Participatif, la sélection naturelle du lundi 19 février 2018

 

separateur-1

 

 Salutations ludico-participatives !

Cela fait longtemps que certains regrettaient leur disparition, les icônes sont de retour ! Ainsi, vous pourrez à nouveau voir d’un coup d’œil quelles sont les campagnes coup de cœur coeur rouge (pour Shanouillette) et coeur bleu (pour moi-même), en français fr, financièrement intéressantes  ou à éviter Attention 2.

Ce dernier est fort heureusement le plus rarement utilisé, et pour remédier à cela j’ai décidé de le coller à l’une des campagnes de la semaine. En même temps, si je ne le mets pas à cette campagne là, autant ne plus jamais l’utiliser. 

En dehors de ça, c’est toujours aussi calme malgré le nombre de projets en cours. Mais ce calme est trompeur, et vos comptes en banque peuvent commencer à frémir d’effroi. On commence en douceur cette semaine, alors profitez-en bien car, croyez-moi, ça ne va pas durer !

Et profitez aussi du pledge groupé delamorkitusarace concocté par notre Davy de Cwowd à nous qu’on a pour Robin Hood And The Merry Men, dont vous pourrez consulter les conditions plus qu’avantageuses dans la partie dédiée, tout en bas de cette rubrique.

 

 N’oubliez pas d’aller jeter un œil à la chronique hebdomadaire sur le participatif de Thierry sur Cwowd.

 

Je vous souhaite une bonne lecture, et vous dis « À la semaine prochaine ! ».

 

 

separateur-1

Ça s’est passé la semaine dernière…

Les lancements de campagnes

 

 

the-reckoners-box-art

The Reckoners par Nauvoo Games est l’adaptation officielle des romans éponymes de Brandon Sanderson, romans dont, comme de bien entendu, je n’avais jamais entendu parler. Vous comprendrez que dans ces conditions, la fidélité du jeu à l’œuvre sus-citée ne sera pas particulièrement le sujet des lignes qui suivent.

Avant de causer du jeu lui-même, quelques mots sur le pitch. Il y a 10 ans, un éclair dans le ciel  donne à des gens ordinaires des pouvoirs extraordinaires. Ces nouveaux « super-gens » sont appelés les Epic. La nature humaine étant ce qu’elle est, ces Epic se transforment bien vite en super-méchants, et la ville de Chicago, désormais appelée « Newcago », passe sous leur coupe et celle de leur chef, Steelheart.

The Reckoners est un jeu coopératif en simultané dans lequel 1 à 6 joueurs vont devoir tenter de mettre Steelheart hors d’état de nuire et l’empêcher de détruire la ville, avec le petit twist rigolo qui est qu’ils n’ont pas super-pouvoirs, eux, contrairement au méchants. Pour cela, il va leur falloir avant tout trouver son point faible. À Steelheart.
La mécanique du jeu est basée sur le jet de pelletées de dés (yessss !! je vous ai déjà dit que j’aime bien les dés ?), du résultat desquels dépend les possibilités d’action du tour. Bien entendu, comme tout jeu basé sur le hasard des dés (enfin, presque) ce résultat peut-être modifié par l’usage de cartes d’équipement qui seront acquises au fil de la partie ou de jetons divers qui auront auparavant été judicieusement mis de côté, au cas où… Cela va sans dire, mais encore mieux en le disant, allergiques au hasard s’abstenir.

the-reckoners-plateau-joueurPassons au matériel. Tout d’abord, les figurines. Il n’y en a pas des palanquées : 6 héros, 1 méchant et 25 renforts. Celles des 7 principaux protagonistes sont fort correctes, peut-être pas ultra détaillées, mais elles font parfaitement le job. Les 25 renforts ne sont guère plus que des pions de luxe, et là aussi leurs figurines sont largement à la hauteur de leur rôle. Le reste du matériel donne vraiment envie de jouer, même s’il n’est montré qu’en renders. Le jeu n’a pas de plateau traditionnel, il est composé de plusieurs plateau en plastique creusés pour y accueillir fiches cartonnées et dés. Il y a un plateau pour le méchant, un par héros, un pour l’équipe des Reckoners en général et un pour chaque district de la ville, soit 15 au total. Une ou deux photos traînent à proximité pour illustrer mes explications.

Chacun de ces plateau et des fiches cartonnées qui se posent dessus semblent particulièrement bien conçus. J’aurais tendance à dire que l’esthétique globale de l’ensemble est très agréable et est fort bien adaptée au thème. Mais je le répète, il ne s’agit que de renders. À voir ce que cela donnera « en vrai ». Les dés présentés sont, quant à eux, magnifiques. Translucides, avec de jolies couleurs, je les trouve personnellement très beaux. Toutes les illustrations sont l’œuvre de Miguel Coimbra et collent elles aussi parfaitement au thème du jeu. À titre personnel, son style n’est pas vraiment ce que je préfère, mais il me serait difficile malgré cela de dire que les illustration sont moches. Heureusement, le monsieur a ses fans et ils auront ici de quoi faire, d’autant qu’un mini artbook en PDF est offert a chaque soutien.

the-reckoners-district-trayCertains éléments du jeu seront différents en fonction du niveau de pledge. Tout ce que je vous ai décrit fait partie du pledge de base, mais il en existe deux autres. Tout d’abord l’incontournable version « Deluxe », celle sans laquelle une campagne sur Kickstarter fait passer son porteur pour un guignol-petit-bras. Là, ça commence à causer car la figurine de Steelhart, les différents marqueurs plastiques en volume (cubes et autres formes géométriques troidé) et les tokens (jetons) carton sont fournis en métal. Cela fait tout de même 44 éléments au total. Cette version est « KS Exclu », tout comme la dernière, judicieusement nommée « Epic ». Celle-ci apporte, en plus de la « Deluxe », toutes les figurines des héros prépeintes (même la figurine en métal de Steelheart). Il est bien précisé que ce prépeint sera de qualité équivalente aux figurines de Mechs Vs Minions. Si cela s’avère exact, elles devraient être en effet fort agréables. Tout cela est bel et bon, reste aux soutiens potentiels à juger si l’écart de prix entre chaque version vaut le coup (et surtout le surcoût).

Beaucoup de porteurs (de moins en moins remarquez) sont sympas avec une certaines catégories de pledgers, à savoir les allergiques à l’anglais fauchés. Et il y en a plus qu’on croit. En effet, afin de préserver leurs fins de mois, les porteurs en question ont la délicatesse de ne proposer leur jeu qu’en anglais. Merci donc à Nauvoo Games, car s’il existait une version française, je me serais vu dans l’obligation de pledger. Je vous ai déjà dit que j’aime les dés ?

Heureusement pour eux, leur abnégation ne leur portera pas préjudice, car il semblerait qu’il y ait un assez grand nombre de gens dans le monde que l’anglais ne rebute pas (on est d’accord, c’est bizarre, mais c’est comme ça) et la campagne s’est vue financer au début du deuxième jour. Une belle dynamique s’en est suivie laquelle, malgré une baisse à l’occasion du week-end (normal, c’est quasi systématique), reste encore en moyenne autour de la grosse centaine de soutiens quotidiens. À voir ce que cela va donner cette semaine (actuellement 128 000 / 70 000 $ et 1 350 soutiens. Fin le jeudi 15 mars à 17h59).

