Dice Realms, construire ses dés avec Thomas Lehmann

Sonnez trompettes, battez tambours, résonnez hautbois Thomas Lehmann est de retour !

Le papa de Race for the Galaxy et Res Arcana (parmi d’autres) présente Dice Realms, un jeu pour deux à quatre personnes qui voit les joueurs diriger leurs royaumes représentés par un jeu de dés. “Vers la grandeur et la gloire !”, rien de moins.   

 

 

Dans Dice Realms, les joueurs lancent leurs deux dés (le jeu se veut en grande partie simultané) afin de rassembler les ressources nécessaires à l’acquisition des points de victoire. Chaque face de dé bénéficie à un aspect différent de votre royaume, qu’il s’agisse de l’agriculture, de l’exploitation minière, de l’armée ou autre, et les joueurs peuvent modifier les chances en leur faveur. Chaque joueur commence avec deux dés identiques et peut en gagner d’autres, en plus d’améliorer ses dés de départ. Modifier vos chances signifie ici modifier le dé lui-même, en échangeant les faces à la façon d’un Dice Forge (Just played). 

 

Rio Grande Games est le studio derrière Dice Realms (Dominion, Race for the Galaxy, Bohnanza…) ; voici ce qu’ils expliquent du déroulé du jeu plus en détail : 

Au début d’un tour, tous les joueurs lancent leurs dés, et un joueur lance le dé du Destin. Si l’hiver apparaît sur ce dé-là, tous les joueurs doivent payer 1 Grain pour chaque dé qu’ils possèdent, et reçoivent un « jeton de misère » (- 2 points) pour chaque Grain qu’ils ne peuvent pas payer. Les joueurs peuvent alors relancer un dé gratuitement, et peuvent investir dans des jetons de relance et des jetons « set a die » (qui vous permettent de choisir le résultat de la face du dé) pour un contrôle supplémentaire. Si un dé relancé présente une icône de relance, vous obtenez le Grain ou le pouvoir indiqué sur le dé, puis vous le relancez.

 

Les joueurs résolvent ensuite les attaques, en commençant par celles du dé Destin (qui touchent tous les joueurs), puis dans le sens des aiguilles d’une montre, l’attaque d’un joueur affectant ses adversaires. Pour chaque Bouclier sur un dé, vous pouvez ignorer une attaque. Les attaques peuvent vous coûter des Grains, l’utilisation d’un dé lancé au cours du tour, ou l’utilisation permanente d’une face de dé, cette face étant remplacée par un symbole « détruit ».

Le proto joué à la Gencon 2019, photo Ian Barker

 

Vous collectez ensuite tous les points de victoire (PV), les Grains et les pièces sur les faces visibles de votre dé, les pièces n’étant utilisables qu’au cours de ce tour pour acheter des jetons de relance et des jetons « set-a-die », réparer une face de dé détruite (en remplaçant le symbole détruit par une face précédemment retirée), acheter un nouveau dé (qui coûte également deux Grains) et acquérir des améliorations, qui coûtent chacune 2 pièces. Vous pouvez conserver au maximum 1 pièce dans votre trésorerie pour l’utiliser lors d’un prochain tour.
Les faces des dés sont composées de 1, 2 ou 4 points, et passer d’un 1 à un 4 de la même couleur coûte trois améliorations (par exemple, passer d’une face jaune qui rapporte 2 Grains à une face qui rapporte 4 Grains et 2 pièces) alors que passer d’un 1 à un 1 d’une couleur différente coûte une amélioration.

Si, au cours d’un tour, un joueur doit utiliser un jeton de 10 PV, un jeton de misère de -10 ou un jeton de Grain de 10 parce que tous les jetons de valeur inférieure ont été utilisés, la partie se termine à la fin de ce tour ; sinon, le joueur qui a le dé du destin le passe au joueur suivant dans le sens horaire et un nouveau tour commence. 

À la fin de la partie, les joueurs comptabilisent les points gagnés, à la fois sur les jetons de valeur et sur les faces améliorées du dé, les faces à 2 points valant 1 PV, et les faces à 4 points valant 2 PV. Celui qui a le plus de points peut entamer la danse de la joie.

 

 

Aux pinceaux, on retrouve deux illustrateurs qui donnent vie à cet univers fantasy : Martin Hoffmann et Claus Stephan (il est à noter qu’ils ont déjà collaboré sur des titres tels que Race for the galaxy, Russian Railroads…). 

« Avec 18 dés, plus de 650 faces de dé en plastique de 72 types différents et 35 tuiles qui fournissent plus de 320 000 configurations de départ et défis uniques, Dice Realms offre beaucoup de variété et de rejouabilité” détaille l’éditeur. Voilà qui est fort alléchant, malheureusement, cette quantité de dés customs a un coût, et le jeu est annoncé pour être vendu à 119,95 $ aux US, d’ici le mois de décembre. La version française arrivera fort probablement en 2022, mais on ne sait pas encore chez quel éditeur. 

 

   

Laisser un commentaire