Participatif, la sélection naturelle du 12/12/16

Je vous disais la semaine dernière que nous entrions dans une période calme. La période des fêtes de fin d’année fait (à raison !) peur aux porteurs de projets, et peu sont assez fous pour braver les quelques semaines qui clôturent l’année. Qu’on se le dise, cela va être ainsi jusqu’à la mi-janvier !

Comme toujours, vous trouverez en fin de chronique le lexique qui vous permettra de mieux comprendre les termes un peu techniques employés parfois et dont la plupart est en orange.

 

Le coup de cœur de la semaine : Qodd Heroes

qodd-heroes-logo-2

Qodd à deux mérites. D’un, c’est un jeu purement amateur, qui n’a pas vocation à se retrouver sur les étals et qui à donc toute sa raison d’être financé par le participatif. Si le financement échoue, le jeu n’existera pas. Ensuite, son gameplay n’est pas la énième resucée de tel ou tel jeu déjà existant.

 

De quoi c’est-y donc qu’on cause ?

Qodd a été imaginé par un canadien dont c’est le premier jeu. Ryan Iler est dessinateur 3D et Graphic Designer depuis près de 20 ans. On ne s’étonnera donc pas que son influence provienne des jeux vidéos.

qodd-heroes-logo-des

Nous sommes en présence d’un jeu de stratégie/action pour 2 à 4 joueurs (peut-être plus grâce aux Stretch Goals) dans lequel chaque joueur dispose d’un personnage représenté par un cube. Hé oui, c’est que Qoddria, le monde qui vous a vu naître, a été bêtement frappé par un cataclysme qui a transformé tous les habitants en cubes. C’est ballot.

qodd-heroes-qoddoria

 

Comment c’est-y qu’on joue ?

Les personnages étant cubiques, les déplacements vont s’effectuer par basculement d’une face vers une autre. Chacune d’entre-elles a un pouvoir particulier qui se déclenche lorsque la face concernée se retrouve au sommet du cube à la fin de son déplacement.

qodd-heroes-mouvements-1

Ces pouvoirs ne sont jamais les mêmes à chaque partie puisque déterminés par des tuiles tirées aléatoirement lors de la mise en place et placées sur un plateau de jeu individuel, sous le dessin correspondant à chacune des faces du cube. Chaque héros a donc à chaque fois un set d’actions qui lui est propre et qui lui confère une manière unique de se déplacer.

qodd-heroes-plateaux-individuels

Une seule face ne reçoit pas d’action car elle déclenche un pouvoir spécial. C’est la face “Q” (je vous laisse déjà savourer les blaguounettes à deux balles qui ne manqueront pas de fuser lorsque cette face apparaîtra 😛 ). En plus de déclencher le « Qpower », un pouvoir particulier spécifique à chaque héros (par exemple « ROK GEMSTALKER » peut créer ou détruire un mur), cette face permet de réorganiser le set d’actions sur les autres faces.

 

La séquence de jeu est simple et se divise en 3 phases :

  1. Le joueur effectue un mouvement dans la direction de son choix par basculement de son cube. Au début de la partie les héros démarrent avec une compétence de mouvement de 1. C’est le nombre de symbole « croix » sur la piste du bas du plateau de héros (ligne verte).
  2. Les éventuels effets du terrain sur lequel il s’est arrêté sont appliqués (ressort projetant le cube sur une autre case, piège, etc…).
  3. L’action de mouvement du héros est activée en fonction de la face supérieure visible et de sa compétence de mouvement (différent de l’action).

Et c’est tout.

 

C’est-y vraiment tout ?

Heureusement, pas vraiment. Chaque héros possède une compétence d’exploration matérialisée par le nombre de symbole “cartes” sur la piste du bas du plateau de héros (ligne bleue).