 

 

ultimate-conspiracy-box-art

fr Attention 2 Cela faisait longtemps qu’un jeu susceptible de créer une certaine polémique n’était pas apparu et sur ce plan là, avec Ultimate Conspiracy on est servis ! Depuis que je tiens cette chronique, jamais je n’avais eu à écrire sur un tel projet !

Ultimate Conspiracy est un jeu sorti de nulle part, édité par une toute nouvelle société, Innova Production, elle aussi sortie de nulle part et fondée par les auteurs du jeu. La boucle est bouclée.

Il s’agit d’un jeu d’enquête coopératif, un peu dans l’esprit de Sherlock Holmes Détective Conseil. Dans une ville imaginaire, dans les années 20, plusieurs femmes sont retrouvées assassinées, et devinez qui va devoir s’y coller pour trouver le ou les tueurs ? L’enquête, que l’on pourrait assimiler à une campagne, est ponctuée de nombreuses quêtes secondaires. Pour investiguer, le ou les joueurs (de 1 à 4) vont endosser le rôle d’un personnage choisi parmi 6, chacun ayant bien évidemment des caractéristiques et des « pouvoirs » qui lui sont propres. Ces personnages vont évoluer, développer leurs capacités ou en acquérir de nouvelles et en cela le jeu se rapproche du jeu de rôle. Tout ceci a l’air particulièrement intéressant pour qui aime le genre. Assez malin même dirais-je. La direction artistique est également très agréable. Rien d’exceptionnel non plus, mais cela fait très largement l’affaire.

ultimate-conspiracy-place-cardsTout le jeu se fait au travers d’un système qui fait furieusement penser à quelque chose de déjà vu quelque part. Et c’est là que le début de la polémique pointe le bout de son nez. En effet, il n’y a qu’à regarder la page du projet pour se rendre compte que le fonctionnement du jeu repose sur un système de cartes que l’on va juxtaposer pour créer le plateau de jeu, système extrêmement similaire à celui mis au point par Serious Poulp pour leur jeu The 7th Continent. Et tout le problème vient de ce qu’il y a derrière ce « extrêmement similaire ».

J’ai contacté l’éditeur à ce sujet afin d’avoir ses explications et son point de vue sur le sujet et je n’ai à ce jour reçu aucune réponse. Mais, à la limite peu importe car, outre ce problème de ressemblance avec The 7th Continent, la campagne de Ultimate Conspiracy est menée avec un certain manque (et même avec un manque certain) de préparation et moult détails mènent à l’allumage de feux d’alarme rouges vifs. Et clignotants, les feux rouges vifs.

Or donc, comme je l’ai déjà mentionné plus haut, nous sommes en présence d’un primo-éditeur dont personne n’a jamais entendu parler, dans un milieu somme toute restreint (dans l’absolu, ce n’est pas nécessairement un problème) qui nous présente un jeu qui n’a jamais été montré (et ce volontairement à ce que dit l’éditeur) au cours des 3 ans d’un développement que l’on imagine assez lourd. Premier point fâcheux. le jeu n’a été testé que par des proches de l’éditeur, deuxième point fâcheux. Il est annoncé comme quasiment terminé (reste surtout à faire la localisation en anglais, soi-disant) mais pas un seul prototype ne semble exister pour en attester de la réalité. Et pourtant, qui dit développement dit protos successifs. Aux réclamations insistantes de voir des photos du prototype, d’abord pas de réponse et ensuite un explication est donnée : on ne montre pas le proto parce qu’il est tout moche, en noir et blanc et le tout beau en couleurs n’est pas encore disponible, le fabricant a du retard. Mais si on veut, on peut prendre rendez-vous pour aller voir le moche à Tours. Ouf, on a eu peur, l’espace d’un instant on a cru que ce jeu était du vent, mais troisième point fâcheux tout de même !

ultimate-conspiracy-object-artPour le reste, je fais court : au lancement de la campagne, pas de vidéo d’explication, encore moins de review, pas de règle (même en version alpha), des pledges à des tarifs que même CMON ils osent pas et pas la queue d’un début de commencement de stretch-goal (ce ne devrait pas être un problème, aucune obligation d’en avoir, sauf que le backer est comme il est…).

Il y a là déjà de quoi se poser pas mal de questions, mais ce n’est pas terminé. La campagne a été lancée sans aucune communication en amont, hormis un mail envoyé quelques jours avant à quelques sites (dont Ludovox) pour leur proposer de leur faire de la publicité en mettant le logo du site sur la boîte du jeu. Shanouillette en rigole encore ! Pour un jeu inconnu aussi ambitieux et avec un tel potentiel, voir une telle absence de communication en amont c’est plus que curieux (hop, quatrième point fâcheux).

Curieux encore, le fait que les deux co-créateurs soient présentés comme des passionnés de jeux de société mais que l’un des deux dise sur sa page Facebook qu’il n’est pas un joueur. Dans le même ordre d’idée, l’illustrateur est lui aussi présenté comme un passionné de jeux de plateaux. Certains n’ont pas manqué de le contacter et ce dernier leur a affirmé qu’il n’est absolument pas joueur, qu’il a réalisé quelques illustrations pour la campagne et qu’il fera tout le reste si elle est financée. Pourtant les illustrations du jeu sont terminées à 60 % qu’ils disent, graphique à l’appui ! Fâcheux non ?

ultimate-conspiracy-item boxOn réclame des vidéos dans les comm’ ? Soit. Et voici donc une vidéo dans laquelle il n’y a pas l’ombre d’une explication ou le bout d’une carte, juste un truc d’ambiance. Des stretch goals ? OK, on en annonce un dans la foulée, mais dans les news, pas sur la page KS. Pourquoi aller le mentionner sur la page de la campagne, je vous le demande. N’en jetez plus, la cour est pleine ! À noter en revanche un point positif (ouf, j’ai failli passer pour un hater !), la présence d’une page miroir en français fort complète.

Pour compléter le tableau, on mentionnera la rareté des interventions du porteur sur les commentaires de la page de la campagne, alors que les légitimes question pleuvent. Bien entendu, les premières soupçons de tentative de malversation commencent à apparaître, même si la majorité des commentaires sont encore bienveillants, preuve que les backers voient plus l’ensemble des éléments que je vous ai exposé comme un formidable fiasco que comme une tentative d’arnaque.

Tout cela fleure bon, dans le meilleur des cas, l’amateurisme exacerbé de la part de personnes qui n’ont pas la moindre idée du travail que nécessite le développement d’un jeu, a fortiori de ce genre là. Je ne peux, une fois n’est pas coutume, que vous déconseiller très fortement de placer vos billes dans ce projet, même s’il est désormais quasiment acquis qu’il ne financera pas. Le jeu est disponible intégralement en français (actuellement 23 500 / 50 000 € et 256 soutiens. Fin le jeudi 29 mars à 18h05). 

