Participatif, la Sélection Naturelle du 13 novembre 2017

 

 

separateur-1

 Salutations ludico-participatives !

 

Je vous avais dit qu’il fallait s’attendre à une arrivée de campagnes qu’on n’aurait pas vu venir, calées entre la fin d’Essen et le début des fêtes de fin d’année. Et c’est le cas, au point que je n’ai pas eu le temps de chroniquer certaines d’entre-elles qui l’auraient pourtant mérité. Vous en trouverez un résumé succinct et je m’occuperai plus sérieusement de leur cas la semaine prochaine.

 Comme j’en ai reçu l’aimable autorisation de la part de la HICL (« Haute Instance De Contrôle de Ludovox », dont Shanouillette est la vénérée – sinon vénérable – Présidente), vous trouverez désormais chaque semaine à la fin de cette chronique (là, ici quoi) un lien vers l’hebdomadaire de Thierry sur Cwowd.
Pourquoi, me demanderez-vous ? Déjà, et en premier lieu, pour ponctionner éhontément les lecteurs de Ludovox et les guider vers la Sainte Lumière de Cwowd. Ensuite, parce que l’intérêt est, pour les-dits lecteurs, de pouvoir découvrir une autre façon de présenter l’actualité du participatif, moins « technique » que la mienne, et avec des informations qui se complètent. De surcroît, Thierry chronique souvent plus de jeux que moi. Son travail se trouve être un parfait complément au mien, et vice-versa.

 

Je vous souhaite une bonne lecture, et vous dis « À la semaine prochaine ! ».

 

 

separateur-1

Ça s’est passé la semaine dernière…

Les lancements de campagnes, en bref

 

Battle for Biternia box

Affrontements ; MOBA ; Card driven

Reboot d’une campagne avortée en mai dernier, Battle for Biternia par Stone Circle Games est un jeu d’affrontement card-driven dont l’ambition est de recréer sur votre table les sensations de jeu d’un MOBA. La direction artistique tape en plein dans le style Pixel art, donc si vous n’aimez pas le genre…

Cette nouvelle campagne ne semble pas faire plus de recette que la première. Si le démarrage a pu faire illusion, avec la moitié du financement rassemblée le premier jour, la suite est nettement moins glorieuse. La chute est extrêmement brutale dès le deuxième jour (de 121 à 27 soutiens) pour arriver à une dynamique atone au troisième jour (6 soutiens) et complètement à l’arrêt au cinquième, alors que sur la première campagne, si le démarrage avait été nettement moins bon, au moins la dynamique qui avait suivi était-elle correcte. Il est assez peu courant de voir un reboot faire moins bien que la campagne précédente, mais nous sommes visiblement en présence de ce phénomène (actuellement 12 400 / 18 000 $ et 170 soutiens. Fin le vendredi 8 décembre à 05h59).

feeding-zombies-boite

Card driven

Feeding Zombies par Mangrove Games est le nouveau jeu de l’auteur et éditeur Julien Charbonnier, l’auteur de DIG (qui a été financé grâce à une jolie petite campagne en mars-avril dernier). Comme son prédécesseur, Feeding Zombies est un jeu pour 2 joueurs à base de cartes et à la direction artistique très Pixel art (ceux qui n’aiment pas ça ne sont pas à la fête cette semaine).

Mais ici point de mines et de galeries à creuser. Chaque joueur est un chef cuisinier qui doit affronter une armée de zombies affamés et qui n’a comme solution pour vivre un peu plus longtemps que de les envoyer chez son concurrent, en les y attirant avec leur nourriture préférée. Ce pitch a au moins le mérite d’un minimum d’originalité et le jeu semble être un tantinet plus malin qu’il n’en n’a l’air a priori.

Les jeux à deux ont souvent des difficultés à financer sur Kickstarter, et Feeding Zombies en est un nouvel exemple. La dynamique est un peu mollassonne, c’est le moins que l’on puisse dire. Rien de dramatique en l’état, mais clairement le financement va certainement se faire attendre un peu plus longtemps que pour DIG. Comme de bien entendu avec Mangrove Games, les règles du jeu sont proposées en français. Et comme il n’y a pas l’ombre d’un texte sur le matériel… (actuellement 1 670 / 4 000 € et 103 soutiens. Fin le jeudi 30 novembre à 19h00).

direwild-box-art

Coopératif ; Dungeon Crawler ; Deck Building

Dès le titre, on sait à quoi s’en tenir concernant Direwild par Ironhorde Games : « A cooperative deckbuilding dungeon crawler ». Et dans le sous-titre a même été rajouté le terme de « tactical ». Vous savez désormais tout quant aux mécaniques du jeu. Un jeu de cartes donc, mais qui se joue sur un plateau avec des standees (ou des figurines si vous optez pour la désormais inévitable version « DeLuxDeLaMorKitu »). La direction artistique donne dans le style BD quasi manga, et si les graphismes sont fort corrects, la mise en page des cartes est (à mon goût à moi personnel) juste hideuse. Mais comme a dit un grand philosophe, « l’égout et l’éboueur ne se discutent pas ». Et il est impossible de ne pas parler des tonnes de textes qui s’étalent sur les-dites cartes. 

