lotr_lcg-932x310

Campagne du seigneur des anneaux, Bagarre à Pelargir 2/2

Cet article est le deuxième d’une série décrivant des parties romancées du seigneur des anneaux JCE. Dans le premier article, je vous décrivais mon deck et la stratégie mise en place. Dans celui-ci, voici la partie à proprement dite.

J’ai fait plusieurs parties avant de me lancer dans le compte rendu, en modifiant mon deck régulièrement pour qu’il marche au mieux contre le scénario. Le final est celui que j’ai présenté dans l’article précédent. Je ne précise pas les effets des cartes ombres si celles-ci n’ont pas d’effet ou ne changent rien au jeu : par exemple, si une attaque a été augmentée alors qu’elle aurait de toute façon détruit l’allié en défense, ou si les dégâts d’une attaque sont redirigés vers le porteur du parchemin alors que celui-ci n’est attaché à aucun héros.

En bleue, la partie romancée.

Première main : intendant du Gondor x2, bouclier du Gondor, éclaireur du Snowbourn, Garde de la citadelle, PiedArdent

Une main de départ excellente : j’ai dès le départ deux des principaux équipements, à savoir l’intendant et le bouclier, qui vont me permettre de ne pas manquer de ressources et de protéger un peu plus mes héros. Les ennemis de ce scénario ayant tendance à frapper à 3, un point de défense en plus fait toute la différence pour des héros qui commencent à 2. J’ai aussi PiedArdent pour Éomer qui en fait un atout exceptionnel pour la quête. Enfin, j’ai l’éclaireur qui, outre son rôle de chair à canon pour booster mes héros, me permet dès le départ d’explorer le poisson sauteur plus rapidement et de rapidement enlever son effet du jeu. Le jeu permet de faire un mulligan, mais cela ne sera pas nécessaire ici.

Pour des raisons thématiques liées à la partie romancée, j’attache le parchemin à Imrahil, et procède à la mise en place, à savoir l’ajout d’une brute du port dans la zone de cheminement et du Poisson Sauteur comme lieu actif.

Le prince Imrahil n’était pas tranquille. Pourtant, sa mission d’émissaire du Gondor auprès du Conseil Blanc s’était bien déroulée, et les sages avaient promis d’apporter leur aide pour tenir à distance la menace grandissante de l’Est. Un des membres du conseil, Gandalf, lui avait même proposé de l’accompagner par bateau jusqu’à Pelargir. Dans la cité, lui avait-il dit, le prince pourrait rencontrer un allié précieux. Mais quand Imrahil avait voulu en savoir plus sur cet ami de son royaume, le magicien s’était contenté de sourire mystérieusement : « oh, mais c’est bien plus qu’ami pour le Gondor. » Une fois arrivé dans la cité portuaire, Gandalf avait disparu dans les ruelles de la ville. Imrahil reçut alors une étrange convocation : le sleaping_fish_tavern_by_daroz-d5rhd3zeigneur Alcaron, un noble respecté, lui demandait de le rejoindre dans une taverne pour un entretien privé.

Non vraiment, Imrahil n’était pas tranquille. Le Poisson Sauteur, la taverne dans laquelle il avait rendez-vous, était situé dans un des quartiers les plus mal famés de la ville. La convocation mentionnait de venir le plus discrètement possible, aussi Imrahil avait-il laissé ses chevaux à la garde d’un des membres de son escorte, quelques ruelles avant le lieu de rendez-vous, et avait fini à pied. Faisant confiance à son mauvais pressentiment, il avait aussi dispersé quelques hommes dans le quartier, camouflés eux aussi.

La taverne correspondait en tout point à ce que le prince craignait : lugubre, remplie de marins et dockers peu avenants. Son entrée ne passa pas vraiment inaperçue. Plusieurs regards en coin lui furent jetés, et un très bref silence, presque imperceptible, se fit. Les conversations reprirent cependant si vite qu’on aurait pu ne pas s’en rendre compte.

Si son entrée avait été remarquée, il se dit que le jeune homme attablé au fond avait dû, lui aussi, faire forte impression. On devinait une armure en cuir sous son manteau brodé à tête de cheval, et une épée dans un fourreau vert pendait à son côté. Un noble Rohirrim sans nul doute, mais dont la présence incongrue ne semblait pas surprendre les autres clients outre-mesure.

