We eat blood – Sanglants SMS et SOS

Lecteurs, vous savez sûrement qu’à la Rédac, on aimeWe-eat-blood-ludovox-art bien les trucs avec de la narration dedans (cf édito) ; quelque soit le support. Ainsi, on vous a parlé de l’appli Loup Solitaire, ou encore plusieurs fois des BD dont vous êtes le héros. Et aujourd’hui, je vous propose un entre-deux : une application de lecture basée sur une licence de jeux bien connue, mais le tout, avec des choix dedans. Je veux donc parler de We Eat Blood and all our friends are dead, qu’on appellera plus simplement We Eat Blood. L’appli coûte 5€ dans tous les bons stores (iOS et Google Play, parfois sous le nom de Vampire : Prelude).

La licence en question, c’est Vampire: the Masquerade, le jeu de rôle. Si vous maîtrisez cet univers, vous serez en milieu connu, mais rien n’empêche un néophyte de débarquer. L’initié aura seulement quelques petits détails croustillants en plus)

Note : pour l’instant anglophone seulement, l’appli requiert un niveau d’anglais moyen, mais vous aurez besoin de connaître vos abréviations pour naviguer (ex : « idk », « stfu », « rofl » pour « I don’t know », « Shut the fuck up », « Rolling on the floor », bref, les « tkt », « jpp », « oklm » et compagnie). 

 

We-eat-blood-ludovox-stay safe

 

Keskecé ?

We-eat-blood-ludovox-humourEh bien moi qui suis rompu aux applis de ce genre, j’ai été décontenancé. Je me suis retrouvé dans un service de SMS. C’est un peu comme si j’attendais qu’on m’écrive… Et puis ma meilleure pote Izzy me contacte. Ne reste plus qu’à lui répondre. Et pour cela, j’ai un seul bouton. « Tap to write. » Je tapote donc le bas de mon écran et un message s’affiche, caractère par caractère, avec quelques pauses, comme si je réfléchissais à mes mots. Et puis… Je confirme pour envoyer.

Rien que cette interface mériterait qu’on en parle longtemps. On me donne la simulation du téléphone, les sensations du téléphone mais pas ce que je vais écrire. C’était tellement bien que j’en ai presque été déçu : j’aurais voulu pouvoir taper ce que je veux, fonctionner par mots-clef, comme dans le jeu narratif novateur Her Story (iTunes, googleplay).

Mais point de ça. On déroule l’aventure, SMS par SMS. On découvre que sa gueule de bois, dans ce bus, au Nouveau-Mexique, va de mal en pis. Vraiment. Au point que votre mère morte débarque dans votre téléphone en disant qu’elle vous a tiré le portrait.

Well. Bon début, hein ? On découvrira certes rapidement que l’on est un vampire en devenir (d’où le titre), mais tout ceci va s’étoffer. On jonglera de personnage en personnage, avec, parfois, des choix. Oui, ce n’est pas un roman par téléphone portable mais plutôt une histoire interactive qui se passe sur téléphone mobile, avec une application homothétique. Plutôt intelligent.

 

Et des petits détails viennent ponctuer tout cela : l’heure, le réseau, vous donnent un petit peu plus d’ambiance, viennent perturber la routine. On s’accroche à son téléphone, attendant une réponse qui ne vient pas, ou en étant dérangé par LA personne que l’on veut fuir. Cette angoisse de l’hyper-accessibilité comme de l’hyper-solitude traverse We Eat Blood, par petits commentaires aigus, par sentiment d’urgence.

We-eat-blood-ludovox-beast

 

Choix choix choix

Vous aurez quelques choix à faire. Au début relativement rares, pour bien vous plonger dans l’ambiance sans heurts, ils finissent par devenir importants. L’un créera même toute une branche narrative exclusive. Certains choix peuvent également vous faire… décéder. Étonnant, certes, que vous continuiez à envoyer moult SMS alors que vous êtes en danger de mort, mais parfois, la jeunesse n’attend pas. Eh ouais, Case (vous) est décidément un peu accro à son téléphone portable !

Il est à noter que lorsque vous mourez, vous recommencez au début du chapitre. Parfois un peu frustrant, surtout sur la fin : vous allez devoir recommencer plusieurs à jouer fois sur certains passages délicats, sans savoir pourquoi vous  vous en tirez mieux avec telle ou telle réponse (vous décrivez vos actions, souvent à votre meilleure pote Izzy).

 

We-eat-blood-ludovox-uh oh

 

Direction très artistique

Izzy et vous étant peintres, il y a quelque chose de définitivement arty dans We Eat Blood. Les illustrations qui vont avec le jeu, que ce soit pour illustrer les contacts, les chapitres ou les peintures hallucinées / rêvées d’Izzy sont belles et dérangeantes, avec une vraie patte. L’interface de portable, pleine de détails bien pensés, est vraiment intéressante, et la musique, discrète, propose des nappes angoissantes mais pas trop. C’est à louer : on n’a pas affaire à une musique synthétique un peu kitsch, ni à des graphismes faits à la sauvette : l’aspect esthétique est pensé pour le portable, et avec une envie de plaire manifeste. On n’est pas là pour expliquer le gameplay mais pour l’habiller, lui donner une texture. Oui, c’est de l’application de haut vol, avec un soin qu’on pourrait assimiler à celui porté à l’application Lone Wolf (mais sans les combats).

Bref, une superbe réussite de ce côté, pour environ quatre heures de jeu.

 

We-eat-blood-ludovox-art3

 

Chaud bouillant 

Pour ses cinq euros de prix, je recommande chaudement We Eat Blood. Malgré le côté artificiel de certains envois de SMS, il est bourré de bonnes idées, bien écrit, avec de l’humour grinçant. Les commentaires sur le chauffeur de bus raciste, par exemple, ne manqueront pas de vous faire sourire, j’en suis sûr ! Mais l’application sait déranger, touchant la corde sensible, et s’adonne parfois à une pointe de nostalgie qui n’a rien de désagréable. Les délires de grand ado de Case et Izzy sont des supports sur lequel les éléments fantastiques se greffent pour prendre le pas, et les thèmes fusionnent, donnant un mélange à cran, supporté par une narration moderne. Pour ses cinq euros, oui, l’application vaut bien le coup, du moins, c’est moi qui vous le dis. Croyez-moi, croyez-moi pas, mais je vais sûrement explorer l’arc narratif que je n’ai pas fait, pour voir ce que ça donne !

 

 

We-eat-blood-ludovox-art 2   We-eat-blood-ludovox-art4  We-eat-blood-ludovox-chapters  We-eat-blood-ludovox-death1   We-eat-blood-ludovox-inter  

We-eat-blood-ludovox-death2

Je meurs 🙁

 

 

Laisser un commentaire