Heureusement pour Ironhorde, tout le monde ne partage pas mon sens de l’esthétique et le jeu s’est vu financé au deuxième jour, prémices a une dynamique plus que correcte d’environ 70 soutiens quotidiens. Le doublement des 38 000 $ du financement est à portée de main, ainsi que les 1 000 soutiens, barrière psychologique que rêve d’atteindre tout porteur de projet ayant un minimum d’ambition (actuellement 60 380 / 38 000 $ et 900 soutiens. Fin le vendredi 1 décembre à 08h59).

galactic-warlords-battle-for-dominion-box-art

Draft ; Contrôle de zone

Autre reboot de la semaine, Galactic Warlords : Battle for Dominion par Archona Games a vu sa première campagne annulée en juin dernier. Celle-ci connaît un sort nettement plus enviable puisqu’elle a financé au premier jour. La baisse conséquente du prix des pledges ainsi que celle d’un tiers du montant nécessaire au financement auront fait leur office.

Nous sommes en présence d’un jeu de stratégie SF dans l’espace dans lequel il faut conquérir des planètes pour devenir le « Big Boss of the Known & Unknown Universe », titre envié s’il en est. Les mécaniques sont à base de draft de cartes, contrôle de zone et placement tactique. Je trouve personnellement la direction artistique assez moyenne, mais elle met tout de même bien dans l’ambiance.

Ainsi que je l’ai signalé plus haut, la campagne a été financée au premier jour mais, depuis lors, la dynamique fait dans le genre « minimum syndical », histoire d’être toujours en positif. Le ventre mou est donc bien là, et il serait bon de chercher à dynamiser tout ça sous peu. (actuellement 22 500 / 20 000 AU$ et 250 soutiens. Fin le jeudi 30 novembre à 22h19).

sorcerer-card-back

Mix entre un jeu de cartes stratégique et un jeu de plateau tactique

Une nouvelle campagne sur Kickstarter de White Wizard Games, c’est toujours un petit évènement pour les fans. Alors ce coup-ci, on a droit à quoi ? Une extension pour Star Realms ? Hero Realms ? Epic Card Game ? Rien de tout cela ! WWG sort un peu de sa zone de confort avec Sorcerer. Bien que ce ne soit pas un deck-building, il s’agit toujours d’un jeu de cartes, mais pas que. Il est présenté comme un mélange d’un jeu de cartes stratégique et d’un jeu de plateau tactique. Des mélanges des genres pouvant résulter de petites perles comme de grosses bouses, le backer émérite (Lvl 100+) sera aussi curieux que méfiant.

sorcerer image jeu

Le contexte du jeu est un monde Victorien assez noir, à la frontière entre la réalité et l’inconnu. Cette frontière est en train de s’effondrer et les sorciers (les joueurs) vont en profiter pour tenter de regagner une place perdue il y a fort fort longtemps. Chaque joueur va donner vie à son sorcier en combinant 3 types de decks de cartes (personnage, lignée, domaine), chacun au choix parmi 4 différents, le résultat composant son grimoire. On ajoute à cela une carte de compétence tirée ou choisie parmi 12, et c’est parti ! Je n’ai pas fait les comptes, mais cette façon de procéder semble déjà laisser augurer du bon question rejouabilité.

Concernant la direction artistique, on est dans les standards WWG. Pas vraiment d’effet « Whaou ! », mais des graphismes plus qu’agréables et une mise en page des cartes qui fait le boulot. À cet égard, parlons tout de suite de ce qui fâche (enfin, qui ME fâche, mais je sais ne pas être le seul) : les tartines de textes en anglais. Alors certes, on va encore me rétorquer qu’il s’agit d’anglais quasiment scolaire, et qu’un joueur habituel connaît déjà la quasi totalité du vocabulaire employé. C’est vrai, mais quand même. Dans la mesure où il y a une chance non négligeable que Iello se mette sur l’affaire, j’attendrai patiemment de pouvoir acquérir le jeu en français, si tant est qu’entre temps il n’ait pas été classé dans la catégorie « grosses bouses » dont je causais un peu plus haut.

sorcerer image jeu boite materiel

Sans grosse surprise, c’est financé, WWG n’étant pas vraiment coutumier des campagnes qui se traînent avant d’atteindre la somme adéquate. Mais il aura quand même fallu attendre le deuxième jour pour cela, le démarrage ayant été loin de ceux des jeux précédents. La dynamique est aussi en dessous des « normes » habituelles des campagnes WWG. Pour exemple, la campagne de Hero Realms attirait deux fois plus de soutiens, tant au démarrage que par la suite. C’est certainement le prix à payer pour pouvoir proposer une nouvelle licence qui permette à WWG de casser un peu cette image de « spécialiste du deck-building » dans laquelle ils étaient un peu enfermés suite aux immenses succès de leurs précédents jeux.

Malgré tout, la situation est très très loin d’être mauvaise, juste un peu moins bonne que d’habitude. Avec un financement à 100 000 $ atteint en moins de deux jours et 1 550 soutiens au cinquième, cette campagne n’est pas franchement de celles aptes à nous tirer des larmichettes de compassion. Mais la dynamique semble bien avoir subi un coup de moins bien depuis deux jours, reste à attendre de voir s’il s’agit d’un épiphénomène temporaire (du au week-end, entre autre) ou, au contraire, d’un début de ventre mou (actuellement 127 200 / 100 000 $ et 1 610 soutiens. Fin le vendredi 8 décembre à 04h00).

serial-battle-flag-ulule

Survival ; Affrontements par élimination

Serial Battle est le premier jeu d’un jeune auteur Breton, que nous appellerons seulement par son prénom : Yann. Il s’agit, en gros, d’une version jeu de plateau du film Battle Royale. L’équivalent d’un « King of the Hill » pour les amateurs de jeux vidéos.