***

Éomer avait hâte de partir. Depuis qu’il était arrivé dans la ville gondorienne, il avait ressenti le mal du pays. Les bâtiments et les ruelles l’oppressaient trop, lui qui n’avait jusqu’alors connu que les plaines sans fin du Rohan. Mais c’était la règle pour tout jeune noble rohirrim que de découvrir les royaumes voisins à sa majorité. Il était donc parti avec une maigre escorte et peu de richesses, à travers le Gondor. Arrivé à Pelargir, il n’avait pu trouver pour logement à la hauteur de leur bourse que la taverne du Poisson Sauteur, un bouge mal fréquenté et décrépi. Enfin, cela faisait partie du voyage. Il se rappelait du silence de mort qui avait suivi son entrée dans la salle. Silence qui ne s’était dissipé qu’après que lui et son escorte aient quitté la pièce. Le lendemain cependant, les clients s’étaient habitués à sa présence, et comme il ne prenait pas part à leur discussion, ils le laissaient tranquille. Aujourd’hui était son dernier jour à Pelargir, et ses hommes étaient partis chercher un bateau qui accepterait de les emmener. 


Éomer était perdu dans ses pensées lorsque il remarqua un flottement dans les conversations de la taverne. En se retournant, il vit qu’un homme venait de faire son entrée. Son expression montrait qu’il mettait les pieds pour la première fois dans l’auberge. Bien qu’il semble habillé chichement, son visage ne pouvait passer inaperçu : les traits fins, élancés, étaient trop elfiques pour un habitant de la cité. Éomer fronça les sourcils : les conversations avaient déjà repris. Quelque chose ne tournait pas rond.

***

Imrahil avisa enfin un homme lui faisant signe depuis une table. En regardant bien, il reconnut Alcaron, bien meilleur que lui pour se fondre dans le décor. En s’approchant, il remarqua également un homme en train de fumer une pipe dans un coin de la pièce. Son visage était caché par une capuche, mais Imrahil aurait juré qu’il ne le quittait pas des yeux. Il ne put s’y intéresser plus longtemps, car Alcaron lui parlait déjà : « Prince, pardon de cette convocation, mais le temps presse. Des choses sont en mouvements, et je crains pour le royaume. C’est une bénédiction que vous soyez de passage dans la cité. J’ai un important message à faire parvenir à Faramir, mais je crains d’envoyer mes hommes. Un complot est à l’œuvre, et je ne peux faire confiance à personne. Prenez cette missive, et faites là parvenir en Ithilien au plus vite. Elle ne doit pas tomber dans les mains de l’Ennemi. » Ce faisant, Le seigneur Alcaron tendit un parchemin à Imrahil. « Partez maintenant avant qu’il ne soit… Oh non ». Dans l’encadrement de la porte, un homme énorme était apparu. Ses traits difformes trahissaient le demi-troll, et il portait un gourdin à la main. Imrahil entendit plusieurs lames sortir de leur fourreau, et vit que plusieurs clients étaient debout, les yeux rivés sur lui.

***

Tour 1, étape 1, 0/6 progrès, menace : 33
Lieu actif
 : poisson sauteur
Cheminement 
: brute du port
Pioche :
PiedArdent
Nouvelle main 
: intendant du Gondor x2, bouclier du Gondor, éclaireur du Snowbourn, Garde de la citadelle, PiedArdent x2

Ma pioche est décevante étant donné que j’ai déjà PiedArdent en main. Tant pis, la main de départ était belle.

Programmation : Sans hésitation, je place l’intendant du Gondor sur Aragorn. Je vais avoir besoin de ressources pour utiliser son pouvoir régulièrement. Je joue également l’éclaireur qui me permet de placer un marqueur de progression sur le Poisson Sauteur. Je place ensuite le bouclier sur Imrahil. Je peux à tout moment « perdre » Aragorn du fait de la Traîtrise « De Sérieux Ennuis », et préfère avoir Imrahil en défense.

Rejetant son manteau, Imrahil attrapa dans son dos son bouclier frappé de l’arbre blanc. Il se rendit alors compte que l’homme à la capuche se tenait à ses côtés. Avant qu’Imrahil ne passe à l’attaque, celui-ci lui dit « Prince, je suis un ami. Mon nom est Thorongil, j’ai déjà aidé l’intendant par le passé. Laissez-moi vous porter main forte. ». D’un bref hochement de tête Imrahil signifia qu’il acceptait cette aide inattendue. Elle ne serait pas de trop, car le cercle des brigands se refermait déjà. À ce moment là, un homme portant lui aussi un manteau à tête de cheval fit son entrée dans la taverne.

