LE TEST DE HéROS à LOUER
7thhero_mock-up_FR1
Un jeu de Kuro
Illustré par Christophe "Biboun" Fossard
Edité par Iello
Distribué par iello
Pays d'origine : Japon
Langue et traductions : Anglais
Date de sortie : 2014-11-7
De 3 à 5 joueurs
A partir de 14 ans
Durée moyenne d'une partie : 30 minutes

Thèmes : Médiéval-fantastique
Mécanismes : Gestion de main
Types de jeu : Jeu d'ambiance, Jeu de cartes
Complexité du jeu : Amateur, Familial
Nombres de parties jouées : 8
Configurations testées : 4, 5 joueur(s)

Introduction

Héros à Louer est un jeu de draft auquel se mêle bluff et déduction : il faut obtenir six héros parmi les sept que compte le jeu, mais gare aux doublons ! Posséder deux fois le même héros oblige à se défausser des deux ! Et quand un joueur vous propose les services d’un héros, c’est toujours face cachée, avec de maigres indices…

Nominé au FIJ de Cannes 2015.

Contexte

J'ai eu ce jeu dans la Black Box d'AEG, en version américaine et Doomtown, avec quelques variantes de règles par rapport à la version éditée en France par Iello (mais rien de dramatique non plus ; rendez-vous sur le just played pour plus de détails). Je l'ai testé avec des joueurs plutôt amateurs, et avec des durs de durs, comme souvent.



ACCESSIBILITE DES REGLES
16.5
Clarté du livret de règles
Livret facile d'accès
Clarté des explications. Pertinence, quantité, et précision des exemples
Règles claires et exhaustive
Erreurs de règle, questions sans réponse après lecture, points flous
Sensation de compréhension correcte
Besoin de retour aux règles, facilité à retrouver l'info. Clarté et pertinence des aides de jeu
Assez peu de retours aux règles. Bonne aide de jeu

Les règles sont très clean, mais un peu fumeuses au premier abord, car assez nombreuses pour un jeu minimaliste de ce genre. Fort heureusement, les exemples clarifient beaucoup, et au final, les pièces du puzzle s'assemblent super vite pour une compréhension quasi instantanée une fois le livret fini. Il reste des petits détails obligeant à revenir aux règles (les tie-breakers, les cas d'impossibilité), mais au final c'est satisfaisant.

QUALITE DU MATERIEL
15
Organisation de la boîte. Éléments de rangement fournis
Rangement relativement simple et organisé
Qualité des éléments et des matériaux
Qualité matériel et finitions plutôt bonnes
Ergonomie des éléments de jeu. Facilité de manipulation des éléments de jeu
Clarté visuelle. Manipulation adaptée
Qualité des illustrations
Travaillé


Dans ma Black Box, le rangement était nul. En revanche, du côté de la version Iello, c'est très acceptable et très joli dans cette petite boîte blanche. Les illustrations fantasy, plutôt rigolotes, font mouche. (Les westerns de ma version Doomtown sont à l'égal de Doomtown Reloaded : superbes, et sérieuses.)

Les cartes sont standard, mais un peu texturées, ce qui leur confère un toucher agréable. L'ergonomie permet de reconnaître les héros de façon immédiate, et l'aide de jeu anglaise est top (un petit bémol pour la française, qui pèche légèrement).

THEME
12
Objectifs du jeu clairs
C'est limpide
Histoire racontée par la partie. Evolution dans la thématique.
On peut se refaire l'histoire après la partie
Cohérence des mécanismes et de la thématique
Ça colle à peu près
Cohérence du thème
Plutôt cohérent

Bon, si le thème est facilement transposable du médiéval-fantastique au weird West, c'est que ce n'est pas important. Pour autant, la narration n'est pas nulle, loin de là, et on va se prendre au jeu des héros et les pouvoirs font merveille pour installer la tension autour de la table. Bon, on n'est pas dans le jeu narratif du siècle, vous l'aurez compris. Mais pour ce format, c'est tout à fait honnête.

DUREE DE VIE
14.5
Facilité à sortir : durée, profil de joueur, configurations de joueurs.
Souple
Renouvellement : modularité des composantes de jeu / évènements aléatoires décisifs
Les parties se différencient assez sérieusement
Contenu additionnel
De petites variantes
Essouflement du jeu
Assez surprenant

Les parties se renouvellent par plusieurs aspects : tout d'abord, les comportements de joueurs, additionnés au setup, sont pour beaucoup dans le feeling des jeux. Entre arbitrage sec et laxisme en passant par le combotage acharné, Héros à Louer laisse pas mal de latitude aux joueurs. Le cours du jeu diffère particulièrement en fonction des tirages, mais l'aléa n'est pas roi, car la stratégie peut toujours rattraper des situations défavorables.

MECANISMES
15.5
Fluidité du tour
Fluide
Interaction et implication pendant le tour des autres joueurs
Interaction omniprésente
Équilibre : viabilité des stratégies, martingale / retard irrattrapable, fin de partie, Kingmaking.
Grande variété de choix, on peut revenir dans la course
Contrôle sur le déroulement : équilibre opportunisme / planification
Équilibre du jeu entre planification et opportunité

Côté mécanisme, Kuro s'est fait plaisir : on est en permanence confronté à l'avidité adverse et, pour être au top, il faut surveiller les vilains qui ont cinq héros. L'interaction se fait tendue dès que la partie atteint sa moitié, et il faudra redoubler de vigilance, pour faire quoi que ce soit.



16.5
15
12
14.5
15.5

Photo du profil de Umberling

84%

L'avis de Umberling

Testeur Ludovox.fr

Publié le 23/01/2015

Héros à Louer est donc un superbe jeu : malin, il propose une expérience tendue, mêlant des concepts de façon très synergique. Le draft crée une économie descendante, le bluff entraîne la déduction, alimentée par le comptage des cartes. Ce titre suscite donc beaucoup de sensations ludiques, et les arbitrages qu'il cause obligent à enchaîner les parties !


  • Tendu
  • La qualité des mécanismes
  • Interaction omniprésente
  • Minimaliste et donc assez accessible (mais pas pour tous non plus)

  • Thème plaqué
L'AVIS DES JOUEURS

0 avis pour ce jeu

Lire les avis

Connectez-vous

--%