Ulm, mon Saint Empire Romain Germanique pour des PV

Ulm, c’est le nom d’une ville prospère du Saint Empire Romain Germanique (pas très loin de Munich si vous voulez tout savoir), un endroit où il faisait bon faire des affaires au XVIe siècle. C’est le sujet traité par Ulm, l’eurogame de Günter Burkhardt (Glastonbury…) qui arrive à Essen avec des règles multilingues – dont le français.

Dans ce jeu à points de victoire, vous prendrez part aux activités de la ville, et bon, comment expliquer… Vous essayerez de faire un max de points de victoire quoi. 

Chaque partie de Ulm va se dérouler en 10 tours, décomptés par des tuiles que l’on place petit à peu sur la zone « cathédrale » du plateau et qui élèvent ainsi progressivement son clocher.

ulm1

Quand vous réalisez une action, vous piochez d’abord une tuile dans le sac et l’insérez dans la grille de 3 x 3 tuiles présente sur la cathédrale. Cela déterminera vos actions jouables puisque vous réaliserez les trois actions de la ligne par laquelle vous vous êtes inséré. Trois actions dans l’ordre qui vous intéresse et selon les combinaisons que vous visez. Attention, petites agitations neuronales à prévoir ! 

ulm-jeu-essen

Parmi ces actions, vous pourrez par exemple prendre 1 pièce d’argent, acheter une carte que vous pourrez jouer ultérieurement gratuitement (jouer une carte est toujours une action optionnelle), gagner un privilège (images ci-dessous) d’un des quartiers de la cité en y déposant un de vos jetons « sceau », ou faire progresser votre bateau sur le Danube, là aussi pour récupérer des privilèges (plus on progresse sur le fleuve, plus les privilèges sont prolixes). 

À chaque fois que l’on insère une nouvelle tuile dans la grille, on en pousse forcément une autre en dehors de celle-ci. Figurez-vous que ces tuiles-là bloquent les actions de leur ligne tant que personne n’a réalisé l’action « évacuation » qui permet de les récupérer. 

privileges-ulm-jeu-de-societe

Revenons un peu aux cartes. Chacune peut être jouée de deux façons et apportent ainsi des avantages de deux natures distinctes possibles : soit un coup de fouet tout de suite, soit un cadeau en points en fin de partie.  

Les points, justement, parlons-en. Ils se cachent dans les cartes donc, mais aussi via certaines actions dans les quartiers, ou en jouant certaines tuiles, et bien sûr, il y a un décompte en fin de partie qui prend notamment aussi en compte la position de votre barge sur le fleuve. 

Nous sommes donc ici dans un jeu euro assez classique avec tout de même une sélection des actions plutôt originale qui semble donner lieu à des choix riches et enchevêtrés. 

Ulm, la fiche de jeu

Un jeu de Günter Burkhardt
Illustré par Michael Menzel
Edité par HUCH! & friends
Langue et traductions : Allemand, Anglais, Français
Date de sortie : 09-2016
De 2 à 4 joueurs
A partir de 10 ans
Durée d’une partie entre 45 et 75 minutes

3 Commentaires

  1. Photo du profil de Grovast
    Grovast 04/10/2016
    Répondre

    Ah tiens, passé à côté de celui-là, je vais zieuter ça, merci pour le signalement 🙂

  2. Photo du profil de eolean
    eolean 05/10/2016
    Répondre

    Le jeu ne tire pas par son originalité thématique, mais le système du « à la vas-y comme j’te pousse », pourrait bien être intéressant 🙂

  3. Photo du profil de Alendar
    Alendar 22/01/2017
    Répondre

    Le principe du taquin est vraiment intéressant.
    Par contre, gros bémol sur l’aléa qui peut faire basculer une partie via les tuiles de blasons, et les cartes: on peut réellement obtenir les objectifs qui vont bien, ou rester sur le carreau (et il y a peu de manière de lisser ce hasard). Notre première partie a duré un peu plus de deux heures, explications comprises, ce qui rend le jeu un poil long pour autant de hasard (ou d’opportunisme).
    Ceci dit, Ulm se révèle être tout de même fort agréable.

Laisser un commentaire