Ressource après la programmation : Imrahil : 0, Aragorn : 1, Éomer : 0

Quête : Je dois explorer le Poisson Sauteur le plus rapidement possible, si je ne veux pas être débordé par les ennemis. J’envoie donc mes 3 héros en quête, avec Aragorn qui utilise sa capacité pour se redresser. Cela me laisse à priori 3 défenseurs potentiels (l’éclaireur, Aragorn et Imrahil si l’éclaireur meurt), ce qui devrait être suffisant pour le premier tour.

La mêlée commença. Aragorn et Imrahil ferraillèrent pour repousser les assaillants, mais il sembla un instant qu’ils allaient se faire submerger, lorsque un cri retentit : « Eorlingas ! ». Éomer avait renversé une table et s’était jeté dans la bagarre. Son épée intimida les assaillants qui reculèrent devant le jeune Rohirrim. « Permettez que je vous aide moi aussi, car le nom de Thorongil n’est pas tout à fait inconnu au royaume du Rohan, et parce que ceux qui arborent l’arbre blanc peuvent compter sur ceux de mon peuple. »

Zealous-Traitor

Quand le scélérat avide engage un joueur, ce joueur inflige une blessure à chaque allié qu’il contrôle (2 si le scélérat avide n’a pas été engagé intentionnellement)

Renforcement : D’abord il faut commencer par l’effet du Poisson Sauteur. Heureusement, ce n’est pas un ennemi qui est défaussé. (Remarque : en relisant la carte, je me rends compte que je la joue mal car son effet devrait être déclenché avant d’envoyer les héros en quête. Ma façon de faire rendant le jeu plus difficile, ce n’est pas très important).

Je révèle la première carte du deck de rencontre, qui s’avère être un Scélérat Avide. J’aurais préféré ne pas le voir si tôt, mais tant pis.

J’ai une force cumulée de 9 contre 4 de menace dans la zone de Cheminement. C’est juste assez pour finir d’explorer le Poisson Sauteur, grâce au marqueur de progression placé dessus. Merci monsieur l’éclaireur.

Aidés par le guerrier rohirrim qui empêcha les malfrats de bloquer la porte, Alcaron, Aragorn, Imrahil et Éomer réussirent à sortir de la taverne, les brigands sur leurs talons.

Voyage : Il n’y a pas de lieu dans la zone de cheminement

Engagement : Les deux ennemis m’engagent, la capacité du scélérat me force à détruire mon éclaireur. Sans regret, il a fait son job. Imrahil se redresse.

A peine les héros eurent-ils réussis à s’extirper de la mêlée qu’un poignard, lancé depuis une ruelle, vint se planter dans la gorge du guerrier rohirrim. Sa mort fut immédiate.

Snowbourn-Scout

Quand l’éclaireur du Snowbourn entre en jeu, choisissez un lieu. Placez un marqueur de progression sur ce lieu.

Combat : Imrahil défend contre le scélérat, et sort indemne de l’affrontement grâce à son bouclier. Aragorn, en revanche, défend contre la brute et prend un dégât. De plus, la carte ombre me fait défausser un équipement. L’intendant étant plus important que le bouclier, c’est ce dernier qui est défaussé, même si j’ai un autre intendant dans la main : j’ai besoin au prochain tour de pouvoir jouer mon garde de la citadelle et d’utiliser la capacité d’Aragorn.

Un autre poignard fut alors lancé sur les héros, mais cette fois Imrahil réussit à le dévier à l’aide de son bouclier. Aragorn, sorti en dernier, essayait quand à lui de repousser la brute qui avait franchit la porte de la taverne juste après eux. Malgré son adresse à l’épée, un méchant revers de la massue de son adversaire lui heurta le bras gauche, le laissant trop sonné pour contre-attaquer. Le prochain coup l’aurait probablement tué, mais alors que la massue s’abattait, Imrahil parvintà le parer à l’aide de son bouclier. Le coup fut tel que le bouclier vola en éclats.

***

Tour 2, étape 1, 0/6 progrès, menace : 34
Lieu actif
 : aucun
Cheminement 
: vide
Pioche :
Chevalier au cygne
Nouvelle main 
: intendant du Gondor, Chevalier au cygne, Garde de la citadelle, PiedArdent x2

Je suis bien content de voir ce petit gars qui va pouvoir me servir de chair à canon !

Knights-of-the-Swan

Programmation : Faisant face à deux ennemis, j’ai besoin du plus de défenseurs possible. Je joue donc mes deux alliés, à savoir le garde de la citadelle et le chevalier au cygne.

