Honey Buzz : l’abeille fait du biz

Les abeilles me fascinent depuis toujours, elles volent sans répit de fleurs en fleurs afin de rapporter le pollen à la ruche. En cas d’intrusion, elles sont prêtes à donner leur vie pour sauver la ruche, certaines ont même développé des systèmes de défense contre le frelon asiatique qui les décime, en s’agglutinant autour de lui afin de faire chauffer son corps et le faire bouillir. Une forme d’ingénierie sociale incroyable.

S’il existe quelques jeux sur les abeilles, ils ne rendent pas vraiment honneur à ces insectes incroyables, Honey Buzz est une création de Paul Salomon lancée sur kickstarter en 2021, et qui a trouvé le chemin des boutiques françaises grâce à Lucky Duck Games.

La ruche en plein rush

Dans Honey Buzz, nos abeilles décident de produire leur miel non pas pour la ruche, mais pour le vendre aux animaux de la forêt. Elles entrent dans l’ère moderne du capitalisme et du productivisme, puisque pour l’emporter il faut produire le plus de miel possible et surtout le vendre au bon moment pour faire un max de profit. Mouais, on est bien loin des insectes sociaux, mais admettons …

 

La petite boîte blanche de Honey Buzz a l’odeur du miel, les illustrations de Anne Heidsieck sont colorées, chamarrées. L’édition est très qualitative, des tuiles bien épaisses, des meeples abeilles, des jeton miels en résine que l’on mangerait si l’on n’y prenait pas garde. L’éditeur a pris soin de son produit, et il faut dire que ça donne envie d’y goûter.

 

Placement d’ouvrières 

À son tour, le joueur peut soit poser une de ses abeilles ouvrières sur le plateau, soit récupérer toutes ses abeilles déjà placées. Une petite mécanique que j’aime bien puisqu’elle offre à la fois de la réflexion dans le timing des actions. Quoiqu’il en soit, vous pouvez toujours aller sur un lieu déjà occupé par d’autres abeilles à condition d’en poser plus que le dernier joueur.

Concrètement vous allez construire vos rayons de miel en prenant des tuiles alvéoles, que vous allez disposer comme bon vous semble, enfin pas tout à fait car le placement induit le miel que vous allez créer, plutôt du cerisier, de l’acacia, à vous de voir.

 

 

Quand vous complétez une zone, et que vous obtenez une case vide encerclée, vous allez activer tous les effets autour de cette case vide et dans le sens que vous désirez, pour produire des ouvrières, butiner des fleurs (pour récupérer du miel), produire du miel, et enfin le marché.

C’est ainsi que l’on fait son miel, enfin je voulais dire de l’argent, vous pouvez soit vendre du miel en fonction du prix indiqué et faire baisser le prix ensuite, soit réaliser des cartes Contrat qui vont vous donner des bonus, actions gratuites par exemple.

Bizness Model 

La mécanique est simple tout en étant plutôt originale. Le placement de nos alvéoles est une des clés du jeu, comment les disposer pour produire son miel tout en activant les actions qui vont nous donner l’ascendant sur les autres. La pose d’ouvrière est plus classique, mais elle amène aussi une interaction forte, un lieu devenant plus cher de tour en tour. Sauf si un joueur a repris toutes ses abeilles vous laissant le champ libre. Voila une autre des clés, savoir lire le jeu des autres…, en fait non ça sera surtout très opportuniste et c’est un peu dommage.

Le placement et le déclenchement des alvéoles est simple en apparence, mais il se heurte à quelques limites, il n’est pas aisé de gérer ce placement et on a pu voir les joueurs en difficulté malgré l’aide de jeu. D’autant que l’on doit construire à court terme mais aussi à plus long terme.

Quand on déclenche ses actions, il n’est pas rare d’avoir quatre actions voire plus, ce qui demande d’être séquentiel pour ne pas se tromper, respecter l’ordre, et ne pas tricher malgré nous, pris dans notre petit bouillonnement interne en réalisant deux fois la même action.

 

 

L’interaction est bien présente par la pose d’ouvrière, mais aussi et surtout dans les contrats présents. Certains induisent une course qui valorise les premiers, d’autres de la majorité en fin de partie etc.

J’étais prêt à oublier le thème pour me concentrer sur la mécanique, et je dois dire qu’au début cette danse d’abeilles est plutôt charmante, mais on réalise vite qu’il y a des passages obligés. En premier lieu, il nous faudra plus d’ouvrières, ça reste une clé des jeux de ce genre, on se jette donc sur ce type d’alvéole. Une fois son moteur créé on va essayer de le faire tourner de plus en plus vite, au risque de devenir répétitif : on crée du miel, on le vend, on en recrée jusqu’à la rupture sur le marché.

Honey Buzz dans une édition somptueuse propose un jeu qui mélange de la planification, de la construction avec la gestion de sa ruche, malheureusement il est quelque peu répétitif et long, comptez 90 et jusqu’à 120 minutes à quatre joueurs. Agréable une partie, mais les suivantes confirment cet aspect répétitif hélas.

LUDOVOX est un site indépendant !

Vous pouvez nous soutenir en faisant un don sur :

Et également en cliquant sur le lien de nos partenaires pour faire vos achats :

acheter honey buzz sur magicbazaracheter honey buzz sur philibertacheter honey buzz sur espritjeu

1 Commentaire

  1. Meeple_Cam 08/08/2022
    Répondre

    Je m’insurge 🙂 ! Il y a un excellent jeu sur les abeilles (sauvages) : Pollen (de Alexandre Droit chez Opla). Pédagogique et très malin pour 2 joueurs. Un classique chez moi :). Sur Honey buz, je lui ai reproché son analysis paralysis. On réfléchit bcp à son tour pour optimiser nos actions, et c’est long pour les autres (surtout à 4).

Laisser un commentaire