Planet, le monde est dans vos mains

Dans Planet, l’idée est de construite sa propre planète, en façonnant son environnement pour pouvoir y accueillir des animaux.
Pour ce faire, nous disposons d’un objet, à savoir une planète en 3D, sur laquelle nous allons construire notre monde sur 12 tours. On gagnera des points en remplissant notre objectif « milieu naturel » et en attirant chez soi un maximum d’animaux.

planet-jeu-ludovox-(2)

Planet est un jeu de Urtis Sulinskas, illustré par Sabrina Miramon, édité par Blue Orange et distribué par Blackrock Games. Il est sorti en novembre 2018. Voyons voir de quoi il retourne !

 

Petit tout du proprio 

Tout d’abord, la planète. C’est un dodécaèdre en 3D, agréable à prendre en main et à manipuler. Elle contient donc 12 zones aimantées sur lesquelles nous allons positionner les tuiles de paysage, également aimantées.

Planète en cours de construction

Planète en cours de construction

 

Les tuiles représentent des zones des environnements : foret, désert, montagne, glace, océan. Chaque tuile offre une combinaison de plusieurs paysages, divisée en 5 triangles.

 

Les tuiles paysages

Les tuiles paysages

 

On peut par exemple avoir sur un tuile 2 triangles d’océan, 1 de forêt, et 2 de montagnes. Les « schémas » de ces tuiles sont variés. 

Notez que nous avons aussi des cartes : une carte objectif secret pour chaque joueur, et des cartes animaux. Nous y reviendrons.

 

Mise en place du jeu

Mise en place du jeu

 

Sous le capot… 

On prépare le jeu en disposant des tuiles et des cartes animaux pour chacun des 12 tours.

Les tours sont divisés en deux étapes : prendre une tuile paysage, et récupérer éventuellement une carte « animal ».

    D’abord, construire sa planète

En commençant par le premier joueur, chacun va récolter une tuile de paysage parmi celles disponibles pour le tour, qu’il pourra ensuite placer où il veut sur sa planète en 3D. Le jeu va être de connecter, ou non, ces différents types de paysage, pour pouvoir accueillir des animaux dans notre environnement, à partir du 3ème tour.

    Puis peupler sa planète

Une fois que tout le monde a choisi puis disposé sa tuile sur sa planète, on regarde les majorités. Il n’y a pas d’animaux disponibles lors des deux premiers tours. « L’apparition de la vie » arrive au 3e tour. 

Chaque carte animale a une couleur et une condition. Par exemple, pour obtenir un chameau, il faudra être celui qui possède la plus grande zone de désert en contact avec un océan, alors que pour un panda, il faudra être celui qui possède le plus grand nombre de zones forêt. C’est ainsi qu’on remporte ou non les majorités et que l’on gagne les cartes animaux. 

Une zone est constituée de tous les triangles du même type connectés entre eux (adjacents les uns aux autres).

Comme tous les animaux de la partie sont définis et visibles dès le début, on pourra planifier nos choix et affiner sa stratégie au fur et à mesure, en privilégiant certaines connections entre les paysages. Parfois la condition est d’avoir un élément de paysage non connecté à un autre : par exemple, un écureuil a besoin d’un environnement de forêt n’étant pas connecté à de la glace.

 

Partie en cours

Partie en cours

 

   Gagner des points de victoire

Il y a deux paramètres pour compter les points de victoire :

  • Au début de la partie, chaque joueur a reçu un objectif secret. Il s’agit d’une carte représentant un élément de paysage privilégié : en fonction du nombre de triangles sur les tuiles positionnées sur la planète avec l’élément adéquat, on aura un premier score. Attention, pour ce score, les tuiles n’ont pas besoin d’être connectées, c’est un simple total.
  • Ensuite, les animaux dont la couleur correspond à notre objectif secret rapportent 1 point de victoire, tandis que les autres animaux en rapportent 2.

 

 

Premiers regards sur cette planète :

Sous ses faux-airs manifestement enfantins (cf les illustrations des cartes), Planet est en réalité très appréciable pour un public adulte. Le fait de manipuler physiquement sa planète, et de pouvoir en quelque sorte la construire, lui donner une typologie propre, fait partie du charme certain de ce jeu. Mais ne nous y trompons pas, le tout est clairement stratégique. Il y aura des choix à faire et à réévaluer en fonction de ce que font vos voisins. Il faudra trouver un équilibre entre choisir des tuiles de son objectif secret et accueillir des animaux privilégiant un autre environnement.

Côté bémol, notons qu’il n’est pas toujours aisé de lire où en sont les autres, ce qui est pourtant important pour nos choix vu qu’il s’agit de se battre sur des majorités (l’interaction réside là). Le scoring final n’est pas toujours simple à réaliser non plus (on tourne notre planète plusieurs fois pour être sûr d’avoir bien tout vu et pris en compte !). Mais voilà un jeu original, aux tours fluides, avec un vrai défi et un matériel ludique bien conçu. Certes, on réfléchit pour optimiser nos coups, mais, surtout, on s’amuse, et on retombe un peu en enfance en tripatouillant nos tuiles aimantées.
Bien sûr, on peut y jouer avec les enfants, en famille, sans problème dès 8 ans (cela peut d’ailleurs être une porte d’entrée pour parler de la nature et de l’importance de milieux préservés pour la vie animale…).


Je valide !

 

Pub-Tipeee-grand-format-copie

 

 

2 Commentaires

  1. Gabbri il y a 5 jours
    Répondre

    On ne peut effectivement pas demander aux autres de constamment faire pivoter leur planète, et on peut vite avoir le tournis. Mais la manipulation est vraiment agréable.

  2. Photo du profil de Krinie
    Krinie il y a 2 jours
    Répondre

    Petit tip pour le scoring final: enlever tous ses pentagones et compter à plat 🙂

Laisser un commentaire