L’éditeur Board & Dice coupe les ponts avec Daniele Tascini accusé de racisme

L‘éditeur Board & Dice a publié le 16 janvier dernier une déclaration officielle condamnant les « remarques racistes » de Daniele Tascini, l’auteur italien de jeux de société accusé d’avoir utilisé une insulte raciste lors d’une conversation sur Facebook évoquant les orcs de la Fantasy et la couleur de la peau. « Bien que nous soyons dans l’obligation contractuelle de continuer à soutenir les jeux de société conçus par M. Tascini, nous n’envisagerons pas de publier ses designs à l’avenir. » écrit la société polonaise. 

 

Daniele Tascini

 

Daniele Tascini est l’auteur derrière des œuvres ludiques telles que Tzolk’in ou Le voyage de Marco Polo. Samedi dernier, une polémique est née sur les réseaux suite à un message écrit par l’auteur via Facebook. L’internet s’est emparé du sujet et notamment les forums de BGG (lien). L’éditeur Board & Dice a publié une déclaration officielle annonçant renoncer à tout partenariat avec l’auteur (page), suspendant également les jeux en cours de développement. 

« Nous condamnons sans équivoque tous les aspects et les actes de racisme, intentionnels ou non, y compris les commentaires, épithètes, insultes, blagues ou tout autre langage considéré comme haineux, inapproprié ou indésirable par le groupe de personnes auquel ces mots font référence (…) qu’un préjudice ait été intentionnel ou non, la première réaction doit être de reconnaître le méfait, suivie d’excuses immédiates et sincères. (…) », peut-on lire dans la déclaration de l’éditeur.

 

 

Le point de départ ?
Un extrait d’une discussion dans laquelle Daniele Tascini s’exprime sur un sujet pour le moins délicat : la couleur de peau.
Dans l’extrait que nous avons pu lire (coupé de son contexte), écrit en italien, on peut tout d’abord voir que l’auteur semble défendre le fait qu’il ne faut pas établir d’analogie entre la représentation stéréotypée du Mal avec des créatures à la peau obscure (référence aux orcs et leur peau noire) d’une part, avec les personnes originaires d’Afrique d’autre part. Il exprime le fait que la Fantasy utilise cette représentation symbolique entre le mal et le bien, la lumière et les ténèbres, mais que cela n’a aucun rapport avec les couleurs de peau du monde réel. Il ajoute ensuite que selon lui le terme “peau noire” est une sorte de raccourci qui n’a pas vraiment de sens, la peau pouvant être plus ou moins claire à bronzée en passant par du marron foncé. Suite à cela, il écrit sans aucun doute le mot de trop : “Je n’appellerai jamais les gens de couleur « noirs », parce que leur peau n’est pas noire. J’ai beaucoup d’amis originaires d’Afrique. Je ne ferai jamais référence à leur type de peau parce qu’ils ne sont PAS noirs, pourquoi devrais-je faire une distinction (entre les personnes) sur la base de leur genre ou de leur race ? Si je les appelle “nègre” quand nous sommes entre nous (entre amis), ils ne le prennent pas comme une offense parce que le sens des mots change avec le contexte.” 

Internet s’est emparé de ses mots et nombreux furent les joueurs affirmant publiquement ne plus vouloir acheter ses jeux (par exemple ici). Le célèbre canadien Rodney Smith, de l’émission Watch It played, a également commenté publiquement la situation et s’est positionné hier : “J’ai lu suffisamment d’autres commentaires de Tascini dans d’autres interviews et publications pour conclure que sa sensibilité autour de ces sujets (et l’inclusion dans le secteur) est différente de la mienne. [Smith fait référence à cet article] (…) Je suis également optimiste sur le fait que Tascini, et tout le monde (moi y compris), peut se servir de ces discussions, et de leur nature difficile, pour prendre la question de l’appropriation culturelle plus au sérieux, y compris les mots que nous utilisons quand nous avons ces discussions”. 

 

 

Tascini a publié sur son Facebook un message d’excuse :

“Nous vivons à une époque où les mots que nous prononçons sont très importants et où l’impact va bien au-delà de notre sphère personnelle. En tant qu’éminent concepteur de jeux de société, j’ai la responsabilité de donner l’exemple par mes paroles et mes actions. Ainsi, même si je n’ai jamais voulu faire de mal à personne, je dois prendre mes responsabilités parce que c’est arrivé.”

