Participatif, la sélection naturelle du 19 septembre

 

 

separateur-1

N° 75

 

 Salutations ludico-participatives !

► Votre chronique est une nouvelle fois en retard, mais elle a failli ne pas être du tout car j’ai été bien débordé la semaine passée. Toutes mes confuses ! 

La semaine passée, justement, a vu se terminer la campagne de Starcadia Quest par CMON sur un résultat pour le moins décevant. Le million de dollars n’a pas été atteint (936 000 $) et ce sont « à peine » 6 500 soutiens qui ont participé. Certes, ces chiffres feraient rêver n’importe quel porteur de projet normalement constitué, mais pour un jeu issu d’une licence aussi porteuse que celle d’Arcadia Quest, c’est un peu décevant. Après la campagne moyenne de Zombicide dans l’espace, je pense qu’on est pas près de revoir de la SF chez CMON !

 

Je vous souhaite une bonne lecture, vous dis « À la semaine prochaine ! ».

 

 

separateur-1

Évolution des campagnes en cours

 

Pax-pamir-box-art

Pax Pamir par Wehrlegig Games est, à 3 jours de la fin, financé quasiment à 19 fois. Le financement à 20 fois est jouable si le rythme de la grosse soixantaine de soutiens quotidiens se voit renforcé au cours du rappel des 48 heures. En tout état de cause, le résultat de ce jeu plutôt core gamers et au look pas particulièrement sexy nous prouve une nouvelle fois s’il en était besoin que tout est possible sur Kickstarter. Cela dit précisons que la saga Pax a fort belle réputation auprès des joueurs. (actuellement 187 500/10 000 $ et 2 400 soutiens. Fin le 21 septembre).

baa'beel-box-artBaa’Beel : Welcome to the Neighbourhood par Meridiano 6 vient de passer une très mauvaise semaine, au cours de laquelle elle n’a quasiment fait que perdre des soutiens. On n’en est pas encore là, mais la machine pourrait s’emballer et la campagne repasser sous la barre du financement au cours de la dernière semaine qui reste à tenir (actuellement 8 900/6 000 € et 290 soutiens. Fin le 26 septembre).

microbrew-box-artfr MicroBrew par One Free Elephant n’arrivera pas à égaler la série des Mint mais la campagne est tout de même financée à 5 fois et elle devrait terminer à plus de 2 000 soutiens. A noter qu’une traduction française fan-made, mais supportée officiellement par l’éditeur et mise en page par lui, sera disponible plus tard en PDF (actuellement 40 9200/8 000 £ et 1 750 soutiens. Fin le 2 octobre).

dale-of-merchants-collection-box-art► Toute petite semaine pour Dale of Merchants Collection par Snowdale Design, qui tourne désormais sous la vingtaine de soutiens quotidiens. L’essentiel du nombre de soutiens a été rassemblé au cours de la première semaine et même surtout les deux premiers jours, preuve que le jeu a du mal à trouver un nouveau public (actuellement 74 000/40 000 € et 1 290 soutiens. Fin le 4 octobre).

Horizon Zero Dawn jeuHorizon Zero Dawn : The Board Game par Steamforged Games a vu le nombre de soutiens baisser tout au long de la semaine passée et également de celle-ci, au point d’en être arrivé en négatif depuis quelques jours. Malgré tout, il n’y a pas trop de craintes à avoir, avec plus de 7 700 soutiens au compteur le risque de voir la campagne s’écrouler est plus que mince (actuellement 852 200/155 000 £ et 7 720 soutiens. Fin le 28 septembre). À relire : news

 

 

separateur-1

Les projets qui ont le plus attiré mon attention (en bien comme en mal)

 

everdell-pearlbrook-box-artEverdell est un jeu édité par Game Salute qui a été très bien financé sur Kickstarter en tout début d’année avec près de 6 800 soutiens. Bénéficiant des très bon retours depuis sa livraison (lire le Just played de Shan), son reprint était attendu de pied ferme. Tout reprint présenté sur Kickstarter devant s’accompagner d’une nouveauté, voici donc Everdell : Pearlbrook par Starling Games. Oui, c’est un autre éditeur qui porte cette campagne, mais il semble bien que Game Salute ne soit pas loin derrière puisque le premier est une émanation du second.

