Participatif, la sélection naturelle du lundi 12 mars 2018

 

 

separateur-1

 Salutations ludico-participatives !

Les campagnes continuent à financer assez facilement, et généralement le premier jour. Il y a bien sûr quelques exceptions, mais ces dernières sont toujours aisément explicables.

Plusieurs petits projets de micro-jeux s’en sortent également de façon fort honorable, coincés qu’ils sont au milieu des gros. Leur problème n’est pas leur prix, qui génère assez facilement un pledge sans trop réfléchir, mais plutôt leur visibilité. Et c’est là que j’interviens (enfin, pas que moi bien entendu) 😉

Sinon, rien de vraiment extraordinaire à venir. Mais on reste aux aguets. 

 

 N’oubliez pas d’aller jeter un œil à la chronique hebdomadaire sur le participatif de Thierry sur Cwowd.

 

Je vous souhaite une bonne lecture, et vous dis « À la semaine prochaine ! ».

 Chronique N°69 

 

separateur-1

Ça s’est passé la semaine dernière…

Les lancements de campagnes

 

auztralia-box-art

fr Martin Wallace. Ce nom vous dit peut-être vaguement quelque chose. Il faut dire que le Monsieur a déjà placé quelques jalons dans la petite histoire du jeu de plateau moderne. Sujet de sa Gracieuse Majesté de son état, il est un peu le pendant britannique de notre Bruno Cathala à nous niveau productivité. On ne compte plus les jeux sur les boîtes desquels son nom apparaît, seul ou accompagné. Et voici donc sa dernière œuvre, présentée sur Kickstarter : Auztralia par SchilMil Games.

auztralia-mapLe jeu prend place en Australie dans une réalité alternative située dans les années 30. Le continent est encore en grande partie « terra incognita » et la guerre qui vient de se terminer entre les hommes et les Grands Anciens a laissé des traces. Les terres habitées sont empoisonnées, la famine fait rage et il faut absolument en trouver de nouvelles où tout recommencer. D’intrépides aventuriers (les joueurs) se lancent à la découvertes de ces terres où la main de l’homme n’a jamais posé le pied (Shanouillette, celle-là elle est pour toi) et vont au plus vite y recréer ce qui a été détruit par ailleurs. Car si l’humanité l’a remporté, elle sait que les entités souterraines sont en train de reprendre des forces et que tôt ou tard viendra le jour du Réveil. Et ce jour là, mieux vaudra être fin prêt, parce que les Grands Anciens et leurs sbires ne vont pas revenir pour enfiler des perles.

Voilà, le décor est posé. On peut regretter cette énième utilisation un peu facile du mythe du Grand Poulpe. Ou pas, si on l’apprécie. Mais on ne peut pas nier un minimum d’originalité dans le background du jeu.

auztralia-carte-juliet-vernePour ce qui est du gameplay, je me retrouve une nouvelle fois dans la situation où celui-ci n’est disponible qu’en vidéo en anglais, mais rassurez-vous, une news est publiée ici et un article complet se peaufine dans les tuyaux du Vox. Seulement puis-je vous dire tout de suite qu’il va falloir construire des lignes de chemin de fer, creuser des mines et bâtir des fermes pour les ressources, mais aussi les défendre. Tout ceci coûte du temps, qui est la « monnaie » du jeu. Il va falloir également embaucher des personnages aux compétences variées parmi 36 disponibles. Lorsque le jour du Réveil arrive, les Grands Anciens deviennent un joueur à part entière, dont les actions sont gérées par des cartes.

Ce joueur fantôme dirigé par le jeu ouvre la porte à une version solo, et les quelques commentaires des reviewers à son sujet laissent entendre qu’il s’agirait d’un vrai bon mode solo bien fun, et non pas d’un truc pondu à l’arrache histoire d’attirer le chaland. Il y a une certaine unanimité et c’est plutôt rassurant de ce point de vue là. Bon point donc.

AuZtralia materiel plateauPassons à la direction artistique. Disons-le tout de suite, nous ne sommes pas en présence d’un jeu qui déclenche les « Whaouuuu » à l’ouverture de la boîte, tout au moins si l’on se base sur ce qui est montré sur la page de la campagne. L’ensemble est à très nette tendance marronâtre et les divers jetons et marqueurs sont juste quelconques. Par contre, les diverses illustrations sont très réussies.

Un auteur connu et surtout reconnu, un thème original qui réussi l’exploit de sortir des sentiers battus malgré la présence de Chtulhu au casting, soit deux bons arguments pour une jolie réussite. Ce fut le cas presque dès le lancement. Presque, car si le jeu n’as pas été (de peu) financé le premier jour, il l’a été plus que largement le deuxième. En effet, le deuxième jour a récolté plus du double de dollars Néo-Zélandais que le premier, situation fort peu commune. La dynamique qui s’en est suivie a été très bonne, mais en baisse continue pour arriver à 80 soutiens quotidiens hier. À voir si cela va se stabiliser à ce niveau ou continuer à baisser. Mais quoi qu’il en  soit, on est parti sur un joli score, avec déjà près de 2 000 soutiens. Le jeu est disponible intégralement en français grâce à Nuts Publishing (actuellement 124 700 / 50 000 NZ$ et 1 900 soutiens. Fin le vendredi 30 mars à 06h00).

 

 

sorcerer-city-box-art

Les gens de Druid City Games avaient fait parler d’eux sur Cwowd il y a presque tout juste un an pour la campagne de The Grimm Forest, un jeu basé sur les contes de Grimm remarqué surtout pour sa direction artistique à tomber. Les voici qui reviennent avec Sorcerer City, dont les visuels lâchés en pré-campagne semblent avoir également titillé quelques globes oculaires.

Dans Sorcerer City, les joueurs sont des magiciens qui, sur 5 ans, doivent construire, améliorer et reconstruire le même quartier d’une ville en perpétuelle évolution et modifiée tous les ans. Mais il faut faire avec les monstres qui traînent dans le patelin et ne vont pas manquer de vous mettre des bâtons dans les trous 😉 Le magicien qui aura le plus de points au bout des 5 ans sera nommé Grand Chef Magicien, titre Ô combien convoité, vous vous en doutez.

sorcerer-city-marketLe jeu mélange allègrement les genres avec de la pose de tuiles à la Carcassonne alliée à du deck-building. Le gameplay est simple mais malin.

Chaque joueur commence le jeu avec une série de tuiles, à chaque tour il dispose de 2 minutes pour construire sa ville de façon optimale en fonction des options de scoring (groupes de 3 tuiles ou plus de la même couleur, lignes de 3 tuiles ou plus de la même couleur, atteindre un but donné en associant des boucliers présents sur certaines tuiles).

