Participatif, la sélection naturelle du 08 janvier 2018

 

 

separateur-1

 

 Salutations ludico-participatives !

Et bien voilà, c’est bel et bien terminé pour 2017, place à 2018 ! Une chose est d’ores et déjà acquise, c’est que cette nouvelle année ne sera pas avare en nouveaux projets ludiques côté financement participatif. Tout comme l’année passée, les budgets n’étant généralement pas extensibles à l’infini, il va falloir choisir (et donc renoncer). Et comme l’année passée, je ferai mon possible pour vous aiguiller au mieux et vous permettre de dépenser le plus efficacement possibles les étrennes de Tatie Josette.

Cette semaine, peu de jeux chroniqués. On commence l’année tranquillou, histoire de se remettre dans l’ambiance et de se chauffer la touche F5 avant le rush qui ne manquera pas d’arriver d’ici quelques petites semaines. Pour donner un peu de corps à cette chronique, tout comme l’année dernière je vais tenter de dresser un petit bilan du participatif ludique en 2017. Avant de vous laisser à votre lecture, je vous renouvelle mes meilleurs vœux pour 2018. Que cette nouvelle année vous apporte bonheur et, par dessus et avant tout, la santé.

 

N’oubliez pas d’aller jeter un œil à la chronique hebdomadaire sur le participatif de Thierry sur Cwowd.

Je vous souhaite une bonne lecture, et vous dis « À la semaine prochaine ! ».

 

 

separateur-1

 

Que retenir de 2017 ?

Kickstarter-Logo T 500

Le financement participatif des jeux de plateau est devenu en 2017 un moyen de financement comme les autres, avec ses avantages et ses inconvénients. Ce sont même les jeux qui ont généré le plus de chiffre d’affaire sur Kickstarter l’année passée. Indubitablement, le « grand public » est de moins en mois effrayé par le fait de payer à l’avance un jeu qu’il ne recevront que lorsque la conjonction astrale nécessaire aura lieu. Pour preuve, l’impressionnante progression de fréquentation de Cwowd et la naissance de plusieurs groupes Facebook dévolus au crowdfunding.

claustrophobia-box-art

Concomitamment, de nombreux joueurs autrefois réticents – voire hostiles – au crowdfunding franchissent le pas et se laissent aller à s’encanailler en pledgeant. En 2017, le financement participatif a acquis ses lettres de noblesse, quoi qu’en pensent encore certains. Même Croc (Grâce lui soit rendue ! Qu’un tapis de pétales de roses soit déployé devant ses pas et que mille vierges voluptueuses oignent son corps d’éphèbe de pommades aux suaves senteurs) a accepté que le Claustrophobia nouveau soit proposé sur Kickstarter (Fichtre, un Dieu existerait donc vraiment !?), et rien qu’avec ça, tout est dit !

 

separateur-1

 

 

On aura vu en 2017 encore plus de primo-porteurs tenter leur chance, essentiellement sur Kickstarter mais pas que. Si le succès n’a pas été systématiquement au rendez-vous, plusieurs campagnes sont tout de même sorties du lot : Orcquest par Maze Games ; DIG par Mangrove Games ; Qwarks par les Editions Smile ; Trut par Robin Red Games (même si pas vraiment un primo-porteur, Trut en était la première campagne sur Kickstarter).

 

separateur-1

 

the-7th-continent-box-art

kingdom-death-header-1

2017 a été également l’année des plus gros cartons sur Kickstarter. Honneur au Roi avec le reprint de Kingdom Death Monster 1.5, qui s’est terminé dans les tous premiers jours de 2017 avec le titre de « Number One Of The Galaxy » grâce à ses quelques 12 400 000 $ apportés par plus de 19 000 souscripteurs. Ce n’est pas faire preuve de beaucoup de malice que de dire que ce n’est pas vraiment demain la veille que ce score sera battu. Mais certains y travaillent, avec de la constance voire de l’acharnement. Ainsi le reprint (encore) accompagné d’une extension de The 7th Continent par Serious Poulp n’a-t-il pas démérité, loin s’en faut, avec ses plus de 7 millions de dollars et 43 000 souscripteurs. Troisième au classement général de Kickstarter (quasiment sans figurines) et, de très loin, premier projet français, devant Conan situé lui en 10ème position.

rising-sun-boite

zombicide-green-horde-box-art

Viennent ensuite deux jeux de l’incontournable CMON : Zombicide : Green Horde, en cinquième position avec 5 millions de dollars et plus de 27 000 soutiens, puis Rising Sun, en sixième position avec 4 300 000 $ et un peu plus de 31 000 soutiens. Concernant cet éditeur, la seule question à se poser est « est-ce que Hate (jeu dont la campagne va être lancée prochainement) va faire mieux que ces deux là ? ».

Et pour terminer cette liste, vient le reprint (re-belote) de Gloomhaven de Isaac Childres, récemment élu au top des jeux de BoardGameGeek, pointant en huitième position avec ses 4 millions de dollars et ses presque 41 000 soutiens.

jeux_de_societe_Ludovox_Gloomhaven _coverup

 

separateur-1

 

 

2017 a vu se généraliser un genre particulier de campagnes, certainement appelé à perdurer : les reprints de jeux déjà financés sur Kickstarter, souvent accompagnés d’une extension, Kickstarter n’autorisant pas les campagnes pour des jeux déjà existants (encore qu’on puisse constater un assouplissement de cette règle). Ces reprints sont souvent de très nets succès au point que, comme on l’a vu plus haut, trois d’entre eux sont entrés avec fracas dans le top 10 des jeux les mieux financés sur Kickstarter. Hormis les trois en question, on peut citer en vrac : Gloom of Kilforth par Tristan Hall, Nemo’s War par Victory Point Games, Endure the Stars par Grimlord Games, Folklore : the Affliction par Greenbrier Games Inc. Et j’en oublie sûrement.