Pour Board & Dice, les excuses de Tascini sont arrivées trop tard. « Lorsqu’il a été appelé à faire une déclaration et à présenter de fortes excuses, M. Tascini n’a pas reconnu ses méfaits, étant principalement soucieux de fournir un contexte à ses remarques racistes », a déclaré l’éditeur. « Les mots comptent, mais les actes comptent davantage. »

 

MàJ

L’éditeur Hans Im Gluck a fait de même voici leur annonce, écrite par Moritz Brunnhofer :

« On nous a fait passer une discussion (par bribes), dans laquelle un auteur de jeux de la série Marco Polo (Daniele Tascini) avait tenu des propos racistes.

Nous tenons à préciser que nous ne nous identifions pas à cette déclaration et que nous ne nous en distançons pas.

Il n’y a aucune raison d’utiliser certains mots. Toutes les excuses présentées, quelles qu’elles soient, ne servent qu’à protéger le privilège des Blancs.

Nous devrions tous nous consacrer à la solidarité, et cela implique de faire face à son propre passé. Cela signifie qu’en tant qu’Européens blancs, nous avons une obligation, dont nous devons être conscients. Ce n’est que si nous l’acceptons que nous pourrons construire un avenir équitable.
La tentative d’excuses de M. Tascini montre malheureusement que cette acceptation n’est pas présente et qu’il ne veut pas comprendre que le problème est enraciné dans le racisme quotidien des blancs.

Nous ne publierons plus la série Marco Polo et nous annulerons toutes les commandes en cours de nos partenaires (nous ne vendons pas nos jeux nous-mêmes).
Tant que nous n’aurons pas le sentiment (et Daniele Tascini ne l’a pas ouvertement prouvé) qu’un véritable changement d’attitude a eu lieu et que des excuses sincères sont présentes, nous ne changerons pas cela. En outre, nous ne réaliserons bien sûr aucun nouveau projet avec M. Tascini.

Pour cela, nous voulons présenter nos excuses aux co-auteurs : Simone Luciani et Studio Giochi, ainsi qu’aux designers de HiG.
Nous pensons que les jeux eux-mêmes ne contiennent pas de contenu offensant. Si c’est le cas, veuillez nous le faire savoir.
C’est également la raison pour laquelle nous vous demandons de ne pas punir les petits détaillants – qui connaissent de toute façon des temps difficiles – et de continuer à acheter les jeux de cette série.

Tous les revenus que HiG recevra pour la série seront désormais reversés à une ou plusieurs organisations qui se consacrent au thème du racisme. »

Lien

 

Mise à jour au 29 janvier par Atom : 

L’affaire connait de nouveaux rebondissements, Daniele Tascini a fait une déclaration sur son facebook  (en anglais) que je vous laisse lire pour ne pas dénaturer ses propos. L’auteur aurait pris le temps de réfléchir à la portée de ses mots, au principe du racisme systémique. Il souhaite aujourd’hui changer et se battre contre le racisme avec ses “amis” de Board and Dice. Cette déclaration augure d’un dénouement heureux.

Affaire à suivre …

   

16 Commentaires

  1. BenQ 19/01/2021
    Répondre

    Mais il a raison … ses mots sont incroyablement mal traduits … comment est ce que l’on peut monter au créneau aussi vite sans même être sûr de la traduction. J’ai vu la même chose avec un espagnol qui avait utilisé le mot « negro » qui en espagnol veut littéralement dire « noir », la couleur noir. Son commentaire en italien n’était pas le mieux argumenté mais de là à le démonter en public pour une mauvaise traduction …

  2. Cousteix 19/01/2021
    Répondre

    Lire le livre de Fourest « De la police de la culture à la police de la pensée » (Grasset 2020)

    Éditorialiste, essayiste, réalisatrice, Caroline Fourest propose dans son dernier livre d’explorer l’histoire de « petits lynchages ordinaires » qui, sous couvert de sensibilités heurtées, menacent clairement la liberté d’expression. Le phénomène, né en Amérique du Nord, arrive désormais en Europe.