Tous les joueurs vont joyeusement s’entretuer jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un. Le jeu n’est clairement pas pour tout le monde, l’auteur le reconnaît et, mieux, le revendique. Amateurs de stratégies subtilement peaufinées au gré des tours, passez votre chemin ! On est dans du sauvage, du brutal, du punitif. Si voir votre personnage mourir subitement suite à un tirage de carte défavorable ou, à l’inverse, voir celui d’un joueur pourtant à l’agonie gagner la partie sur un coup de moule « trop abusé » vous irrite et vous donne juste l’envie d’envoyer valdinguer la table, clairement : allez voir ailleurs.

serial-battle-matériel

L’auteur est venu discuter et défendre ses choix de gameplay sur le forum de Cwowd. L’absence de moyens de se soigner, la très grande disparité des puissances des armes potentiellement disponibles (un personnage avec un canif peut se retrouver à en affronter un armé d’un lance-flamme), tout à sa justification. Et le jeu semble avoir trouvé son public. Il a tourné sur de nombreuses conventions et moult salons et les joueurs satisfaits semblent être bien plus nombreux que ceux qui n’ont pas aimé. Pour Yann, c’est clair : son jeu est parfait tel qu’il est, tous les réglages ont été peaufinés et les mécaniques optimisées. Simplement, répétons-le, il n’est pas fait pour tout le monde. C’est un jeu que l’on pourrait qualifier d’améritrash, où l’ambiance autour de la table prime sur la subtilité des mécaniques et la prise de tête stratégique.

La meilleure preuve que Serial Battle a son public est que la campagne avance bien. Il ne faut pas oublier qu’on parle de Ulule, aussi 40% des 9 000 € du financement atteints en quatre jours est un résultat plus qu’honorable et prometteur. Une version logicielle est en préparation afin que les personnes potentiellement intéressées puissent tester le jeu avant, le cas échant, de franchir le pas. Je vous tiendrai bien sûr au courant. Cela va sans dire, mais cela va encore mieux en le disant, le jeu est intégralement en français (actuellement 4 000 / 9 000 € et 56 soutiens. Fin le dimanche 3 décembre à 09h00).

dragon canyon ludovox ks front box

Sweet Lemon Publishing est un petit éditeur allemand qui nous propose toujours des petits jeux de cartes malins dénichés sur le marché asiatique. C’est donc avec intérêt que nous avons appris le lancement de la campagne de son nouveau jeu : Dragon Canyon. Comme souvent, le pitch ne casse pas trois pattes à un canard. Vous êtes le big boss d’une tribu dans un monde quelconque et vous allez envoyer votre champion explorer des zones où la main de l’homme n’a jamais posé les pieds et dont vous exploiterez éhontément les richesses une fois vôtres. Sans oublier d’aller tatanner de temps en temps les autres tribus, voire, contraint par une adversité commune, vous allier à certaines d’entre-elles.

Il s’agit donc d’un jeu de cartes, avec des grandes cartes pour créer une zone de jeu modulable, et des petites (enfin, normales quoi) pour… ben…  pouvoir jouer. La direction artistique est sympathique, et colorée, assez japonisante. Ce qui est un peu normal puisqu’il semble bien que cette campagne serve à la localisation d’un jeu taiwanais, mais cet aspect n’est curieusement pas mis en avant par SLP. Si vous pensez être intéressé, sachez qu’une version logicielle existe, téléchargeable ici, et qu’un module « Tabletop Simulator » est disponible

Malgré le tarif fort raisonnable des pledges, la campagne n’attire pas les foules, c’est le moins que l’on puisse dire. Non seulement le lancement a été mou de chez mou, mais la dynamique à suivre l’est encore plus.
Et une « curiosité » est à noter. Je vous donne juste des chiffres : Jour 1, 36 soutiens pour 1 265 € récoltés. Jour 4, 4 soutiens pour 2 698 € récoltés. Cherchez l’erreur. J’ai tout bien regardé, et même les pledges à 500 € (avec un « dessine ton dragon ») et à 180 € (avec artworks dédicacés) ne permettent pas d’arriver à ce résultat. Ce petit coup de pouce aussi soudain qu’inattendu a permis à la campagne d’atteindre d’un coup les 5 000 €. Ce n’est pas le financement, mais cela permet raisonnablement de l’espérer, et relativement rapidement (actuellement 5 400 / 8 000 € et 80 soutiens. Fin le mardi 28 novembre à 21h00).

d-day-dice-2nd-edition-boite

Stratégie ; Dés

La campagne de D-Day Dice (2nd Edition) par Word Forge Games aurait du être lancée samedi soir dernier, mais ce ne fut point le cas. La faute à un léger oubli de demande de validation, validation qu’il faut solliciter un chouïa en avance de la date de lancement. Un petit rien du tout, genre une semaine voyez. Du coup, Word Forge Games se retrouva fort dépourvu quand la validation ne fut pas venue. D’aucuns diraient que c’est ballot.

