Battlestar Galactica revient… dans l’univers Arkham : Unfathomable

Le jeu de société culte Battlestar Galactica (Ludochrono) sorti en 2008, était en rupture depuis longtemps, sans espoir de retour pour des questions compliquées de licences. Devenu très difficile à dénicher, son prix sur le marché de l’occasion pouvait se montrer particulièrement déraisonnable. Oui mais voilà, nous vous en parlions rapidement dernièrement, des rumeurs circulaient du côté de Fantasy Flight Games sur une nouvelle édition, cette fois-ci située dans le contexte d’Arkham.
Désormais FFG a bien confirmé officiellement le projet : cette mouture Lovecraftienne est baptisée en VO “Unfathomable” (que l’on pourrait traduire par “Insondable”). Aux crédits, l’auteur de l’original, Corey Konieczka, accompagné désormais de Tony Fanchi, que l’on a déjà croisé entre autres sur le sympathique Star Wars : Bordure extérieure.

 


Sur la parution officielle de FFG, on peut lire :
“Nous sommes en 1913. Le navire à vapeur SS Atlantica est à deux jours du port pour sa traversée de l’océan Atlantique. Ses passagers, qui ne se doutent de rien, s’attendent à un voyage tranquille jusqu’à Boston, Massachusetts, sans rien d’extraordinaire à attendre. Cependant, d’étranges cauchemars tourmentent chaque nuit l’esprit des personnes à bord du navire ; des rumeurs circulent sur des formes sombres qui suivent de près le navire juste sous les vagues ; et la tension monte lorsqu’un corps est découvert dans la chapelle du navire, des signes d’un étrange rituel sur le cadavre. Ce voyage a commencé comme tous les autres, mais il semble maintenant que l’Atlantica n’atteindra jamais sa destination.”

Trois à six joueurs seront des humains tentant de faire face aux menaces tandis que d’autres joueront des traîtres, des créatures hybrides envoyés à bord de ce pseudo Titanic par des êtres mystérieux pour s’assurer qu’il n’atteigne jamais bon port. Bonne nouvelle pour les puristes, les parties continuent de pouvoir vous prendre la soirée : 120-240 minutes annoncées. 



À l’instar des Cylons de la prime version, les loyautés des joueurs étant cachées, il est essentiel de déterminer qui est votre ami et qui est votre ennemi pour gagner une partie. Tandis que les humains tentent d’empêcher le bateau de subir trop de dégâts et gèrent ses quatre ressources principales au mieux, les traîtres essayeront au contraire de les gaspiller subtilement.  

À la fin du tour de chaque joueur, il faudra tirer une carte Mythos. Chacune de ces cartes représente une crise que le groupe entier doit essayer de résoudre ensemble. Certaines de ces crises, comme le rationnement de la nourriture, nécessiteront un choix qui pourrait mettre en danger les passagers ou les ressources du navire, tandis que d’autres, comme une fuite dans la coque, nécessiteront un test de compétences dont l’échec pourrait avoir des conséquences désastreuses pour l’Atlantica.

Lors d’un test de compétences, chaque joueur dépose des cartes de compétences de sa main sur une pile face cachée partagée par le groupe. Une fois que tout le monde a contribué (ou choisi de ne pas le faire tout en bluffant bien sur le pourquoi), les cartes sont mélangées puis révélées. Si suffisamment de compétences correctes ont été apportées, le groupe réussit le test. Mais si on y découvre des mauvaises compétences, elles peuvent entraver les résultats et conduire à l’échec. Les tests de compétences sont donc des occasions rêvées pour les traîtres de saboter les efforts des humains.

La structure et le gameplay restent donc vraiment très proches de Battlestar Galactica. Bien qu’Unfathomable se contextualise dans l’univers des Arkham Horror Files, il se déroule plusieurs années avant les événements du jeu de plateau et du jeu de cartes du même nom. Ceci explique pourquoi on a le plaisir de découvrir une nouvelle galerie de personnages. Exit Adama, voici venir Keilani Tatupu, le capitaine du SS Atlantica, premier protagoniste révélé par l’éditeur :

 

Sur le site de FFG, Unfathomable est déjà proposé en précommande au prix de 79,95 dollars, il comprend plusieurs sets de cartes ainsi qu’un plateau de jeu central, et nouveauté par rapport à la boite de base de Battlestar Galactica, on y trouve aussi des figurines en plastique. La vente pour la VO est prévue pour septembre. Pour les plus impatients, sachez que l’éditeur prévoir une vidéo “open the box” le 16 juin. 

 

   

5 Commentaires

  1. Kyldan il y a 2 jours
    Répondre

    La mécanique de crise me fait penser à dead of winter.

  2. Franck il y a 2 jours
    Répondre

    « gâchis » est le premier mot qui me vient en tête, tellement je suis décevu…
    Dans BSG, le gros point fort était que tu pouvais raccrocher ce qu’il se passait sur le plateau à certaines scènes de la série et un peu les revivre, ici avec un thème plaqué Cthulhu le jeu risque potentiellement de s’écrouler.
    En gros, je suis un peu comme si on venait de m’annoncer la sortie prochaine d’un « indiana jones contre godzilla ».

  3. fouilloux il y a 2 jours
    Répondre

    Au voleur, Au meurtrier, à l’assassin, Blasphème!

    Voilà je suis pas très enthousiaste: le coeur de BSG c’est quand même l’univers, et des méca qui s’y intègrent parfaitement. Là ça fait artificiel, et en plus du Cthulu quoi, comme si on en mangeait pas tout le temps.

  4. Teuf il y a 2 jours
    Répondre

    JE suis bien d’accord avec les commentaires précédents.
    Le jeu BSG est excellent mais ce que j’ai toujours trouvé très fort c’est le fait que le jeu arrive à recréer l’ambiance de la série (la façon de jouer de chaque perso, les Cylons qui s’ignorent, les suspicions, le coté « politique » des négo,…).
    J’adore l’univers de Cthulhu mais là bof.

  5. PPRB il y a 1 jour
    Répondre

    C’est dommage de vouloir tout mettre à la sauce Cthulhu.

    C’est dommage de vouloir coller un thème vendeur sur une mécanique qui me semble pas adapté.

    Un peu comme le cinéma qui reboot les franchises, qui ne fait que refaire ce qui a déjà marché pour ne pas prendre de risques.

    A part épuiser le thème du mythe que je trouve trop présent, je ne vois pas l’intérêt de ce mix.

Laisser un commentaire