    « Il suffit que quelqu’un crie au racisme pour que tout le monde s’emballe et le lynche sur les réseaux sociaux pour se sentir du bon « côté ». »

    « En lançant des anathèmes comme « appropriation culturelle », en délégitimant l’autre sur la base de sa couleur de peau, distillant le soupçon de racisme. Ils vont tout disséquer et s’ils ne trouvent rien, uniquement des propos universalistes, ils vont inventer et lui prêter un inconscient. »

    « Ceux qui croient à l’universalisme sont transformés en suprémacistes. »

    Charlie Hebdo
    « L’universalisme, voilà l’ennemi. Pour les nouveaux antiracistes et convertis de fraîche date, l’universalisme doit être détruit avec autant de rage que la laïcité française. Car de l’universalisme découlent la laïcité, mais aussi cette ambition qu’ont les intellectuels et politiques français de penser pour l’humanité. Quand la France proclame des droits et des principes, c’est avec pour horizon non pas les frontières étriquées de l’Hexagone, mais celui de la terre entière.
    C’est précisément ce qui insupporte les communautaristes, qui ne conçoivent le monde qu’à travers le prisme étroit des identités particulières. »

    Bonne lecture !

    Et bons jeux !

    PS : j’arrête de jouer à SDA JCE et ses Uruk-hai race d’Orques supérieurs, créés par Saroumane dans les cavernes de l’Isengard en métissant Orques et Hommes. Leur peau est noire comme leur sang et ils ont les yeux bridés. Ils parlent une variante du langage des Orques.

    J’arrête les Echecs aussi car ce sont toujours les Blancs qui commencent.
    Je ne joue plus à Robinson Crusoé non plus car ce bon vieux Defoe est un sacré raciste qui exploite Vendredi.

    Vais jouer à quoi alors ?
    Dites moi chers « bien pensant » !

    Pfffff, comme je suis un sale raciste blanc…!!!
    Moi, le défenseur des sans-papiers, le militant antiraciste.

    Tout cela permet d’étouffer le combat ultime : la lutte des classes !
    Cette lutte qui pourrait nous rassembler au lieu de nous diviser.
    Combat beaucoup plus dérangeant !

    • dewe 19/01/2021
      Répondre

      bien résumé,bravo

    • Marcus 20/01/2021
      Répondre

      Bravo, je n’aurais pas mieux dis 🙂

  3. dewe 19/01/2021
    Répondre

    n’importe quoi………….mais voilà c’est dans l’air du temps…….

    comme disait Coluche pour pas être raciste on a tous la même couleur par exemple bleu, mais y aura les bleus foncés et les bleus clairs…………LOL

  4. TheGoodTheBadAndTheMeeple 19/01/2021
    Répondre

    C’est bien triste de contempler toute cette incomprehension, cette mise hors contexte, interpretation …

    Il y a quelque chose qui tourne plus rond …

  5. ocelau 20/01/2021
    Répondre

    Merci de cette synthèse sur cette « affaire ». Je ne sais pas si Tascini est auteur à plein temps, mais je trouve ça curieux qu’en gros il se retrouve sans travail (si aucun éditeur ne veut plus s’associer à lui) pour des positionnements personnels qui n’ont , il me semblent, jamais transparu dans ces créations. Vu les éléments ici , ça ressemble à une chasse au sorcière dont la démarche est presque plus flippante que les propos eux-même.

  6. Starfan 20/01/2021
    Répondre

    Encore un bel exemple de la bêtise humaine dans toute sa splendeur!! J’adore Tascini et je vais continuer d’acheter ses jeux,je vais boycotter Board and Dice pour excès de crétinerie!! On a pas besoin d’attaques de ce genre en cette période maussade et vive la liberté d’expression.

  7. narnokatt 21/01/2021
    Répondre

    Je ne peux que constater que les commentaires vont dans un seul sens, notamment un qui utilise Fourest pour son argumentaire… Faut il s’attendre à lire du Zemmour ici ?

    Le fond du problème c’est avant tout la faiblesse et le timing désastreux des excuses de Tascini.