Mais on peut voir le côté positif de cette affaire. Lancer un week-end n’est pas particulièrement conseillé, et cette histoire devrait bénéficier à la campagne en la faisant débuter un jour un peu plus « raisonnable » de la semaine. Moi je dis que c’est un signe, le destin a décidé que cette campagne allait tout déchirer et a fait en sorte que le démarrage se fasse au mieux. Si campagne il y a un jour, les gars de Nuts Publishing nous permettront d’avoir le jeu en français intégral. Et si lorsque vous lirez ces lignes elle n’est toujours pas lancée, vous pouvez toujours aller jeter un œil sur la page pré-KS ici.

 

Et voici donc la liste non exhaustive des campagnes qui ont été lancées sans (me) prévenir :

Ironclad par Alcyon Creative & Ludibooster

Color Quest Season 2 par FLUO Craft

Ravine par Matthew Sisson

Debtzilla par Capital Gains Studio

Holmes & Moriarty par Escape Velocity Games

Rien que ça !

 

 

 

separateur-1

Suivi des campagnes précédemment lancées

 

root-a-game-of-woodland-might-and-right-box-art-2

Aventure ; Asymétrie

Root : A Game of Woodland Might and Right par Leder Games a passé la semaine au même rythme que la précédente, élevé et stable. Il s’agit à nouveau de la campagne avec la meilleure progression de la semaine. Avec une moyenne quotidienne d’environ 140 soutiens, elle a de quoi faire des jaloux.
Le plus remarquable étant qu’il n’y a pas eu de mouvement de baisse depuis le quatrième jour, moment où la dynamique a trouvé son rythme de croisière. Les 4 000 soutiens ont été largement dépassés et les 5 000 devraient être une formalité si le rythme se maintien  (actuellement 317 200 / 24 000 $ et 4 290 soutiens. Fin le mercredi 22 novembre à 03h00).

full-moon-jacket-box-art

Survie en coopératif ; Figurines

Full Moon Jacket par Strangely Games semble ne pas pouvoir se remettre du décrochage survenu juste à la fin de la première semaine de campagne. La semaine qui vient de passer a été aussi mauvaise que la précédente et l’annulation en vue d’un reboot semble de plus en plus n’être que la seule solution viable. Il faut juste attendre que Strangely Games s’en convainque à force de perdre des soutiens (actuellement 33 000 / 35 000 £ et 475 soutiens. Fin le mercredi 22 novembre à 23h23).

albedo-box-art

Deck building SF

La campagne de Albedo par Herbertz Entertainment UG fait elle aussi peine à voir. Avec 1 ou 2 soutiens quotidiens sur toute la semaine passée, on ne peut pas dire que l’optimisme soit de rigueur. Encore un candidat au reboot m’est avis !  (actuellement 1 670  / 5 000 € et 37 soutiens. Fin le dimanche 26 novembre à 21h00).

monster-slaughter-box-art

Slasher parodique

Avec son lancement pas vraiment tip-top et un financement tardant à être atteint, on aurait pu craindre le pire pour la campagne de Monster Slaughter par Ankama. Il n’en n’a rien été, le rythme s’est avéré bon (et même très bon) dès le début et surtout est resté stable. Il faut dire que la boîte se remplit petit à petit de bonnes grosses figurines au fur et à mesure que les stretch goals sont débloqués et que le prix du pledge se justifie de plus en plus. Et dans ce jeu, des figurines en plus c’est du renouvellement de gameplay supplémentaire, celles-ci venant toutes avec une façon différente de les jouer (actuellement 138 500 / 75 000 € et 2 020 soutiens. Fin le jeudi 30 novembre à 16h00).

kapow!-box-art

Dice building

Sinon, autre campagne qui rame, celle de Kapow ! par 2 Ton Porcupine. Les super-pouvoirs de ses super-héros ne lui ont pas permis d’atteindre le financement salvateur et la dynamique n’incite pas, là non-plus, à l’optimisme débridé. Pour tout vous dire, cela ne financerait pas que je n’en serais pas étonné outre mesure (actuellement 13 135 / 20 000 € et 154 soutiens. Fin le vendredi 1er décembre à 02h03).

war-room-matériel

Wargame XXL

Au vu du calibre du jeu et de son audience potentielle – a priori limitée -, la réussite de War Room par Nightingale Games est assez exceptionnelle. Elle pourrait même être qualifiée d’incompréhensible si l’on ne mettait pas en parallèle le nom de son géniteur, Larry Harris, ainsi que la qualité du matériel proposé. Mais malgré tout, 1 320 soutiens (au moment où j’écris ces lignes) c’est tout bonnement hallucinant pour un jeu aussi exigeant en temps et en place. Et sa grosse vingtaine de soutiens quotidiens pourrait rendre jaloux bien des projets nettement plus grand public (actuellement 278 700 / 150 000 $ et 1 334 soutiens. Fin le samedi 9 décembre à 05h59).

samurai-vassal-boite

Cartes ; Bluff ; Guessing

La campagne de Samurai Vassal par Ice Makes a curieusement subit un brusque coup d’arrêt à l’issue d’une très bonne première semaine. La dynamique s’est littéralement effondrée du jour au lendemain au point de flirter avec le négatif quasiment toute la semaine passée. Et même si elle est financée à plus de 250%, on est en droit de se poser des questions devant un tel phénomène (actuellement 55 000 / 20 000 HK$ et 230 soutiens. Fin le lundi 18 décembre à 18h03).