 

 

separateur-1

Les nouvelles campagnes, en bref…

 

 

aeon's-end-legacy-box-art

Aeon’s End est un jeu de deckbuilding coopératif dans lequel des survivants d’une apocalypse démoniaque ont trouvé refuge dans une cité souterraine et tentent de survivre grâce à la maîtrise de l’énergie des portails dont proviennent les hordes envahisseuses, énergie détournée pour créer des armes et surtout des barrières appelées « mage-brèches ». Pour plus de détails, je vous laisse vous référer à la fiche du jeu sur Ludovox où il y a notamment un joli Just played et une interview de l’éditeur sur le jeu. Mais juste en passant, je vous signale que le jeu de base devrait sortir par chez nous et dans notre belle langue au cours du premier semestre 2018 grâce à Matagot. Et ce n’est pas dommage tant il bénéficie de bons retours et tant les cartes sont couvertes de tartines de texte.

Mais intéressons nous à Aeon’s End : Legacy par Indie Boards & Cards, dont la campagne est tout de même l’objet de cet article. Il s’agit d’une extension « stand alone » un peu particulière. En effet, au cours d’une campagne composée de 7 chapitres, vous allez développer des personnages, les faire évoluer et ce de façon définitive par la magie du « legacy ». Également, de nouveaux sans-noms (les méchantes bébêtes infernales) feront leur apparition et de nouveaux sorts seront dévoilés. L’intérêt de tout cela ? Toutes ces cartes, rendues uniques par les effets de la campagne, peuvent être intégrées au jeu d’origine et à ses précédentes extensions.

aeon's-end-legacy-cartesL’éditeur a pensé à ceux qui aimeraient renouveler l’expérience de cette campagne. La « legacysation » du jeu ne le permet pas, aussi un kit de remise à zéro est proposé en add-on pour 25 $. En add-on également un « accessory pack » composé de 124 « starter cards », de séparateurs, de dés et de gemmes en plastique en remplacement des tokens en carton. Les stretch-goals vont servir en majorité à débloquer peu à peu une extension « Buried Secrets », compatible avec le seul jeu « normal », et donc pas avec cette version legacy.

La notoriété du jeu de base est telle qu’on ne doutait pas une seconde du financement. Cela a été chose faite bien évidemment au premier jour, à plus de 3 fois les 60 000 $ demandés et pas plus de 2 000 soutiens. De quoi envisager sereinement la suite. Les jours suivants ont été de la même eau, mais une baisse est intervenue depuis le week-end dernier où la moyenne est tombée à 80 soutiens quotidiens. Ce qui n’empêche pas que les 3 000 souscripteurs on été dépassés (actuellement 339 000 / 60 000 € et 3 130 soutiens. Fin le vendredi 16 mars à 06h00).

 

dice-throne-season-two-boites

Dice Throne est un jeu d’affrontement qui a été financé sous la bannière de Mind Bottling Games sur Kickstarter au tout début de l’année 2017, et même bien financé puisque par 3 650 contributeurs. Le voilà qui nous revient, toujours sur Kickstarter mais cette fois-ci repris par Roxley Games, pour une saison 2 fort judicieusement nommée Dice Throne : Season Two. Cet éditeur canadien s’est taillé une belle réputation grâce aux campagnes de Santorini et la nouvelle édition de Brass.

Dice Throne est un jeu d’affrontement, comme je l’ai déjà dit, qui mêle dés et cartes. C’est un jeu léger et rapide qui tire son intérêt de l’asymétrie due aux différents personnages. La première saison en proposait 6, la deuxième aussi, mais pas les mêmes bien évidemment. Une refonte complète des illustrations a été effectuée, pour le plus grand plaisir des yeux. Bien sûr, tout est en anglais avec moult textes sur les cartes. Les pledges ne sont pas donnés, mais au vu du matériel les tarifs me semblent assez cohérents. C’est même plutôt moins cher que la saison 1.

Roxley oblige, la campagne s’est vue financée au premier jour à plus de 3 fois les 70 000 CA$ demandés par pratiquement 2 000 soutiens (Aeon’s End et Dice Throne, même combat !). La dynamique s’est stabilisée ensuite autour de 160 contributeurs quotidiens et semble vouloir s’y tenir. Les 3 000 souscripteurs viennent juste d’être dépassés (actuellement 368 000 / 75 000 CA$ et 3 000 soutiens. Fin le vendredi 09 mars à 17h51).

 

alphas-volume1-box-art

Je disais la semaine dernière que les plateaux de jeu en 3D semblaient être devenus la nouvelle mode dans les jeux de plateau. Alphas – A Superhero Miniature Game par Kid Loves Tiger Games me donne une raison supplémentaire de le penser.

Nous sommes en présence du dernier bébé de l’équipe derrière Tabula Rasa. Il s’agit d’un jeu d’escarmouche tactique, bien entendu avec des figurines. Je passe rapidement sur le thème : Superhéros Vs Superméchants. Chaque joueur monte une équipe et va mettre sur la tronche de la ou des autres équipes. Le jeu se joue en scénarios qui peuvent eux-mêmes être joués en campagne.

Comme je l’ai dit, tout se déroule sur un plateau de jeu en 3D, cette troisième dimension est apportée par des immeubles, l’histoire se déroulant dans une ville. L’univers graphique est très orienté « chibi » et la direction artistique est du coup très colorée. Les figurines sont elles aussi de belle facture et l’ensemble, surtout agrémenté du pack d’objets proposé en add-on, est ma foi fort sympathique à regarder et donne bien envie de jouer.

Le prix du pledge me paraît tout à fait convenable au vu du matériel proposé. Malheureusement, cette mode de la 3D ne semble pas être synonyme de réussite systématique. Après une semaine de campagne, celle-ci n’est toujours pas financée, et même si elle n’en n’est plus très loin ce n’est pas très bon signe pour la suite (actuellement 18 000 / 22 500 $ et 155 soutiens. Fin le jeudi 15 mars à 17h00).

 

above-top-secrets-box-art

Above Top Secret par Mad Inventor Games est un jeu pour deux (possiblement pour 4 en 2 équipes) qui met les joueurs dans la peau du commandant des système de défense d’une base secrète, lesquelles bases (il y en a deux, faut suivre) sont visiblement en guerre puisque l’essentiel du jeu est d’aller altérer le museau de l’autre.

Chaque commandant va avoir un arsenal à sa disposition, arsenal dont la composition va évoluer en fonction du niveau de son accréditation. On peut aller (le gouvernement ne recule devant aucun sacrifice) jusqu’à vous confier des prototypes d’armes ultra-secrètes développées en retro-engineering à partir de technologies extraterrestres dégotées on-ne-sait-où (et on s’en fout). Extraterrestres par ailleurs pas trop joisses qu’on leur ait piqué du matos et qui vont venir mettre leur grain de sel dans le bazar, parce qu’ils ont bien le droit de rigoler un peu eux aussi, y’a pas de raison.