     

    • Marcus 21/01/2021
      Répondre

      Ben à la base si Tascini ne pensait pas être dans l’erreur, le timing peux se comprendre, et le fond du problème n’est pas simplement là, il y a la réaction limite « démesurée » de Board & Dice à son encontre qui entre en jeu aussi.
      Et comme j’ai pu voir sur d’autres commentaires ailleurs, le soucis aussi viens d’une traduction un poil biaisée de ce qui est dis.
      Mais attendons voir la suite des événements.

    • fouilloux 21/01/2021
      Répondre

      J’avoue que j’aurais bien contre dit certains argument, mais je n’en ai pas eu la force 🙂

      Parenthèse: Cela dit, J’ai toujours du mal quand on compare C. Fourest à Zemmour. Certes, dernièrement je ne partage pas tout ses avis, mais les mettre sur un pied d’égalité, c’est quand même un peu l’insulter. Je trouve un peu dommage que dans le débat actuel, on ai un camp qui tout de suite met l’autre ceux qui ne sont pas d’accord des extrémistes anti-laïques (et pour le coup, j’avoue qu’elle le fait trop, elle a même théorisé le truc), de l’autre un camp qui mets les gens pas tout à fait d’accord dans le camp des facho. C’est un peu dommage parce que souvent je vois plus de point comment dans le fond que de différence.

    • snaketc 22/01/2021
      Répondre

      Après la loi Godwin, on a la loi Cnews… ça change au moins 😉

  8. OC 21/01/2021
    Répondre

    Faut-il s’excuser quand il n’y a pas de faute? Il explique, avec des précautions lourdes, qu’il n’entend pas définir un Noir par sa couleur de peau. Ce qui est une attitude non discriminante tout de même. Il refuse l’essentialisation… ce qui est bien (je crois). Le mot « Nègre » a été utilisé par des écrivains qui font l’honneur de la culture française, Aimé Césaire en tête. Il est évident que dans la bouche ou les écrits de certains ils font horreur. Mais alors qu’on m’explique sérieusement pourquoi les propos de Taschini font autant polémique? Sa formule d’excuse finale est très puissante. Pourquoi son éditeur estime ses excuses insuffisantes? Est ce la peur des réseaux sociaux qui ont fait réagir les éditeurs? Dans ce cas, je peux décider de boycotter ces éditeurs… sans trop réfléchir?

    • Marcus 21/01/2021
      Répondre

      Il me semble pas que c’était insuffisant les excuses mais trop tardives….
      Ouais donc au départ Tascini ne trouve pas qu’il doit s’excuser pour ce qu’il a dis, au final il viens s’excuser, mais c’est trop tard?
      :/ Sceptique, attendons de voir d’autres avis sur l’affaire. En tous cas, je trouve ça triste qu’on en arrive là.

       

  9. Speedygonz 22/01/2021
    Répondre

    Je ne comprends pas. J’ai beau relire le post incriminé, je comprends toujours la même chose: il indique qu’une personne ne peut être réduit à sa couleur de peau, encore moins à un mot caractérisant sa cette couleur car un mot n’a de sens que placé dans son contexte. Et donc c’est tout le contraire d’un commentaire raciste… Reste l’utilisation du mot « N » mais qui était justement là comme exemple d’un mot qui prends sens en fonction de son contexte… Je comprends pas… Putain et au même moment y a des mecs qui se prennent pour des protecteurs de l’identité blanche et qui  font des expéditions en montagne pour « protéger » les frontières et personne ne fait rien contre eux… Je comprends plus rien à ce monde…

    • Marcus 23/01/2021
      Répondre

      Faut pas chercher, le monde d’aujourd’hui s’offusque pour la moindre chose qui peut être interprétée de travers (donc quasiment tous pour certaines personnes), internet est terrible pour ça, on reviens de plus en plus au lynchage en place publique du moyen-âge, où les gens gueulaient et lançaient de la merde sur le « soit disant » coupable, et ça ne fait que commencer. Beaucoup cherchent des problèmes où il n’y en a pas, ou pas vraiment, et bien souvent ça envenime les choses plus que ça ne les résous :/
      D’ici quelques années certains mots seront interdits.
      Faut faire vachement gaffe à ce qu’on écrit, comment on l’écrit (ponctuation etc…), sinon ça deviens l’enfer en peu de temps…
      C’est la nouvelle chasse aux sorcières.

Laisser un commentaire