Cette compétence permet de tirer des cartes “exploration” de plusieurs types :

  • Nourriture : Elles améliorent le mouvement ou protègent d’effets indésirables. 

qodd-heroes-cartes-nourriture

  • Runes : Reliques d’une civilisation perdue, ces objets mystiques ont des effets très puissants qui peuvent altérer l’environnement (création d’un téléporteur, d’un tunnel. Rotation d’un plateau…).

qodd-heroes-cartes-runes

  • Familiers : Chaque familier est le seul de son espèce. Lorsqu’on en obtient un, il est conservé et peut être utilisé à chaque tour, mais il devient une proie de choix pour les autres joueurs.

qodd-heroes-cartes-animaux

  • Objets : Comme les familiers, ils sont conservés en jeu et peuvent être utilisés lors de tous les tours (Le GGPS, par exemple, permet de réarranger les actions de mouvement à chaque tour).

qodd-heroes-cartes-objets

On n’en sait pas beaucoup plus à ce sujet, mais des cartes événements et des dés de dispersion semblent pouvoir amener un peu de chaos au sein des plans soigneusement peaufinés par les joueurs.

qodd-heroes-cartes-evenements

 

C’est bien beau tout ça, mais c’est-y bien au moins ?

À l’énoncé de toutes ces caractéristiques, la rejouabilité parait déjà bien présente. Les éléments cités ajoutés aux 6 tableaux double-faces (de base) semblent apporter une variété, gage d’absence de lassitude.

Cette rejouabilité semble d’autant plus assurée si l’on considère les différents modes de jeux proposés :

  • Quêtes : Les joueurs s’affrontent dans une course pour compléter des objectifs, tels que la collecte de cristaux ou de reliques.
  • Rallye : Une course à points de passages obligés dans laquelle tout est permis pour être le premier à rallier l’arrivée.
  • Scénarios en équipe : 2 vs 2 ou 3 vs 1, ou n’importe quelle combinaison au choix des joueurs. Ce mode permet de tester des combinaisons de compétences dans le seul but de dominer l’autre équipe, qui ne manquera pas de faire de même.

 

Et la campagne KS ?

qodd-heroes-image-boite-3

Le jeu est proposé en deux versions : une normale dite “Standard”, et une appelée comme souvent “DeLuxe”, qui n’a de luxe que le nom puisqu’il s’agit simplement d’une version un peu plus complète en matériel. Celle-ci vient avec un personnage cube supplémentaire, un plateau en plus qui a la particularité d’avoir des éléments mobiles, et des cartes et pions exclusifs à cette version, elle-même exclusive à cette campagne. Mais tout est bien parti pour être “exclu KS” puisqu’il semble bien que Qodd ne sera jamais vendu en dehors de cette campagne.

qodd-heroes-contenu-boite

Celle-ci a bien démarré sur les deux premiers jours : 20.000 CAD$ et 170 soutiens le premier jour, moitié moins le deuxième. Malheureusement, les tarifs des pledges au lancement (50$ et 70$, en fonction des versions) ajoutés au prix du port (15$ pour les US, le Canada et l’Europe, mais 45$ pour tout le reste du monde) ont fait s’écrouler les chiffres à compter du troisième jour. La campagne stagne depuis une bonne semaine et la cagnotte a à peine dépassé la moitié de la somme nécessaire.

Bien évidemment, les commentaires ont vite fait remonter que le prix des pledges n’était pas adapté et surtout que les frais de port ROW étaient abusifs, et le reboot de la campagne est de plus en plus réclamé. Ryan Iler ne semble pas pouvoir s’y résoudre, du moins dans l’immédiat.

qodd-heroes-cubes-plateau

Mais il n’est pas complètement fermé puisqu’il a tenté de pallier au problème du prix des pledges en en créant pour des packs de 5 et de 6 boîtes et il accepte des pledges groupés à des tarifs bien plus intéressants (62$ FdPIn pour la version DeLuxe au lieu de 85$). Pour les frais de port, il a créé des pledges spécifiques à certaines régions du monde (Australie et Nouvelle-Zélande, Asie).