Alertés par le bruit de l’affrontement, deux des hommes d’Imrahil, l’un arborant un cimier en forme de cygne, se précipitèrent pour venir en aide à leur prince.

Ressource après la programmation : Imrahil : 1, Aragorn : 1, Éomer : 0

Quête : Cette fois, j’ai besoin d’éliminer mes adversaires et vais avoir besoin de force de frappe. C’est pourquoi je n’envoie qu’Imrahil et Aragorn en quête, Aragorn utilisant sa capacité pour se redresser.

Renforcement : Je révèle « tapis dans l’ombre » : Le scélérat revient dans la zone de cheminement. C’est une mauvaise nouvelle car sa capacité va se déclencher de nouveau, et ne faire qu’une bouchée du chevalier au cygne. Avec une force d’attaque de 6 contre 2 de menace dans la zone de cheminement, j’avance de 4 marqueurs sur la quête en cours.

Pendant ce temps, Imrahil et Aragorn luttaient pour tenir leurs adversaires à distance. Leur adresse suffit à décourager quelques uns des brigands qui choisirent de prendre la fuite.

Voyage : Il n’y a pas de lieu dans la zone de cheminement

Engagement : J’engage le scélérat qui tue le chevalier au cygne et blesse le garde. Ne jamais sous-estimer le fait d’avoir des alliés avec 2 points de vie. Imrahil se redresse.

Avec l’arrivée de deux soldats gondoriens, le cours du combat semblait sur le point de s’inverser, quand un nouveau poignard, lancé avec une grande habileté, vint se ficher dans une jointure de l’armure du chevalier au cygne, fauchant celui-ci. L’autre soldat, plus chanceux, réussit presque à éviter un autre estoc qui lui était destiné et qui se ficha dans son bras.

Combat : Le scélérat attaque le garde et le tue. Aragorn défend de nouveau contre la brute, mais cette fois la carte ombre lui donne +2 en attaque. Aragorn reçoit 3 points de dégâts et se retrouveGuard-of-the-Citadel à un point de la mort… gloups.
La contre-attaque ne se fait pas attendre : Éomer tue le scélérat (des fois qu’il revienne dans la zone de cheminement), et Imrahil inflige deux dégâts à la brute.

Le soldat gondorien blessé n’eut que le temps de voir une silhouette encapuchonnée lui foncer dessus et l’achever d’un revers de lame. Éomer, alors que le brigand retirait sa lame du corps du garde, attaqua et vengea les victimes du bandit.

Aragorn, encore sonné par le premier coup qu’il avait reçu, avait grand peine à repousser son adversaire. Celui-ci, voyant sa faiblesse, poussa son avantage et réussi à asséner un nouveau coup sur le bras déjà touché du Dùnedain. Un crac de mauvais augure se fit entendre lorsque la massue fracassa le bras d’Aragorn, le projetant une nouvelle fois à terre. Imrahil, ayant réussi à décourager les autres assaillants, se jeta sur le colosse à son retour, et réussit à percer sa garde. Le coup n’était pas assez fort pour l’achever, mais la brute marqua tout de même un temps d’arrêt, surpris par le sang qui s’écoulait de sa blessure.

***

Tour 3, étape 1, 4/6 progrès, menace : 35
Lieu actif
 : aucun
Cheminement 
: vide
Pioche :
Quête des Dùnedain
Nouvelle main : intendant du Gondor , Quête des Dùnedain, PiedArdent x2

Programmation : La Quête des Dùnedain est une carte très importante pour la 3ème étape du jeu. Je pourrais la garder en main, pour ne pas la perdre à cause d’une carte ombre, mais je préfère « protéger » mon intendant du Gondor. En plus, un pickpocket pourrait rapidement m’en délester, même dans ma main. Je la joue sur Imrahil, encore une fois au cas où utiliser Aragorn deviendrait problématique.

L’attaque d’Imrahil laissa à Aragorn le temps de se relever. Le regard sûr de ce dernier et sa détermination redonnèrent courage à Imrahil : « Si le Gondor peut compter sur de tels alliés, alors tout n’est pas perdu. »

Ressource après la programmation : Imrahil:  0, Aragorn : 3, Éomer : 1

Quête : Seul Aragorn part en quête. Je n’ai plus d’allié pour défendre et redresser Imrahil, et j’ai besoin d’Éomer pour finir cette brute. Aragorn utilise bien sûr sa capacité pour se redresser.

« Prince il faut rejoindre votre bateau avant que d’autres n’arrivent. Suivez moi. » dit Aragorn.

