé, Trio. Parier sur une case « Gagnant » équivaut à parier que le cheval en question arrivera le premier. Le risque d’échec est grand, mais le gain en cas de victoire l’est tout autant. À l’inverse, parier sur une case « Trio » est un pari de sécurité. Cela équivaut à parier que le cheval arrivera parmi les trois premiers. Les chances de l’emporter sont grandes, mais le gain est faible. Vous vous en doutez, il est inimaginable de gagner la partie en ne misant que sur les cases « Trio », mais elles permettront d’arrondir vos fins de manches.

 

On multiplie la valeur de la case par la valeur du jeton pour savoir combien on gagne.

 

Lorsqu’un cheval vous semble bien parti, il faudra donc saisir sa chance avant que les autres ne vous prennent la place. On voit ainsi des lignes se remplir avec frénésie, quelques secondes après le premier jeton posé. Le jeu mélange donc une part d’intuition statistique (soumise à un hasard prononcé) avec de la rapidité de décision.

La frénésie, c’est le mot clé du jeu. Il démarre lentement, puis les choses s’emballent. Un premier pari se pose, un deuxième, on se demande si on doit y aller, mais c’est peut-être trop tôt. Dans 10 secondes, il sera peut-être trop tard. Un troisième jeton se pose et il n’y a presque plus de place pour parier sur ce cheval. Des échanges de regards se font autour de la table. Un début de mouvement d’un joueur déclenche la panique : tout le monde se jette sur le plateau et pose un ou deux de ses jetons pour saisir les places restantes.

Voila le type de séquence de jeu que vous pourrez voir, sous les commentaires endiablés de l’animateur. On joue à Ready Set Bet pour cette adrénaline, pour attendre de se rapprocher le plus possible du meilleur moment avant de se lancer, pour sentir cette montée en pression qui vous dit « n’attends pas trop ! ».

 

Les jetons en forme de flèche sont bien pensés pour aider au comptage des points à l’arrivée.

 

Un simple jeu de hasard ?

Certains affirmeront avec perplexité qu’il ne s’agit qu’un jeu de hasard. Si l’on se place en début de course, il est évidemment improbable de connaître à l’avance les gagnants. Cependant, plus on approche de l’arrivée, plus les choses se dessinent, et c’est là que le sel du jeu vient se saupoudrer.

Mais alors, il ne suffirait que d’attendre le dernier moment pour poser tous ses jetons ? Bien entendu, ce n’est pas si simple. Une ligne rouge sépare le plateau de course en deux. Dès lors que trois chevaux ont franchi cette ligne, il n’est plus possible de parier.

Attendre le dernier moment pour poser ses jetons permet d’avoir une idée plus précise des vainqueurs, du moins d’éliminer les deux tiers des candidats de vos pronostics. Malheureusement, il est illusoire de penser que vous pourrez vous permettre ce luxe, car les autres auront pris les meilleures places d’ici là. Il ne vous restera que ce que les adversaires vous auront laissé. Comme je le décrivais dans le chapitre précédent, il va donc falloir faire l’équilibre entre prendre une décision rapidement, et prendre une décision suffisamment bonne. Pas de place pour l’analysis paralysis.

Une fois cette ligne rouge franchie, le destin peut toujours frapper. Votre canasson favori peut se mettre à brouter l’herbe, un retardataire peut avancer trois fois d’affilée et rafler la mise. En une phrase : tout est possible, rien ne va plus ! Alors effectivement le hasard est présent tout le long de la partie, mais pour apprécier Ready Set Bet, il faut avoir un goût pour l’intuition, l’ambiance frénétique et le lâcher prise, pas pour le calcul statistique en espérant un retour sur investissement.

Pour la petite histoire, et c’est là que l’on voit que le jeu fonctionne : il y aura toujours des voix qui s’élèveront pour encourager les chevaux sur l’écran ou sur le plateau, même s’il n’y a aucun moyen de contrôle.

 

La tablette ou la pipelette

Un joueur devra se « sacrifier » pour être l’animateur. Non seulement il ne jouera pas, mais en plus reposera sur lui la lourde responsabilité d’amuser les gens et de maintenir un rythme adapté au jeu et à ses joueurs : ni trop rapide ni trop lent. Pas simple mais le jeu a le mérite de pouvoir se passer de technologie dans l’absolu.

Une règle est prévue pour permettre à l’animateur de parier lui aussi, mais nous n’avons pas été convaincus. En résumé, cela consiste à poser ses jetons avant le début de la course (soit une randomisation complète des paris, comme au Loto).

Heureusement, une application mobile est prévue pour gérer le rôle de l’animateur. L’interface n’a à première vue pas de quoi nous décoiffer, avec une avancée des chevaux un peu saccadée et une voix off un peu surfaite. En réalité, cette voix off meuble bien les temps morts et l’application nous a paru excellente dans son rôle d’animation. On se prend facilement au jeu et on oublie tout le reste.

Le principal inconvénient est le besoin d’avoir une tablette pour pleinement apprécier l’expérience de jeu. Le format smartphone peut faire l’affaire, mais dès lors que l’on joue à plus de 4, il va falloir plisser les yeux pour voir les détails de la course. D’ailleurs, j’en profite pour glisser un message à l’éditeur : la nécessité d’un écran relativement grand force le recours à une tablette. Nous aurions aimé pouvoir jouer sur un écran de PC, mais l’application web ne fonctionne pas bien. Elle est très lente (testée sur Google Chrome sur plusieurs PC) et nous avons dû nous résigner au smartphone. Un petit coup de clé à molette serait le bienvenu !