 

 

Vous trouverez une sélection plus importante de projets en cours sur la page dédiée de Cwowd.

 

 

separateur-1

Ils se terminent cette semaine

 

temporal-odyssey-logo

La campagne de Temporal Odyssey – Draft The Future ! par Level 99 se sera vautré dans son ventre mou toute la semaine passée, à l’image de celle d’avant. L’ensemble reste cependant positif, on est à trois fois et demi les 10 000 $ du financement et les 1 000 soutiens viennent d’être atteints. Mais cela n’ira pas beaucoup plus loin d’ici la fin de la campagne, qui sera intervenue quand vous lirez ces lignes (termine a 36 369 / 10 000 $ et 1 128 soutiens).

monster-lands-box-art

Placement d’ouvriers ; Dés

Monster Lands par Second Gate Games continu de faire le buzz et nombreux sont ceux sur le forum de Cwowd qui se montrent très intéressé par ce jeu. Ludovox s’y intéresse aussi, avec ce Just played publié ce matin. Il faut dire que l’association d’un gameplay qui donne une bonne bouffée de fraîcheur au genre de la pose d’ouvriers à base de dés, d’une direction artistique très réussie et d’une campagne menée avec brio donne autant envie que confiance.

Aux portes du rappel des 48 heures, la campagne a, avec 150 000 €, financé à presque 8 fois. Le fait que SGG ait annoncé que les règles seront disponibles en version imprimée dans plusieurs langues, dont le français, a certainement produit son petit effet. Mais en fait, la dynamique de la campagne a été globalement bonne sur toute sa durée, sans aucun ventre mou. Il va être très intéressant de voir l’effet des dernières 48 heures, mais les 2 000 soutiens sont déjà dans la poche.

Comme toujours lorsqu’un jeu bénéficie d’un certain engouement (qui plus est avec un tarif assez élevé, comme c’est le cas ici) un pledge groupé s’est monté sur le forum de Cwowd, à l’initiative de mister Kakitaben. Ce garçon ne faisant pas les choses à moitié, il a longuement palabré avec les gars de SGG pour obtenir des conditions encore plus favorables que celles des pledges par lot proposés pour la campagne. Il y a de grosses économies à la clé, et si vous avez déjà pledgé ou êtes en passe de le faire, je vous engage à aller très rapidement consulter la partie « Pledges Groupés » de cette chronique, tout en bas de la page (actuellement 152 600 / 25 000 € et 1 925 soutiens. Fin le mercredi 15 novembre à 21h30).

Okko_Chronicles_Cover_Jeux_de_societ--_Ludovox

Semi coopératif ; Enquête

L’autre campagne qui arrive à sa fin cette semaine et qui a très bien marché, c’est celle de Okko’s Chronicles par The Red Joker. Visiblement, TRJ a eu le nez creux en faisant un jeu dans l’univers d’Okko. Les joueurs y trouvent leur compte, avec un jeu beau, aux mécaniques sympathiques, et les fans de la BD itou avec les illustrations tirées de l’oeuvre originale et, ôh joie infinie, certaines inédites imaginées uniquement pour le jeu. Bilan, les joueurs fans de BD (Florian, si tu me lis…), ceux-là sont au bord de l’orgasme ludique. Certains réclament même en add-ons (limite à n’importe quel prix) des dessins dédicacés par Hub, le dessinateur.

Enfin bref, la campagne ne laisse pas indifférent, et c’est tant mieux. De plus, l’offre est vraiment excellente et les soutiens ne sont clairement pas volés. TRJ a certainement regagné du galon avec cette campagne et si la livraison se déroule sans anicroche, cela laisse augurer du bon pour les futures campagnes.

Au vu de la (relativement) bonne dynamique, on est en droit d’espérer franchir la barre des 1 500 soutiens d’ici la fin, ce qui serait un beau résultat pour un éditeur qui a fait de réels efforts pour remonter la pente et se racheter une image auprès du public (actuellement 124 830 / 40 000 € et 1 252 soutiens. Fin le jeudi 16 novembre à 20h01).

kamigami-battles-battle-of-the-nine-realms-box-art

Deck building

Kamigami Battles par Japanime Games se dirige tranquillement vers la fin de sa campagne. Les résultats de la semaine passée ont été à l’image de la précédente : chaotique, le nombre de nouveaux soutiens quotidiens variant de 0 à 15. Cela va se terminer à très largement plus du double du financement, et c’est déjà pas mal (actuellement 62 613 / 25 000 $ et 438 soutiens. Fin le jeudi 16 novembre à 23h00).

speakeasy-blues-box-art

Placement d’ouvriers

Speakeasy Blues par Artana a vu un petit coup de mieux en début de semaine dernière, qui s’est vite calmé pour revenir au rythme habituel de 3 ou 4 nouveaux soutiens quotidiens. Les bons retours de Sagrada, le précédent jeu d’Artana, n’auront guère servi à booster la campagne. Il faut dire que le jeu est peut-être un peu cher pour ce qu’il y a dans la boîte et que la direction artistique est assez quelconque (actuellement 18 670 / 5 000 $ et 363 soutiens. Fin le vendredi 17 novembre à 05h59).

