Co2 : Second Chance : Il faut que tu respires

Co2 est un jeu de Vital Lacerda, un de ses premiers jeux, qui revient sur le devant de la scène participative. Si vous ne connaissez pas l’auteur, il est amateur de très gros jeux de gestion avec des mécaniques imbriquées dans tous les sens. On pourrait citer, Vinhos, Kanban, The Gallerist ou encore Lisboa qui est arrivé sur le podium au diamant d’or.
Co2_second_chance_jeux_de_societe_Ludovox (1)

1970 – On n’a pas de pétrole mais on a des idées

Dans les années 1970, la demande énergétique augmente fortement, et des centrales polluantes ont étés construites pour gérer ce besoin en énergie.

La pollution augmentant drastiquement, les gouvernements font appel à des entreprises pour construire des centrales moins polluantes (je n’ose pas dire propres), pour remplacer les centrales vieillissantes.

Chaque joueur gère une de ces compagnie, le but du jeu étant de réduire ou ralentir la pollution, tout en répondant à la demande énergétique… et bien évidemment faire du profit.

À la fin des 5 décades du jeu, le joueur avec le plus de points de victoire gagnera la partie. Mais si la pollution n’est pas endiguée, la partie peut finir plus vite que prévu et tout le monde aura perdu. Il va donc falloir coopérer.

Co2_second_chance_jeux_de_societe_Ludovox (2)

 

Comment ça marche ?

Une session se joue en 5 décades qui peuvent comprendre plusieurs tours.

Pendant la partie, à chaque tour, les joueurs vont devoir gérer les demandes en énergie de chaque région du globe. Pour cela, ils vont proposer des projets qui  qui vont être convertis en infrastructure. Une infrastructure permet de construire une centrale énergétique qui ensuite engrangera des points de victoire et d’autres bénéfices.

À la fin d’une décade, si la demande n’a pas été satisfaite, on devra placer des centrales polluantes et augmenter le niveau de pollution en conséquence.
Si la pollution atteint les 500 ppm (Particules par millions), la partie est finie pour tout le monde ! Attention, le jeu n’est pas coopératif pour autant, on va devoir coopérer mais il n’y aura qu’un seul gagnant : celui qui saura le mieux tirer son épingle du jeu.

Je ne vais pas rentrer dans tous les détails, d’autant que nous avons un Just played dans le frigo de la rédaction, article qui est actuellement en train d’être décongelé ^^.

Co2_second_chance_jeux_de_societe_Ludovox (1)

projet, infrastructure et centrale

 

Quoi de nouveau dans cette version ?

Tout d’abord, si le jeu au départ était “coopétitif”, cette nouvelle version nous permettra de jouer dans un mode totalement coopératif. Avec de nouveaux objectifs spécifiques à cette version. Pour info, la version coopérative se joue en 4 décades et non 5.

Le jeu sera multilingue dont le français. Le plateau a été revu, exit les couleurs pastels bleutées froides de l’ancienne version, nous avons ici comme vous pouvez le voir des couleurs orangées et chaudes. Les illustrations sont de Ian O’Toole, qui a déjà officié dans la plupart des jeux de Vital Lacerda.

Kickstarter oblige, et pour rendre le projet plus attractif (et aussi augmenter les marges ne nous le cachons pas), nous avons des bâtiments en 3D à la place de simples jetons en carton.

Deux des centrales dites vertes ont aussi remplacées, exit les centrales nucléaires et la biomasse, bienvenue à l’éolien et l’hydroélectricité.

Quelques petits ajustements, dans le gameplay, par exemple quelques cartes objectifs ont étés retouchées, vous pouvez réclamer des objectifs si vous avez la bonne infrastructure et non uniquement une centrale énergétique. On ne paye plus d’argent à un joueur chez qui on a construit un projet, cela nous fait gagner un point sur l’expertise scientifique.

Détail qui a son importance : la règle a été totalement revue, elle était assez indigeste dans sa rédaction (peu d’illustrations et des pavés de textes comme un projet de loi). Ici nous avons un livret aéré avec des images pour illustrer le fonctionnement du jeu.

Le jeu vient d’être lancé sur la plateforme giochistarter et sur KS.

Pour info, le KS se termine le 28 février et le plafond des 30 000€ demandé par l’éditeur Giochix a déjà été dépassé.

 

Laisser un commentaire