Je n’ai pas trop pigé comment fonctionne l’ensemble, ça me semble quand même un peu à base de deckbuilding vu qu’il y a des tas de cartes (« tas de cartes » dans le sens de deck, pas de foultitude) et aussi des dés. Donc du hasard à gérer. Les comptables teutons passeront donc leur chemin.

À part ça, c’est joliment illustré, c’est pas cher du tout (environ 29 € port compris) et des tapis de jeux sont disponibles également pour pas cher. Malgré cela, ce n’est pas financé après une semaine de campagne, et ce n’est pas près de l’être puisque ce n’est même pas le quart des 20 000 AU$ qui ont été rassemblés (actuellement 4 200 / 20 000 AU$ et 86 soutiens. Fin le jeudi 08 mars à 02h30).

 

argonauts-box-art

Le reprint de la semaine est Argonauts : 2nd Edition par Alcyon Creative & Ludibooster. Il s’agit d’un jeu coopératif pour 1 à 4 joueurs dans lequel ces derniers endossent le rôle de Jason et de ses potes qui doivent aller chercher la toison d’or et tenter de revenir saufs, sinon sains. Le jeu a déjà été financé sur Kickstarter en 2015, et cette deuxième version est présentée comme étant une version Deluxe.

Je passe sur les mécaniques du jeu, des vidéos sont disponibles ça et là pour ceussent qui seraient intéressés. Venons-en à ce qui justifie le financement sur Kickstarter du reprint du jeu, le côté Deluxe. Cette appellation, un tantinet pompeuse en l’espèce, recouvre le jeu de base dont certaines cartes ont été modifiées et le livret de règle remanié, la mini extension Wrath of Gods déjà sortie par ailleurs, et une figurine de l’Argo, le rafiot sur lequel Jason et sa fine équipe ont voyagé.

Le reste du matériel ne change pas d’un iota. Et heureusement, serions-nous presque tenté de dire. Car les illustrations de l’ensemble des cartes sont magnifiques et le plateau de jeu est également fort agréable à l’œil. L’éditeur a le bon goût de ne pas oublier les soutiens de la première heure, et un pledge de mise à niveau de la première édition est proposé au tarif contenu de 8 $. Se gaver sur le dos des backers ne semble d’ailleurs pas être la politique de la maison, puisque cette nouvelle version du jeu est proposée exactement au même prix que celle de 2015, qui n’avait pas l’extension et la figurine.

Comme trop souvent, le jeu est entièrement et exclusivement en anglais. Cette tare rédhibitoire pour beaucoup ne l’est pas pour tout le monde puisque la campagne a facilement financé au premier jour à 1 fois 1/2 les 5 000 $ demandés. La dynamique depuis est fort correcte avec une vingtaine de soutiens quotidiens (actuellement 18 000 / 5 000 $ et 530 soutiens. Fin le mardi 27 mars à 18h00).

 

 

separateur-1

Suivi des campagnes précédemment lancées

 

 

planet-apocalypse-boite

fr Planet Apocalypse par Sandy Petersen Games a connu une semaine un peu particulière. Toujours aussi moyenne en ce qui concerne le nombre de soutiens, avec même un jour en négatif, elle a connu en revanche un joli boost financier. L’annonce d’un pledge all-in hyper intéressant à 299 $ (au lieu de 557 $ pour l’ensemble des éléments) a fait bondir les chiffres, des 3-4 000 $ quotidiens on est passé à 30.000 $ le lundi comme le mardi. Les chiffres sont ensuite descendus au cours des jours suivants pour se stabiliser toutefois au-dessus de ceux de la semaine précédente. Une très bonne opération donc, mais il faut avouer que l’affaire est alléchante et a du forcer plus d’un backer à casser sa tirelire. Le jeu est disponible intégralement en français (actuellement 309 000 / 100 000 $ et 1 570 soutiens. Fin le mardi 27 février à 03h00).

 

agents-of-mayhem-pride-of-babylon-box-art

Ça ne se passe pas tout à fait de la même façon pour Agents of Mayhem : Pride of Babylon par Academy Games. La semaine s’est écoulée quasiment entièrement en négatif, que ce soit en nombre de soutiens ou financièrement. Si au final la campagne résiste plutôt bien à cet état de fait, celle-ci étant encore tout de même financée à plus de 4 fois, le signal envoyé par ces baisses continuelles n’est pas vraiment de nature à encourager le soutien potentiel (actuellement 125 600 / 30 000 $ et 1 280 soutiens. Fin le mardi 27 février à 17h21).

 

co2-second-chance-box-art

Ça roule tranquillement pour CO2 – Second Chance par Giochix. Rien d’extraordinaire, mais les 3 000 soutiens devraient devenir réalité lorsque vous lirez ces lignes, et les 200 000 € ne devraient pas tarder à l’être également, si ce n’est déjà fait. Ces chiffres s’entendent Kickstarter + Giochistarter, bien entendu. Un très beau résultat pour cette belle réédition. Le jeu est disponible entièrement en français en passant par Giochistarter (actuellement 197 800 / 30 000 € et 3 000 soutiens. Fin le mercredi 28 février à 17h07).

 

A4-quest-box-art

Petite semaine pour Page Quest : Season 1 par Board & Dice avec sa quinzaine de soutiens quotidiens. Comme pour beaucoup de campagnes, les fans se sont rués sur les pledges le premier jour et le reste du temps ne viennent que quelques curieux. Les 1 000 soutiens devraient toutefois être atteints d’ici la fin, et c’est déjà bien (actuellement 17 600 / 9 500 $ et 860 soutiens. Fin le mercredi 28 février à 17h57).

 

pulp-detective-box-art

fr Yes !! J’en étais sûr, je suis trop fort ! Une version française est désormais disponible pour Pulp Detective par AV Studio Games – Ludibooster (jeu de base, extension et stretch goals) en plus de la version italienne apparue la semaine précédente. Même si on est en droit de considérer cela comme logique de la part d’un éditeur français, c’est tout de même bien agréable. Et en plus AV Studio se fend même d’une page miroir en français (dans laquelle vous trouverez toutes les explications sur le gameplay ainsi que le livret de règles en français), alors que tant d’éditeurs francophones estiment que c’est une charge de travail trop importante, et d’un trailer également en français. Double respect donc, et pledge obligatoire pour les allergiques à l’anglais intéressés par ce sympathique petit jeu plutôt solo mais pas que.

Sinon, la semaine passée a été très bonne, au-dessus de la centaine de soutiens quotidiens en moyenne. Le cinquième et dernier stretch goal a été débloqué, qui apporte un mode campagne. Seulement 5 ? Oui, mais du gameplay supplémentaire, sauf un qui apporte une finition linen aux cartes, et il vaut mieux peu de stretch goals maîtrisés qu’une multitude  qui ne sert à rien au final. C’est ce que doivent penser les 2 000 contributeurs qui viennent de permettre à la campagne de financer à 10 fois les 7 000 $ demandés. Le jeu est disponible entièrement en français (actuellement 70 000 / 7 000 $ et 2 060 soutiens. Fin le mercredi 28 février à 23h57). La fiche de jeu est ici

 

endeavor 2e ed

La campagne de Endeavor : Age of Sail par Burnt Island Games a repris du poil de la bête après sa petite baisse de la semaine passée. Les 320 000 CA$ ont été dépassés, soit plus de 4 fois le financement demandé, ainsi que les 3 550 soutiens. À ce rythme, les 5 000 sont envisageables au final (actuellement 344 000 / 75 000 CA$ et 3 820 soutiens. Fin le vendredi 2 mars à 03h00).

