#DLV : INTERVIEW PODCAST DE LA SAJ : SOCIÉTÉ DES AUTEURS DE JEUX

Dans ce podcast, vous pourrez en apprendre plus sur la Société des Auteurs de Jeux grâce à l’interview de Benoit Turpin, actuel président de la SAJ. 

La SAJ : C’est quoi ? Quelles sont leurs actions ? Quid de la reconnaissance du j2s en tant que produit culturel ? Quid 
de la reconnaissance du statut d’auteur ?

Tout cela et beaucoup plus encore ! 

C’est par ici :

 

 

Ce Podcast est une retransmission de l’interview vidéo réalisée ici 

   

5 Commentaires

  1. Djinn42 il y a 10 jours
    Répondre

    Merci pour cette interview.

  2. Guillaume il y a 8 jours
    Répondre

    D’abord je me suis dit que cette interview était très intéressante, surtout le passage sur la considération du travail des auteurs.

    Et puis j’ai vu que Benoit Turpin allait bientôt sortir « Le jeu du doigt », qui n’est plus ni moins qu’un jeu à boire auquel je jouais avec mes amis, au bar, il y a 10 ans.

    Et là j’ai trouvé ça cocace…

    • Florian il y a 8 jours
      Répondre

      Bonjour Guillaume. Je me permets de te répondre puisque je suis co-auteur de ce jeu avec Benoit. Alors oui, Le jeu du doigt est inspiré d’un jeu à boire que des amis m’ont appris il y a quelques temps. Tout comme j’avais appris à jouer à Jungle Speed au collège et à Loup-garous avant cela. Et cela ne m’avait pas empêché d’acheter ces jeux, parce que l’édition était cool, qu’il y avait du travail derrière autre que la simple règle du jeu à boire, et que je pouvais jouer avec des enfants ou ma grand-mère. Cocace, non ?

      • Guillaume il y a 8 jours
        Répondre

        Bonjour Florian, merci pour ta réponse et pour ton travail sur Cowboy Bebop, un jeu que j’apprécie beaucoup.

        Si je me suis permis cette remarque, c’est parce qu’à première vue « Le jeu du doigt » reprend trait pour trait le jeu qui a bercé ma vie étudiante (la pinte de bière en moins évidemment). Pour être franc, et sans viser de projet en particulier, je trouve que les éditeurs qui s’approprient et commercialisent des jeux de la culture populaire (ou en licences libres) ont une vision un peu paresseuse du processus créatif. Evidemment cette opinion n’engage que moi et je n’ai pas l’intention de lancer un débat à ce sujet.

        Malgré cet a priori négatif je serais heureux d’en apprendre plus sur « Le jeu du doigt » et notamment ce qu’apportent les cartes dans le déroulement de la partie ? Merci

        • Benoit il y a 8 jours
          Répondre

          du coup je me permets de répondre aussi. Contrairement au loup garou, time’s up ou skull (voire Uno) qui ont effectué un travail principalement éditorial et non mécanique, ici on est bien partis de l’idée de base du jeu à boire mais mécaniquement, le jeu est assez différent. Il ne se passe pas la même chose quand le bon chiffre est trouvé, le rythme est très différent, les cartes et les effets sont variés, et surtout, on donne des moyens aux joueurs pour qu’ils puissent davantage deviner ce que les autres vont dire. Et donc les sensations de jeu ne sont pas identiques.  J’entends la remarque sur la commercialisation de la culture populaire mais personnellement, il s’agit du même processus créatif que d’avoir envie de faire un jeu avec un deck building, ou de faire un roll & write, sans en être l’inventeur du concept.

           

           

Laisser un commentaire