Shahrazad : jeu conte sur toi

Une origine japonaise

Sorti en milieu d’année par chez nous, Shahrazad est un petit jeu (par la taille) de Yuo, superbement illustré (j’ose le dire) par Kotori Neiko, édité par Capsicum Games.

Ce jeu est une nouvelle version de l’original japonais nommé Tarot Storia sorti par chez eux en 2015.

 

tuile

 

Jouable seul ou strictement à deux, c’est un pur coopératif. Votre objectif est de raconter le plus beau conte à votre roi adoré pour qu’il puisse faire les rêves les plus doux durant sa prochaine nuit. Pour cela vous devrez arranger au mieux les chapitres de votre histoire constituée de tuiles numérotées.

On le sait, une bonne histoire doit monter en puissance tout au long de sa narration et il en est de même ici : les tuiles doivent former une suite croissante de numéros pour qu’elle soit valide. Il faut aussi former des chapitres cohérents, représentés par des groupes de même couleur de tuile pour ajouter une touche de douceur aux oreilles du roi.

 

Comment ça marche ?

Rien de plus simple sur le papier. Vous aurez en main deux tuiles contenant :

  • Une très belle illustration (qui évoque des contes du monde entier) mais qui ne sert à rien de plus qu’à faire (très) joli
  • Un nom qui n’est également d’aucune utilité sinon mettre du sens à l’illustration, un peu comme au tarot divinatoire
  • Un numéro
  • Une couleur
  • Les numéros des tuiles de la même couleur

Le jeu se joue en deux manches. Vous devrez marquer le maximum de points à la fin des deux manches.

 

tuile4

 

On commence en mélangeant les 22 tuiles (numérotées de 0 à 21) en pile et en plaçant une tuile au centre de la table (soit choisie au hasard, soit la « 10 » pour un peu plus de facilité lors de vos premières parties).
Puis on prend une tuile en main. Une mise en place on ne peut plus simple !

Lors de votre tour vous devrez tout d’abord piocher une tuile, puis au choix :

  • Placer une tuile de votre main sur l’aire de jeux
  • Remplacer une tuile déjà posée sur l’aire de jeu par une des vôtres.

 

Simplement je pourrais rajouter que si vous choisissez le remplacement d’une tuile, comme vous en piocherez obligatoirement une autre au début de votre prochain tour, vous en aurez donc 3 en main. À ce moment-là vous devrez placer obligatoirement deux de ces trois tuiles et vous n’aurez pas le droit d’en remplacer une autre à nouveau lors de votre tour.

Voilà c’en est fini pour les actions possibles ! Ultra simple.

tuile3

Tout l’intérêt du jeu vient donc des conditions de pose de ces fameuses tuiles. Tout d’abord, vous devrez les poser en ce que j’appellerai une forme de « quinconce-continu ». Comme une image vaut mieux que milles mots, voilà ce que cela donne en cours de jeu :

placement

Vous le voyez, chaque tuile est posée à mi-hauteur de celles à ses côtés, ce qui forme une suite de colonnes en quinconce. Chaque colonne ne peut contenir que trois cartes lorsqu’on joue en solo et quatre à deux joueurs.

De plus, comme l’objectif premier du jeu est tout d’abord de former une suite croissante de numéros, de gauche à droite, vous tenterez de placer vos tuiles pour que cela soit effectivement le cas. Ce n’est pas une obligation malgré tout. Rien ne vous empêche de jouer le numéro 3 à la droite du 15 mais mieux vaut l’éviter si vous voulez marquer un maximum de points à la fin. Il faudra également éviter de laisser des trous pour ne pas vous pénaliser lors du comptage.

Enfin, vous tenterez de positionner vos tuiles en fonction de leur couleur. En effet, vous marquerez des points en fin de partie en fonction de la taille des groupes de tuiles adjacentes de même couleur. Et il y a quatre couleurs : jaune, noir, rouge et bleu.

À la fin de la manche vous marquerez autant de points que le plus gros groupe de tuiles de chaque couleur.
Là encore une image :

placement2

Dans cet exemple je marquerais 3 points pour les rouges, 3 points pour les noirs, 3 points pour les jaunes et 2 points pour les bleus. Mais la manche n’est pas terminée, il me reste encore des tuiles à placer 😉

Mais auparavant vous devrez vérifier que la progression des numéros est bien respectée. Si certaines cartes ne respectent pas cette condition, elles sont retournées face cachées et vous font perdre un point. Idem pour les trous qui vous font perdre un point.

