Welcome To la Petite Mort, un cross-over bienvenu ?

Welcome to La Petite Mort est un objet ludique un peu particulier puisqu’il s’agit d’une extension cross-over entre deux jeux distincts (de deux maisons d’édition différentes qui plus est), à savoir Welcome to et La Petite Mort.

C’est une initiative originale et bien pensée qui fait se rencontrer deux univers avec chacun une identité forte, et qui parvient à les marier de manière étonnante et humoristique, en respectant cependant pour chacun son « individualité ».

 

Welcome to your perfect Home : le jeu de base

Welcome est un jeu signé Benoit Turpin, édité en 2018. Un jeu que j’aime beaucoup et auquel j’ai joué avec tellement de types de joueurs différents ! Et, à chaque fois la magie est là. On s’amuse, on se raconte une histoire à travers nos coches, on passe un bon moment et il faut dire que ce jeu est si tranquille qu’il en est apaisant.

Pour ceux qui ne connaissent pas Welcome, il s’agit d’un jeu dans lequel les joueurs incarnent des architectes des années 50’. Chaque joueur gère sa propre ville, matérialisée par une jolie fiche papier avec des rues composées de maisons, et sur laquelle vous pouvez inscrire le nom que vous avez choisi pour votre ville.  Cette fiche contient également toutes les informations pour le déroulement du jeu et le calcul du score.

feuille remplie Welcome

Une feuille Welcome en fin de partie

 

À chaque tour, on va présenter aléatoirement trois combinaisons de cartes. Chacun choisit l’une de ces combinaisons numéro + bonus, et écrit sur sa feuille le numéro dans n’importe quelle maison, et coche ses bonus (parc ou piscine par exemple).

 

exemple de combinaisons

Exemple de combinaisons


La Petite  Mort : le jeu de base

Quant à la Petite Mort, je ne le connaissais pas. Je vous avoue que j’ai eu un peu peur la première fois que l’on m’a présentée le jeu. Faut dire que le principe est surprenant : Tuer des gens en se basant sur leurs faiblesses et en leur assignant de nouvelles… des faiblesses tel que suicidaire ou cancéreux. Cela me paraissait dérangeant. La Petite Mort est en fait un jeu tiré de l’univers de la BD du même nom, de Davy Mourier. Au lieu d’être rassurée, je me vois emplie d’un deuxième a priori : Un jeu « à licence » ne cache-t-il pas une pure opération commerciale ?

Et bien non. Le jeu est bon. Il est même franchement fun, on s’amuse bien et on endosse finalement assez aisément notre rôle de petite faucheuse !

boite petite mort

La boîte du jeu La Petite Mort


Dans ce jeu, les joueurs sont des Petites Morts, leur but va donc être d’obtenir leur Diplôme de fauche, afin de remplacer la Faucheuse qui est fatiguée !

Nous allons avoir des personnages devant nous (que des personnages existants, fictifs ou historiques), qui ont des faiblesses. Ils vont évoluer, acquérir des caractères, qui vont leur octroyer de nouvelle faiblesses, mais peut-être aussi des forces. On va aller faucher les personnages des autres grâce à des cartes Fauche, en répondant aux conditions requises sur ces cartes.

personnages

Des personnages et leurs caractères

 

Welcome to La petite Mort, première !

Welcome to La petite Mort regroupe donc deux extensions distinctes : une pour Welcome, et l’autre pour la Petite Mort. Une démarche éditoriale originale de collaboration, et à ma connaissance, la première. Alors qu’avons-nous là ?

Niveau matériel, un nouveau carnet de feuilles de villes, de nouveaux objectifs pour Welcome, et de nouvelles cartes de caractère pour La Petite Mort.

Je dois dire qu’à la lecture des règles j’ai ri par moment. Par exemple, les cartes de base de Welcome représentant les bonus du tour (parc, piscine, bourse etc.) représentent maintenant des types de mort, avec par exemple « Suicide à cause de la bourse », « Homicide lors d’une dispute de voisinage », ou encore « Bombe dans une boite aux lettres ». Ames sensibles s’abstenir ! L’humour noir de la Petite Mort est bien au rendez-vous. 

causes de mort

Les bonus sont remplacés par des causes de mort

L’extension de Welcome

Cette extension apporte un vrai plus au jeu de base : les principes sont sensiblement les mêmes, mais là il y a clairement une course aux objectifs, toute nouvelle et qui change totalement le gameplay : si dans Welcome on réfléchissait à optimiser ses placements de maison tout tranquillement, là on va privilégier le rush vers les bonus. En effet, les premiers à compléter une rue ou une colonne entourent le bonus correspondant sur leur fiche, tandis que les autres joueurs le rayent, ils ne pourront plus l’obtenir.

Si le bonus de rue donne 10 points de victoire (et c’est beaucoup !), le bonus de colonne est encore plus intéressant : on va marquer immédiatement 1 point par « fauche basique » et 3 points par « fauche parfaite » (nous y revenons tout de suite) et on multiplie ce score par deux !