Chacune de ces options fait gagner des points d’influence, de magie, de prestige ou plus prosaïquement de l’argent. Entre les tours, il est possible d’acquérir de nouvelles tuiles pour les ajouter à son deck et gagner d’autres récompenses. Mais dans ces tuiles nouvellement acquises peuvent se cacher des bestioles qui, lorsqu’elles seront tirées, mettront certainement un peu le boxon dans les plans des prochains tours.

sorcerer-market-persoAinsi que je l’ai déjà mentionné plus haut, la direction artistique du jeu sait se montrer aguichante surtout en ce qui concerne la (ho surprise ! On ne l’avait pas vue venir celle-là) version Deluxe « Kickstarter Exclusive », avec ses magnifiques marqueurs de prestige en métal (80 pièces tout de même). C’est gai et coloré sans être tape-à-l’oeil, les illustrations sans être extraordinaires sont fort sympathiques et 2 des 12 stretch goals actuellement débloqués améliorent encore la qualité du matériel.

La campagne a financé au premier jour à presque deux fois et la dynamique semble vouloir se stabiliser autour d’une soixantaine de soutiens quotidiens (actuellement 94 200 / 30 000 $ et 1 430 soutiens. Fin le vendredi 30 mars à 23h00).

 

 

 

munchkin-teenage-mutant-ninja-turtles-box-artJe vais être clair d’entrée de jeu : Munchkin Teenage Mutant Ninja Turtles par Steve Jackson Games ne doit sa présence dans cette chronique qu’au souci de relative exhaustivité (relative, parce que normalement « sélection » et « exhaustivité » ne font pas spécialement bon ménage) qui m’anime. Je ne comprends rien à réussite de la série des Munchkin, pour moi ce sont des jeux à peu près aussi funs que le Monopoly.

Je ne vais donc pas m’étendre sur le bouzin. C’est Munchkin, mais avec des Tortues Ninja. Il ne faut pas se leurrer, si on n’a pas encore un « Munchkin Star Wars », seul le prix de la licence de Tonton Disney peut l’expliquer.

Deux version exclusives à la campagne Kickstarter, en plus de celle qui sera en boutique, sont disponibles : une édition Deluxe et une édition Deluxe Ultimate.

munchkin-teenage-mutant-ninja-turtles-character-cardsLa différence entre ces trois éditions ne saute pas aux yeux, contrairement à ce qui est commun. Afin certainement de garantir une certaine unité dans la direction artistique, il a visiblement été décidé que les trois éditions serait aussi moches les unes que les autres. Parce que, mon Dieu que c’est laid ! Ce serait un prototype, ça passerait, mais ça il faut le payer (pas très cher, reconnaissons-le. Mais quand même). Alors oui, je sais, on va me rétorquer que tout est fidèle à la BD (ou au Comics, là aussi je n’ai jamais compris la différence). Certes, mais la BD est moche, alors c’est raccord. Bon, vous l’aurez compris, je ne suis pas le public cible. 

N’en reste pas moins que fanbase en béton + licence « nostalgie inside » = financement rapide. Au premier jour et à 5 fois 1/2 les 10 000 $ demandés, pour être précis. La dynamique a ensuite été en baisse constante pour tomber aux alentours de 80 soutiens quotidiens (actuellement 95 900 / 10 000 $ et 2 000 soutiens. Fin le jeudi 22 mars à 01h00).

 

 

mysthea-box-art

fr Icaion est une planète un peu spéciale puisque, à cause (ou « grâce à », ça dépend du point de vue) d’un gros cristal niché en son centre, les lois de la physiques sont toutes tourneboulées. Ainsi, 5 îles flottent-elles allègrement dans les cieux. Les guildes de la ville de Mysthea (la capitale, je présume) envoient leur champion (les joueurs) à la découverte de ces îles, avec pour mission de les conquérir en leur nom.

Bien entendu, chaque Champion ayant peu ou prou les même objectifs, il va immanquablement y avoir chamailleries avec distributions de mandales à la clé. Mais (le fameux « mais ») cela ne saurait être aussi simple. Sur ces îles s’est développée une faune aussi rigolote d’aspect que potentiellement létale. Et avec ces bestiaux-là, les Champions vont nettement moins la ramener en solo. D’où nécessité de s’allier pour s’assurer un minimum de possibilité de survie. Les ennemis de mes ennemis sont mes ennemis, ou un truc du genre…

mysthea-scholars-guild-magistaLe contexte de Mysthea par Tabula Games est posé, mais comment cela marche-t-il ? Les explications disponibles hors vidéo en étranger étant ce qu’elles sont, à savoir limitées, je m’en vais vous rendre compte du peu que je sais. Le gameplay est le résultat d’un mix entre du contrôle de zones, du deck-building et de la gestion de main. Donc déjà, le lecteur à l’esprit affûté aura de lui-même déduit qu’il y a des cartes. Je ne peux que confirmer.

Les caractéristiques principales du jeu sont, comme ça vient, un plateau dynamique (les îles étant déplaçables au gré des actions des joueurs) et l’asymétrie des factions en lice, due à la possibilité de personnaliser son plateau personnel avec des cartes au fil de la partie. Je ne détaillerai pas plus, parce que je n’ai pas les informations me le permettant. Mais pour conclure ce passage sur le gameplay, les références à Inis et à Blood Rage reviennent régulièrement dans les commentaires sur Mysthea.

mysthea-champions-of-ilvash-celetheJe ne saurais pas dire si Mysthea sera un bon jeu. Ni même un mauvais d’ailleurs. Par contre, une chose est quasiment certaine, c’est que ce sera un beau jeu. C’est simple, il n’y avait qu’à voir l’agitation de certains membres du forum de Cwowd à l’apparition des premiers visuels. On aurait dit de jeunes vierges à qui on annonçait leur premier rendez-vous galant. C’est que le bestiau à des atouts à faire valoir en la matière.

Commençons par les figurines. On n’est pas chez Simone ou Monolith, on ne vous les sert pas par pelletées de 12 et elles ne sont pas non plus aussi détaillées que celles des deux précités. Mais esthétiquement, elles font largement le job et sont même aptes à satisfaire les envies du peintre qui se terrerait dans le dedans de votre petit être fragile. Mais surtout, elles ont le bon goût d’être assez originales.

mysthea-figurine-celetheCela a déjà été mentionné plus haut, qui dit deck-building dit cartes. En ce qui les concerne, j’aurais tendance à me laisser aller à dire qu’elles sont magnifiques. D’ailleurs, je l’ai dit. Magnifique également le plateau principal et ceux individuels. Et tout ce petit monde est encore amélioré au gré des stretch goals. 12 ont été débloqués à cette heure, dont 6 sont de l’amélioration de matériel.

De tout ce que je viens d’énumérer, on peut logiquement conclure que la campagne déchire tout. Et bien, oui, mais non. Oui, parce qu’elle a été financée au premier jour et qu’au deuxième c’est le triple des 55 000 € demandés qui a été récolté. Non, parce qu’au troisième jour la chute a été simplement vertigineuse, passant brusquement de 750 soutiens la veille à moins de 50. Et cela a malheureusement perduré les jours suivants.

Que s’est-il donc passé. Le fautif a un nom : early birds. Hey, des early birds à -15 €, ça attire du monde. Mais dès qu’ils ne sont plus disponibles, cela a l’effet exactement inverse sur les soutiens potentiels qui n’ont pu en profiter. Ils ne voient pas le prix du pledge, mais le prix qu’ils auraient pu payer s’ils étaient arrivés plus tôt. D’où impression de payer injustement plus que les autres, atermoiements et pas de pledge.