PickpocketRenforcement : Et voilà qu’apparaît le pickpocket ! L’un dans l’autre, ce n’est pas une mauvaise carte, car je vais pouvoir m’en débarrasser ce tour-ci. Je ne fais en revanche aucun progrès sur la quête.

Alors qu’il s’élançait vers le port au pas de course, Aragorn percuta un passant qui tournait au coin de la rue, l’empêchant d’aller plus loin. Le nouvel arrivé, pas du tout surpris par le spectacle qui s’offrait à lui, s’excusa et fit mine de se diriger vers le Poison Sauteur.

Voyage : Il n’y a pas de lieu dans la zone de cheminement.


Engagement 
: Le pickpocket m’engage quoi qu’il arrive.


Combat 
: Imrahil défend contre la brute et prend un dégât. Il perd son parchemin que la brute attrape. Je laisse l’attaque du pickpocket sans défense, et il blesse Éomer. Sa capacité me fait perdre une ressource et une carte au hasard dans ma main. Je perds la seconde copie de l’intendant du Gondor. Dans tout les cas, la perte n’aurait pas été très grave.

Éomer et Aragorn ripostent pour achever les deux brigands.

Le colosse, remis de sa blessure, se jeta alors sur Imrahil. N’ayant pas l’habitude de combattre sans bouclier, il fut touché à son tour, laissant tomber le parchemin que lui avait confié le seigneur Alcaron. Le colosse s’en saisit immédiatement. Trop vite peut être, car Éomer était déjà sur lui, et réussit enfin à l’achever.

La victoire du Rohirrim fut de courte durée car il sentit une douleur dans son dos. En se retournant, il vit le passant qui avait déjà bousculé Aragorn, un couteau brandi pour frapper une nouvelle fois. Il n’acheva jamais son geste, car Aragorn, sa surprise passée, était arrivé en renfort et lui ôta la vie.

***

Tour 4, étape 1, 4/6 progrès, menace : 36
Lieu actif
 : aucun
Cheminement 
: vide
Pioche :
Messager à cheval
Nouvelle main 
: Messager à cheval, PiedArdent x2
Programmation 
: Je suis content de piocher un nouvel allié à sacrifier, surtout celui-ci qui coûte si peu cher. Je le joue donc immédiatement, ainsi que PiedArdent sur Éomer.

Un bruit de sabot se fit alors entendre : un écuyer à cheval du prince Imrahil arrivait, tenant par la bride les deux chevaux des guerriers gondoriens qui venait de donner leur vie, ainsi que celui du prince. « En selle, vite », cria Imrahil en montant sur son cheval. Alcaron et Aragorn était déjà montés sur les chevaux sans propriétaire, mais Aragorn refusait de partir « Nous ne pouvons pas laisser notre jeune ami ici ! » « Ne vous en faites pas pour moi, lui répondit Éomer, j’ai ma propre monture et même si vous le vouliez, vous n’arriveriez pas à me distancer ». Alors que les autres s’élançaient, il siffla entre ses dents. Un craquement de bois brisé se fit entendre, et un magnifique Mearas sortit des étables de l’auberge au galop.

Ressource après la programmation : Imrahil : 0, Aragorn : 3, Éomer : 0
Quête 
: L’étape 1 est presque terminée, je n’ai pas besoin d’envoyer tout mes héros en quête. Aragorn et Imrahil devraient suffire. Aragorn se redresse avec sa capacité.

Confiant dans l’agilité du cavalier du rohan, et certains que celui-ci les rattraperait, Aragorn et Imrahil se lancèrent au galop dans les ruelles, suivis par le seigneur Alcaron et l’écuyer.

Renforcement : Un ennemi pointe de nouveau sa trogne, puisque c’est cette fois un bandit de Lossarnach qui apparaît. Ma force d’attaque de 6 contre sa menace de 3 me permet de terminer l’étape un.

Voyage : Il n’y a pas de lieu dans la zone de Cheminement.

Engagement : Le bandit m’engage, faisant perdre une ressource à Aragorn

Combat : Le bandit tue le messager à cheval, mais Éomer le venge immédiatement (+2 d’attaque avec PiedArdent ainsi que +2 avec la défaite du messager). Imrahil se redresse suite à la mort du messager et s’incline pour prendre le parchemin.

Alors que les cavaliers s’éloignaient de l’auberge, un bandit encapuchonné sauta d’un toit pour atterrir sur le cheval de l’écuyer, l’assassinant du même coup. Éomer arriva alors en trombe, et sans même s’arrêter abattit le nouvel assaillant. « Vous avez oublié ça » cria-t-il à Imrahil en lui lançant le parchemin.