badlands-outpost-of-humanity-box-art

Survie en compétitif

À part le mercredi 8 novembre qui, avec ses 12 nouveaux soutiens fait figure de très bonne journée, la semaine passée aura été terrible pour Badlands : Outpost of Humanity par Jet Games Studio. Les résultats quotidiens ont oscillé entre -4 et + 3 soutiens, ce qui ne fait pas une grosse moyenne. La semaine aura vu un solde positif d’un peu plus de 200 €. Autant dire que ça ou rien… Il est vraiment temps que cette campagne se termine, pour le bien du porteur (actuellement 36 780 / 15 000 € et 525 soutiens. Fin le vendredi 17 novembre à 18h00).

Perdition's Mouth Abyssal Rift d

Dungeon Crawler « Euro »

La campagne de Perdition’s Mouth – Revised Edition par Dragon Dawn Productions est elle aussi complètement atone et, pour elle également, il est temps que cela s’achève, la semaine ayant connu deux journées en négatif et les autres avec une moyenne de 3 ou 4 soutiens. Au moins peut-on espérer un sursaut au cours des 48 dernières heures, mais il sera difficile de doubler le financement (actuellement 76 600 / 40 000 $ et 774 soutiens. Fin le samedi 18 novembre à 18h00).

 

 

separateur-1

À venir cette semaine

 

obsession-box-art

Lundi 13 novembre

Obsession par Kayenta Games est un jeu de placement d’ouvriers se déroulant dans l’Angleterre Victorienne. Des nobliaux sur le retour doivent faire feu de tout bois pour revenir sur le devant de la scène.

 

evil-high-priest-artwork

Lundi 13 novembre

Evil High Priest par Sandy Petersen Games est encore un jeu de placement d’ouvriers, mais avec une grande originalité puisque ça se passe dans l’univers de Chtulhu. 😉

 

the-great-war-box-art

Lundi 13 novembre

The Great War par Nuts Publishing est la nouvelle édition de l’un des meilleurs jeux de Richard Borg basé sur son système « Command & Colors ». Matériel amélioré au programme et, surtout, une version française grâce à Nuts! Publishing.

 

gearworks-box-art

Mardi 14 novembre

Gearworks par Piecekeeper Games est un jeu de placement de cartes dans un univers steampunk plein d’engrenages.

 

andoria-battlefields-box-art

Mardi 14 novembre

Andoria Battlefields par Raentikgames est le reboot d’un jeu d’affrontement à base de contrôle de zones dont la précédente campagne a été annulée en septembre.

 

museum-box-art

Vendredi 17 novembre

Dans Museum par Holy Grail Games, des directeurs de musée cherchent à enrichir leur collection à travers de mécaniques de collection de sets. Mécanique raccord avec le thème, en quelque sorte. Atom y a joué pendant Essen et en parlait déjà par

 

 

 

 

separateur-1

Les pledges groupés en cours !

Rappel des pledges groupés en cours sur le forum de Cwowd

 

  Monster Lands par Second Gate Games

Encore un méga-PG à l’initiative de Kakitaben, qu’on ne remerciera pas assez vu qu’il a fait un énorme travail au corps de l’éditeur du jeu pour obtenir des conditions plus favorables que celles prévues initialement. Ce PG sera clos environ 1 heure avant la fin de la campagne, et les paiements par Paypal sont privilégiés (voire obligatoire pour ceux qui voudraient participer tardivement).

Ce PG est national, Kakitaben accepte de faire des envois via Mondial Relay et des hubs de distribution régionaux sont prévus. De par la nature un peu particulière des conditions de ce PG, ces hubs seront alimentés par des envois via Mondial Relay, ce qui générera un léger surcoût de quelques Euros. Au moment où j’écris ces lignes, ces hubs sont :

  • Nantes / Rennes (géré par Kakitaben)
  • Paris Ouest / 92 (géré par Zed)
  • Lyon avec possibilité sur Bourgoin-Jallieu ou Voiron (38) et Loyette – Méximieux (01) (géré par Gougou69 avec la participation de Mandragores et Remigrec)
  • Melun / Créteil (géré par Val2partajeux)

Tarifs du PG :

  • Leader Pledge : 55€ (au lieu de 67)
  • Monster Pledge : 74€ (au lieu de 97)
  • Extension Heavy Weapons : 24€ (au lieu de 26)

 

  • Le lien vers le GDoc sur lequel s’inscrire.
  • Le lien vers la page du forum de Cwowd.

 

On les attend de pied ferme

 

separateur-1

On les attend de pied ferme

  • Batman par Monolith : Ce jeu reprend la très intéressante et originale mécanique d’overlord de Conan, avec un mode prévu spécifiquement pour 2 joueurs. Ludovox vous en parlait par ici après une partie sur le salon cannois.

 

separateur-1

Légende des symboles utilisés

coeur rouge : Désigne les campagnes conseillées par Shanouillette.

coeur bleu : Désigne les campagnes conseillées par Gougou69.

fr : Désigne les campagnes dont tout ou partie des éléments sont en français.

: Désigne les campagnes particulièrement intéressantes sur le plan financier.