15 € de réduction, c’est trop, beaucoup trop. 5 € auraient certainement attiré moins de monde au début mais n’auraient pas eu cet effet repoussoir par la suite. À moins que l’objectif de Tabula Games ait été de financer au plus vite, en quel cas c’est bien joué. Mais la suite de la campagne va être dure et il va falloir assurer au niveau de l’animation. La règle du jeu sera disponible en français en PDF (pas de texte sur le matériel) ou imprimée si 500 soutiens francophones se manifestent (actuellement 173 000 / 55 000 € et 2 160 soutiens. Fin le jeudi 29 mars à 10h00).

 

 

immortal-8-box-art

fr Immortal 8 est le jeu d’un nouvel éditeur français au nom pour le moins original : Sorry We Are French. Il se lance dans le grand bain de Kickstarter en ayant fait pas mal de promo en amont et surtout d’une manière assez maligne, en dévoilant les caractéristiques de jeu sur 8 semaines. Évidemment, le lancement un 8 tombait sous le sens. On pourra juste regretter qu’ils n’aient pas poussé le concept jusqu’au bout en lançant un 8 août 😉 Accessoirement, nous avons à faire au deuxième jeu « KS Exclusif » de la semaine.

Mais qu’est-ce donc que ce jeu là ? Il s’agit d’un jeu de civilisation pour 3 à 8 joueurs dont la mécanique centrale est le draft. Et j’entends d’ici la question : « comme 7 Wonders ? ». Ben oui. Mais non en fait, du tout. Ça a l’aspect de 7 Wonders, les mécaniques ressemblent à celles de 7 Wonders, mais ce n’est pas 7 Wonders. C’est un peu le Canada Dry du 7 Wonders en somme (et là, j’ai perdu la moitié du lectorat, trop jeune pour comprendre l’allusion. Mais comme je suis bon et généreux, je permets aux gens concernés d’aller se culturer ici).

immortal-8-engins-de-siegeUn des éléments primordiaux du gameplay de Immortal 8 est que les parties se jouent à identités cachées. Chaque joueur se voit confier un immortel en début de partie, qui va orienter la stratégie à suivre. Essayer de deviner qui a quel immortel et donc quels sont ses pouvoirs va être un élément essentiel de la victoire. Mais la particularité principale du jeu est la rapidité des parties. La durée annoncée est de 8 minutes par joueur, et il semblerait bien que ce ne soit pas une promesse en l’air.

En effet, une partie se déroule en deux rondes de trois phases chacune et seulement 5 cartes (!) maximum seront jouées par chaque joueur. D’où possibilité de les enchaîner (les parties) et c’est tant mieux car la courbe d’apprentissage est assez importante. Ceux qui aiment les jeux vite maîtrisés passeront leur chemin. En revanche, les amateurs qui aiment découvrir au fil des parties les subtilités permises par la mécanique seront aux anges.

immortal-8-gamliPour en savoir un peu plus sur le gameplay, je vous invite à visionner la vidéo officielle d’explication de règles. Vous pouvez également vous référer à l’excellent article synthétique de Takumi sur Cwowd ou le non moins excellent Just Played de TSR sur Ludovox.

Immortal 8 est un jeu de cartes, et qui dit cartes dit illustrations. Ces dernières sont magnifiques et surtout superbement mises en valeur grâce à la taille des cartes, juste immenses, bien plus grandes que des cartes de tarot. Le reste du matériel est constitué de petits plateaux individuels et de jetons en carton, qui devraient être avantageusement remplacés par leur équivalent dans des matières plus nobles grâce aux stretch goals. Pour exemple, le premier de ces stretch goals est un lot de 48 pièces en métal.

immortal-8-phoenixMalgré toutes les qualités du jeu et la communication pré-campagne, cette dernière n’a pas très bien débuté. La faute tout d’abord à une page de campagne pas très attirante. Les gars de SWAF étant à l’écoute, celle-ci a été modifiée de belle façon. Pour tout dire, c’est le jour et la nuit entre les deux versions. Il est juste dommage que, malgré la présence de SWAF sur les forum, et notamment celui de Cwowd, il n’est pas été montré une version de travail de la page de campagne, ainsi qu’on le voit de plus en plus souvent. Même s’il n’y a en la matière pas de science exacte, pour le moins les fautes les plus criantes auraient été indiquées et corrigées en amont du lancement.

Ensuite, le montant demandé est peut-être un peu trop haut. Honnête, car réaliste, mais trop haut. On le sait, le backer est un petit être sensible et un projet dont le financement est atteint rapidement l’incite plus encore à mettre la main au portefeuille. C’est malheureux, mais mentir sur le montant demandé est très courant, et le pire est que cela marche. Le risque est finalement relativement limité pour le porteur, car si le vrai montant de financement (celui qui évite d’être obligé de vendre sa maison) n’est pas atteint, il reste la possibilité d’annuler la campagne et d’étudier la possibilité de revenir plus tard. Pas fair-play donc, mais assez efficace.

Quelles que soient les raisons, la moitié du financement n’a même pas été atteinte après 4 jours. Même s’il n’y a pas encore péril en la demeure, il ne faudrait pas que cet état perdure par trop car la multitude d’offre hebdomadaire proposée sur Kickstarter risque fort de détourner définitivement les soutiens potentiels. Le jeu est disponible intégralement en français (actuellement 16 700 / 39 000 € et 470 soutiens. Fin le jeudi 29 mars à 20h20).

 

 

cat'astrophes-boite

 fr Cat’astrophes est un jeu de cartes d’un tout nouvel auteur d’outre-Quiévrain, Ludovic Mahieu. Alors, autant vous le dire tout de suite, si vous (ou votre chère moitié) êtes amateur de félidés, ne cliquez pas sur le lien qui mène à cette campagne. Ou faites-le en parfaite connaissance de cause, à savoir que le pledge vous deviendra quasiment obligatoire. Ne sous-estimez surtout pas la puissance de persuasion de ces bestioles. J’aimerais savoir combien de pledges ne sont dus au seul fait que les illustrations sont sur le thème des chats (mais vraiment hein. Parce que je suis sûr que ça a un impact).

Fort heureusement, le jeu n’a pas que les chats à faire valoir. Il semblerait même que ce soit un jeu assez malin et bien plus profond qu’il n’y parait au premier abord. Bon, on reste dans du léger plutôt familial hein. Mais dans le genre, cela semble être un jeu susceptible d’amuser le gros gamer entre une partie de Brass et une de Scythe.

Chaque joueur est un chat dont le seul but dans la vie est de faire le plus de bêtises possible (toute ressemblance avec des faits réels n’est absolument pas fortuite), mais en les mettant sur le dos des autres chats-joueurs pour qu’ils soient punis à votre place. Je le disais, la mécanique est plutôt simple et maligne. Pour en savoir plus, je vous renvoie vers les explications de la page en français (hé oui, encore un petit qui arrive à avoir une page miroir dans notre langue) sur laquelle le gameplay est très bien expliqué, avec moult visuels.