***

Envoy-of-Pelargir

Réponse: Quand l’émissaire de Pelargir entre en jeu, ajoutez une ressource à la réserve d’un héro Noble ou Gondor

Tour 5, étape 2, 0/13 progrès, menace : 37
Lieu actif
 : aucun
Cheminement 
: vide
Pioche : Émissaire
de Pelargir
Nouvelle main : Émissaire de Pelargir, PiedArdent
Programmation 
: Encore un allié qui va me permettre d’envoyer mes héros en quête l’esprit tranquille. Il n’y aucune raison de ne pas le jouer, surtout qu’il me permet de faire gagner une ressource à Éomer, au cas où.

Un des marins du bateau d’Imrahil fit alors son apparition : « Prince ! Des malfrats essaient de s’emparer du navire. »

Ressource après la programmation: Imrahil : 0, Aragorn : 3, Éomer : 2


Quête 
: Je veux avancer le plus vite possible. Comme je suis sûr qu’un seul ennemi au maximum sera révélé, je peux envoyer mes 3 héros en quête sans problèmes.

Le groupe lance alors ses chevaux au galop à travers les ruelles.

Renforcement : Quai de Pelargir.

Enfin un lieu ! Je vais pouvoir souffler un peu ce tour-ci. Mes 11 d’attaque face à la menace de 4 du lieu me permettent de faire 7 progrès sur la quête.

Voyage : Il n’y a pas d’ennemi en jeu, donc aucune raison de ne pas voyager vers ce lieu !

Lancés au galop, ils atteignent rapidement les quais.

Engagement : aucun

Combat : aucun

***

Tour 6, étape 2, 7/13 progrès, menace : 38
Lieu actif
 : Quai de Pelargir
Cheminement 
: rien
Pioche :
Quête des Dùnedain
Nouvelle main 
: Quête des Dùnedain, PiedArdent
Programmation 
: L’étape 3 approchant à grand pas, il est plus que temps de s’armer pour celle-ci, et je suis donc très content de voir arriver un autre boost de volonté. Je le joue immédiatement sur Imrahil.

Démoralisé car forcé de fuir, Imrahil reprit courage en voyant Arargorn qui, malgré ses blessures, guidait le groupe sans hésitation.

Ressource après la programmation : Imrahil : 0, Aragorn : 4, Éomer : 3

Quête : Je veux terminer cette étape ce tour ci, et j’envoie donc tous mes héros en quête, avec Aragorn qui utilise bien sûr sa capacité.

Renforcement : Une brute apparaît. La menace de 2 dans la zone de Cheminement me permet d’être juste à ce qu’il me faut pour explorer les quais et finir l’étape 2. L’étape 3 me force à choisir un ennemi à ajouter dans la zone de cheminement. Je choisis un pickpocket, car sa capacité ne peut pas me faire perdre grand chose, et c’est le seul que n’importe lequel de mes héros peut tuer seul en un coup. De plus, je ne veux pas me retrouver avec sa menace de 3 plus tard dans la partie.

Après avoir traversé les quais, les héros arrivèrent enfin en vue du bateau. Une bagarre s’était déclarée devant la passerelle du navire, et les marins essayaient de la défendre. « Allez y », leur cria le seigneur Alcaron, « Je ne peux pas encore quitter la ville. Apportez le message à Faramir au plus vite. », puis il se perdit dans les rues de la ville.

Voyage : aucun lieu das la zone de cheminement.

Engagement : Je ne peux plus engager les ennemis volontairement, mais ma menace est de toute façon suffisante pour qu’ils viennent tout seuls.

Combat : L’envoyé s’interpose face à la brute, mais est détruit par l’attaque. Imrahil se redresse. L’attaque du pickpocket n’est pas défendue. Il fait perdre une ressource à Éomer, ainsi que la seule carte de ma main. Son attaque est sans défense mais l’ombre la redirige de toute façon vers Imrahil. Il s’empare ainsi du parchemin. Pas pour longtemps, car Imrahil le tue et Aragorn met deux dégâts sur la brute. (Remarque : ici j’ai probablement fait une erreur, et j’aurais dû tuer la brute)

Les héros se précipitent vers le bateau, mais un autre colosse, ressemblant étrangement à celui de la taverne, s’interpose devant eux. D’un coup de massue, il tue le marin qui accompagnait les héros. Aragorn, voulant prendre sa revanche, attaque à son tour la brute et réussit à la blesser.

