Et plus si AFFINITY…

Game Flow (Clément Leclercq et Roméo Hennion) est un éditeur qui aime bien s’inspirer des cadavres exquis. Non qu’ils apprécient de se repaître de corps en décomposition, non, non, on parle ici d’un jeu d’écriture, expérimentation initialement imaginée par les surréalistes au début du XXe siècle. Dans leur premier jeu (Chimère), les Gameflow nous proposaient de construire une chimère en associant des images (tête-corps-queue) ; ici, on va créer des phrases avec des cartes tirées aléatoirement (sujet-verbe-complément). Mais il ne s’agit pas d’une implémentation de Chimère version grammaticale, que nenni, nous voilà face à un tout autre jeu, capable de toucher un public plus large. 

 

AFFINITY-JEU-DE-SOCIETE-MATERIEL-

 

Le déroulement de ce coopératif est très simple à saisir. Dans un premier temps, vous recevez une carte “émotion” : tristesse, beau, glauque, ou fun. Puis vous recevez 3 cartes « sujet » + 3 cartes « verbe » + 3 cartes « complément ». Votre objectif : construire une phrase qui évoque l’émotion imposée. Débrouillez-vous avec ce que vous avez en main, et si jamais vraiment vous n’avez pas les bonnes cartes, alors usez d’un joker pour remplacer celles qui vous déplaisent par de nouvelles. Attention, on a seulement trois jokers pour tous les joueurs !

 

AFFINITY-JEU-DE-SOCIETE-2

awooo…c’est trop bôôô…

 

Une fois votre phrase composée, passez-la à votre voisin. Il devra trouver, en discutant avec les autres joueurs, l’émotion que vous cherchez à transmettre à travers votre phrase. Le jeu est coopératif, donc si vous y parvenez, tout le monde gagne (on progresse sur la piste de l’harmonie), si c’est un échec, tout le monde perd (c’est la piste de la discorde qui avance). Easy. 

 

PHRASE-AFFINITY-2

Glauque ? Triste ? Fun ? Beau ?

 

Créations et récréations

La création des phrases se déroule en simultané, il n’y a donc pas de temps mort. On crée, on devine (ou pas !), on repioche des cartes et c’est reparti. La mise en place elle-même s’opère en trois secondes : le couvercle de la boîte se déplie pour former le plateau de jeu, et le reste de la boîte sert de dévidoir pour les divers tas de cartes.

On a parfois un peu de mal à manipuler nos 10 cartes en main pour construire nos phrases et les plus petites mains iront probablement chercher un paravent pour poser toutes les cartes à plat et composer leurs phrases plus facilement. Mais pour le reste, tout se fait en douceur. À noter que les plus jeunes sont totalement invités à jouer, pour peu qu’ils savent lire/écrire : l’émotion “glauque”, moins appropriée pour le jeune public, peut être retirée afin de ne jouer qu’avec Beau/Triste/Fun (photo ci-dessous).   

Le plateau recto-verso 

 

Mais quand on joue entre adultes, nombre de phrases prennent des double-sens tantôt trash tantôt savoureux ! Et c’est bien là que le jeu prend son véritable intérêt. 

 

le-curé

 

Sujet, verbe, compliments !

Par sa simplicité, Affinity fait mouche. Sur le papier, il peut faire penser à Feelings, mais ce dernier a un côté plus pédagogique : vous avez des situations imposées sur lesquelles vous êtes amenés à réfléchir. Ici, on a parfois des éclats de rire à la découverte des phrases proposées (totalement loufoques), elles semblent parfois insensées mais il va falloir comprendre ce qu’a voulu dire son auteur. Il n’est pas rare de rire sous cape de ses propres créations en entendant les délibérations des autres. Il arrive aussi que l’on discute après coup de l’émotion en jeu : “Pourquoi c’est triste ? Moi je trouve ça beau.” et l’on s’aperçoit qu’on s’était fait tout un film autour de la phrase, du genre “s’il est dans la cave, c’est qu’il y a été enfermé ! c’est glauque !” “mais non, il est juste descendu chercher des bouteilles pour la soirée, c’est fun !”, etc. Ces discussions-là peuvent vraiment surprendre sur la façon dont chacun interprète des phrases qui n’ont pas de contexte : c’est assez passionnant à observer finalement, et souvent drôle, selon votre public.  