Malheureusement, tout ceci n’est que du bricolage. La campagne de Qodd propose désormais 10 pledges différents et les multiplier n’a JAMAIS été une bonne solution, au contraire. On perd les soutiens potentiels dans une multitude d’offres qui, au final, les font fuir. Et, de fait, ces remaniements n’ont absolument pas fait évoluer favorablement la situation, preuve s’il en était besoin de leur inefficacité, si ce n’est de leur nocivité.

En l’état, seule une annulation de la campagne et un reboot avec une offre revue et corrigée peuvent permettre à ce jeu qui le mérite de trouver son financement. Un seul pledge, basé sur la version mal nommée DeLuxe (sur 422 souscripteurs, seuls 22 ont pris la version Standard), des frais de port ROW revus et définitifs dès le départ et peut-être un niveau de financement inférieur devraient permettre à Qodd de voir le jour.

qodd-heroes-image-boite

Ryan Iler semble vouloir être sûr de ne pas pouvoir financer en l’état pour effectuer ce reboot tant réclamé (il n’y a guère que lui qui ne soit pas encore sûr, mais bon…). Mais au vu de l’état actuel de la campagne, cela me semble inéluctable. Je ne manquerai pas de vous faire savoir ce qu’il en sera dans une future chronique.

Un grand merci à KakitaBen pour son aide précieuse à la rédaction de cet article.

Le lien KS 

 

Ça s’est passé la semaine dernière (et on nous a rien dit…)

Peu de choses notables.

kingdom-death-header-1

►La campagne de Kingdom Death : Monster 1.5 a pris son rythme de croisière d’environ 150 nouveaux soutiens journaliers, ce qui reste exceptionnel pour une campagne d’une telle ampleur. Les 15.000 contributeurs vont être atteints d’ici la fin de la semaine, mais le montant de la cagnotte ne devrait pas, quant à lui, décoller vraiment des 7.330.000$ actuels.

 

Ils se terminent cette semaine

Cette semaine, il y a encore de la matière, la plupart des campagnes ayant fait en sorte de se terminer avant la mi-décembre.

 

►Way of the Fighter de Soda Pop Games

way-of-the-fighter

Le nom de Soda Pop, spécialiste des figurines Chibi, a permis à ce jeu d’atteindre son financement. Enfin, c’est ce qu’on peut penser lorsqu’on regarde ce petit jeu d’affrontement reprenant les canons des jeux vidéos de bastons en 2D. Comme Battlecon donc, mais en moins bien.

Pas top non plus les pledges qui obligent à prendre celui à 70$ si l’on veut bénéficier des Stretch Goals, soit 11 combattants supplémentaires bien utiles pour éviter la lassitude. Ne parlons des totalement dispensables figurines, qui n’ont d’autre intérêt que de faire monter la note à 120$.

Fin de la campagne le mardi 13 décembre à 02h00.

  • Le lien KS 

 

►Isaribi de Eagle-Gryphon

ISARIBI_md

Après s’être ridiculisés avec leur multiples lancements reportés à la semaine d’après, voilà que Eagle-Gryphon en remettent une couche devant le peu de succès de leur campagne. Fidèles à leurs (détestables) méthodes, ils ont utilisé Kickstarter comme une pure plateforme de précommande.

Nos braves porteurs de projet se sont donc retrouvés fort dépourvus quand le succès ne fut pas venu. Mais n’est-on pas bientôt à Noël ? Ni une, ni deux : ce sera dans “un esprit de Noël” (Sic) que tous les éléments de la version DeLuxe (tiens, encore une) seront généreusement offerts à tous les soutiens. Une façon comme une autre de remettre dans la boîte les éléments qui en ont été sortis pour les présenter comme étant des bonus.

Fin de la campagne mardi 13 décembre à 05h15.

