Partie de Teotihuacan City of Gods par Le Zeptien

PARTIE DE

Photo du profil de Le Zeptien

Le Zeptien

Jeu :

Teotihuacan City of Gods

Nombre de joueurs :

4

Date de la partie :

03/11/2018

Durée de la partie :

120 minutes

Mode de jeu :

Compétitif

Avis sur la partie :

Les joueurs :

Photo du profil de Le Zeptien

Le Zeptien

Photo du profil de Cormyr

Cormyr

Photo de Ludo Boy

Imoteph

Photo de Ludo Boy

Magicness



Compte rendu de la partie :

Partie découverte de Teotihuacan pour moi jeudi soir avec monsieur Cormyr aux explications, en compagnie de monsieur Magicness (qui découvrait le jeu comme moi) et monsieur Imoteph qui connaissait déjà bien les règles. Devant ce grand plateau agréable à regarder, j’ai immédiatement compris que j’allais sans doute patauger au début avant de prendre tout doucement mes marques. En dehors d’une case action dont je n’ai toutjours pas bien compris les tenants et les aboutissants, l’ensemble est plutôt limpide à comprendre et quand on connait Tzolk’in, on ne peut s’empécher d’en chercher des aspects comparables.

Toutefois, autant le dire tout de suite, les ressemblance n’en font pas une redite et donc nous avons bien à faire à un jeu différent du célèbre plateau à engenages. Ici, on fait circuler des « ouvriers » autour du plateau pour bosser sur des cases d’action. Leur manège est plus grand quoi… et quand il y a du monde sur la case en question, il faut payer du cacao pour pouvoir agir (ne me demandez pas pourquoi). Oui, dans Teotihuacan, le cacao remplace le maïs et ce n’est pas l’amateur de chocolat que je suis qui s’en plaindra…

On peut faire beaucoup de choses comme récupérer de l’or, du bois, de la pierre, du cacao (encore), on peut constuire des bâtiments (il faudra que je relise l’explication concernant les nobles car thématiquement, j’ai pas bien compris) mais surtout, on peu participer à l’élévation d’une grande pyramide à degré, avec un système de pose de pierres ou de décorations particulièrement ludique.

Peu de temps après la partie, un joueur m’a demandé si le jeu apportait quelque chose. Je lui ai pas vraiment répondu car il me faut un peu de temps pour tirer un premier bilan d’un jeu nouveau après une seule partie, mais à présent, j’aurais tendance à dire que le système de construction de la pyramide (un poil hasardeux sur l’apparition des tuiles, donc un peu opportuniste, mais drolement bien quand même), la gestion des déplacements des travailleurs (fondamentale), le fait d’améliorer leur valeur, puis de voir mourrir les « vieux » ouvriers arrivés 6, remplacés par un 1 (une sorte de p’tit clin d’oeil discrêt à Descendance), le système de décompte des tours et des manches, plus quelques petits trucs font que le jeu propose une belle originalité si je m’en tiens à mes modestes connaissances ludiques. 

En tout cas, j’ai trouvé le jeu très bien. Mes attentes (car je l’attendais) ne sont pas déçues. Téotihuacan est surement d’une grande richesse avec en plus des cases actions « modulables » et des tuiles dotation de départ variées (non utilisées hier soir)…sans oublier le matériel impécable… à part les ouvriers, qui ont une forme cubique avec des points blancs sur chaque face…ça me rappelle quelque chose, mais j’arrive pas à situer… :-p

Une future acquisition en ce qui me concerne. 

PS : Je n’ai plus les scores en tête, mais monsieur Cormyr l’emporte très (voire même « très-très ») largement. Je termine bon dernier, après avoir joué une première ère assez mauvaise, mais en limitant la casse par la suite. 


Laisser un commentaire