Pearlbrook est une extension qui ajoute une rivière au plateau du jeu de base, et qui va permettre d’aller visiter la société qui vit sous l’eau. Le matériel est bien entendu à l’image de celui de la première édition, c’est à dire joliment coloré et avec de chouettes meeples. Viennent donc des minions meeples de grenouilles et de loutres et une quarantaine de nouvelles cartes superbement illustrées. Malheureusement pour moi, comme pour le jeu de base les cartes sont tartinées de texte en pas-français. Mais les bons jeux attirent forcément les convoitises et on s’autorise dans les milieux autorisés à susurrer qu’un éditeur français aurait signé la localisation du jeu.

Le départ de la campagne a été à la hauteur des attentes. Plus de 3 000 soutiens le premier jour, et même si la baisse a été forte le deuxième jour, la dynamique s’est stabilisée autour d’une moyenne fort respectable d’environ 170 soutiens par jour (actuellement 386 000/30 000 $ et 5 400 soutiens. Fin le 28 septembre).

 

tiny-epic-mechs-box-artfr Le succès de la série des Tiny Epic ne s’est jamais démenti depuis son premier opus Kingdoms en 2014, et cela ne va certainement pas commencer avec cette version « Warhammer 40 000 inspired » proposée actuellement sur Kickstarter, Tiny Epic Mechs par Gamelyn Games. Bien entendu les ITEMeeples sont toujours de la partie et vont pouvoir s’harnacher dans des armures de combat pour aller mettre sur la courge des autres meeples tout aussi surarmés d’en face. Ha oui, parce que nous sommes là sur un jeu d’affrontement en arène avec programmation des actions. Pour en savoir plus, la preview qui va bien. 

Le jeu est toujours proposé dans une petite boîte, le matériel est toujours aussi sympa avec des cartes joliment illustrées et pléthore de petites armes en plastique à mettre dans les mains de vos meeples, eux aussi en plastique, mais également moult marqueurs, en passés en bois par la grâce des stretch goals. Stretch goals qui ont permis également à une version solo d’être présente. Une version soi-disant « Deluxe » est proposée, avec quelques cartes et une mini (mais vraiment mini) extension en plus de la boîte de base. Et bien entendu, le jeu est intégralement en anglais, mais nos amis de Pixie sont encore une fois sur les rangs pour une localisation, localisation qui devrait être moins chère en boutique que lors de cette campagne. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire.

Comme je l’ai dit plus haut, la campagne est d’ores et déjà un succès, voire même un gros carton. Près de 7 500 soutiens le premier jour et une moyenne journalière tournant désormais autour de 700 soutiens, et ce sont les 10 000 contributeurs qui sont déjà atteints par la fièvre des Mechs (actuellement 373 200/15 000 $ et 10 400 soutiens. Fin le 09 octobre).

 

highway-to-hell-boitefr The Red Joker complète sa série de jeux à deux en nous proposant Highway to Hell, comme ça, de but en blanc, à la va-comme-je-te-pousse et sans communication préalable. C’est vrai que ce serait dommage de perdre son temps à annoncer à l’avance le lancement d’une campagne, chacun sait que c’est aussi inutile que superflu. Enfin bref, en tout cas elle est bien là cette campagne.

Alors, qu’est-ce donc que ce jeu au titre qui fleure bon l’AC/DC de ma jeunesse perdue ? Déjà, pour vous mettre dans l’ambiance, pensez Mad-Max, premier du nom. Chaque joueur incarne un patrouilleur évoluant dans un monde post-apo et qui doit en éviter les embûches au cours de trois étapes rythmant le jeu. Le but ? Devenir le Big Chief du coin en gagnant des points de réputation.
Le titre est de Pascal Bernard, qui est un peu l’auteur fétiche de l’éditeur TRJ. Et c’est plutôt une bonne nouvelle vu que ses jeux ont des retours assez positifs. Le matériel est essentiellement composé de cartes et la direction artistique est très agréable à l’œil. L’espace d’un moment d’égarement, j’allais vous écrire que les jolies illustrations sont à tendance BD, mais je ne le ferai pas parce que je vais me faire taper sur les doigts par la patronne (paraît que c’est pas assez précis vu qu’il y a plein de styles différents de BD ou un truc du genre. Bref, elle veut pas. Verboten). Donc il y a des illustrations sur les cartes, mais je ne sais pas comment vous les décrire. [Ndlr : un petit côté Walking Dead dans l’ambiance, ou du Outlive version Zombicide. Mais c’est pas de la BD. ^^]

 

33bd94f2d14d4931987c6206743112546a2835c3286fc84bceb57e169942

 

Au vu de l’absence de communication de pré-campagne, on se doute bien que le lancement de cette dernière n’a pas grand chose à voir avec les courses poursuites du film dont le jeu s’inspire. Mais cela n’est pas si catastrophique qu’on aurait pu le craindre puisqu’après 48 heures le jeu est financé quasiment aux deux tiers. Avec 130 soutiens, on reste néanmoins dans le domaine du très modeste, mais le jeu devrait être financé sans problème au final (actuellement 4 500/6 000 € et 150 soutiens. Fin le 10 octobre).