Imrahil essaya aussi de riposter lui aussi mais sentit une douleur à la cuisse, et fut jeté à bas de son cheval : un autre brigand venait de le poignarder et de lui dérober le parchemin. Il ne le garda pas longtemps, car Imrahil, enragé, le terrassa d’un coup d’épée.

***

Tour 7, étape 3, 0/15 progrès, menace : 39
Lieu actif
 : aucun
Cheminement 
: vide
Pioche :
Émissaire de Pelargir
Nouvelle main 
: Émissaire de Pelargir
Programmation 
: Il n’y a aucune raison de ne pas jouer cet émissaire, cette fois en donnant la ressource à Aragorn.

Les marins réussirent à repousser leurs adversaires, et l’un deux se dirigea vers les héros pour leur venir en aide.

Ressource après la programmation : Imrahil : 0, Aragorn : 5, Éomer : 3


Quête 
: Éomer avec son maigre 1 de volonté ne peut pas beaucoup aider pour la quête, Imrahil et Aragorn s’en chargent donc, Aragorn se redressant avec sa capacité.

Renforcement : Une nouvelle brute apparaît et attaque instantanément. Son attaque tue l’émissaire (L’ombre attribuait les dégâts de l’attaque au porteur du parchemin. Heureusement, aucun héros ne l’avait !). Mes 6 de volonté contres les 2 de menace me permettent de faire 4 progrès sur la quête.

Le marin n’a que le temps de faire un pas vers les héros avant d’être fauché par l’attaque vicieuse d’une nouvelle brute. Les héros se précipitent vers la passerelle.

Voyage : aucun lieu

Engagement : La brute m’engage.

Combat : N’ayant plus d’alliés, Imrahil qui s’est redressé avec la mort de l’émissaire encaisse un dégât d’une des brutes. Aragorn ne pouvant pas survivre à une nouvelle attaque, c’est Éomer qui doit défendre le second assaillant (alors qu’il aurait pu les détruire tous les deux grâce à PiedArdent). Malheureusement, l’ombre augmente de 2 l’attaque de la brute, et Éomer est mis hors de combat ! C’est un coup dur qui signifie probablement la défaite.  (Remarque : en relisant, je viens de me rendre compte que, dépité par la mort d’Éomer, j’ai oublié de faire attaquer Aragorn ce tour-ci !)

Imrahil vint en aide à Aragorn, qui avait du mal à se défendre avec son bras blessé. Le colosse était plus rapide que sa taille ne le laissait supposer et il blessa le prince à son tour.

Éomer se précipita quand à lui à la rencontre du second, mais son adversaire l’avait vu venir, et avant que le cavalier n’ait pu réagir, un coup monstrueux le fit s’évanouir.

***

Gandalf

A la fin du tour, défaussez Gandalf du jeu. Réponse: Quand Gandalf entre en jeu, choisissez entre: piochez 3 cartes, infligez 4 dégât à un ennemi ou réduisez votre menace de 5.

Tour 8, étape 3, 4/15 progrès, menace : 40
Lieu actif
 : aucun
Cheminement 
: rien
Pioche :
Gandalf
Nouvelle main 
: Gandalf
Programmation 
: Miracle ! Alors que tout semblait perdu, le magicien préféré de tout le monde pointe le bout de son chapeau ! Je le joue immédiatement, et utilise sa capacité pour tuer la brute encore non blessée.

Alors que les deux colosses s’avançaient vers les héros blessés, tout semblait perdu. Mais une voix se fit alors entendre, et un éclair faucha l’un des assaillants. Gandalf venait d’arriver !

Ressource après la programmation : Imrahil : 1, Aragorn : 2

Quête : Le temps presse, il me faut finir au plus vite. Gandalf, Imrahil et Aragorn avancent dans la quête (Aragorn utilise sa capacité). Je prends ici un risque, car ne je pourrai défendre qu’une seule attaque, mais je ne peux pas gaspiller les 4 en volontés de Gandalf.

Arrivé prêt de la monture d’Éomer, le magicien lui parla dans une langue aujourd’hui oubliée, et le cheval s’élança vers la passerelle, emportant son cavalier avec lui sur le navire. La course du cheval repoussa les brigands qui se tenaient devant le quai et dégagea un passage. Les héros s’y engouffrèrent, Gandalf en tête.

