Swords and Bagpipes. Freedom, Treachery, Power!

Swords and Bagpipes est un jeu imaginé et illustré par un certain Yan Egorov, auteur russe de son état si je ne m’abuse, mais son jeu, lui, se situe dans un univers typiquement écossais. L’Écosse médiévale même, pleine de kilts, d’épées, et de cornemuses. D’où le nom. 

Vous devrez incarner des lords écossais et tenterez de gagner votre indépendance contre les anglais. Attention, stratégie et duperie entrent en scène.   

e7af75bff849edc26e462c32f76aa2c2_original

Freeeeeeeeeedom

Voici un jeu de plateau pour deux à six joueurs mêlant vicieusement coopératif et compétitif. Son lancement sur KS s’est super bien passé, puisque l’objectif est déjà atteint et certains stretchs goals se débloquent. Si ça continue comme ça, ils pourront proposer plus de matériel et de nouvelles mécaniques. 

Dans le jeu, concrètement, vous avez 7 tours pour vaincre les angliches. Si l’Ecosse survit jusqu’au bout, tout le monde gagne, mais le seigneur avec le plus d’or est le seul vainqueur final. Si l’Ecosse souffre quatre défaites, le jeu est terminé et tout le monde rentre chez lui, mais le lord avec le moins de cartes « poignard » sera le gagnant des perdants. Pas très glorieux, mais c’est mieux que rien. Aurez-vous envie de trahir les copains si fort que tout le monde y laissera son kilt ? Ou la lutte pour la liberté passera avant tout ?

pic2535292_md

Chaque tour sera composé de 7 phases, ça parait beaucoup mais apparemment une fois que c’est joué un petit coup, ça passe tout seul. Les parties durent entre 20 et 45 minutes. Nos phases : L’invasion, les actions, la phase de la médaille d’honneur, la phase du choix, les combats, les récompenses, et la fin (plus d’infos sur la fiche de jeu). 

On débute donc en révélant une carte des armées anglaises afin de savoir à quelle sauce on va être mangés ce tour. On prend connaissance du nombre de troupes qui envahissent nos terres, et des récompenses pour les braves qui sauront les bouter hors d’Écosse. Parfois, il y a des petits effets spéciaux pyrotechniques qui s’ajoutent, mais globalement c’est l’idée. Chaque joueur devra réaliser trois actions parmi : percevoir des impôts, lever une milice, rassembler des troupes, engager des mercenaires, déplacement d’unités, ou jouer des cartes cornemuse.  

Après que tous les joueurs aient terminé leurs actions, le détenteur de la Médaille de l’honneur la passe à un autre joueur de son choix (il deviendra le futur premier joueur). Ensuite, chaque joueur choisit secrètement un de ses deux jetons ‘camp’ (Anglais ou Écossais), et le place au milieu de la table, face cachée. Le détenteur de la médaille d’honneur est le seul joueur qui ne doit pas choisir de camp ce coup-ci.

« The trouble with Scotland is that it’s full of Scots. » (Bravehart)

On révèle nos camps et on compare les forces en présence. Si l’Écosse perd, c’est une défaite pour tous, et souvenez-vous, quatre défaites de ce genre et tout le monde rentre chez bobonne. Si l’Écosse gagne, ses supporters recevront une carte cornemuse et des tas de pièces d’or. Sans tenir compte du résultat des combats, les supporters de l’Angleterre, eux, piochent une carte dague et auront de l’or à se partager. Bref les alliances ne dureront pas longtemps, on peut même dire qu’elles papillonneront en fonction des récompenses mises en jeu.

pic2532054_md

 

Et enfin, bonne nouvelle, les règles sont entièrement traduites en français par l’ami TheMadSathimon. Maintenant, c’est vous qui voyez. « Ton cœur est libre, trouve le courage de le suivre » comme dirait l’autre peinturluré.  

 > KS

> Fiche de jeu

Un jeu de Yan Egorov
Illustré par Yan Egorov
Edité par RightGames LLC
Langue et traductions : Anglais, Français
Date de sortie : 10/2015
De 2 à 6 joueurs
A partir de 11 ans
Durée d’une partie entre 20 et 45 minutes

 

Laisser un commentaire