LE TEST DE DARK GOTHIC
Dark Gothic 2132_md
Un jeu de Jason C. Hill
Edité par Flying Frog Productions
Langue et traductions : Anglais
Date de sortie : 2014-11-01
De 2 à 6 joueurs
A partir de 12 ans
Durée moyenne d'une partie : 45 minutes

Thèmes : Horreur
Mécanismes : Deckbuilding
Types de jeu : Jeu de cartes
Complexité du jeu : Amateur
Nombres de parties jouées : 15
Configurations testées : 2, 3, 4 joueur(s)

Introduction

Dark Gothic est un jeu de deckbuilding se situant dans l’univers d’un jeu précédent de Flying Frog, A Touch of Evil. Ici, on est loin de la coopération. Dans un système rappelant fort Ascension, il s’agira d’acheter des cartes dans une rivière (battant les monstres, s’accaparant des alliés et reliques) en vu de mettre des bâtons dans les roues de nos adversaires mais aussi de battre des boss. La partie s’achève dès le troisième boss abattu (on compte alors les points) ou dès la dixième carte atteignant les Ombres (la partie est perdue pour tous).

Contexte

J'ai déniché ce jeu un peu au pif en regardant l'import sur une certaine boutique. Et ma foi, mon flair m'avait déjà fait découvrir Lanterns: the Harvest Festival, et ce Dark Gothic présageait de pas mal de choses bien. Testé avec des joueurs occasionnels comme des core gamers, l'œuvre a trouvé grâce dans les deux cas, à deux niveaux différents.



ACCESSIBILITE DES REGLES
17
Clarté du livret de règles
Livret facile d'accès
Clarté des explications. Pertinence, quantité, et précision des exemples
Règles claires et exhaustive
Erreurs de règle, questions sans réponse après lecture, points flous
Compréhension quasi parfaite du déroulement
Besoin de retour aux règles, facilité à retrouver l'info. Clarté et pertinence des aides de jeu
Assez peu de retours aux règles. Bonne aide de jeu

Les règles étant très simples, il n'y a que peu de retours aux règles et leur organisation globale n'est pas un obstacle à la compréhension. En revanche, aucune aide de jeu n'est là pour vous épauler.

QUALITE DU MATERIEL
9
Organisation de la boîte. Éléments de rangement fournis
Boîte assez mal pensée (rangement difficile)
Qualité des éléments et des matériaux
Problèmes de finition
Ergonomie des éléments de jeu. Facilité de manipulation des éléments de jeu
Problèmes de lisibilité et de manipulation
Qualité des illustrations
Assez peu travaillé


Ah, le matériel. Le maillon faible du jeu !

La boîte est un peu bordélique et vos cartes bringuebaleront dedans, sans rangements fournis par ailleurs (problèmes cependant corrigés par l'extension Colonial Horror). Quant à la qualité des cartes, si elles ont une bonne durabilité grâce à leur épaisseur, leur finition laisse à désirer : la pellicule colorée n'est pas très solide et peut être déjà endommagée dès l'ouverture de la boîte.

L'ergonomie n'est pas très bien pensée (certaines infos sont peu lisibles) mais ce n'est pas catastrophique.

Enfin, parlons illustrations : les photos en costume photoshoppées ne sont pas une franche réussite, admettons-le. Mais si elles peuvent tuer l'ambiance, elles rappellent quelque chose de la série B, et il est jouissif (pour moi) de voir ce parti-pris très tranché, pas aseptisé pour un sou. Une fois qu'on a passé le choc du premier contact, ce n'est pas si mal ! Les crayonnés de monstres par Brian Snöddy ont, eux, la patine qu'il faut et on sent un art presque anatomique dans ces illustrations.