 

 

separateur-1

D’autres projets qui méritent le coup d’œil

 

into-the-black-forest-box-artInto The Black Forest par Green Couch Games est un jeu d’affrontement à base de cartes pour 2 à 4 joueurs qui combine de la gestion de main avec de la planification. Les illustrations d’animaux sont justes magnifiques et prennent bien toute la place sur les cartes. Si vous aimez les (beaux) jeux de cartes dont les mécaniques vont au-delà de celle du pli, jetez-y un œil (actuellement 8 500/8 000 $ et 332 soutiens. Fin le 01 octobre).

the-artemis-project-box-artThe Artemis Project par Grand Gamers Guild propose aux joueurs de développer une colonie à la surface d’Europa, une des lunes de Jupiter. Vous serez en compétition avec les autres nations (joueurs) mais aussi la lune elle-même, au travers de mécaniques de placement de dés, de gestion de ressources et de construction de moteur de jeu. Je ne sais pas si le jeu (en anglais) est bon, mais la direction artistique est plutôt moyenne à mon goût. Ce n’est pas laid, mais il y a franchement moyen de faire mieux (actuellement 48 000/25 000 $ et 850 soutiens. Fin le 06 octobre).

z-war-one-exodus-box-artNouvel opus de la série Z War One (totalement inconnue au bataillon en ce qui me concerne), Z War One : Exodus par Dice Sport est un jeu de plateau « survival horror » avec, comme son titre le laisse supposer, des zombies dedans. Le gameplay est beaucoup moins basique qu’un Zombicide et la gestion des ressources nécessaires à la survie des héros a bien l’air d’être génératrice du bon stress comme on l’aime (actuellement 90 600/15 000 £ et 950 soutiens. Fin le 03 octobre).

the-North-Sea-Epilogues-box-artVous êtes fans de la trilogie des Machins of the North Sea du brave Shem Philips ? Vous pensiez avoir déjà la totale ? Naïf que vous êtes ! Aviez-vous seulement pensé au jeu de rôle ? Hmmmmm ? Non ? Et bien d’autres y ont pensé pour vous et voici donc The North Sea Epilogues. Il s’agit donc d’un jeu de rôle basé sur la trilogie sus-citée, mais pas que (sinon je n’en aurais même pas parlé ici). Vient avec ce jeu de rôle le bien plus intéressant (à mon goût) tapis de jeu pour la trilogie. En effet, l’espace de jeu sur le tapis a été optimisé pour pouvoir jouer à l’aise à n’importe quelle itération de cette trilogie et sa finition semble bien excellente. Et à moins de 30 € FdPIn, c’est juste cadeau (actuellement 71 400/36 000 NZ$ et 1 200 soutiens. Fin le 09 octobre).

 

 

 

separateur-1

Ils débarquent cette semaine


lockup-a-roll-player-tale-box-arthero-master-an-epic-game-of-epic-fail-box-artLockup : A Roll Player Tale par Thunderworks Games est un jeu de pose d’ouvriers dans l’univers de Roll Player (article à lire sur ce jeu par ici). Chaque joueur est le boss d’un groupe de créatures capturées par le Roi qui va chercher à avoir le plus d’influence sur la prison dans laquelle ils sont tous enfermés. Début de la campagne le 18 septembre.

Hero Master : An Epic Game of Epic Fails par The Noble Artist est un jeu de cartes parodique qui se moque ouvertement des dungeon crawlers. Vous allez devoir gérer une sorte d’anti-héros qui part explorer de sombres sous-terrains. L’auteur étant illustrateur de métier, il n’a pas eu à aller chercher bien loin pour les illustrations. Début de la campagne le 18 septembre.

world-of-mythology-king-of-the-hillthe-phoenix-syndicate-box-artWorld of Mythology : King of the Hill par Jumperound est un jeu d’affrontement avec figurines basé sur l’univers d’un jeu de cartes financé précédemment sur Kickstarter mais passé totalement inaperçu. Début de la campagne le 18 septembre.

Dans The Phoenix Syndicate par Asmadi Games, des syndicats commerciaux intergalactiques s’affrontent pour être le plus riche. Début de la campagne le 20 septembre.