Vous pourrez ainsi vous rendre compte par vous-même de la raison pour laquelle la campagne connait un tel succès. Les illustrations des cartes ne sont peut-être pas extraordinaires, mais les chats sont superbement représentés et les mises en situation nous plongent immédiatement dans du vécu. Enfin, pour peu que vous soyez une de ces heureuses personnes tolérées, par un ou plusieurs de ces minis fauves, dans l’appartement dont vous payez le loyer.

La campagne a été financée au premier jour à deux fois les (certes modestes) 5 000 € demandés, par plus de 450 soutiens. La dynamique qui s’en est suivie a été excellente pour un jeu de ce gabarit, mais seulement pendant deux jours. En effet, le quatrième jour a vu une baisse de la dynamique, aussi vertigineuse qu’incompréhensible. Elle est passée du jour au lendemain de près de 200 soutiens à 10 ! À voir si cela perdure ou s’il s’agit d’un accident de parcours. Malgré cela, les 1 000 soutiens sont quasiment dans la poche.

Un pledge groupé est en cours sur le forum de Cwowd, qui vous fera gagner une poignée d’euros sur le prix d’un jeu déjà pas très cher. Allez donc voir dans la partie dévolue aux pledges groupés, un peu plus bas, si cela vous tente. Le jeu est disponible intégralement en français (actuellement 24 700 / 5 000 € et 965 soutiens. Fin le dimanche 8 avril à 23h00).

 

 

separateur-1

Les nouvelles campagnes, en bref…

 

castles-of-caleira-logoCastles of Caleira par Keith D. Francks est un micro jeu dans lequel 2 à 4 joueurs sont en concurrence pour construire le plus beau château. Le matériel est de base uniquement constitué de 18 cartes aux superbes illustrations. Quelques-unes sont et seront encore ajoutées en fonction de l’avancée de la campagne, mais ce sera en nombre très limité et pour la plupart surtout des illustrations alternatives.

Pas d’explication de gameplay autrement qu’en vidéo en anglais, je vous renvoie donc aux règles disponibles sur la page du projet. Le jeu est également jouable grâce à un module Tabletopia.

Le prix des pledges est très raisonnable. Environ 10 € FdPIn avec les cartes dans une simple pochette, 15 € FdPIn dans une petite boîte traditionnelle. Finalement, le seul défaut de ce jeu est de n’être disponible qu’en anglais. Certes, il n’y a pas des tonnes de texte sur les cartes, mais déjà bien trop pour qui ne maîtrise pas la langue. (actuellement 3 300 / 7 200 AU$ et 130 soutiens. Fin le lundi 02 avril à 02h00).

 

 

separateur-1

Suivi des campagnes précédemment lancées

 

robin-hood-and-the-merry-men-box-art

fr coeur bleu Robin Hood And the Merry Men par Final Frontier Games a très bien résisté aux épreuves du temps et a passé une bonne semaine avec plus de 70 soutiens quotidiens. À noter que le week-end n’a pas vu de baisse significative, ce qui est assez rare. Les 17 stretch goals débloqués ont singulièrement enrichi le jeu tant sur le plan du matériel, avec notamment les plateaux individuels double-couche (avec des creux pour placer les cubes et autres marqueurs) que du gameplay, avec 4 nouveaux héros, un mode solo, un nouveau mode et une nouvelle variante.

La campagne est désormais financée à 14 fois et les 3 500 soutiens sont bientôt là. La règle du jeu sera disponible en français au minimum en PDF (pas de texte sur le matériel hormis les noms des héros) (actuellement 276 000 / 20 000 $ et 3 390 soutiens. Fin le mercredi 21 mars à 23h59).

 

 

chronicles-of-crime-box-art

fr  Chronicles of Crime par Lucky Duck Games a continué à cartonner toute la semaine, son score le plus bas a été une journée à 150 soutiens, avec une moyenne d’environ 180 soutiens quotidiens. Là aussi les nombreux stretch goals (22 à cette heure) ont beaucoup amélioré l’offre de base avec de nombreux nouveaux personnages et lieux, et surtout 3 nouveaux scénarios écrits par de vrais auteurs. 8 de ces stretch goals sont réservés aux extensions présentes dans la version Deluxe, mais ça c’est le jeu, ma pauvre Lucette !

À une semaine de la fin, les 430 000 $ viennent d’être dépassés, permettant ainsi à la campagne d’être financée à près de 29 fois (!) et surtout par plus de 4 8000 soutiens. Autant dire que la barre des 5000 soutiens pourrait bien être franchie avant le rappel des 48 heures, ce qui nous promet un beau final. Le jeu est disponible intégralement en français (matériel et application) (actuellement 438 500 / 15 000 $ et 4 920 soutiens. Fin le mercredi 21 mars à 00h00).

 

 

donning-the-purple-box-art

À son modeste niveau, Donning the Purple par Tompet Games jouit lui aussi d’une sympathique réussite. Si la semaine n’a pas été extraordinaire, loin s’en faut, les soutiens ont continué à arriver et c’est bien ce qui compte. La campagne ne saurait tarder à être financée à 2 fois les 100 000 NOK demandées et les 500 soutiens viennent d’être atteints. 7 stretch goals sont tout de même débloqués, qui ajoutent pas mal de gameplay et de l’amélioration de matériel bienvenue (actuellement 196 000 / 100 000 NOK et 510 soutiens. Fin le jeudi 22 mars à 23h50).

 

 

 

dice-settlers-box-art

coeur bleu  La campagne de Dice Settlers par NSKN ne restera pas dans les annales de Kickstarter, mais au moins est-elle désormais financée à 2 fois 1/2 par bientôt 1 500 soutiens. À plus d’une semaine de la fin, c’est déjà une jolie réussite. Dont vous me voyez fort aise, vu que je l’ai pledgé. Normal, y’a Dédé.

Le système d’Achievements dont je vous ai parlé semaine dernière ne m’a toujours pas convaincu. Je trouve que cela embrouille inutilement les soutiens et je pense que c’est contre-productif. Si le principe des stretch goals est quasiment inchangé depuis qu’il est apparu, c’est qu’il y a une raison, et c’est parce que, finalement, malgré ses défauts cela ne fonctionne pas trop mal. Enfin, bref…

Les Achievements atteints ont bien évidemment enrichi le jeu (le contraire eut été gênant, pour le moins), lui apportant de nouvelles cartes, des accessoires, un mode solo et pas mal d’amélioration du matériel. Je rappelle qu’un pledge groupé des plus intéressant vous attends dans la rubrique dédiée (actuellement 104 000 / 40 000 $ et 1 440 soutiens. Fin le jeudi 22 mars à 23h59).

 

edge-of-darkness-box-art

 
Edge of Darkness par Alderac Entertainment Group a passé une semaine correcte, sans plus, avec une quarantaine de soutiens quotidiens en moyenne. Les 27 stretch goals débloqués ont rendu le jeu encore plus désirable grâce au remplacement des jetons en carton par leur équivalent en plastique. Les 320 000 $ sont dans la poche, les 3 200 soutiens aussi. Et il reste 10 jours de campagne (actuellement 324 000 / 50 000 $ et 3 330 soutiens. Fin le samedi 24 mars à 02h00).