THEME
13.5
Objectifs du jeu clairs
On a envie de justifier ses choix thématiquement
Histoire racontée par la partie. Evolution dans la thématique.
Histoire peu inspirée
Cohérence des mécanismes et de la thématique
Peu d'éléments sonnent faux
Cohérence du thème
Effort pour que les éléments de jeu collent au thème

Pour un jeu de deckbuilding à rivière, Dark Gothic fait beaucoup d'efforts dans sa narration. Oui, oui, c'est possible ! C'est à dire que les boss et les Ombres aident pas mal. Et puis quand on se frotte aux Anciens du village, on découvre (et partage) leurs sombres secrets, qui viennent perturber la partie de façon assez violente (souvent). Le fait que nos héros soient très asymétriques dès le départ donne aussi une surcouche bien agréable. Sans qu'il parvienne à se hisser à la couleur thématique d'un Arctic Scavengers, DG fait du bon boulot et évite l'écueil du jeu au thème 100% plaqué. Par contre, l'histoire manque un peu de piquant : c'est trop typique, peut-être.

DUREE DE VIE
13.5
Facilité à sortir : durée, profil de joueur, configurations de joueurs.
Souple
Renouvellement : modularité des composantes de jeu / évènements aléatoires décisifs
Les parties se différencient assez sérieusement
Contenu additionnel
Assez de diversité pour qu'on n'aille pas chercher ailleurs.
Essouflement du jeu
Assez surprenant

Les différents héros permettent aux parties de beaucoup se renouveler, et le tirage influera aussi beaucoup sur vos départs, bien qu'il ne soit pas déterminant sur l'issue de la partie. On est rarement bloqué et si le deckbuilding peut sembler facile car beaucoup de choix sont disponibles, il se révèle exigeant à la longue ; pour gagner à coup sûr, il faudra optimiser, mais vraiment beaucoup, hein.

MECANISMES
13.5
Fluidité du tour
Très clair
Interaction et implication pendant le tour des autres joueurs
Quitter la table une minute ne change rien
Équilibre : viabilité des stratégies, martingale / retard irrattrapable, fin de partie, Kingmaking.
Plusieurs grandes stratégies sont disponibles et viables
Contrôle sur le déroulement : équilibre opportunisme / planification
Équilibre du jeu entre planification et opportunité

Dark Gothic reste un jeu de deckbuilding et aussi, il ne faudra pas vous attendre à des montagnes d'interaction, quoi que parfois, avec les attaques/défenses, il faudra prêter attention pendant le tour des autres. Mais comme tout s'enchaîne assez rapidement, ça ira, je vous assure : le downtime n'est pas horrible une fois que tout le monde connaît un peu les cartes. Autrement, comme la rivière se renouvelle souvent, ce n'est pas des plus fluide. L'opportunisme, comme dans Ascension, est là, mais il peut faire l'objet de choix intéressants : dois-je prendre cette carte vraiment optimale pour mon jeu afin que mon adversaire ne l'aie pas ? Sauf potentielle rencontre avec le boss, on réfléchira à la façon d'optimiser son deck et celle de réduire l'optimisation des adversaires dans un second temps. Bref, on a beaucoup de choses à faire. Mais la courbe d'apprentissage est raide, et un joueur expérimenté aura très facilement le dessus. (Mais est-ce là un mal intolérable ?)



17
9
13.5
13.5
13.5

Photo du profil de Umberling

72%

L'avis de Umberling

Testeur Ludovox.fr

Publié le 10/02/2016

Dark Gothic, à vue de nez, pourrait paraître comme une copie d'Ascension tant les bases sont similaires. Passé ce premier a priori, il vous faudra faire face à un matériel et à une boîte d'assez médiocre qualité, mais une fois ce nouvel obstacle franchi, il vous restera un jeu de deckbuilding bien trempé. Bien qu'étant au final un jeu de scoring, Dark Gothic comprend une foule de petits détails qui viennent renforcer l'aspect thématique sans pour autant étouffer les mécanismes. Bref, tout le monde n'aimera pas, surtout à cause du parti-pris graphique, mais si le deckbuilding exigeant est votre came, alors, foncez.


  • Deckbuilding de qualité
  • L'asymétrie des héros
  • La condition de défaite commune malgré la compétition

  • Fait doublon avec Ascension dans une ludothèque
  • Les illustrations ne toucheront pas tout le monde
  • Matériel pas au top
L'AVIS DES JOUEURS

0 avis pour ce jeu

Lire les avis

Connectez-vous

--%