Renforcement : Si je pioche un ennemi, la partie est perdue. La chance reste de mon côté, car c’est la traîtrise « dégâts collatéraux » qui fait enfin son apparition. Comme il y en a 3 dans la pile de défausse, je dois défausser 8 cartes. Cela tombe bien, il n’en reste que 8 dans le deck de rencontre. Je défausse en tout 3 lieux, et augmente ma menace de 6. C’est plutôt une bonne pioche, car cela me permet de placer 10 marqueurs de progression sur la quête en cours. Plus qu’un marqueur de progression !

Ils réussirent à prendre pied sur la passerelle, Aragorn fermant la marche. Un grincement sinistre se fit en entendre : une planche endommagée, dégât collatéral de la course du Mearas sur la passerelle, se disloqua, faisant trébucher Aragorn.

Voyage : aucun lieu dans la zone de Cheminement
Engagement 
: aucun ennemi dans la zone de Cheminement
Combat 
: Le deck de rencontre est vide, mais ce ne sera pas suffisant pour sauver Aragorn (on ne la re-mélange qu’au début de la phase de renforcement). Aragorn tombe sous les coups de la brute. Je préfère sacrifier Aragorn, car Imrahil a une volonté plus importante grâce à ces équipements. Il se redresse et tue la brute.
Gandalf quitte le jeu.

Aragorn n’eu pas le temps de se relever avant d’être frappé par le colosse et de s’évanouir. Avant de pouvoir l’achever, ce dernier fut repoussé par Imrahil qui parvint finalement à l’occire. Gandalf prit alors Aragorn sur ses épaules et l’emmena sur le bateau. « Venez, prince ! cria-t-il à Imrahil. 

— Pas encore, il me faut récupérer le parchemin ! »

***

Tour 9, étape 3, 14/15 progrès, menace : 47
Lieu actif
 : rien
Cheminement 
: rien
Pioche :
Garde de la citadelle
Nouvelle main 
: Garde de la citadelle
Programmation 
: Encore une très bonne surprise. Aucune raison de ne pas jouer cet allié.

Alors qu’Imrahil se précipite pour récupérer le parchemin, le dernier garde de son escorte arriva enfin au navire.

Ressources après la programmation: Imrahil: 0

Quête : Imrahil va tenter de finir la quête ce tour-ci. Je ne mets pas le garde dans la quête, au cas où il faudrait parer une attaque ennemie.

Renforcement : Je pioche de nouveau la redoutée traîtrise « dégâts collatéraux », Mais comme le deck de rencontre vient d’être mélangé et que la défausse est vide, je n’ai cette fois que deux cartes à défausser. Si elles sont des lieux toutes les deux, la partie est perdue. Sinon elle est gagnée… Deux ennemis sont défaussés, je finis donc la progression nécessaire. Aucune carte n’est dans la zone de cheminement. Le tour se termine et Imrahil se redresse pendant la phase de restauration. Il s’incliner pour attraper le parchemin et je gagne la partie !

Le garde monta sur la passerelle, Imrahil se saisit du parchemin, et courut vers le bateau. La passerelle se disloqua alors juste derrière lui, entrainant les assaillants lancé à sa poursuite dans sa chute. Les héros se sont échappés, et le temps du voyage ne sera pas de trop pour qu’ils se remettent de leur blessures.

 

Commentaire : eh bien, c’était juste ! Voilà une partie comme je les aime, avec une fin très serrée et un moment très « euchatatrosphique » comme dirait le professeur Tolkien. J’ai perdu deux héros en chemin, mais j’ai finalement réussi à arracher la victoire. Mon oubli de faire attaquer Aragorn au tour 7 a rendu le final encore plus épique. Rétrospectivement, je me demande si j’aurais gagné sans cette erreur : j’aurais peut être choisi une approche plus prudente en n’envoyant pas Gandalf en quête, et aurais eu besoin de quelques tours de plus pour finir, ce qui aurait probablement été fatal. J’ai été obligé de prendre un risque, et cela a payé !

mithrandir_and_imrahil_kindling_the_fires_of_hope_by_abepapakhian-d5rhi4g1

Mithrandir et Imrahil rallumant les flammes de l’espoir, par Abe Papakhian. Je ne pouvais pas rêver mieux comme illustration pour la fin de l’histoire.

 

La suite sera probablement plus compliquée, car ce scénario est le moins difficile de l’extension des héritiers de Numénor. Étant donné que je n’ai encore jamais gagné le suivant, et jamais joué le troisième, les choses ne vont vraiment pas être simples…

Encore une fois, merci au site Hall of Beorn qui m’a fourni les illustrations des cartes.

 

Laisser un commentaire