 

►Legends Untold de Inspiring Games

Ce jeu qui se veut un RPG coopératif à base de cartes a su trouver son public, puisque d’ores-et-déjà financé par près de 2400 soutiens à 8 fois la somme demandée. La grande quantité de texte en Anglais semble le réserver aux plus anglophones d’entre nous.

Fin de la campagne le jeudi 15 décembre à minuit.

 

►Lisboa de Eagle-Gryphon

lisboa

Contrairement à Isaribi, Eagle-Gryphon n’aura pas à invoquer “l’esprit de Noël” pour livrer un jeu entier, puisque ce qui est également une précommande déguisée a été un succès. Reste que la campagne en question aura été bien plate et qu’il n’y a aucun intérêt à prendre le jeu ailleurs que sur Philibert.

À noter que d’après Davy, notre éminent membre kubipousseur amateur de jeux qui font mal à la tête, ce Vital Lacerda là serait son meilleur jeu.

Fin de la préc…, heu, de la campagne le vendredi 16 décembre à 05h00.

 

►Feudum de Mark Swanson

feudum-boite

Feudum est un autre jeu du plus pur style Kubenbois mais il a la particularité d’être extrêmement clivant. Par sa direction artistique d’abord. Qu’on aime ou qu’on déteste, les graphismes ne laissent pas de marbre.

Par sa campagne ensuite : prix élevés, Stretch Goals ne servant guère à autre chose que débloquer des add-ons payants, le tout générant une campagne totalement inintéressante. Mais tout ceci n’a pas empêché le succès puisque le financement a atteint 180.000$ (pour 49.000 demandés) apportés par 2200 soutiens.

Fin de la campagne le vendredi 16 à 07h00.

 

À venir cette semaine

Malgré les fêtes, période peu propice au départ de projets, certains éditeurs se lancent dans l’aventure. Et ils n’ont pas vraiment tort, le calme ambiant permettant tout de même à des petits projets, qui seraient souvent passés inaperçus à un autre moment, de tirer leur épingle du jeu.

On commence par un éditeur qui n’en n’a rien à cirer de cette période, vu qu’il ne fait que dans la précommande déguisée. Hé oui, c’est encore Eagle-Gryphon qui s’y colle, avec Railways of Nippon cette fois. C’est une extension pour le jeu Railways of the World, autrefois connu sous le nom de Railroad Tycoon. On peut supposer qu’il faudra le jeu de base, mais rien n’a pour l’instant filtré à ce sujet. Début de la campagne le mardi 13 décembre.

Sera lancé le même jour un jeu un peu plus excitant parce que intrigant :  Sector 6, des Espagnols de Draco Ideas. Il s’agit de s’échapper d’une prison interstellaire composée d’hexagones rotatifs qui forment un labyrinthe qui s’étend au fur et à mesure de la partie.

 sector-6-logo-768x576

Ce n’est pas un jeu abstrait, malgré les apparences. Les règles s’annoncent simples et seront proposées en français (aucun texte sur le matériel). Le jeu semble moins simpliste qu’il en a l’air et devrait être proposé à un prix plutôt modéré puisque l’on sait d’ores et déjà qu’il y aura des Early Birds temporels de 24 heures à 21€ (21€ la première journée, 23€ les 2 jours suivant, puis prix normal à 25€). On devrait arriver à une trentaine d’Euros FdPIn.

sector-6-contenu-boite

La dernière sortie de la semaine sera le dernier jeu de Mage Company, éditeur de la série 12 Realms, judicieusement appelé 12 Realms : Dungeonland. Initialement prévu pour le 18 octobre, son lancement a été reporté de 2 mois. Il s’agit d’un Dungeon Crawler prenant place dans l’univers de… 12 Realms..! Oui, y’en a au moins un qui suit ! 😉

 12-realms-dungeonland-cover-art

Aucune autre info disponible autre que la date du lancement, le mercredi 14 décembre.

C’est tout, et c’est déjà pas mal par les temps qui courent.

