Mythic Battles: Panthéon. On l’a essayé !

Il est de ces occasions qu’on ne saurait manquer. Lorsqu’on m’a proposé de voir une présentation sur Mythic Battles à la Gencon, j’ai répondu oui. Shanouillette, Seagull et moi-même avons pénétré dans un bar un peu geek pour l’essayer. Dans une salle privée, nous avons eu droit au show : Leonidas Vesperini lui-même pour nous faire l’article. Une fois les quelques minutes de diatribe passées, nous arrivons à la démo. Et là, surprise : je me retrouve à jouer, parce que je suis devant la table et en face d’un adversaire potentiel (Sam Healey de Dice Tower, excusez du peu). Après une vingtaine de minutes, nous devons rendre les armes et remettre la bataille à plus tard. C’est sur ces quelques instants de jeu que vais m’appuyer pour vous parler de ce titre qui devrait arriver sur Kickstarter.

Si jamais vous voulez « quelques » détails, je vous renvoie vers notre vidéo de Paris est Ludique sur le sujet. Ici, je vais traiter de mon ressenti sur le bout de partie vécu.

jeu-de-societe-mythic-battles-pantheon-sam

Un adversaire légendaire

 

Un jeu qui a de l’histoire

Il s’agit de la seconde édition du jeu Mythic Battles de chez Play&Win. Ici, exit la gestion d’armées : on parle de petites unités, et de divinités à faire s’affronter. Le but du jeu est d’annihiler les forces adverses, ou alors de faire en sorte que son propre dieu assimile quatre gemmes, appelées Omphalos.

Narrativement, on nous propose quelque chose de pas trop réchauffé : une antiquité mythologique dans laquelle les titans se sont rebellés durant une Titanomachie, des divinités décimées, un Styx rouvert par les cataclysmes, laissant s’échapper tous les héros de la mythologie. Cette Grèce post-apocalyptique voit les dieux morts se cristalliser sous forme d’énergie (les Omphaloi – rappelons à tout hasard qu’Omphalos signifie « nombril » en grec). Les dieux se battent donc pour absorber l’énergie de leurs congénères, et revenir à leur gloire d’antan.

Si la prémisse narrative allèche, on n’en sait pas bien plus sur son développement. On nous promet une campagne Kickstarter une fois que tous les Conan seront arrivés à bon port, et, au-delà des scénarios initiaux, une trame développée. Personnellement, c’est là où j’attends le plus Mythic Battles ; je vous en toucherai quelques mots plus tard.

jeu-de-societe-mythic-battles-pantheon-map

Ça va castagner dur.

 

Aux Enfers les Spartiates !

Mythic Battles : Panthéon est un jeu d’escarmouche pure. Les règles devraient évoluer de scénario en scénario, afin de proposer des situations inédites à chaque fois. Le cœur du jeu reste néanmoins l’affrontement entre divinités et héros. Chaque joueur incarnera un dieu, et allez savoir comment on compose les batailles ! Pour l’instant, on n’en sait pas grand-chose. Il s’agira peut-être de suggestions, ou de points d’armée. Pour combattre, on va activer ses unités une par une, avec une légère composante deckbuilding. Il existe deux types de cartes dans le jeu : les cartes Art de la Guerre et les cartes d’activation, propres à chaque unité.
A son tour, on pioche une carte, joue une carte d’activation d’unité, et si jamais on veut jouer une seconde fois, il est possible de jouer une seconde carte d’activation, en défaussant au préalable une carte Art de la Guerre. Les cartes Art de la Guerre servent également à activer certains pouvoirs ou, à défaut, à piocher deux cartes de son paquet.
Activer une unité revient à lui faire faire deux actions simples ou une action héroïque.
Les actions simples sont :

  • Se déplacer
  • Attaquer
  • Ramasser un Omphalos sur le sol
jeu-de-societe-mythic-battles-pantheon-deck

Mes trois unités, ma pioche et ma défausse.