 

brigantin-boite

fr Brigantin par Frédéric Lamy a débloqué son premier stretch goal, un nouveau Capitaine. La campagne progresse lentement mais progresse, ce qui est déjà bon signe sur Ulule. Et bien sûr, le jeu est intégralement en français (actuellement 8 850 / 7 000 € et 230  soutiens. Fin le samedi 3 mars à 23h59).

 

krom-box

fr L’autre projet français « pas sur KS » marche bien aussi. C’est sur KissKissBankBank que les Clermontois de Borderline Editions ont décidé de faire financer Krom, une préhistoire de fou !, et grand bien leur en a pris. Les 300 soutiens sont en passe d’être atteints et ce sont pas moins de 12 stretch-goals qui ont été débloqués, pour l’essentiel ajoutant du gameplay mais pas que, deux d’entre eux augmentant la taille des cartes de personnages et surtout du plateau de jeu. Je vous renvoie au toujours excellent Ludochrono pour ce qui est des explications de gameplay.

Si vous êtes intéressés par ce sympathique jeu familial avec de la rigolade dedans, jetez un œil sur le pledge groupé mis en place par Val2partajeux, dans la section dédiée plus bas. Vous n’allez pas économiser des centaines d’Euros, le prix du jeu étant déjà bien bas, mais c’est toujours ça de pris par les temps qui courent. Bien évidemment, le jeu est intégralement en français  (actuellement 11 350 / 7 000 € et 300 soutiens. Fin le mercredi 07 mars à 12h55). 

 

prehistory-box-art

fr Coup de mou depuis quelques jours pour Prehistory par A-Games. Ce n’est pas encore dramatique, mais quand on tombe en dessous de la dizaine de soutiens quotidiens, il faut faire attention. En tout cas, cette version du jeu s’est bien enrichie avec les stretch-goals, dont plusieurs exclusifs à la campagne. Si vous pensez que le jeu est fait pour vous, au vu du prix c’est une affaire plus que correcte. Règle en français, pas de texte sur le matériel (actuellement 40 300 / 25 000 € et 660 soutiens. Fin le jeudi 08 mars à 14h58).

 

fields-of-agincourt-promo

Fields of Agincourt par Logos Games n’arrive décidément pas à trouver son public. Seulement 100 (pile-poil) soutiens au moment où j’écris ces lignes, c’est très peu après quasiment deux semaines de campagne. Le porteur pourrait stopper là et penser à un reboot car, sauf improbable miracle, le financement est inatteignable (actuellement 5 500 / 27 650 $ et 104 soutiens. Fin le jeudi 08 mars à 16h08).

 

planetopia-box-art

fr Planetopia par Mangrove Games est désormais aux portes du financement. Julien Charbonnier n’a pas baissé les bras et a tenté des choses pour inciter les soutiens à venir : ajout d’une version Deluxe, laquelle a eu son petit succès malgré un tarif peut-être un peu élevé compte tenu du caractère familial du jeu (mais si ça se vend, c’est qu’il y a des gens intéressés, ce que je peux parfaitement bien comprendre) et d’un petit add-on de gameplay. Allez, on dit que la semaine prochaine je parle des stretch-goals débloqués suite au financement ! En attendant, allez voir la vidéo de Davy qui vous explique tout bien comment ça marche. Jeu entièrement en français (actuellement  7 850 / 8 000 $ et 175 soutiens. Fin le jeudi 08 mars à 20h00).

 

anklebiters-pixies-vs-gremlins-box-art

Anklebiters – Pixies Vs Gremlins par Pandora’s Fox a fait du sur place toute la semaine. À peine une quinzaine de soutiens et 700 CA$ de gagnés. C’est toujours mieux que d’en perdre, mais bon… (actuellement 9 900 / 7 000 $ et 270 soutiens. Fin le vendredi 09 mars à 04h00).

 

 

Worldwide-Football-matériel

fr Les petits projets français proposés en dehors de Kickstarter ont la côte en ce moment. Worldwide Football par Worldwide Games en a profité comme presque tous les autres pour financer et le premier stretch-goal est en passe d’être débloqué (actuellement 4 327 / 4 000 € et 147 soutiens. Fin le mardi 13 mars à 23h59).

 

 

 

Vous trouverez une sélection plus importante de projets en cours sur la page dédiée de Cwowd.

 

 

separateur-1

Ils se terminent cette semaine

 

isles-of-terror-boite

 

Une bien belle réussite pour Isles of Terror par Voodoo Games. Même si la semaine qui vient de s’écouler n’a pas été extraordinaire, c’est le moins que l’on puisse dire, la campagne va tout de même se terminer avec largement plus de 1 000 soutiens et financée à plus de 3 fois (actuellement 91 700 / 25 000 € et 1 110 soutiens. Fin le mardi 20 février à 21h00).

 

xia-missions-and-powers-box-art

 

Avec presque 7 000 souscripteurs à 3 jours de la fin, on peut dire que Xia : Embers of a Forsaken Star & Xia : Missions And Powers par Far Off Games a fait carton plein. Environ une centaine de soutiens par jour sur la dernière semaine de campagne, c’est joli. Il faut dire que le jeu le mérite, tant par son intérêt ludique, son matériel quasi luxueux (au véritable sens du terme, pas celui trop souvent galvaudé sur Kickstarter) que par le tarif auquel il est proposé. Les 400 000 $ vont être largement dépassés au final (actuellement 344 200 / 55 000 $ et 6 620 soutiens. Fin le mercredi 21 février à 05h00).

 

rambo-box-art

Rambo : The Board Game par Everything Epic a passé une dernière semaine décevante, avec à peine 1 400 $ et une vingtaine de soutiens de gagnés. Mais on n’attendait pas grand chose non plus d’un jeu tiré d’une telle licence, même si celui-ci ne paraît au final pas si mauvais qu’on aurait pu le craindre. Je ne suis pas convaincu que les dernières 48 heures provoquent un gros boost (actuellement 78 600 / 50 000 £ et 700 soutiens. Fin le jeudi 22 février à 21h15).

 

 

dicetopia-box-art

fr Dicetopia par All Or None Games a passé une semaine correcte, même s’il n’y a pas de quoi sauter au plafond non plus. La campagne est toutefois financée à 5 fois les 40 000 SEK demandés mais les 1 000 soutiens risquent fort de ne jamais être atteints. À noter que le jeu est désormais disponible intégralement en français (actuellement 222 000 / 40 000 SEK et 694 soutiens. Fin le dimanche 25 février à 11h01).

 

 

 

separateur-1

À venir cette semaine

 

Mardi 20 février

 

donning-the-purple-box-art

Donning the Purple par Tompet Games

Placement d’ouvriers dans la Rome de la fin du IIème siècle qui se cherche un nouvel empereur. À vous d’acquérir les droits au titre et d’essayer de vous y maintenir.