 

 

 

separateur-1

Légende des symboles utilisés

coeur rouge : Désigne les campagnes conseillées par Shanouillette.

coeur bleu : Désigne les campagnes conseillées par Gougou69.

fr : Désigne les campagnes dont tout ou partie des éléments sont en français.

€ : Désigne les campagnes particulièrement intéressantes sur le plan financier.

Attention 2 : Désigne les campagnes que nous déconseillons fortement.

Le lexique du participatif

  • Add-on : (Nom m.) Ajouts optionnels et néanmoins payants proposés au cours de la campagne. Cela peut-être des packs de figurines, des extensions, des dés plus jolis, mais aussi des objets beaucoup plus dispensables tels que des t-Shirts ou des mugs, voire des pin’s (si si !). Dans tous les cas, les sommes collectées par ce biais participent à l’augmentation de la cagnotte et à atteindre les paliers des stretch goals.
  • Backer [bakeur] : (nom m.) Aussi utilisé, « pledger ». Personne qui avance de l’argent pour la réalisation d’un projet dont la campagne est en cours.
  • Box Upgrade : Modifications apportées tout au long de la campagne (souvent dans le cadre des stretch goals) qui permettent d’améliorer la qualité du matériel du jeu (cartes plus épaisses, carton de la boîte plus fort, dés spéciaux, etc…).
  • CAD$ : Dollars Canadiens (cours bien inférieur au Dollar US)
  • Campagne : Période au cours de laquelle le projet est proposé au souscripteurs. Généralement de 2 à 4 semaines, mais cela peut être moins ou beaucoup plus. Cette durée n’est pas anodine et ne doit pas être choisie au hasard par le porteur du projet. En effet, de celle-ci dépend la forme et la dynamique de la campagne.
  • CMoN : Initiales de l’éditeur “Cool Mini or Not”. Afin de briller en société et avoir l’air du mec (ou de la meuf) qui s’y connait, on le prononcera “Simone” (oui, comme la tata du même nom) et on proscrira les “kmone” ou, pire, les “komone”.
  • DPG : Initiales de l’éditeur “Devil Pig Games”.
  • Early Birds [eurli beurdz] : (Nom m.) Rien à voir avec des oiseaux qui arriveraient en avance. Il s’agit d’un nom poétique donné au pledge à prix réduit (généralement quelques dollars) ou avec un bonus proposé parfois aux tous premiers souscripteurs d’une campagne.
  • FdPI : Initiales de « Frais de Port Inclus »
  • KS : Contraction de KickStarter, la plus grosse plate-forme de financement du monde connu.
  • KS Exclu : Acronyme regroupant tout ce qui est proposé lors d’une campagne et qui lui est exclusif. Par exemple, un add-on ou un stretch goal « KS Exclu » ne se retrouvera jamais dans le commerce et ne pourra plus être acquis en dehors de la campagne. Mais certains porteurs de projets ont des notions bien personnelles de la signification du terme « exclusif ».
  • Mougeon : (Nom m.) Race animale grégaire endémique sur Kickstarter, mi-mouton mi-pigeon. Les spécimens qui la compose ont pour particularité d’avoir, au cours de certaines périodes de l’année qui correspondent peu ou prou à la durée des campagnes de financement les plus en vue, une capacité de discernement inversement proportionnelle à la taille de leur compte en banque.
  • Pledge [plèdj] : (Nom m.) Niveau de soutien proposé lors d’une campagne. Par extension, somme d’argent versée pour y accéder.
  • Pledge groupé (ou PG) : (Nom m.) Regroupement des participations de plusieurs soutiens géré par une personne, généralement pour diminuer (parfois drastiquement) les frais de port et après négociation avec le porteur du projet.
  • Pledger : [plédjé] (Verbe) Action de sélectionner un niveau de soutien et d’autoriser le débit de son compte de la somme correspondant en cas de réussite de la campagne.
  • Pledger : [plédjeur] (Nom m.) Voir « Backer ».
  • PnP : Initiales de « Print and Play ». Il s’agit d’un fichier (généralement PDF) gratuit ou payant, permettant d’imprimer les composants du jeu qui s’y prêtent et ainsi de le tester avant la fin de la campagne.
  • Reboot [rebout] : Deuxième (voire plus) lancement d’une campagne qui a précédemment échoué à être financée. En général, le porteur du projet essaie à ce moment là de corriger les erreurs qui ont mené à l’échec, mais pas toujours…
  • Reminder [wemeyndeur] : Option qui vous averti par mail de l’entrée d’une campagne dans ses dernières 48 heures et vous permet ainsi de juger de la pertinence d’y participer. Utile lorsque l’on est pas certain d’être intéressé en l’état en début de campagne.
  • Reprint : Nouveau tirage d’un jeu qui fait parfois l’objet d’une campagne participative.
  • ROW : Acronyme de “Rest Of the World”. Indique l’ensemble des zones géographiques concernées par des frais de port qui n’ont pas été déjà détaillées.
  • SG : Contraction de « Stretch Goals » (voir explication de ce terme).
  • Stretch Goals [strètch golz] : Paliers de financement qui, lorsqu’ils sont atteints, débloquent un ou plusieurs éléments supplémentaires venant généralement enrichir le jeu. Lorsque ces stretch goals sont spécifiques à la campagne et lui resteront exclusifs, on emploie l’expression acronyme de « SG KS Exclus ».
  • UE Friendly : Définit un projet dont le porteur s’est assuré que les colis de son jeu arriveront dans notre boîte aux lettres sans surcoût lié au passage en douane.