Attention 2 : Désigne les campagnes que nous déconseillons fortement.

Le lexique du participatif

  • Add-on : (Nom m.) Ajouts optionnels et néanmoins payants proposés au cours de la campagne. Cela peut-être des packs de figurines, des extensions, des dés plus jolis, mais aussi des objets beaucoup plus dispensables tels que des t-Shirts ou des mugs, voire des pin’s (si si !). Dans tous les cas, les sommes collectées par ce biais participent à l’augmentation de la cagnotte et à atteindre les paliers des stretch goals.
  • Backer [bakeur] : (nom m.) Aussi utilisé, « pledger ». Personne qui avance de l’argent pour la réalisation d’un projet dont la campagne est en cours.
  • Box Upgrade : Modifications apportées tout au long de la campagne (souvent dans le cadre des stretch goals) qui permettent d’améliorer la qualité du matériel du jeu (cartes plus épaisses, carton de la boîte plus fort, dés spéciaux, etc…).
  • CAD$ : Dollars Canadiens (cours bien inférieur au Dollar US)
  • Campagne : Période au cours de laquelle le projet est proposé au souscripteurs. Généralement de 2 à 4 semaines, mais cela peut être moins ou beaucoup plus. Cette durée n’est pas anodine et ne doit pas être choisie au hasard par le porteur du projet. En effet, de celle-ci dépend la forme et la dynamique de la campagne.
  • CMoN : Initiales de l’éditeur “Cool Mini or Not”. Afin de briller en société et avoir l’air du mec (ou de la meuf) qui s’y connait, on le prononcera “Simone” (oui, comme la tata du même nom) et on proscrira les “kmone” ou, pire, les “komone”.
  • DPG : Initiales de l’éditeur “Devil Pig Games”.
  • Early Birds [eurli beurdz] : (Nom m.) Rien à voir avec des oiseaux qui arriveraient en avance. Il s’agit d’un nom poétique donné au pledge à prix réduit (généralement quelques dollars) ou avec un bonus proposé parfois aux tous premiers souscripteurs d’une campagne.
  • FdPI : Initiales de « Frais de Port Inclus »
  • KS : Contraction de KickStarter, la plus grosse plate-forme de financement du monde connu.
  • KS Exclu : Acronyme regroupant tout ce qui est proposé lors d’une campagne et qui lui est exclusif. Par exemple, un add-on ou un stretch goal « KS Exclu » ne se retrouvera jamais dans le commerce et ne pourra plus être acquis en dehors de la campagne. Mais certains porteurs de projets ont des notions bien personnelles de la signification du terme « exclusif ».
  • Mougeon : (Nom m.) Race animale grégaire endémique sur Kickstarter, mi-mouton mi-pigeon. Les spécimens qui la compose ont pour particularité d’avoir, au cours de certaines périodes de l’année qui correspondent peu ou prou à la durée des campagnes de financement les plus en vue, une capacité de discernement inversement proportionnelle à la taille de leur compte en banque.
  • Pledge [plèdj] : (Nom m.) Niveau de soutien proposé lors d’une campagne. Par extension, somme d’argent versée pour y accéder.
  • Pledge groupé (ou PG) : (Nom m.) Regroupement des participations de plusieurs soutiens géré par une personne, généralement pour diminuer (parfois drastiquement) les frais de port et après négociation avec le porteur du projet.
  • Pledger : [plédjé] (Verbe) Action de sélectionner un niveau de soutien et d’autoriser le débit de son compte de la somme correspondant en cas de réussite de la campagne.
  • Pledger : [plédjeur] (Nom m.) Voir « Backer ».
  • PnP : Initiales de « Print and Play ». Il s’agit d’un fichier (généralement PDF) gratuit ou payant, permettant d’imprimer les composants du jeu qui s’y prêtent et ainsi de le tester avant la fin de la campagne.
  • Reboot [rebout] : Deuxième (voire plus) lancement d’une campagne qui a précédemment échoué à être financée. En général, le porteur du projet essaie à ce moment là de corriger les erreurs qui ont mené à l’échec, mais pas toujours…
  • Reminder [wemeyndeur] : Option qui vous averti par mail de l’entrée d’une campagne dans ses dernières 48 heures et vous permet ainsi de juger de la pertinence d’y participer. Utile lorsque l’on est pas certain d’être intéressé en l’état en début de campagne.
  • Reprint : Nouveau tirage d’un jeu qui fait parfois l’objet d’une campagne participative.
  • ROW : Acronyme de “Rest Of the World”. Indique l’ensemble des zones géographiques concernées par des frais de port qui n’ont pas été déjà détaillées.
  • SG : Contraction de « Stretch Goals » (voir explication de ce terme).
  • Stretch Goals [strètch golz] : Paliers de financement qui, lorsqu’ils sont atteints, débloquent un ou plusieurs éléments supplémentaires venant généralement enrichir le jeu. Lorsque ces stretch goals sont spécifiques à la campagne et lui resteront exclusifs, on emploie l’expression acronyme de « SG KS Exclus ».
  • UE Friendly : Définit un projet dont le porteur s’est assuré que les colis de son jeu arriveront dans notre boîte aux lettres sans surcoût lié au passage en douane.

separateur-1

 

7 Commentaires

  1. Achéron Hades il y a 29 jours
    Répondre

    Au taquet sur D-Day Dice, j’ai scruté pendant tout le week end… Même tard dans la nuit du 11 histoire de voir, mais toujours rien. Wait and See…

    Je sens qu’il va y avoir des premières éditions à petits prix dans pas longtemps 😉 (inabordable pour l’instant au vu de la rareté du jeu).