 

 

 

argonauts-box-art

 fr  Semaine en demi teinte pour Argonauts : 2nd Edition par Alcyon Creative & Ludibooster. Deux jours en négatif pour commencer, suivis d’un léger mieux mais au final ce n’est guère plus d’une quarantaine de soutiens qui ont été gagnés. Du coup, les 24 000 $ ont été péniblement franchis. Du fait de la bourde au lancement, il reste encore 15 jours de campagne, et ils vont être longs. Très longs. Les règles en français seront disponibles en PDF (actuellement 24 200 / 5 000 $ et 690 soutiens. Fin le mardi 27 mars à 18h00).

 

 

 

 

into-the-black-boarding-boite

Into The Black : Boarding Party par I Will Never Grow Up, a financé, c’était prévisible. Mais cela n’a pas pour autant donné un coup de fouet à une dynamique qui ne l’est pas très, dynamique. Avec au mieux 5 soutiens par jour, ce n’est pas vraiment la fiesta. 4 stretch goals ont été malgré tout débloqués, uniquement de l’amélioration de matériel. Les 200 soutiens vont être bientôt atteints, pour les 500 on attendra encore un peu (actuellement 14 700 / 11 500 $ et 195 soutiens. Fin le vendredi 30 mars à 03h00).

 

 

 

batman-gotham-city-chronicles-art

fr  Batman : Gotham City Chronicles par Monolith a passé une semaine stable juste en-dessous des 200 soutiens quotidiens. Même le week-end n’a pas provoqué de baisse. Ce sont donc un peu plus de 1 000 contributeurs qui ont été gagnés, ce qui est bien mais peut-être pas à la hauteur des ambitions de Monolith. Les 20 000 devraient être facilement atteints, et bien plus si cette dynamique veut bien se maintenir.

Il est vrai que jusqu’à maintenant l’intérêt de la campagne est basé uniquement sur les stretch goals quotidiens qui apportent leur lot de plastique (et accessoirement, remplissent une boîte qui a auparavant été vidée), mais si Monolith a gardé quelques atouts dans sa manche, la donne pourrait bien être différente. En mieux, bien évidemment. La règle et les scénarios sont en français, mais le matériel reste en anglais (peu de texte, et essentiellement le nom des personnages) (actuellement 2 866 700 / 500 000 $ et 12 100 soutiens. Fin le samedi 31 mars à 21h00).

 

secret-unknown-stuff-escape-from-dulce-box-art


La campagne de reboot de
Secret Unknown Stuff : Escape From Dulce par Sentient Cow Games ne semble pas vouloir aboutir plus que la précédente. Guère étonnant puisqu’elle en est la copie conforme. Même motif, même punition : pas de financement (actuellement 20 700 / 35 000 $ et 290 soutiens. Fin le dimanche 1er avril à 21h00).

 

 

 

 

 

Vous trouverez une sélection plus importante de projets en cours sur la page dédiée de Cwowd.

 

 

separateur-1

Ils se terminent cette semaine

 

 

Worldwide-Football-matériel

fr  Le « rush » de fin de  campagne a permis à Worldwide Football par Worldwide Games de passer la barre des 200 soutiens. Le double du financement ne sera certainement pas atteint, mais le porteur du projet (et auteur du jeu) n’aura pas ménagé ses efforts pour rameuter du monde jusqu’à la dernière minute. Cette réussite est la sienne. Le jeu est disponible intégralement en français (actuellement 6 400 / 4 000 € et 210 soutiens. Fin le mardi 13 mars à 23h59).

 

 

palm-island-box-art

coeur bleu Financé à plus de 9 fois grâce à 3 500 soutiens à l’orée du rappel des 48 heures, c’est un bien joli résultat pour Palm Island par Portal Dragon. Résultat mérité pour ce jeu malin, original et pas cher. Espérons que ces derniers jours permettent d’aller décrocher le dernier stretch goal. C’est loin d’être impossible au vu de la dynamique aussi élevée que constante (pas loin de 200 soutiens quotidiens en moyenne) (actuellement 70 000 / 4 000 $ et 4 500 soutiens. Fin le mercredi 14 mars à 19h00).

 

 

 

 

pocket-sub-box-art

Pocket-Sub par Alley Cat Gamesest, l’autre micro-jeu qui se termine cette semaine, a passé une semaine assez moyenne. Si les 700 soutiens sont assurés et les 800 fort probables, la barre des 1 000 ne sera pas franchie, sauf énorme surprise de dernière minute. La campagne se verra tout de même financée à plus de 4 fois (actuellement 14 600 / 2 900 £ et 670 soutiens. Fin le jeudi 15 mars à 07h00).

 

 

 

alphas-volume1-box-art

 

Les jeux de super-héros sans licence ont toujours du mal à réussir sur Kickstarter. Alphas – A Superhero Miniature Game par Kid Loves Tiger Games ne déroge pas vraiment à la règle. C’est financé, mais pas beaucoup plus et il serait étonnant que les dernières 48 heures fassent exploser le compteur (actuellement 24 800 / 22 500 $ et 230 soutiens. Fin le jeudi 15 mars à 17h00).

 

 

 

the-reckoners-box-art

 fr coeur bleu Même si nous ne sommes pas sur une mega réussite, le résultat de la campagne de The Reckoners par Nauvoo Games est quand même fort appréciable. Le prix des pledges un peu élevé, même si parfaitement justifié par le matériel, n’a certainement pas aidé à faire mieux. Mais ne boudons pas notre plaisir (surtout moi, vu que j’ai pledgé. Dédé, toussa…), la campagne est financée à plus de 3 fois par plus de 2 200 soutiens, et le rappel des 48 heures est encore à venir. La règle du jeu sera disponible en français et en PDF (actuellement 219 000 / 70 000 $ et 2 250 soutiens. Fin le jeudi 15 mars à 17h59).

 

 

city-of-gears-box-art

La passage à une version « en dur » de City of Gears par Grey Fox Games, jeu à l’origine uniquement disponible en Print And Play, est une franche réussite. Il faut dire que l’esthétique du jeu et son matériel ont de quoi titiller tous les fans de Cyberpunk (et ils sont nombreux). La dynamique de la campagne a subi une baisse continue la semaine passée. Espérons que le rappel des 48 heures fasse malgré tout son œuvre de boost. En tout état de cause, elle devrait terminer financée à au moins 20 fois, même si les 2 500 soutiens ne sont pas atteints (actuellement 153 300 / 8 000 $ et 2 200 soutiens. Fin le jeudi 15 mars à 23h00).

 

 

 

aeon's-end-legacy-box-art

 Aeon’s End : Legacy par Indie Boards & Cards aura passé une dernière semaine assez moyenne, mais tout de même meilleure que la précédente. Espérons que ce soit le signe d’un rappel des 48 heures profitable. La campagne devrait se voir financée à plus de 8 fois, même si les 5 000 soutiens ne seront certainement pas atteints (actuellement 466 000 / 60 000 € et 4 000 soutiens. Fin le vendredi 16 mars à 06h00).