separateur-1

 

Pub-Tipeee-grand-format-copie

12 Commentaires

  1. Thierry 19/09/2018
    Répondre

    je pense qu’on est pas près de revoir de la SF chez CMON !

    fin novembre ?^^

  2. Tilouboy 19/09/2018
    Répondre

    Si Pax Pamir 2 a un tel succès, c’est surtout parce que son auteur, Cole Wehrle, fait en ce moment un tabac avec ROOT.

    • Gougou69 20/09/2018
      Répondre

      Effectivement, ça doit jouer mais à mon avis cela n’explique pas entièrement le gros succès d’un tel jeu, les retours de la première version doivent avoir eu une influence plus importante pour moi. En fait, c’est peut-être bien l’association des deux qui explique le résultat de cette campagne.

      • Tilouboy 20/09/2018
        Répondre

        L’éditeur de Root indique que le jeu a eu un premier tirage de 20 000 exemplaires et que le deuxième tirage qui arrive fin octobre est de 30 000 exemplaires. La demande est colossale. Le nom de l’auteur pourrait faire vendre des chaussures sans semelles en ce moment.

  3. Photo du profil de Stcko
    Stcko 19/09/2018
    Répondre

    Merci encore pour cette chronique.

    Je ne sais pas si la plateforme kisskissbankbank est volontairement omise ou non, mais il y a un chouette projet : le deuxième volet  pour l’expérience (jeu) « intime conviction » : l’affaire du passeur des Belges de Fika. J’ai d’ailleurs découvert le premier opus sur Ludovox. Je pense que ça peut mériter quelques lignes. A toi de voir

    • Gougou69 20/09/2018
      Répondre

      KKBB n’est absolument as mis de côté, c’est juste que le nombre de campagne de JdP sur cette plateforme est anecdotique et que, comme trop souvent sur les autres plateformes d’ailleurs, aucune communication préalable nous a informé de l’existence de la campagne que tu cites. Je vais y jeter un œil du coup, merci.

  4. krile 20/09/2018
    Répondre

    Je suis surpris du manque de com/engouement pour ceci : https://www.kickstarter.com/projects/laboratoryh/dark-domains?ref=category_newest&ref=discovery

     

    • Gougou69 20/09/2018
      Répondre

      KKBB n’est absolument as mis de côté, c’est juste que le nombre de campagne de JdP sur cette plateforme est anecdotique et que, comme trop souvent sur les autres plateformes d’ailleurs, aucune communication préalable nous a informé de l’existence de la campagne que tu cites. Je vais y jeter un œil du coup, merci.

    • Gougou69 20/09/2018
      Répondre

      Pour le manque de com’, l’éditeur est le premier responsable (tu me fais découvrir la campagne) mais je ne suis pas certain que l’Europe soit sa priorité. Pour le manque d’engouement, ce dernier est simplement proportionnel à la com’ et le fait que le jeu soit uniquement en anglais avec pas mal de texte sur le matériel ne joue pas non plus en sa faveur dans nos contrées.

    • Photo du profil de Mahg
      Mahg 20/09/2018
      Répondre

      La DA complètement générique doit être un facteur important de son insuccès également.
      Le plateau et la boite sont plutôt beaux, mais le reste … dur … Le chara-design en particulier est bien raté.

  5. Julien Bourdin 20/09/2018
    Répondre

    « l’espace de jeu sur le tapis a été optimisé pour pouvoir jouer à l’aise à n’importe quelle itération de cette trilogie »
     
    Euh, je crois plutôt que c’est juste pour Pillards (raiders) et ses deux extensions mais pas du tout les deux autres jeux ? 

  6. erwan il y a 29 jours
    Répondre

Laisser un commentaire