Dans le Welcome classique, les stratégies sont variées, mais, comme il n’y a pas d’interactions entres les joueurs, on est un peu dans son coin, à rentabiliser les parcs et les piscines. On a le temps de faire ses lotissements, bien qu’il y ait des objectifs aussi. Mais à la différence de l’extension, les objectifs sont réalisables par tous les joueurs, avec certes plus de points pour le premier. Donc c’est aussi la course, mais plus tranquille.

On va alors plutôt se pencher sur l’optimisation de sa ville : renforcer la valeur des lotissements que l’on va construire par rapport aux objectifs ; faire attention à bien placer ses numéros pour ne pas essuyer de refus de construire ; utiliser le plus d’intérimaires (bonus qui permet de modifier de 1 ou 2 le numéro de la combinaison. Celui qui en utilise le plus va marquer des points supplémentaires) pour avoir le bonus ; essayer de toujours placer une piscine sur une piscine, etc.

nouvelle fiche

La nouvelle fiche pour Welcome


Avec l’extension, il n’y a ni parc ni piscine, ni intérimaire ni cours de la bourse.
En revanche il y a les deux bonus mentionnés, et forcément cela change la façon de jouer. Là c’est carrément une course effrénée !

Je vous parlais de « fauche basique » et de « fauche parfaite » : si la couleur de l’âme de la maison que vous fauchez correspond à la cause de la mort, on coche le dessin de l’âme en haut à droite (c’est exactement comme avec les piscines que l’on entoure dans la version classique) et on réalise une fauche parfaite. Dans le contraire, c’est une fauche basique, et la règle indique : « c’est pas grave mais le Grand Tout ne sera pas satisfait et vous marquerez moins de points. »

J’ai apprécié jouer à cette extension. J’ai d’ailleurs rejoué à la version classique quelques jours après, et je me suis rendue compte que ce sont pratiquement deux jeux différents. Ma préférence va à la version classique, que je trouve plus profonde et plus « zen » niveau gameplay. Mais pour des parties avec plus de challenge, et plus de rush, l’extension est très bien.

L’extension de La Petite Mort

L’extension de la Petite Mort apporte aussi un changement de gameplay notable.

Le jeu de base propose une vraie course à l’objectif, dans le sens où il faut être le premier à remplir toutes les conditions pour valider le Diplôme final. On cherche donc à faucher de manière optimale par rapport à ces objectifs. Ici le jeu se déroule de la même façon dans le tour, mais une nouvelle étape, après chaque fauche, fait se déplacer sur le plateau en défaussant des cartes de notre cimetière, à raison d’un nombre de cases correspondant à la somme des points d’âme sur les cartes défaussées. Une fois arrivé sur une case, on la coche, pour avoir des points à la fin en fonction de la couleur des résidents, et on la bloque pour nos adversaires : une case ne peut être cochée qu’une seule fois. Les cartes récupérées grâce aux fauches vont dans les cimetières du faucheur et du fauché, et doivent rester disposées à la vue de tous, pour que chacun puisse savoir où en sont les autres.

Il y a une certaine tension, et deux types de joueurs (au moins !) : ceux qui vont se raconter une histoire et jouer tranquillement, et ceux qui vont tout calculer et préparer une stratégie optimale.

partie en cours

Une partie en cours


Les premiers apprécieront l’extension, parce que c’est assez amusant, au niveau du thème principalement, et que c’est nouveau, insufflant un peu de fraîcheur au jeu.
Les calculateurs y verront plus une cassure du rythme, un temps mort (si je puis dire) qui amoindrit le plaisir de jeu.

En effet, il faut à chaque fois déplacer son Meeple sur la fiche, appelée « plateau » dans les règles, mais qui justement n’en est pas un : les cases sont petites, les règles de placement sont imprécises (on ne peut pas avoir deux petites morts sur la même case, est-ce qu’on avance gratuitement sur une case libre après ? est-ce que la case occupée compte dans ce mouvement ?) et un peu lourdes dans l’ordre de résolution des mouvements.

Cela dit, personnellement, j’ai passé un bon moment à jouer à cette extension. Cela reste assez rapide, même si comme je le disais le déplacement sur le plateau casse un peu le rythme. Pour moi (du premier type de joueur, vous vous en doutez) l’extension apporte un sympathique petit vent de fraîcheur au jeu de base. Comme pour Welcome, on a finalement un jeu avec un gameplay relativement différent de la version classique.

Des extensions bienvenues 

Au final, ces extensions sont sympathiques et apportent du neuf à des jeux déjà très bons. Surtout, on ne peut que saluer une telle initiative. Mêler deux univers forts d’éditeurs différents était risqué, mais le pari, s’il est un peu niche, est réussi. Oui, étrangement, ça fonctionne, et même très bien. Bref, cette boite permet de mettre en avant deux jeux qui le méritent et les deux extensions font naître un sentiment de renouveau avec leurs nouvelles façons de jouer et de gagner. 

 

   

Laisser un commentaire