 

 

 

 

 

separateur-1

À venir cette semaine

 

Lundi 12 mars

dragon-keepers-box-artDragon Keepers par Knight Works

Un Vital Lacerda léger (c’est apparemment possible) où il faudra élever et protéger des dragons.

 

 

 

 

 

pacific-rim-extinction-banniere-ks

Pacific Rim : Extinction par River Horse

Jeu d’affrontement à un contre un, un joueur incarnant les Kaiju avec objectif secret à réaliser, l’autre jouant les Jaeger avec pour rôle d’arrêter les Kaiju. Figurines de 75mm prépeintes annoncées. Par l’éditeur des peu excitants Highlander et Terminator Genesys…

 

 

warfighter-the-WWII-tactical-combat-car-gameWarfighter : The WWII Tactical Combat Card Game – Wave 2 par Dan Verssen Games

Dan Verssen nous entraîne cette fois dans les batailles du Pacifique.

 

 

 

 

 

Mardi 13 mars

architects-of-the-west-kingdom-box-art

fr Architects of the West Kingdom par Garphill Games

L’an 840, des architectes construisent bâtiments et Basilique. Pose d’ouvriers avec choix moraux « bien/mal » à faire qui seront jugés en fin de partie. Illustré par The Mico, mais est-il nécessaire de le préciser ? Pour en savoir plus, l’auteur le présentait à Essen

 

 

 

Mercredi 14 mars

NEWS-monumental-Ludovox-Jeu-de-societefr Monumental par FunForge

Un jeu de civilisation sur plateau avec figurines à base de deckbuilding, annoncé comme facile à apprendre, toute la richesse du gameplay venant de la multitude de combos de cartes possibles. Vous aurez un aperçu plus précis en allant voir l’excellent article de Shanouillette ici.

Par un éditeur qui va devoir se démener pour se défaire des casseroles trainées depuis Tokaido. Le jeu est disponible en version française intégrale.

 

 

Vendredi 16 mars

pelegrinus-box-art

fr Pelegrinus par Asyncron

Une campagne pour le financement de figurines en plastique pour remplacer certains éléments en carton du jeu. Aucune information si la boîte de base sera disponible à cette occasion, mais on peut supposer que oui.

 

 

 

 

separateur-1

Les pledges groupés en cours !

Rappel des pledges groupés en cours sur le forum de Cwowd

 

 

cat'astrophes-boite  Cat’astrophe par Borderline Editions

Ce PG est porté par Serendipity, que nous remercions chaleureusement au passage. Le gain est très intéressant et pourrait même l’être encore plus si le nombre de 12 boîtes est atteint.

Tarifs du PG : Le tarif est de 15 € FdPIn (au lieu de 24 €) et peut même descendre à 13 € si le nombre de participants monte à 12 et plus. Rajoutez environ 7 € pour un envoi via Mondial Relay si vous ne pouvez pas aller chercher votre bien chez le porteur.

  • Le lien vers le GDoc sur lequel s’inscrire.
  • Le lien vers la page du forum de Cwowd.

 

 

dice-settlers-box-art Dice Settlers par NSKN

Kakitaben nous a une nouvelle fois obtenu des conditions exceptionnelles, tant pour la version de base que pour la Deluxe.

Tarifs du PG : Le tarif est de 33 $ (environ 29 €) au lieu de 61 $ pour la version de base et de 52 $ (environ 45 €) au lieu de 86 $ pour la version Deluxe. Consultez attentivement les explications que Kakitaben donne sur les conditions de ce pledge groupé.

  • Le lien vers le GDoc sur lequel s’inscrire.
  • Le lien vers la page du forum de Cwowd.

 

 

robin-hood-and-the-merry-men-box-art

Robin Hood And the Merry Men par Final Frontier Games 

Davy, grâce à ses bonnes relations avec FFG, nous propose un pledge groupé aux conditions exceptionnelles, comme il sait si bien les faire. Grâce lui soit rendue ! À noter que la version française, même si elle est très probable, n’est pas encore officiellement annoncée.

Tarifs du PG : Ce tarif concerne la version Deluxe et à ce prix, à quoi bon celle de base ? Il est donc de 54 $ FdPIn (mais hors frais bancaires) au lieu de 76 $ en solo. Ce sera peut-être encore un chouïa moins dans le futur en fonction du nombre de boîte atteint. Avec le taux de change qui nous est toujours aussi favorable, c’est une affaire !

Des hubs régionaux vont être mis en place, ce qui devrait éviter des frais Mondial Relay à beaucoup de participants. Les détails seront donnés ici la semaine prochaine.

  • Le lien vers le GDoc sur lequel s’inscrire.
  • Le lien vers la page du forum de Cwowd.

On les attend de pied ferme

separateur-1

On les attend de pied ferme

 

  • Claustrophobia par Monolith : Annoncé pour cet été, le retour de ce jeu 1 Vs 1 asymétrique difficilement trouvable aujourd’hui. Si le mode de jeu ne change pas, les règles auront subies un léger lifting. La différence majeure avec la version actuelle sera que chaque personnage ou créature présent dans chacun des scénarios sera matérialisé par une figurine, mais non peinte cette fois.
  • Arydia: The Paths We Dare Tread le futur projet KS de l’auteur de Xia qui semble avoir travaillé à une sorte de Gloomhaven-like, on en parlait un peu par là. La fiche est ici

 

separateur-1

Légende des symboles utilisés

coeur rouge : Désigne les campagnes conseillées par Shanouillette.

coeur bleu : Désigne les campagnes conseillées par Gougou69.

fr : Désigne les campagnes dont tout ou partie des éléments sont en français.

€ : Désigne les campagnes particulièrement intéressantes sur le plan financier.

Attention 2 : Désigne les campagnes que nous déconseillons fortement.

