pagodaUp

Zoom sur Pagoda

Ouille ça fait un moment que je voulais vous en causer, d’ailleurs, quand j’y songe, je crois que c’est depuis que je l’ai découvert au moment de sa sortie, en fait, oui, et hoo ça traine alors que je me dis qu’il faut vraiment que je vous le présente, d’autant qu’il devrait arriver un beau jour dans une version traduite spéciale mangeurs de grenouilles !

Mais bon, l’actu m’a rappelée gentiment à l’ordre avec l’annonce sur BGG des candidats au titre de « meilleur jeu » à l’International Gamers Awards, catégorie deux joueurs nous trouvons donc Pagoda aux côtés de la seconde édition de Battlelore (dont l’ami Arthelius vous proposait un open the box y a pas longtemps tiens !), d’un certain Heroes of Normandie (et on reste sur le champ de bataille), et Morels (à savoir Fungi que l’on attend toujours de pied ferme, -et cette fois-ci on part dans les champs mais pour la cueillette aux champignons, c’est sympa aussi-).

Pagoda est un jeu à deux pour joueurs malins dans lequel on s’affronte pour créer des pagodes, niveaux par niveaux.

Une journée pas tout à fait normale s’annonce dans la Chine ancienne : l’empereur lui-même a proclamé qu’il viendra visiter votre province ! Il ne tient maintenant qu’à vous de lui rendre hommage dignement en construisant les pagodes les plus extravagantes.

Vous érigerez les colonnes, les planchers et les toits de ces pagodes en jouant des cartes de couleur. Pour chacune de ces tâches, vous gagnerez des points. En outre, les tuiles des pagodes donneront des capacités spéciales que vous pourrez utiliser au cours de la partie. Le joueur avec le plus de points à l’issue de la troisième pagode sera le vainqueur et pourra se la ramener auprès de l’empereur façon « tavu » comme disent si bien nos djeunes.

Vous avez donc un petit plateau central que vous placez entre vous. Chacun prend 6 marqueurs à sa couleur, ainsi qu’un petit plateau d’architecte personnel. On dispose toutes les tuiles « pagode » par couleur à côté du plateau pour créer la réserve générale.

Vous mettez aussi tous les petits cylindres en bois de couleur (les colonnes) pas trop loin. Enfin, on se munit d’une carte de chaque couleur : violet, vert, jaune, rouge et une bleu que l’on pose les unes à côté des autres devant soi face visible, et on termine tout ça en piochant chacun 2 cartes, qui iront cette fois constituer notre main. En fait, les 2 cartes en main et les 5 autres visibles forment votre réserve de cartes – mais comme vous l’aurez compris, certaines sont connues de votre adversaire et d’autres non…  

Construire des pagodes, un rêve d’enfant

Sur le plateau central, vous avez 6 emplacements de construction qui pourront accueillir chacune une pagode à plusieurs étages. Chaque étage, à commencer par le sol (considéré comme le 1er étage) comporte 4 colonnes d’une même couleur. Chaque étage est séparé par une tuile, qui présente des espaces pour les futures colonnes.

Une fois complétées, vos pagodes auront 4 étages + le toit. Le toit c’est la 4e tuile sur son côté verso, avec deux blocs de colonnes empilées sur l’espace approprié au centre.

Des règles colorées

Les colonnes du 1er étage des 6 bâtiments peuvent être de la couleur que vous voulez, par contre, les 4 colonnes d’un même étage devront être assorties. C’est plus joli.

Une fois que les 4 colonnes sont là, vous devrez poser une tuile pour faire le plafond de cet étage et comme vous l’aurez peut-être deviné en regardant le dessin la haut, cette tuile devra être de la couleur des colonnes qui la soutiennent.

A la fois plafond et sol de l’étage suivant, cette tuile indique des espaces pour les futures colonnes qui vous en dicteront la couleur, pour info ça peut être n’importe quelle couleur (toutes les dispositions existent une fois dans le jeu). Ci-dessous une tuile bleue sur laquelle il faudra jouer des colonnes rouges :

A moi à toi

 
 
 

Quand c’est votre tour, vous pouvez effectuer les actions suivantes à plusieurs reprises et dans n’importe quel ordre :

  • A. Construction de colonne : minimum 1, maximum 3 en jouant une ou plusieurs carte-s- de la bonne couleur (vous prenez alors le-s- cylindre-s- en bois de la couleur idoine depuis la réserve commune)
  • B. Construction d’étage : autant que vous le voulez, en jouant également des cartes à vous de la bonne couleur
  • C. Construction de toit

 

Vous pouvez aussi si vous le souhaitez, vous servir de vos pouvoirs spéciaux, puis vous défaussez toutes les cartes qui ont servi et vous refaites votre réserve ouverte et votre main (5+2).

Des pouvoirs spéciaux ?

Oui, vous êtes un super-architecte ou quoi ? Alors à chaque fois que vous construisez un étage, vous devenez un peu plus expert en la matière. C’est le métier qui rentre. La couleur de la tuile posée définit quel type de capacité vous apprenez, vous avancez alors le marqueur adapté sur votre petit plateau personnel.

Du coup, à partir de maintenant là tout de suite, vous pouvez utiliser cette capacité, mais à chaque fois, le marqueur reviendra sur la gauche et quand il sera tout à gauche, ça sera fini, over… Jusqu’à ce que vous construisiez une autre tuile de cette couleur.

On joue le jeu ainsi jusqu’à ce que 3 pagodes aient été totalement construites (jusqu’au toit) : on termine alors le tour de façon à ce que tout le monde ait pu jouer autant de coups. Et là, on compte les points. Un point par tuile, et des points progressifs pour les étages en fonction de leur hauteur. 5 points pour le toit.

Mais… des pouvoirs spéciaux ??

Oui bon ! J’y viens.

– Les tuiles violettes permettent, au moment où l’on refait sa main, de s’en envoyer 4 au lieu de 2. Bon, c’est un maximum maximorum, faut pas pousser.

– Le pouvoir rouge de la lanterne vous permet de construire non pas trois mais quatre colonnes. Appréciable !

– La capacité jaune opère en début de tour. Vous pouvez alors défausser autant de cartes que nécessaire (de votre réserve ouverte et de votre main) et ça se combine avec la capacité violette. Dragon powa !

– Le pouvoir de Buddha (bleu) se révèle utile quand vous construisez un étage ou un toit, à ce moment-là, vous pouvez utiliser 2 cartes d’une couleur similaire pour jouer la tuile de votre choix.

– Et enfin, le pouvoir vert du bol de riz fonctionne de la même façon, mais pour la construction de colonne et du toit.

 

Et voilà, nous avons fait le tour des règles de ce petit jeu malin-comme-tout (jamais joué encore personnellement mais j’avoue que malgré le fait que nous ne courrons pas trop après les jeux à deux, celui-ci me fait vraiment de l’oeil…). Ne reste plus qu’à surveiller la traduction et nous pourrons à l’occasion vous en présenter un test complet. En attendant, voici la fiche du jeu avec toutes les infos nécessaires à votre survie. C’est toujours ça de pris.

1 Commentaire

  1. Les Aventures Ludiques 30/08/2014
    Répondre

    Ça donne envie 😉

Laisser un commentaire