  2. Photo du profil de MrHeureux
    MrHeureux il y a 29 jours
    Répondre

    Hello et merci pour tout ces suivis de campagnes KS, ça doit être du boulot! Et puis je trouve que c’est très utile aussi pour trouver des projets sympas qu’on aurait pas forcément vu ( j’ai pledgé notamment Rise to Nobilty grâce à ça).  Pour en revenir à l’actu, il ne faudrait pas non plus oublier que la campagne de Joa: Time of Légends a quand même terminée avec 9887 soutiens et plus de 2,15 M de $ vendredi dernier! J’ai bien compris que de votre côté (cwod) la campagne pour le côté trop démesuré ou « kiloplastic » et la comm étaient moyennement appréciées mais admettons que c’est quand même un beau succès au final, non? Honnêtement je ne sais pas trop s’ils auraient pu avoir plus avec une autre stratégie (à part bien-sûr faire la campagne avant le rouleau compresseur 7th continent car on est pas tous en mode crédit illimité). Enfin bref j’ai pledgé aussi de mon côté bien-sûr (merci à votre collègue pour le EB 😉 ) et aurai bien aimé voir au moins la reconnaissance du « succès » de cette campagne sans parler des qualités du jeu où l’on adhère ou pas. Après je ne suis pas expert en la matière, hein 😉

    • Gougou69 il y a 28 jours
      Répondre

      Je ne vais pas développer ici car ce n’est pas vraiment fait pour. Mais je vais te donner mon avis. Mon avis, à moi que j’ai et qui n’est pas nécessairement celui d’autres personnes. Pour moi, la campagne de JoA est, au mieux, un demi-succès. Parce que les qualités ludiques du jeu, sa versatilité lui permettant de s’adapter à différents styles, l’énorme et fantastique travail de développement fait en amont, tout cela permettait d’espérer beaucoup mieux. Mais il aurait fallu s’y prendre autrement, et peut-être MB ne pouvait-il pas se le permettre.

      Sincèrement, avec un peu d’habitude de suivi de campagnes KS, il est évident que la campagne a été en permanence en-dessous de leurs prévisions et le coup des bundles lâchés à mi-campagne (les bundles, ça se fait pour booster la fin, à l’orée du rappel des 48 heures) et alors que tous les add-ons les composants n’avaient pas été dévoilés, ça fait franchement « panique à bord ». Elle a bien terminé cette campagne, et j’en suis sincèrement heureux pour MB, mais deux semaines avant la fin je n’aurais pas parié un kopeck que les 2 millions seraient atteints.

      Donc, non, cette campagne n’a rien d’un énorme succès pour moi par rapport au potentiel de jeu, loin de là. Et j’en suis vraiment désolé.

  3. Achéron Hades il y a 27 jours
    Répondre

    Pour rebondir sur DDay dice, enfin c est lancé et quel démarage,financé en 16 minutes et ca monte!

    Bien sur j’ai backé 🙂

  4. Photo du profil de MrHeureux
    MrHeureux il y a 26 jours
    Répondre

    Hello! Ça a l’air original ce D Day dice, plus qu’à regarder les vidéos en lien depuis le KS pour comprendre mieux comment ça se joue. Sinon pour en revenir à Joa, c’est dommage pour la déception Gougou69. Je comprend qu’il y a du avoir de la frustration pour un jeu qui etait attendu avant « de pied ferme » . Maintenant que la campagne est terminée, le plus dur pour moi sera par contre d’attendre 1 an ! A noter qu’ils ont l’air de vraiment s’intéresser à une version boutique d’après leur dernière actu. Espérons que cela verra bien le jour pour élargir la gamme et s’adresser à d’autres joueurs (ou renouer avec les déçus de la 1ere heure 😉 )

  5. Pierre Paul Jacques il y a 24 jours
    Répondre

    J’ai pledge JoA, je suis allé à Essen et j’ai annulé ma participation.

    Cette campagne que j’ai suivi dès le début est partie dans tous les sens.

    D’un jeu de figurine on passe à une extension Jeu de rôle.

    Les figurines sont ridiculement minuscules et vu en vrai c’est encore pire.

    D’un jeu avec 2/3 extensions on a fini à presque 10 pour 500€.

    De plus sur le long terme ça sent mauvais. Si les SG faisaient passer le pledge de 120€. En boutique ça risque d’être plus compliqué sans ces SG.

    Le jeu a-t-il au moins un vrai public ?

    Il mélange beaucoup de choses sans en exploiter aucune pleinement. En partie confrontation, scénario, solo, jeu de rôle, historique mais aussi fantastique médiévale. On fini par s’y perdre.

     

    • Alex Digny il y a 23 jours
      Répondre

      Tu es perdu. C’est ton droit le plus strict. Mais le pledge  all in à 500€a été annoncé depuis le début.

      Le mélange des genres je m’y retrouve. Le jeu est donc bien identifié !

Laisser un commentaire