 

Il est à noter que n’importe quelle combinaison d’actions simples est possible, sauf « attaquer puis se déplacer ». Car non, les dieux et les héros n’ont pas à montrer de couardise.
Quant aux actions héroïques, il s’agira surtout d’assimiler des Omphaloi pour les dieux.
Chaque unité est représentée par un disque coulissant, au dos duquel sont rappelés les pouvoirs de ladite unité. Quant à la partie visible, elle montrera les statistiques de l’unité, en fonction de son état de santé. Les unités d’infanterie (les survivants de l’apocalypse) n’auront qu’un point de vie par figurine, et donc pas de roue coulissante. Si le régiment est au complet, il dispose d’un pouvoir de plus (+1 attaque pour mes Centaures, la capacité Garde pour les Spartiates de Sam Healey). Les mots-clé de chaque unité sont rappelés sur le disque correspondant, aidant à la lecture du plateau. Certains mots-clé communs à une majorité d’unités sont également affichés. Il est à noter qu’une divinité, lorsqu’elle est activée, peut défausser une carte Art de la Guerre pour faire revenir le régiment à plein effectif.
Une unité qui attaque lancera des dés d’attaque correspondant au score idoine sur son disque. Ces D6 vont de 1 à 5, avec une face blanche. Pour marquer une touche (donc un point de dégât) contre un adversaire, il faut dépasser sa valeur de défense. De nombreuses valeurs de défense vont au-delà de cinq… et un petit système permet d’outrepasser le hasard.
De base, toutes les faces blanches sont écartées, en tant qu’échec. Ensuite, les cinq, natifs ou non, « explosent » : ils peuvent être relancés et le score suivant s’additionne au 5. Enfin, à tout moment, on peut écarter un dé numéroté pour s’affranchir du hasard et augmenter le résultat d’un dé de un point. Ce qui nous permet de faire des cinq, ou de garantir des touches. Il est à noter que malgré cette composante de hasard, le jeu propose un assez haut degré de contrôle sur ce qu’on fait. (et que les dés ne sont pas tellement les ennemis de Sam Healey, à en juger par l’hilarité qui a fait suite à mon lancer de dés affreusement nul)

jeu-de-societe-mythic-battles-pantheon-sam2

Sam utilise ses faces blanches avec Arès pour repousser Zeus sur une case adjacente.

 

Sensations

La question à se poser n’est pas tellement « est-ce que c’était bien ? » car oui, le système tourne et dispose de suffisamment de paramètres pour être équilibré correctement. Non, je préfère formuler par « quelles sont les sensations procurées, et qu’est-ce que cela promet ? » Sur un projet qui sera diffusé à l’aide du financement participatif, cela me semble autrement plus pertinent.

La sensation de l’escarmouche proposée a été la liberté ; même quand je n’avais pas le choix quant à ce qu’il fallait activer, les possibilités sont larges. On est dans un wargame qui ne se veut pas ultra-réaliste : les zones sont grandes sans pour autant sacrifier la tactique. Par moments, on retrouve un sentiment organique, avec les lignes de vue qui empêchent le combat à distance, les forêts qui proposent un bonus défensif. Au fond, le système de Mythic Battles : Panthéon est simple et efficace. Si vous êtes un.e forcené.e de l’innovation, passez votre chemin : ici, la systémique ludique se veut discrète, pour laisser le place à la tactique de champ de bataille, et peut-être – j’espère – à une belle narration environnementale.

jeu-de-societe-mythic-battles-pantheon-fig

Peinte par des artistes de renom, voilà la gueule de la fig (Arès, un hoplite, un Spartiate, un centaure)

Je pense que c’est là une des forces et un des inconvénients d’un jeu d’une telle ampleur : il ne peut se permettre d’être excentrique dans sa facture, et se doit de convaincre, avec une efficacité presque spartiate. Cependant, nous sommes aussi sur une sorte de tableau blanc sur lequel il reste à inscrire une histoire ludique. C’est là où je rejoins le moment où je vous parlais, plus tôt dans cette colonne, de l’aspect narratif du jeu.

