up-kal-ok

Kaleido, c’est kaléidoscopique (bobo la tête)

Sorti en novembre 2013 au Japon, Kaleido est désormais traduit en anglais pour Essen (chez Japan Brand of course !) et en français pour vous (par le MadTranslator… encore plus of course !). Vous trouverez donc la petite traduction sur la fiche du jeu qui va bien.

Nous sommes face à ce qu’on appelle un jeu abstrait. Et c’est bien aussi. Bon, bien sûr, ils ont fait l’effort d’écrire un petit background.

Tenez, si vous voulez du pitch :

Vous êtes un célèbre concepteur de kaléidoscope pendant la période Edo. Un jour, vous êtes convoqué par le Shogun en son château.

En arrivant au château vous vous apercevez qu’il y a aussi d’autres concepteurs de kaléidoscope présents. Le Shogun vous donne tous un ordre « Je veux avoir un kaléidoscope magnifique. Vous devez coopérer pour le créer ! Je donnerai de l’or à celui ou ceux qui réussiront à créer le kaléidoscope le plus extraordinaire ! ».

Voyons voir si vous serez capable de bien saisir les intentions du Shogun en créant un chef d’oeuvre.

On pourrait croire que c’est un jeu coopératif, mais absolument pas ! Non, le Shogun veut surtout vous voir vous tirer dans les pattes. Diviser pour mieux régner, c’est son crédo. Sale pervers manipulateur, tu crois qu’on ne saisit pas ta vraie nature ? Grrrr !! Bon… et sinon je parlais de quoi ? Ha oui, le kaléidoscope. Chaque joueur choisit une couleur (parmi rouge, jaune, vert, bleu et violet) et prend 14 tuiles assorties (si on est 3 joueurs), ou 13 tuiles (si on est 4 ou 5 joueurs) en plus de 2 tuiles toutes blanches. On va ensuite prendre deux petits plateaux hexagonaux et les relier l’un à l’autre. Ils sont formés de cases vides. Voilà à quoi ça ressemble :

crédit BGG

Il y en a donc deux comme ça reliés au centre, mais ce n’est pas tout : chaque joueur va aussi en avoir deux avec lui, qu’il pourra ajouter au pattern central.

Ha oui je disais que c’était pas du coop’, on va donc marquer des points pendant la partie mais le scoring final sera aussi très important. Vous allez voir.

Tandis que revoilà la sous-préfète

Mais d’abord chacun son tour, nous allons :

> Placer une tuile à sa couleur dans un espace vide au choix (obligatoire)

> Réaliser une action supplémentaire (soit juste avant soit juste après avoir placé une tuile) : placer une tuile blanche dans un espace vide, ou un de vos plateaux de jeu en le reliant au moins par un côté à un déjà en place. Mais là, rien d’obligatoire. Faut pas se forcer.

> Marquer des points : lorsque les six cases d’un plateau sont occupées, paf, on doit compter les points. C’est comme ça, on n’y peut rien. Vous comptez le nombre de tuiles de chaque couleur (on ignore royalement les blanches, oui, je sais, les pauvres), en gros, pour les points : celui qui a le plus de tuiles gagne 8 points, et le second gagne 4.

> Faire pivoter un plateau de jeu : le joueur dont c’est le tour peut faire pivoter un plateau qui vient d’être décompté. Cela servira pour le scoring de fin de partie. Vous savez, je vous avais dit que c’était « aussi très important ». Et bien, on y est.

Vous marquerez des points pour vos tuiles si elles sont placées d’une manière tout à fait particulière. Bon…Vous devez penser large. Open your mind. Think different. Respirez profondément.

En effet, maintenant, les joueurs vont marquer des points pour n’importe quel hexagone remplissant ces deux conditions :

– 2 côtés de 3 plateaux de jeux adjacents sont reliés les uns aux autres.
– Les 6 cases de l’hexagone (fait par les trois hexagones mentionnés au-dessus, ce qui est en rouge ci-dessous) sont occupées

c’est là que je vous montre cette photo avant que vous ne fassiez de l’hyper ventilation (mon PC en fait tout le temps, je sais à quel point c’est pénible) :

Sur l’hexagone central, nos joueurs Rouge, Violet et Bleu vont tous marquer des points (4 points chacun). Et oui, puisqu’ils sont à égalité là-dedans. Ah oui c’est beau hein ? Comment ça mal au crâne ? Oui, ben, c’est kaléidoscopique quoi.

>> La fiche du jeu (avec les règles traduites par le TraducteurFou qui a du devenir encore plus fou après ça)

   

Laisser un commentaire