AFFINITY-JEU-DE-SOCIETE-MATERIEL-OK

 

En guise de petite mignardise pour ouvrir ou conclure une soirée jeux, ou pour enchaîner les phrases avec vos enfants, Affinity tourne parfaitement. Son édition et son accessibilité lui permettent d’être dégainé facilement de la ludothèque, et la petite parenthèse de divertissement qu’il procure est des plus rafraîchissantes. Alors, c’est plutôt fun ou plutôt beau ça ? 

 

Affinity de Clément Leclercq, Davy Bernard, Jean Philippe Sahut et Roméo Hennion, et joliment illustré par Emma Ferraro, débarque en septembre pour les joueurs de 8 ans et plus.

 

8 Commentaires

  1. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 24/08/2018
    Répondre

    Ca donne envie pour parler emotions aux enfants

    • Machiavel 25/08/2018
      Répondre

      Carrément, je pense le proposer à mes élèves pour travailler sur les émotions.

      • Photo du profil de Shanouillette
        Shanouillette 27/08/2018
        Répondre

        Si c’est dans un pur objectif pédagogique, avez-vous déjà tenté Feelings ?

  2. Jipé 24/08/2018
    Répondre

    Ca donne envie. Juste partagé sur le choix des archétypes : triste et glauque sont souvent associés. Et que signifie ‘fun’ ? Drôle ? Festif ?

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette 25/08/2018
      Répondre

      J’ai d’abord eu la même pensée mais en jouant les choses se décantent d’elles-mêmes. Glauque c’est parfois triste mais avant tout « chelou », bizarre, ou malsain… Il faut justement parvenir à définir la teinte la plus forte (si c’était toujours évident ça n’aurait pas d’intérêt) en discutant. Fun : oui c’est amusant, festif, drôle.

    • Machiavel 27/08/2018
      Répondre

      Non pas tenté parce que je n’avais pas d’élèves en âge d’y jouer, mais j’ai intégré les jeux de société dans la classe comme vecteur d’apprentissages. Cette année, j’ai des élèves beaucoup plus âgés et par voie de conséquence, la possibilité de pousser un peu plus loin. Je note Feelings en plus d’Affinity.

      L’objectif principal est sur les émotions, mais Feelings a l’air de renvoyer aux mathématiques en plus tandis qu’Affinity est intéressant avec les phrases pour travailler le français, notamment la compréhension (la phrase sur le curé n’aurait pas le même sens pour moi que pour eux. Enfin, je l’espère).

      Sans rapport, mais j’aime beaucoup votre site. En tant que joueur de société récent, c’est une vraie mine.

       

       

      • Photo du profil de Shanouillette
        Shanouillette 27/08/2018
        Répondre

        Merci beaucoup pour le compliment 🙂

        Concernant Feelings, ça ne parle pas de mathématiques. du tout 🙂 c’est un jeu où l’on tire une situation (par exemple : « on a trouvé le secret de l’immortalité ») et les joueurs essaient de deviner quelle émotion va avoir un autre joueur face à cette situation (peur, excitation, etc).
        ça joue sur l’empathie, et la capacité à discuter ensuite de nos émotions.
        Le Ludochrono est ici, et sur le site de l’éditeur on trouve beaucoup d’info notamment prochainement un guide d’accompagnement pédagogique.

        • Machiavel 28/08/2018
          Répondre

          Je me suis trompé pour les maths. Je crois que de voir des nombres et une croix m’ont tout de suite fait penser aux maths sans chercher plus loin ^^.

          En tout cas, il a l’air très intéressant.

Laisser un commentaire