 

 

edge-of-darkness-box-art

Edge of Darkness par Alderac Entertainment Group

Pose d’ouvriers, deck-building et card-drafting dans un seul jeu. Ceux qui ont sorti Mystic Vale reviennent. On vous en causait ici. À suivre !

 

 

war-of-supremacy-box-art

War of Supremacy par Lost Treasure Games

Jeu d’affrontement où tout le monde joue contre tout le monde. Il faut conquérir des territoires et les défendre contre les assauts des autres joueurs qui veulent… conquérir des territoires. 

 

the-big-score-box-art

The Big Score par Van Ryder Games

Draft et stop ou encore dans ce jeu où des cambrioleurs rivalisent pour commettre le casse le plus spectaculaire. À noter le mode solo créé par l’auteur de Négociateur : prise d’otages.

 

 

kami-sama-box-art

Kami-Sama par Kolossal Games

Des fantômes japonais doivent hanter des villages grâce à une mécanique de contrôle de zones et sur un original plateau rotatif.

 

 

infinities-defiance-of-fate-box-art

Infinities : Defiance of Fate par Vatal Entertainment Studio

Jeu de cartes d’affrontement, pour 2-4 joueurs, jouable en batailles ou en campagne.

 

 

 

Mercredi 21 février

robin-hood-and-the-merry-men-box-art

Robin Hood And the Merry Men par Final Frontier Games

THE gros projet de la semaine. Pas par l’importance du jeu lui-même (encore que…), mais par l’attente qu’il suscite chez les joueurs après Cavern Tavern et surtout Rise to Nobility, dont la livraison chez les soutiens est imminente. Le thème (Robin des Bois) parle à beaucoup, c’est toujours illustré par The Mico et ça sent le carton à plein nez. Pour preuve, les préinscriptions pour le pledge groupé que prépare Davy atteint déjà la centaine de personnes. Il faut dire que les conditions négociées sont particulièrement avantageuses, comme souvent avec Davy. Je vous engage à aller les consulter dans la partie dédiée aux pledge groupés, là, juste en dessous.

 

separateur-1

Les pledges groupés en cours !

Rappel des pledges groupés en cours sur le forum de Cwowd

krom Krom, une préhistoire de fou ! par Borderline Editions

Ce PG est porté par Val2partajeux, que nous remercions une nouvelle fois chaleureusement. Le gain est certes limité car le prix du jeu est déjà au ras des pâquerettes, mais vous aurez la figurine exclusive à la campagne qui était offerte au cours des premières 48 heures.

Tarifs du PG : Le tarif est de 24 € FdPIn (au lieu de 26 ou 32 €) et va même descendre à 23 € si le nombre de participants monte à 20 et plus. Rajoutez environ 7 € pour un envoi via Mondial Relay si vous ne pouvez pas aller chercher votre bien chez Val.

  • Le lien vers le GDoc sur lequel s’inscrire.
  • Le lien vers la page du forum de Cwowd.

 

robin-hood-and-the-merry-men-box-art

Robin Hood And the Merry Men par Final Frontier Games

La campagne n’est pas lancée que Davy, grâce à ses bonnes relations avec FFG, nous propose déjà un pledge groupé aux conditions exceptionnelles, comme il sait si bien les faire. Grâce lui soit rendue ! À noter que la version française, même si elle est très probable, n’est pas encore officiellement annoncée.

Tarifs du PG : Ce tarif concerne la version Deluxe et à ce prix, à quoi bon celle de base ? Il est donc de 54 $ FdPIn (mais hors frais bancaires) au lieu de 76 $ en solo. Ce sera peut-être encore un chouïa moins dans le futur en fonction du nombre de boîte atteint. Avec le taux de change qui nous est toujours aussi favorable, c’est une affaire !

Des hubs régionaux vont être mis en place, ce qui devrait éviter des frais Mondial Relay à beaucoup de participants. Les détails seront donnés ici la semaine prochaine.

  • Le lien vers le GDoc sur lequel s’inscrire.
  • Le lien vers la page du forum de Cwowd.

On les attend de pied ferme

separateur-1

On les attend de pied ferme

  • Batman par Monolith : Ce jeu reprend la très intéressante et originale mécanique d’overlord de Conan, avec un mode prévu spécifiquement pour 2 joueurs. Ludovox vous en parlait par ici après une partie sur le salon cannois.
  • Immortal 8 par Sorry We Are French : Jeu de draft et de civilisation pour 3 à 8 joueurs prévu en mars. On y reviendra, mais sachez que plein d’infos seront postées progressivement sur le site dédié.  
  • Claustrophobia par Monolith : Annoncé pour cet été, le retour de ce jeu 1 Vs 1 asymétrique difficilement trouvable aujourd’hui. Si le mode de jeu ne change pas, les règles auront subies un léger lifting. La différence majeure avec la version actuelle sera que chaque personnage ou créature présent dans chacun des scénarios sera matérialisé par une figurine, mais non peinte cette fois.
  • Arydia: The Paths We Dare Tread le futur projet KS de l’auteur de Xia qui semble avoir travaillé à une sorte de Gloomhaven-like, on en parlait un peu par là. La fiche est ici

 

separateur-1

Légende des symboles utilisés

coeur rouge : Désigne les campagnes conseillées par Shanouillette.

coeur bleu : Désigne les campagnes conseillées par Gougou69.

fr : Désigne les campagnes dont tout ou partie des éléments sont en français.

: Désigne les campagnes particulièrement intéressantes sur le plan financier.

Attention 2 : Désigne les campagnes que nous déconseillons fortement.