La préparation de la manche suivante est très simple également :

  • Vous retirez du jeu toutes les tuiles qui ont été retournées
  • Vous laissez en place la colonne de votre choix
  • Vous mélangez les autres tuiles, vous en piochez une et vous repartez pour un nouveau tour

À la fin de la deuxième manche, le total de vos points est à comparer avec la tuile de score fournie dans la boite pour savoir si vous avez été bons ou pas…

Ce que j’en pense

Tout d’abord, il faut l’admettre, le thème est totalement plaqué sur ce qui est finalement un jeu de pose de tuiles et de nombres. L’idée du conte que l’on doit faire le plus beau possible n’est absolument pas perçue au cours de la partie. Mais nous avons à faire à un jeu très simple dans ses règles, ce qui permet d’y jouer avec la plupart des amis autour de vous. Un bon point.

Il propose un challenge assez relevé. Les jeux coopératifs le sont souvent, sinon ça ne serait pas drôle. Si vous souhaitez atteindre les meilleurs scores, vous devrez faire preuve d’un bon sens tactique, d’anticipation, d’opportunisme, mais aussi d’un peu de chance. En effet, tirer les tuiles dans un ordre qui vous arrange ou bien totalement contraire au cours de la partie va s’avérer un élément touchant votre score de manière sensible.

La manipulation du matériel est très bonne et les illustrations feront que vous prendrez plaisir à y jouer. Rien à redire non plus sur l’épaisseur des tuiles qui est très satisfaisante. Juste un petit bémol cependant concernant les tuiles de score, aussi inutiles que peu pratiques à l’usage.

Là, j'ai 24 points...

Là, j’ai 24 points…

 

Ce jeu s’adresse à ceux qui aiment jouent seul ou à deux, mais qui n’aiment pas la confrontation entre joueurs (puisque totalement coopératif). Il faut également aimer se creuser un peu la tête ! Vous devrez discuter des meilleurs placements possibles de vos tuiles sans avoir toutefois le droit de révéler ce que vous avez en main. Attention à l’effet leader qui peut vite survenir dans ce type de jeu.

Testé en solo et à deux, je dois dire qu’il fonctionne très bien dans les deux configurations. Il m’a semblé un peu plus dur à vaincre à deux joueurs du fait de la limitation des colonnes à 3 tuiles, mais peut-être n’avons tout simplement pas su gérer nos tuiles. À creuser d’ici le test final…

 

tuile2

 

S’il est finalement pour moi un jeu totalement abstrait thématisé (ce que n’a pas tenté The Game et qui a pourtant connu une belle carrière…) il n’en reste pas moins agréable à jouer si vous êtes du genre à vouloir « faire le meilleur score ». Sinon le challenge pourrait vous paraître répétitif et vous pourriez avoir du mal à enchaîner les parties. Surtout si vous aimez le fluff et les belles histoires à raconter en fin de partie. Finalement paradoxal quand on voit le thème du jeu.

 

 

Pub-Tipeee-grand-format-copie

 

4 Commentaires

  1. Photo du profil de Meeple_Cam
    Meeple_Cam il y a 25 jours
    Répondre

    Le jeu dans le jeu consiste à retrouver tous les contes des tuiles. Autant certains sont évidents, autant d’autres beaucoup moins

  2. Gabbri il y a 24 jours
    Répondre

    Merci. Redondant si on a déjà le Game ?

    Nb : Juste une coquille sur le nombre de tuiles par colonne si deux joueurs : 3 ou 4 ?

    • Photo du profil de Alstar
      Alstar il y a 24 jours
      Répondre

      En effet, il y a bien une coquille sur le nombre de colonne qui est inversé : C’est 3 colonnes à deux joueurs et 4 colonnes en solo.u

      Pour ce qui est du côté redondant, je dirais oui si on a déjà The Game, surtout que ce dernier peut être joué à plus nombreux, donc plus facile à sortir.  Si l’on a aucun des deux en revanche, la question se pose, mais j’ai personnellement un penchant pour The Game…

  3. Lionel il y a 18 jours
    Répondre

    Ce qui est dommage dans ce jeu c’est l’aspect puzzle. Une fois qu’on a regardé sur internet la config qui score le  maximum, le jeu ne consiste qu’à une pose assez ennuyeuse des tuiles aux bons endroits.
    Perso ca m’a un peu « cassé » le jeu et je l’ai revendu.

    Dommage car je le trouvais somptueux visuellement.

Laisser un commentaire