Le lexique du participatif
 

À l’attention du lecteur : Un peu d’humour rigolo à visée amusatoire à été discrètement et subtilement ajouté aux définitions. Le lecteur avisé trouvera de lui-même le sérieux caché derrière le drôlatique et saura en tirer la substantifique moelle. Quant aux autres…

  • Add-on : (Nom m.) Ajouts optionnels et néanmoins payants proposés au cours de la campagne. Cela peut-être des packs de figurines, des extensions, des dés plus jolis, mais aussi des objets beaucoup plus dispensables tels que des t-Shirts ou des mugs, voire des pin’s (si si !). Dans tous les cas, les sommes collectées par ce biais participent à l’augmentation de la cagnotte et à atteindre les paliers des stretch goals.
  • CAD$ : Dollars Canadiens (cours bien inférieur au Dollar US).
  • Backer [bakeur] : (nom m.) Aussi utilisé, « pledger ». Personne qui avance de l’argent pour la réalisation d’un projet dont la campagne est en cours.
  • Campagne : Période au cours de laquelle le projet est proposé au souscripteurs. Généralement de 2 à 4 semaines, mais cela peut être moins ou beaucoup plus. Cette durée n’est pas anodine et ne doit pas être choisie au hasard par le porteur du projet. En effet, de celle-ci dépend la forme et la dynamique de la campagne.
  • CMoN : Initiales de l’éditeur “Cool Mini or Not”. Afin de briller en société et avoir l’air du mec (ou de la meuf) qui s’y connait, on le prononcera “Simone” (oui, comme la tata du même nom) et on proscrira les “kmone” ou, pire, les “komone”.
  • DPG : Initiales de l’éditeur “Devil Pig Games”.
  • Early Birds [eurli beurdz] : (Nom m.) Rien à voir avec des oiseaux qui arriveraient en avance. Il s’agit d’un nom poétique donné au pledge à prix réduit (généralement quelques dollars) ou avec un bonus proposé parfois aux tous premiers souscripteurs d’une campagne.
  • FdPI : Initiales de « Frais de Port Inclus »
  • KS : Contraction de KickStarter, la plus grosse plate-forme de financement du monde connu.
  • KS Exclu : Acronyme regroupant tout ce qui est proposé lors d’une campagne et qui lui est exclusif. Par exemple, un add-on ou un stretch goal « KS Exclu » ne se retrouvera jamais dans le commerce et ne pourra plus être acquis en dehors de la campagne. Mais certains porteurs de projets ont des notions bien personnelles de la signification du terme « exclusif ».
  • Pledge [plèdj] : (Nom m.) Niveau de soutien proposé lors d’une campagne. Par extension, somme d’argent versée pour y accéder.
  • Pledge groupé (ou PG) : (Nom m.) Regroupement des participations de plusieurs soutiens géré par une personne, généralement pour diminuer (parfois drastiquement) les frais de port et après négociation avec le porteur du projet.
  • Pledger : [plédjé] (Verbe) Action de sélectionner un niveau de soutien et d’autoriser le débit de son compte de la somme correspondant en cas de réussite de la campagne.
  • Pledger : [plédjeur] (Nom m.) Voir « Backer ».
  • PnP : Initiales de « Print and Play ». Il s’agit d’un fichier (généralement PDF) gratuit ou payant, permettant d’imprimer les composants du jeu qui s’y prêtent et ainsi de le tester avant la fin de la campagne.
  • Reboot [rebout] : Deuxième (voire plus) lancement d’une campagne qui a précédemment échoué à être financée. En général, le porteur du projet essaie à ce moment là de corriger les erreurs qui ont mené à l’échec, mais pas toujours…
  • Reminder [wemeyndeur] : Option qui vous averti par mail de l’entrée d’une campagne dans ses dernières 48 heures et vous permet ainsi de juger de la pertinence d’y participer. Utile lorsque l’on est pas certain d’être intéressé en l’état en début de campagne.
  • Reprint : Nouveau tirage d’un jeu qui fait parfois l’objet d’une campagne participative.
  • ROW : Acronyme de “Rest Of the World”. Indique l’ensemble des zones géographiques concernées par des frais de port qui n’ont pas été déjà détaillées.
  • SG : Contraction de « Stretch Goals » (voir explication de ce terme).
  • Stretch Goals [strètch golz] : Paliers de financement qui, lorsqu’ils sont atteints, débloquent un ou plusieurs éléments supplémentaires venant généralement enrichir le jeu. Lorsque ces stretch goals sont spécifiques à la campagne et lui resteront exclusifs, on emploie l’expression acronyme de « SG KS Exclus ».
  • UE Friendly : Définit un projet dont le porteur s’est assuré que les colis de son jeu arriveront dans notre boîte aux lettres sans surcoût lié au passage en douane.