Le lexique du participatif

  • Add-on : (Nom m.) Ajouts optionnels et néanmoins payants proposés au cours de la campagne. Cela peut-être des packs de figurines, des extensions, des dés plus jolis, mais aussi des objets beaucoup plus dispensables tels que des t-Shirts ou des mugs, voire des pin’s (si si !). Dans tous les cas, les sommes collectées par ce biais participent à l’augmentation de la cagnotte et à atteindre les paliers des stretch goals.
  • Backer [bakeur] : (nom m.) Aussi utilisé, « pledger ». Personne qui avance de l’argent pour la réalisation d’un projet dont la campagne est en cours.
  • Box Upgrade : Modifications apportées tout au long de la campagne (souvent dans le cadre des stretch goals) qui permettent d’améliorer la qualité du matériel du jeu (cartes plus épaisses, carton de la boîte plus fort, dés spéciaux, etc…).
  • CAD$ : Dollars Canadiens (cours bien inférieur au Dollar US)
  • Campagne : Période au cours de laquelle le projet est proposé au souscripteurs. Généralement de 2 à 4 semaines, mais cela peut être moins ou beaucoup plus. Cette durée n’est pas anodine et ne doit pas être choisie au hasard par le porteur du projet. En effet, de celle-ci dépend la forme et la dynamique de la campagne.
  • CMoN : Initiales de l’éditeur “Cool Mini or Not”. Afin de briller en société et avoir l’air du mec (ou de la meuf) qui s’y connait, on le prononcera “Simone” (oui, comme la tata du même nom) et on proscrira les “kmone” ou, pire, les “komone”.
  • DPG : Initiales de l’éditeur “Devil Pig Games”.
  • Early Birds [eurli beurdz] : (Nom m.) Rien à voir avec des oiseaux qui arriveraient en avance. Il s’agit d’un nom poétique donné au pledge à prix réduit (généralement quelques dollars) ou avec un bonus proposé parfois aux tous premiers souscripteurs d’une campagne.
  • FdPI : Initiales de « Frais de Port Inclus »
  • KS : Contraction de KickStarter, la plus grosse plate-forme de financement du monde connu.
  • KS Exclu : Acronyme regroupant tout ce qui est proposé lors d’une campagne et qui lui est exclusif. Par exemple, un add-on ou un stretch goal « KS Exclu » ne se retrouvera jamais dans le commerce et ne pourra plus être acquis en dehors de la campagne. Mais certains porteurs de projets ont des notions bien personnelles de la signification du terme « exclusif ».
  • Mougeon : (Nom m.) Race animale grégaire endémique sur Kickstarter, mi-mouton mi-pigeon. Les spécimens qui la compose ont pour particularité d’avoir, au cours de certaines périodes de l’année qui correspondent peu ou prou à la durée des campagnes de financement les plus en vue, une capacité de discernement inversement proportionnelle à la taille de leur compte en banque.
  • Pledge [plèdj] : (Nom m.) Niveau de soutien proposé lors d’une campagne. Par extension, somme d’argent versée pour y accéder.
  • Pledge groupé (ou PG) : (Nom m.) Regroupement des participations de plusieurs soutiens géré par une personne, généralement pour diminuer (parfois drastiquement) les frais de port et après négociation avec le porteur du projet.
  • Pledger : [plédjé] (Verbe) Action de sélectionner un niveau de soutien et d’autoriser le débit de son compte de la somme correspondant en cas de réussite de la campagne.
  • Pledger : [plédjeur] (Nom m.) Voir « Backer ».
  • PnP : Initiales de « Print and Play ». Il s’agit d’un fichier (généralement PDF) gratuit ou payant, permettant d’imprimer les composants du jeu qui s’y prêtent et ainsi de le tester avant la fin de la campagne.
  • Reboot [rebout] : Deuxième (voire plus) lancement d’une campagne qui a précédemment échoué à être financée. En général, le porteur du projet essaie à ce moment là de corriger les erreurs qui ont mené à l’échec, mais pas toujours…
  • Reminder [wemeyndeur] : Option qui vous averti par mail de l’entrée d’une campagne dans ses dernières 48 heures et vous permet ainsi de juger de la pertinence d’y participer. Utile lorsque l’on est pas certain d’être intéressé en l’état en début de campagne.
  • Reprint : Nouveau tirage d’un jeu qui fait parfois l’objet d’une campagne participative.
  • ROW : Acronyme de “Rest Of the World”. Indique l’ensemble des zones géographiques concernées par des frais de port qui n’ont pas été déjà détaillées.
  • SG : Contraction de « Stretch Goals » (voir explication de ce terme).
  • Stretch Goals [strètch golz] : Paliers de financement qui, lorsqu’ils sont atteints, débloquent un ou plusieurs éléments supplémentaires venant généralement enrichir le jeu. Lorsque ces stretch goals sont spécifiques à la campagne et lui resteront exclusifs, on emploie l’expression acronyme de « SG KS Exclus ».
  • UE Friendly : Définit un projet dont le porteur s’est assuré que les colis de son jeu arriveront dans notre boîte aux lettres sans surcoût lié au passage en douane.

separateur-1

22 Commentaires

  1. Photo du profil de Dr. Jacoby
    Dr. Jacoby 19/02/2018
    Répondre

    Même si ça ne transparait pas dans ton article j »ai comme l’impression que Edge Of Darkness va casser la baraque, non ? (et à un degré moindre Robin Hood)

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette 19/02/2018
      Répondre

      Y a bien moyen. On l’attend de pied ferme par ici. MysticV nous a laissé sur notre faim !

      • Photo du profil de Dr. Jacoby
        Dr. Jacoby 20/02/2018
        Répondre

        ça se confirme, financé en environ 2h , par contre j’avais pas vu qu’il tablait sur la livraison pour juin 2019 (et que le prix était un poil abusé aussi) , autant je commence à anticiper gentiment Essen autant là ça me semble vraiment vraiment (trop) loin …

  2. Keerka 20/02/2018
    Répondre

    Toujours aussi agréable a lire cette chronique. C’est bien présenté et ça rentre juste ce qu’il faut dans les détails.

    • Gougou69 20/02/2018
      Répondre

      Merci bien ! On essaye toujours de faire au mieux, content que ça plaise.

  3. Photo du profil de MrHeureux
    MrHeureux 20/02/2018
    Répondre

    Hello et merci pour cette  chronique toujours aussi excellente.

    Pour ajouter quelques commentaires sur Ultimate Conspiracy, je trouve qu’il porte bien son nom ! En dehors de vouloir surfer sur l’énorme succès de 7th continent (qui forcément doit faire des envieux) les petits malins créateurs ont au moins eu le mérite de proposer un nouveau concept : celui de la fausse campagne KS où le jeu est de discerner le vrai du faux. Est ce une simple arnaque ou une mauvaise organisation/comm/preparation ? Place aux enquêteurs ! Pour ma part je pencherais pour la 1ere possibilité car une société crée juste avant avec un capital de 100 E ce n’est pas très sérieux surtout si on croit en son projet et en espérant atteindre 50K$ de financement par KS.

    https://www.verif.com/societe/INOVA-PRODUCTION-832891220/

    Je ne demande qu’à avoir tort car l’idée de base était pourtant bien. En tout cas je vais continuer à suivre la campagne tel un bon feuilleton à suspens.  🙂

  4. Photo du profil de MrHeureux
    MrHeureux 20/02/2018
    Répondre

    EDIT: ah les 1eres règles beta arrivent enfin ! Bon j’ai peut-être été un peu médisant. Serais ce juste un manque de préparation ?

    • Gougou69 20/02/2018
      Répondre

      Perso, c’est ce que je pense depuis le début. Il y a trop de travail pour un bénéfice potentiel trop aléatoire pour que ce soit une arnaque, au sens « escroquerie » juridique. De plus, je suis assez mal car je viens de m’apercevoir il y a quelques minutes que les gars d’Innova ont bien répondu à ma demande d’explication, mais leur mail s’est retrouvé dans les spams pour une raison qui m’échappe. Bon, leur argumentation est un peu légère je trouve, mais ils m’ont répondu.

      Reste les mensonges (car s’en est), même s’ils n’ont que peu d’impact sur le jeu lui-même, ça ne donne pas confiance. Je pense qu’ils se sont lancés là-dedans en pensant pouvoir la jouer fine, sauf qu’ils n’ont même jamais du suivre la moindre campagne KS, car sinon ils auraient vu qu’il y a des backers qui aiment chercher la petite bête, surtout quand ils en voient une grosse.