Le lexique du participatif

  • Add-on : (Nom m.) Ajouts optionnels et néanmoins payants proposés au cours de la campagne. Cela peut-être des packs de figurines, des extensions, des dés plus jolis, mais aussi des objets beaucoup plus dispensables tels que des t-Shirts ou des mugs, voire des pin’s (si si !). Dans tous les cas, les sommes collectées par ce biais participent à l’augmentation de la cagnotte et à atteindre les paliers des stretch goals.
  • Backer [bakeur] : (nom m.) Aussi utilisé, « pledger ». Personne qui avance de l’argent pour la réalisation d’un projet dont la campagne est en cours.
  • Box Upgrade : Modifications apportées tout au long de la campagne (souvent dans le cadre des stretch goals) qui permettent d’améliorer la qualité du matériel du jeu (cartes plus épaisses, carton de la boîte plus fort, dés spéciaux, etc…).
  • CAD$ : Dollars Canadiens (cours bien inférieur au Dollar US)
  • Campagne : Période au cours de laquelle le projet est proposé au souscripteurs. Généralement de 2 à 4 semaines, mais cela peut être moins ou beaucoup plus. Cette durée n’est pas anodine et ne doit pas être choisie au hasard par le porteur du projet. En effet, de celle-ci dépend la forme et la dynamique de la campagne.
  • CMoN : Initiales de l’éditeur “Cool Mini or Not”. Afin de briller en société et avoir l’air du mec (ou de la meuf) qui s’y connait, on le prononcera “Simone” (oui, comme la tata du même nom) et on proscrira les “kmone” ou, pire, les “komone”.
  • DPG : Initiales de l’éditeur “Devil Pig Games”.
  • Early Birds [eurli beurdz] : (Nom m.) Rien à voir avec des oiseaux qui arriveraient en avance. Il s’agit d’un nom poétique donné au pledge à prix réduit (généralement quelques dollars) ou avec un bonus proposé parfois aux tous premiers souscripteurs d’une campagne.
  • FdPI : Initiales de « Frais de Port Inclus »
  • KS : Contraction de KickStarter, la plus grosse plate-forme de financement du monde connu.
  • KS Exclu : Acronyme regroupant tout ce qui est proposé lors d’une campagne et qui lui est exclusif. Par exemple, un add-on ou un stretch goal « KS Exclu » ne se retrouvera jamais dans le commerce et ne pourra plus être acquis en dehors de la campagne. Mais certains porteurs de projets ont des notions bien personnelles de la signification du terme « exclusif ».
  • Mougeon : (Nom m.) Race animale grégaire endémique sur Kickstarter, mi-mouton mi-pigeon. Les spécimens qui la compose ont pour particularité d’avoir, au cours de certaines périodes de l’année qui correspondent peu ou prou à la durée des campagnes de financement les plus en vue, une capacité de discernement inversement proportionnelle à la taille de leur compte en banque.
  • Pledge [plèdj] : (Nom m.) Niveau de soutien proposé lors d’une campagne. Par extension, somme d’argent versée pour y accéder.
  • Pledge groupé (ou PG) : (Nom m.) Regroupement des participations de plusieurs soutiens géré par une personne, généralement pour diminuer (parfois drastiquement) les frais de port et après négociation avec le porteur du projet.
  • Pledger : [plédjé] (Verbe) Action de sélectionner un niveau de soutien et d’autoriser le débit de son compte de la somme correspondant en cas de réussite de la campagne.
  • Pledger : [plédjeur] (Nom m.) Voir « Backer ».
  • PnP : Initiales de « Print and Play ». Il s’agit d’un fichier (généralement PDF) gratuit ou payant, permettant d’imprimer les composants du jeu qui s’y prêtent et ainsi de le tester avant la fin de la campagne.
  • Reboot [rebout] : Deuxième (voire plus) lancement d’une campagne qui a précédemment échoué à être financée. En général, le porteur du projet essaie à ce moment là de corriger les erreurs qui ont mené à l’échec, mais pas toujours…
  • Reminder [wemeyndeur] : Option qui vous averti par mail de l’entrée d’une campagne dans ses dernières 48 heures et vous permet ainsi de juger de la pertinence d’y participer. Utile lorsque l’on est pas certain d’être intéressé en l’état en début de campagne.
  • Reprint : Nouveau tirage d’un jeu qui fait parfois l’objet d’une campagne participative.
  • ROW : Acronyme de “Rest Of the World”. Indique l’ensemble des zones géographiques concernées par des frais de port qui n’ont pas été déjà détaillées.
  • SG : Contraction de « Stretch Goals » (voir explication de ce terme).
  • Stretch Goals [strètch golz] : Paliers de financement qui, lorsqu’ils sont atteints, débloquent un ou plusieurs éléments supplémentaires venant généralement enrichir le jeu. Lorsque ces stretch goals sont spécifiques à la campagne et lui resteront exclusifs, on emploie l’expression acronyme de « SG KS Exclus ».
  • UE Friendly : Définit un projet dont le porteur s’est assuré que les colis de son jeu arriveront dans notre boîte aux lettres sans surcoût lié au passage en douane.

separateur-1

30 Commentaires

  1. Photo du profil de Lionel2212
    Lionel2212 12/03/2018
    Répondre

    si dice settlers avait été en français j’aurai pledgé…

     

    • Photo du profil de Gougou69
      Gougou69 12/03/2018
      Répondre

      Le jeu me botte vraiment et je l’ai pledgé. Il est vrai qu’une VF eut été la cerise sur le gâteau. Mais j’ai potassé les règles en anglais, j’ai compris le principal et celles-ci n’étant pas très grosses, je vais bien trouver une bonne âme pour me faire une fan-trad, si elle n’est pas disponible sur BGG quand le jeu arrivera. Et comme il n’y a pas de texte sur le matériel…

  2. Serendipity 12/03/2018
    Répondre

    Pour cat’astrophes, même explication que pour Mysthea: les souscriptions se sont effondrées après la fin du early bird (vendredi 9 vers 22-23h)

    • Photo du profil de Gougou69
      Gougou69 12/03/2018
      Répondre

      Effectivement, j’avais complètement zappé qu’ils avaient mis des EB. Merci de le rappeler.

  3. Photo du profil de fouilloux
    fouilloux 12/03/2018
    Répondre

    Pas un mot sur monumental de FF?

    • Photo du profil de Gougou69
      Gougou69 12/03/2018
      Répondre

      C’est totalement involontaire. J’ai oublié que Fun Forge osait revenir sur KS. Faut dire à ma décharge que ce n’est pas grâce au teasing de pré-campagne que j’aurais pu m’en souvenir. Merci à toi donc, surtout que ça va être intéressant à suivre. Surtout dans les commentaires de la campagne.

      • Photo du profil de fouilloux
        fouilloux 13/03/2018
        Répondre

        De rien. j’avoue que je ne sais pas trop ce qu’il s’est passé avant (on parle de Tokkaïdo il me semble?). C’est vrai que le jeu se fait discret, pas pu l’essayer à Cannes alors qu’il me fait bien de l’oeil.

  4. Christophe 12/03/2018
    Répondre

    « On aurait dit de jeunes vierges à qui on annonçait leur premier rendez-vous galant. » est-ce que c’était bien nécessaire comme analogie ? :-/

    • Photo du profil de Gougou69
      Gougou69 12/03/2018
      Répondre

      Bahhhh… Oui, si on veut bien considérer que j’essaie de mettre un peu d’humour dans mes textes. Je veux bien admettre que le sens de l’humour est différent selon les sensibilités de chacun, que mes petits traits d’humour sont parfois peu subtils, mais là j’ai quand même du mal à voir ce qui est choquant. De toutes façons, la preuve ultime et indéniable que cette petite phrase n’a rien de « méchant », c’est qu’elle a passé haut la main le filtre (pourtant pas très lâche, et c’est un doux euphémisme, je peux l’assurer) de la censure Shanouillesque 😉

      • Photo du profil de Shanouillette
        Shanouillette 13/03/2018
        Répondre