Mythic Games se targue de proposer deux expériences, l’une en coopération/campagne, et l’autre en série d’escarmouches. Je ne sais pas comment se goupillera l’expérience individuelle ; comment accommoder les plans des différents dieux pour récupérer leur puissance perdue ? Entre Hadès qui veut rouvrir les portes infernales, Arès qui tente de l’en empêcher manu militari et Zeus qui souhaite affirmer sa dominance sur les autres Olympiens, on se demande comment le joueur vivra les destinées divines. Une campagne par dieu ? Une storyline indépendante de la divinité choisie ? Bref, je vous le disais : c’est là que pèsent mes interrogations quant à ce Mythic Battles : Panthéon. J’ai apprécié le gameplay de bataille, suffisamment épuré pour ne pas être fastidieux, mais suffisamment profond pour procurer une grande jouissance tactique. Reste à être convaincu par la narration de cet univers que, personnellement, je ne puis m’empêcher d’apprécier. Je crains seulement que les desseins divins n’écrasent ceux des héros…

jeu-de-societe-mythic-battles-pantheon-centaur

Le décor est deluxe. A voir celui proposé par le KS !

Faits notables

Les figurines envoient du lourd : grosses, belles, elles éclatent de mille feux sur le champ de bataille. On parle d’un niveau Blood Rage, en gros, si la promesse est tenue. Voire plus gros : l’Hydre envoie du pâté ! De quoi vous donner envie de se mettre à la peinture. Humains, monstres, héros et divinités sont de tailles différentes. A priori, quatre Olympiens seraient présents dans le pledge de base, mais il se pourrait que la donne serait changée par la suite. Je gage sur Dionysos et Poséidon en divinités supplémentaires ; la boîte de base contiendrait Athéna, Zeus, Arès et Hadès.
Oh, et, si le Kickstarter fonctionne, on n’exclut pas de designer d’autres panthéons chez Mythic.

Au final est-ce qu’on attend Mythic Battles : Panthéon ? Pour ma part, oui. J’ai envie de tâter le système, de voir ce qu’on aura fait avec. Sur cette courte démo, j’ai eu l’impression de trop peu, avec l’envie de continuer la partie, de voir plus de contenu. C’est sûrement que l’effet escompté a été produit, non ? En tout cas, color me interested.

jeu-de-societe-mythic-battles-pantheon-box

Boîte oblongue format Conan.

 

Mythic Battles : Panthéon

Un jeu de Benoit Vogt
Edité par Monolith, Mythic Games
Distribué par Asmodee
Langue et traductions : Anglais, Français
Date de sortie : 2017
De 2 à 4 joueurs
A partir de 14 ans
Durée moyenne d’une partie : 45 minute

7 Commentaires

  1. Photo du profil de Sha-Man
    Sha-Man 11/08/2016
    Répondre

    Hate de mettre des fessées au bureau là-dessus 😉

  2. Photo du profil de Cormyr
    Cormyr 11/08/2016
    Répondre

    Hâte d’en savoir plus aussi sur l’aspect narratif. En tout cas ma curiosité n’est que plus attisée par cet article

  3. Photo du profil de Antyova
    Antyova 12/08/2016
    Répondre

    Hâte de recevoir Conan pour pouvoir me pencher sur ce prochain Kickstarter!
    Parce que, jusque là, je pensais que c’était « juste » de l’affrontement… Mais s’il y a de la campagne, de l’histoire, de l’aventure! Je vais avoir du mal à résister. ^^

     

    Merci pour cette belle preview.

  4. Photo du profil de Djinn42
    Djinn42 07/11/2016
    Répondre

    Utiliser le mot « systémique » dans un article concernant Monolith donc Fred Henry c’est un pur régal. Il adore ce mot, bien joué.

    • Photo du profil de Sha-Man
      Sha-Man 08/11/2016
      Répondre

      Ah non non sytémique il l’utilise pour moi déjà. Si tu veux y a le mot jouissance aussi dans l’article je te le laisse. Épuré est réservé aussi.

       

      Au passage, sais-tu que Fred Henry a assez peu à voir avec le projet Mythic Battles Pantheon ?

Laisser un commentaire