 

 

Indépendamment de la question « application ou animateur ? », le rythme de jeu peut dans tous les cas être adapté au public. En effet l’application prévoit une option pour ralentir ou accélérer le rythme des lancers de dés. On peut donc parfaitement convier des enfants, des personnes ayant besoin de prendre le temps, ou bien un public plus nerveux (mais peut-être pas en même temps !). L’animateur peut évidemment en faire de même.

 

Alors, c’est pour qui ?

La vraie question que vous attendez peut-être depuis le début, et j’en suis désolé, est « au final à qui s’adresse ce jeu ? Est-il fait pour moi ? ». J’ai plusieurs éléments de réponse.

J’ai eu l’opportunité de l’essayer avec un public très varié : d’un public de néophytes, en mode repas de Noël, à un public plus gamer, avec des configurations à 4 et jusqu’à 8 joueurs, pour un total d’un peu plus de 20 joueurs(ses) différents.

À ma grande surprise, le jeu a eu le plus grand succès auprès des joueurs initiés, où l’immense majorité d’entre eux ont accroché, à quelques exceptions près. Ce coup de vent frais, ce décalage par rapport aux jeux habituels du marché a créé la surprise et a été grandement apprécié par ce public.

Concernant le public plus néophyte ou familial parmi mes proches, la majorité a été conquise, mais d’autres ont émis plus de réserves ou bien se sont montrés parfois perplexes. Quelques freins peuvent possiblement expliquer cela : le recours à une application, le tableau de pari un peu intimidant ou bien la sensation de ne rien contrôler.

En définitive, Ready Set Bet ne marchera pas systématiquement avec tout le monde, mais il fonctionne très bien. Une majorité des joueurs appréciera de le découvrir, car il propose une expérience unique en son genre.

D’après BGG, la configuration optimale semble être de 6 à 8 joueurs et je dois dire que par rapport à mon expérience personnelle (j’ai testé de 4 à 8) je suis bien d’accord avec cela. Plus on est de fous, plus c’est tendu, plus c’est bruyant et plus on rit.

 

Les vieux de la vieille ne sont pas oubliés

Enfin, Quelques options complémentaires viennent agrémenter le jeu pour satisfaire l’appétit des joueurs rodés qui prennent vite le pli des paris. Elles sont dispensables, mais ne m’ont pas paru non plus inutiles.

Les Paris Spécifiques ajoutent des options de pari aléatoires en haut de plateau. Ils sont bienvenus si l’on joue nombreux, car ils proposent des chances de se rattraper dans les cas où les cases du plateau se voient saturées. Ils peuvent même faire la différence au score final. Faut-il encore penser à les regarder en pleine partie.

 

Tout le monde a déjà misé sur le 5 (orange). Les Paris Spécifiques donnent une occasion de plus de saisir sa chance.

 

D’autres options vont plus loin encore pour moduler le jeu. Chaque joueur peut piocher deux atouts secrets via les cartes VIP, en choisir un puis s’en servir en cours de partie. Enfin, Les Paris Incroyables sont une autre sorte de pari aléatoire, complexes à la lecture et à l’issue improbable. Pour ces raisons, ils m’ont paru un peu trop alambiqués et ne sont pas revenus sur la table.

 

 

En résumé

Ready Set Bet propose une expérience de jeu unique en son genre. Il se classe pleinement dans les jeux d’ambiance qui se jouent debout avec vacarme. Il restitue à merveille les sensations des jeux de paris frénétiques ou de la loterie.

Il a le mérite de proposer quelque chose de nouveau, qui fait son effet dès la partie de découverte. Les suivantes pourront être tout aussi agréables si votre table accroche. Ce qui est sûr, c’est qu’il faut y jouer nombreux, au minimum à 4 où la sauce prend déjà bien.

Ma propre expérience m’a fait observer qu’il a eu plus de succès auprès des joueurs initiés, déjà joueurs, qu’auprès d’un public néophyte ou familial. Cette observation est à prendre avec des pincettes, car elle peut varier selon les clans et les familles ! Dans l’absolu, beaucoup accrocheront, mais quelques-uns resteront dubitatifs, notamment par rapport à l’effet du hasard.

Il est difficile de savoir si l’on va aimer ce jeu sans l’avoir essayé. Plutôt que de tenter de l’attribuer à une catégorie de joueurs, je pense que le fait d’apprécier ou non ce jeu est lié à ces questions : « avez-vous une âme de parieur ? Etes-vous tenté(es) de glisser une pièce lorsque vous voyez une machine à sous ? ». À mon avis, cela vous mettra un peu plus sur la piste ! En tout cas, ce titre restera dans les mémoires.

 

 

Pour aller plus loin : 

  • Ecoutez l’avis de Fredovox et Umberling sur Ready Set Bet dans ce Dans le Viseur

 

LUDOVOX est un site indépendant !

Vous pouvez nous soutenir en faisant un don sur :

Et également en cliquant sur le lien de nos partenaires pour faire vos achats :

acheter ready set bet sur espritjeu

3 Commentaires

  1. Morlockbob il y a 9 jours
    Répondre

    Il y a des jeux, je pense au récent Black Friday , dont il faut réussir à passer le thème et le visuel, mais comme ici la bonne surprise est au bout

  2. Groule il y a 9 jours
    Répondre

    Je ne le connais pas celui là (Friedman Friesen apparemment) mais je veux bien te croire. A quand le Just Played !

  3. Groule il y a 8 jours
    Répondre

    *Friedemann Friese

Laisser un commentaire