 

 

 

9 Commentaires

  1. Photo du profil de atom
    atom 12/12/2016
    Répondre

    Je me suis laissé tenter par Feudum et son style si étrange. J’ai quelques doutes sur le jeu, mais j’avais quand même envie d’essayer, et puis avec le pledge groupé ça reste a un prix correct. Qui vivra verra.

  2. Photo du profil de fouilloux
    fouilloux 12/12/2016
    Répondre

    Il me semble qu’il manque le lien KS de Legends Untold.

  3. Photo du profil de Sha-Man
    Sha-Man 16/12/2016
    Répondre

    On est à 7.8M pour Kingdom death… (grace a mon pledge surement)

    Et encore 22 jours. Je pense que ça peut encore monter… Et la dernière ligne droite peut voir arriver du monde qui hésitait encore à cause du prix.

    Les updates du KS sont oufs…

    • Gougou69 16/12/2016
      Répondre

      Ça va obligatoirement encore monter. La campagne tourne tranquillement à une centaine de nouveaux pledges quotidiens depuis une dizaine de jours. Pour les montants récoltés, sur la même période cela varie entre 44 et 160.000$ par jour. Pour un projet aussi peu conventionnel, c’est énorme. A chaque fois que Ryan rajoute des pledges à 2000$, ça part comme des petits pains. C’est fou et hors norme. Et les 10 millions sont largement à portée à mon avis.

  4. Gougou69 19/12/2016
    Répondre

    Vous aurez remarqué (ou pas) qu’il n’y a pas de rubrique sur le participatif cette semaine. En effet, comme je l’ai annoncé, nous entrons dans une période extrêmement calme. Et de fait, il n’y a pas matière à écrire un article. Ce qui m’arrange bien, je me dois de l’avouer, car il s’avère que je me trimballe un bon début de grippe pas particulièrement propice à la concentration nécessaire à l’exercice de la rédaction. Donc, pas de rubrique cette semaine. Et ce ne sera pas la peine de la chercher la semaine prochaine, car il n’y en aura pas non plus. Parce que l’actualité sera toujours aussi morte et, accessoirement, parce que je serai en vacances dans ma famille et que mon temps sera certainement plus consacré à m’en mettre plein la panse. Car soyons honnêtes, les fêtes de fin d’année ne servent guère qu’à cela : bâfrer comme des gorets ! 😉

    Je vous donne donc rendez-vous l’année prochaine, le 2 janvier précisément. La rubrique reviendra, toute ragaillardie et frétillante des multiples projets annoncés ou attendus de 2017. En attendant, je vous souhaite à tous de passer de bonnes fêtes de fin d’année ! Faites attention à vous et souvenez-vous : Consommez avec modération, et c’est celui qui a pas bu qui conduit !

    Allez, ciao et à l’année prochaine !

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette 19/12/2016
      Répondre

      Merci Gougou, tache de te dégripper pour affronter les grands banquets qui semblent t’attendre et à l’année prochaine !! 😀

Laisser un commentaire