        Je confirme ^^

      • Christophe 14/03/2018
        Répondre

        Pas envie de partir dans de longues discussions, c’est pas choquant, c’est plus une question d' »atmosphère », d' »accueil ». C’est un peu dommage si qqu’un lit l’article, se dit « c’est quoi ce site avec des blagues lourdingues ? » et part avec un a priori négatif. L’autre truc, c’est que ça rajoute une sexualisation des femmes pas bien utile dans un domaine où y a déjà des problèmes/plaintes autour de ça. Pourquoi pas « jeunes vierges » et pas « jeunes puceaux », ce qui collerait déjà plus au sexe de la majorité des visiteurs de cwowd/de ludovox? 🙂

        • Photo du profil de Gougou69
          Gougou69 14/03/2018
          Répondre

          Alors, peut-être que je pinaille, mais sauf erreur de ma part « jeunes vierges » n’est pas sexué et désigne aussi bien de jeunes hommes que de jeunes femmes. Donc, considérer que cette expression s’applique uniquement au sexe féminin n’est-il pas le reflet de schémas sexistes toujours aussi prégnants dans l’esprit des gens (surtout des hommes, mais pas que), malgré les luttes incessantes pour l’égalité des sexes ? N’est-ce pas faire inconsciemment perdurer cette image sexiste, trop longtemps véhiculée par des esprits mâles dominateurs ? Et, au contraire, employer cette expression sans préciser à quel sexe elle s’applique, n’est-ce pas justement considérer qu’il n’y a pas à effectuer de différence de traitement entre les hommes et les femmes ?

          Vous avez 4 heures, déposez les copies sur mon bureau en sortant.

          Ha, et j’oubliais le plus important : 😉 😉

          • Christophe 15/03/2018

            ça devient très hors sujet, mais le larousse et wiktionary disent que le nom « vierge » ne s’applique qu’aux femmes. L’adjectif est effectivement mixte. Mais c’était une bonne remarque vu que j’ai dû aller vérifier 😉

  5. Mike 12/03/2018
    Répondre

    Pas un mot sur Monumental, pourquoi ?

  6. Karlrozen 12/03/2018
    Répondre

    Funforge a un passif sur Kickstarter. A voir si cela émaille la confiance des potentiels backers

    • Photo du profil de Gougou69
      Gougou69 12/03/2018
      Répondre

      J’ai déjà répondu à la même question plus haut.

  7. nono 12/03/2018
    Répondre

    Je suis souvent circonspect quant aux jugements définitifs -parfois non motivés- sur la production graphique d’un jeu … surtout si ils prennent une place très conséquente dans la présentation.

    Ça ne m’empêche pas d’apprécier la générosité et la régularité de la rubrique 😉

    • Photo du profil de Gougou69
      Gougou69 12/03/2018
      Répondre

      Je ne sais pas de quelle partie de la rubrique tu parles, et surtout en quoi ce qui serait des jugements ne seraient pas motivés ? Vraie question hein, j’aimerais beaucoup savoir ce qui te fais faire cette remarque.

  8. steph 13/03/2018
    Répondre

    Une des raisons du ratage d’Immortal 8 ne serait il pas tout simplement que le nombre de joueurs commence à 3 ?

    • Photo du profil de Gougou69
      Gougou69 13/03/2018
      Répondre

      C’est sûr que ça n’aide pas, même si je ne pense pas que ce soit la raison principale de la désaffection des backers.

  9. Photo du profil de Fritz the Cat
    Fritz the Cat 13/03/2018
    Répondre

    Soyons honnête, pour Cat’astrophes, il n’y a aucune surprise à voir l’engouement baisser. Certes, le graphisme est au top, mais les règles…. Je me donne des bonus, je te donne des malus (tous tirés au hasard), le premier à 20 malus à perdu, pas d’effet de cartes à part le sens du jeu et les punitions (qui ne change pas grand chose au gameplay), bref, du vide ludique au premier abord.

    • Photo du profil de Gougou69
      Gougou69 13/03/2018
      Répondre

      C’est un petit jeu familial, limite party game. Pour cette « clientèle » il fait largement l’affaire, et je trouve même qu’il est bien plus amusant que certains « jeux » qu’on peut trouver en boutique. Mais je suis en revanche persuadé que sans les chats, le résultat au lancement aurait été tout autre, EB ou pas.

  10. Photo du profil de MrHeureux
    MrHeureux 13/03/2018
    Répondre

    Hello, merci pour avoir dégoté et recommandé Palm island, je sais pas encore si je vais pledger mais il a un système super ingénieux !  Excellent petit jeu portable. Sinon une autre campagne qui a démarré hier et qui fait un petit carton: le reprint de Dinosaur Island + extension + version 2j https://www.kickstarter.com/projects/pandasaurus/dinosaur-island-back-from-extinction/description

  11. yoyo37230 13/03/2018
    Répondre

    Bonjour,

    Rien sur dead throne qui sort vraiment du lot cette semaine? Un jeu d aventure heroic fantasy très riche en mode bac à sable avec une boîte super bien pensé et bien rempli…ça mérite le détour…!

    • Photo du profil de Gougou69
      Gougou69 13/03/2018
      Répondre

      Là par contre, son absence est totalement volontaire. J’ai regardé, ça ne m’a pas emballé, et comme je ne peux pas parler de tout, c’est passé à la trappe. Bien sûr, comme cela arrive régulièrement, si la campagne venait à prendre une ampleur telle qu’on ne pourrait pas passer à côté, je m’empresserai d’en parler.

  12. Worldwide Games 13/03/2018
    Répondre

    A propos de Worldwide Football : « le double du financement ne sera certainement pas atteint. »

    Nous sommes à 5 heures de la fin de campagne et le compteur affiche 209%. Ne jamais sous-estimer la capacité des gens à procrastiner 😀

    • Photo du profil de Gougou69
      Gougou69 13/03/2018
      Répondre

      Haaaa, Ulule et ses fins de campagne ! Franchement, même en tenant compte du boost de la dernière semaine, je ne voyais pas ta campagne faire le double. Mais tu me vois heureux de m’être trompé, ça veut dire que ton jeu intéressait du monde qui n’attendait que le dernier moment pour plonger. Il va peut-être te falloir songer à une version en anglais et à une campagne KS, ton jeu à du potentiel sur cette plateforme.

      • Worldwide Games 13/03/2018
        Répondre

        Très honnêtement, la campagne Ulule était pour moi un moyen de me faire la main et de prendre la température avant un éventuel KS en anglais. Je suis le premier surpris de ce qui arrive depuis ce midi !

        • Photo du profil de Gougou69
          Gougou69 14/03/2018
          Répondre

          Bon, et bien maintenant, tu sais. Mais attention, les codes sur KS diffèrent quelque peu de ceux sur Ulule.

  13. Photo du profil de MrHeureux
    MrHeureux 14/03/2018
    Répondre

    Hello, beaucoup de projets à suivre mais une petite opinion sur le reprint +extension de Dinosaur Island sorti ce mardi ? Par ailleurs je suis dubitatif sur le fait de faire une campagne sans aucun stretch goal pour Architects.. A voir ce que ça va donner mais pas très passionnant.

Laisser un commentaire