      • Photo du profil de Dr. Jacoby
        Dr. Jacoby 20/02/2018
        Répondre

        Cette campagne est effectivement « génante » et « bancale  » pour une tonne de raisons expliquées en long, en large et en travers sur les forums spécialisés, par contre ce qui perso me gène le plus, c’est l’agressivité, la violence et la condescendance insupportable des MC du culte kickstarterien à l’encontre des porteurs du projet, c’est pas non plus le fan club de Marc Dutroux qui fait un KS pour financer une crèche en Wallonie, personne ne les connait (effectivement c’est sûrement rédhibitoire ici) mais, aussi invraisemblable que peut l’être la campagne, ça ne mérite pas non plus de tel déversement de haine, dans le pire des cas personne ne pledge et le projet ne se fait pas, pas besoin de raser une ville entière au napalm pour se donner un peu de e-street-cred !

        • Gougou69 20/02/2018
          Répondre

          J’ai suivi les commentaires depuis le début et je n’ai pas vu de déferlement de haine. Un gros tas de questions tout à fait justifiées auxquelles aucune réponse n’a été apportée, ça oui, il y en a eu. Je trouve même que les commentaires ont été longtemps bienveillants, mais devant l’absence de communication de la part des auteurs puis, par la suite, face à l’évidence des mensonges de leur part, forcément ça a dérapé.

          Franchement, ils ont cumulé toutes les erreurs possibles pour qu’on pense que leur campagne est une arnaque, je n’ai jamais vu ça ! Oser dire aux backers que si on veut voir le proto, on peut prendre rendez-vous et aller à Tours pour ça, cela peut être considéré comme du foutage de gueule. Et qu’il y ait des retours de manivelle n’est absolument pas étonnant.

          • Photo du profil de Dr. Jacoby
            Dr. Jacoby 22/02/2018

            Gougou, je t’invite à aller jeter un coup d’oeil aux commentaires du jour sur leur page KS et après on peut reconsidérer la définition de bienveillance si tu veux 😉

          • Gougou69 23/02/2018

            Hé hé… J’ai écrit « les commentaires ont été longtemps bienveillants », j’ai bien vu qu’ils ne l’étaient plus vraiment désormais 😉 . Mais franchement, même maintenant, hors un type qui dépasse les limites de la bienséance, les commentaires sont très largement en-deça de ce qui a pu se lire sur d’autres campagnes. Je crois que le majorité des intervenants à compris qu’il ne s’agit nullement d’une arnaque, mais l’obstination des porteurs ajoutée à leur flagrante incompétence à mener une campagne KS irrite énormément. Parce-que ce jeu, s’il tient ses promesses, mérite d’exister un jour et les habitués voient bien qu’en l’état, cela n’arrivera pas et ce même si la campagne finance. Et honnêtement, au vu de leur amateurisme je pense que voir financer leur jeu serait la pire chose qui puisse arriver à ces deux gars. Parce-que le vrai travail, celui qui te fait passer des nuits blanches et qui peut t’apporter de vraies emmerdes, commence le lendemain du jour de fin de la campagne.

  5. Fred 20/02/2018
    Répondre

    et les coeurs rouge et bleus ils sont où ? 🙂

    • Photo du profil de Shanouillette
      Shanouillette 21/02/2018
      Répondre

      Perso, j’ai pledgé Endeavor, c’est un jeu que j’aime, j’ai un lien particulier avec lui (il est la cause de mon tout premier article jds ^^) et la version deux joueurs m’intéresse, mais j’hésite à mettre le coeur car si vous avez déjà le jeu vous n’avez pas forcément besoin de cette v2, et si vous voulez le jeu (certes sans la version deux joueurs), la v1 est trouvable à bien moins cher, du coup, c’est pas un « go » franc et massif selon moi.

      J’ai également pledgé Aeon’s end, même si le legacy me laisse quelques doutes en bouche qui m’empêchent de mettre le coeur.

      Si je mets le coeur, c’est que j’ai vraiment aucune réserve / un gros coup de coeur 🙂 c’est pas arrivé depuis longtemps j’avoue.

      Je surveille edge of darkness de près ainsi que pulp detective et reckoners.

       

    • Gougou69 21/02/2018
      Répondre

      Tout pareil que la patronne. Aucun jeu qui m’ait fait vibrer depuis le début de l’année. Plusieurs petits trucs sympas qui me font pledger (comme Pulp Detective par exemple) mais rien qui provoque un « autopledge ». Mais il y a deux ou trois projets en approche que je surveille du coin de l’œil et qui, s’ils confirment ce que j’en espère, devraient recevoir leur petit cœur bleu.

    • Gougou69 23/02/2018
      Répondre

      Erreur

  6. Fred 20/02/2018
    Répondre

    Et ils comptent l’imprimer où leur jeu, INOVA ? Parce que prévoir l’impression en novembre et la livraison en décembre, c’est… je n’ai pas de mot 🙂

    • Gougou69 21/02/2018
      Répondre

      C’est ne pas s’être renseigné sur les réalités du développement et de la fabrication d’un jeu.

  7. Photo du profil de Loder
    Loder 21/02/2018
    Répondre

    Salut Gougou69 et merci pour tes articles réguliers. Je n’ose même pas imaginer le temps que ça te prend… J’espère que tu continueras car c’est vraiment cool d’avoir une source d’information fiable et riche sans avoir à passer des heures entières sur kickstarter. A un moment, tu avais évoqué un reprint de Crisis pour le premier trimestre 2018. Tu sais où ça en est ? J’attends tellement ce jeu !!! Pour ne pas crisper madame Loder qui ne partage pas mon gout du jeu, je m’interdis les autres achats depuis ton annonce. Ainsi, je vais pouvoir méchamment craquer sur Crisis sans provoquer de crise conjugale mais la pression monte. Il faut que ça arrive ! 🙂

  8. Gougou69 22/02/2018
    Répondre

    Merci pour les compliments Loder. Malheureusement, aucune date encore pour la campagne de Crisis, désolé. Tu devrais peut-être essayer de trouver une boîte en occas’.

    • Photo du profil de Loder
      Loder 23/02/2018
      Répondre

      Ah ben il suffisait d’en parler :

      ils ont annoncé hier sur BGG que le nouveau KS arriverait d’ici 2 mois pour l’extension et donc le reprint de la boite de base

      « First, we intend to reprint Crisis, our hit game of 2 years ago, which was sold out as soon as it was released!
      It is a heavy and expensive game, and we will be putting it yet again on Kickstarter, along with some new content. Watch out for it in the next 2 months!
      « 

  9. Fritz the Cat 23/02/2018
    Répondre

    Il y a aussi un petit jeu de course à licence qui n’a pas l’air si mal et semble être passé à la trappe : Sonic the Hedgehog : Battle Racers.

    C’est dommage car il court depuis un bon mois bien passé et se finit bientôt :

    https://www.kickstarter.com/projects/1529918676/sonic-the-hedgehog-battle-racers-0/description

     

Laisser un commentaire