Zoomus sur Dokmus

Jeu de contrôle de zone qui débarque ce mois-ci en France via le distributeur Atalia, Dokmus est initialement sorti à Essen dernier chez Lautapelit, l’éditeur nordique. Mikko Punakallio, l’auteur, est l’un des 4 concepteurs de Realm of Wonder mais il fait ici cavalier seul. 

Dokmus, c’est quoi ?
Il s’agit en fait du patronyme d’un ancien dieu de votre tribu ainsi que le nom de l’île que vous êtes en train de coloniser. Les joueurs incarnent des chefs guerriers qui tentent de s’accaparer du terrain avec l’aide des protecteurs de l’île, les Gardiens. Bon, en vrai, il s’agit plutôt d’un jeu abstrait. Le but sera de gagner le plus de points en vous plaçant aux bons endroits, sur les ruines ou près des temples, tout en sacrifiant vos pions au bon moment. 

mikko-saari-photo

On va commencer par sélectionner les tuiles Gardien : on choisit une tuile et passe le reste à son voisin, jusqu’à ce que chacun ait la sienne. Ensuite, le joueur qui a la tuile numéro 1 (ou la plus proche du numéro 1) la révèle et commence à jouer. Les gardiens gèrent l’initiative mais offre aussi un pouvoir spécial. 

Le joueur dispose de trois pions qu’il doit utiliser soit en les plaçant sur le plateau, soit en les sacrifiant. Une autre option : utiliser l’action de sa tuile gardien, mais cela demeure facultatif. La plupart des gardiens permettent de déplacer des éléments de jeu (pivoter une tuile, déplacer un pion, etc) afin de reconfigurer la topologie du plateau à votre avantage. Une aide que vous auriez tort d’ignorer !

► Pour placer un pion sur une case du plateau, un joueur doit déjà occuper une case adjacente (orthogonalement). Il y a différentes types de terrain, qui vont avoir des effets sur le pion.

Par exemple, être adjacent à un temple agrandit votre zone d’adjacence aux cases autour du dit temple. Autre exemple, si vous jouez un pion sur une case volcan, vous serez obligé de sacrifier ce pion en fin de tour. Cela vous permet néanmoins d’atteindre des cases qui sont inaccessibles sans ça. Jouer un pion sur une ruine permet de bénéficier d’une action de gardien supplémentaire ce tour-ci, en plus de remporter un point de victoire ! 

► Pour sacrifier un pion, on le place dans la zone commune dite de sacrifice. Cela permet de gagner plus ou moins de points en fin de partie, sachant qu’il y a un minimum obligatoire (zéro sacrifice, zéro point !). 

dokmus-art

Au bout de 8 tours, on comptera les points gagnés grâce aux sacrifices, aux placements liés aux ruines et aux temples (ceux-ci rapportent des points de plusieurs façons en réalité, par exemple si l’on a réussi à placer nos pions autour de tous les temples en jeu, vous avez 5 PV bonus). 

La partie durera environ 30 à 50 minutes, selon votre maîtrise des arcanes du jeu. Sachez enfin que les règles proposent aussi une variante deux joueurs. 

dokmus-jeu

Un peu de draft, beaucoup de placement, et même de la rotation, ce petit voisin de Kingdom Builder et de Dungeon Twister devrait trouver ses adeptes en francophonie !

Dokmus

Un jeu de Mikko Punakallio
Illustré par Markku Laine, Sami Saramaki
Edité par Lautapelit.fi
Distribué par ATALIA
Langue et traductions : Anglais, Français…
Date de sortie : 10-2016
De 2 à 4 joueurs
A partir de 10 ans
Durée d’une partie entre 20 et 40 minutes

1 Commentaire

  1. Photo du profil de Sgt Pépère
    Sgt Pépère 15/12/2016
    Répondre

    J’en ai fait une partie vendredi dernier et sans payer de mine, ce jeu est bien fichu avec des mécaniques sympathiques et des pouvoirs qui permettent de retourner les situations s’ils sont bien joués. Les règles sont super accessibles et devraient en faire peut-être pas un classique mais un jeu auquel il est très agréable de jouer de temps en temps.

Laisser un commentaire