 

separateur-1

 

nuts!-publishing-logo

PIXIEGAMES

Deux autres tendances remarquées l’année passée, une bonne et une très nettement plus discutable. La première est le nombre de plus en plus important de campagnes qui proposent une ou des versions du jeu dans une langue autre que l’anglais, et notamment en français, que ce soit en version intégrale (règle + matériel) ou seulement la règle (imprimée ou en PDF). À cet égard, impossible de ne pas mettre en avant deux éditeurs français : Pixie Games et Nuts! Publishing. Deux éditeurs, pourtant pas très gros, qui n’hésitent pas à s’engager de plus en plus pour nous proposer, dès la campagne Kickstarter ou peu après, des versions françaises intégrales de jeux qui, sans eux, n’en n’auraient certainement jamais eu. Un grand merci à eux donc !

 

 

La deuxième tendance est issue d’un mélange foireux entre la facilité et l’avidité : un « éditeur » se paye une licence a priori porteuse, généralement dans un registre plutôt geek, pond plus ou moins à l’arrache un jeu qui colle plus ou moins bien à cette licence, et zou, on balance le tout sur Kickstarter ! Et advienne que pourra. Citons donc Space Goat Productions pour The Terminator : The Official Board Game ; Overworld Games pour Total Recall : The Official Tabletop Game ; Steamforged Games pour Resident Evil 2 : The Board Game et Allen Chang pour T2029 : Terminator 2 Board Game. On regardera donc avec la plus grande circonspection les campagnes du même genre à venir en 2018, telle que Rambo par Everything Epic Games et toutes celles du même acabit qui ne manqueront pas de débarquer.

 

separateur-1

 

racoon-cwowd

Si Cwowd a connu une très importante progression l’année dernière, cela est du en partie aux succès, qui ne se démentent pas, des pledges groupés. Il faut dire que la possibilités de gratter quelques euros, quand ce n’est pas quelques dizaines d’euros, sur le coût global d’un pledge est apte à attirer du monde. Même si le concept n’a pas trouvé naissance sur son forum (il existait des pledges groupés sur celui de Tric-Trac bien avant), on peut sans aucun doute dire que c’est bien grâce à Cwowd, et surtout à tous ceux qui prennent la peine et le temps de s’en occuper, que les pledges groupés ont été « popularisés ».

Nul doute donc qu’ils seront aussi, voire plus, nombreux en 2018 qu’en 2017. Il n’y a pas de petites économies !

 

 

separateur-1

 

 Ça s’est passé la semaine dernière…

Les lancements de campagnes

 

L’année ludico-participative démarre en douceur avec une seule campagne notable la semaine passée. Peu de projets à se mettre sous la dent pour l’instant donc, mais je vous rassure, ça ne va pas durer.

spirits-of-the-forest-box-art

C’est Spirits of the Forest par ThunderGryph Games qui ouvre le bal pour 2018. Nouveau jeu de de l’anciennement prolifique Michael Schacht, Spirits of the Forest est un pur jeu abstrait annoncé pour un à quatre joueurs. Malheureusement, je ne vous en dirai pas plus car les seules explications de gameplay sont disponibles uniquement via les reviews vidéo en anglais et seule la règle en anglais est téléchargeable, alors qu’elle sera disponible en quatre langues, dont le français. Il semble bien en tout cas que l’on soit face à un jeu plutôt costaud, et pas à un jeu d’apéro.

Est-ce le besoin de pledger par trop réfréné ces derniers temps ? Les tarifs des pledges plutôt très raisonnables (hormis la Collector’s Edition) ? La présentation et le matériel aguicheurs, encore améliorés par les 16 stretchs goals déjà débloqués ? Ou tout simplement un parfait mélange de tout cela ? Toujours est-il que la campagne se porte mieux que bien. Financée au premier jour à largement plus de quatre fois les 20 000 € demandés, ce sont 140 000 € qui ont été rassemblés au cours du troisième grâce à plus de 3 200 soutiens. Actuellement financé à plus de 10 fois, la réussite est déjà totale et le jeu a visiblement bien profité du manque de concurrence dû à la période.

Règle du jeu en français, matériel sans texte (actuellement 210 000 / 20 000 € et 4 890 soutiens. Fin le vendredi 26 janvier à 16h00).

 

 

separateur-1

 

Suivi des campagnes précédemment lancées

 

Peu de porteurs ont osé braver le calme plat des fêtes de fin d’année. Et c’est tant mieux pour moi, cela me permet de me remettre dans le bain en douceur. Malgré tout, deux ou trois trucs sont à noter.

jeanne-d'arc-la-bataille-d'orleans-box-art

Commençons par une campagne française sur Ulule avec Jeanne d’Arc, la bataille d’Orléans par l’association H2O. Contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre, ici point de fine stratégie de guerre, de gestion de troupes et autres éléments plus proches du wargame que du jeu de plateau. Nous sommes en présence d’un jeu plutôt familial avec des mécaniques de placement et de majorité. Si le plateau de jeu montré (non définitif) ne va pas soulever l’enthousiasme des foules en délire, il n’en va pas de même pour le reste des illustrations, cartes et boîtes. Si je vous dis qu’elles sont l’œuvre de Vincent Dutrait, quand bien même on n’aimerait pas son travail, il est tout de même difficile de ne pas leur trouver un certain attrait, voire même un attrait certain.

Avec un prix du pledge fort raisonnable (30 €) le jeu est, à un peu plus d’une semaine de la fin de campagne, largement financé avec 9 000 € pour 5 000 demandés. Les 10 000 € permettant d’avoir une figurines de la Jeanne en lieu et place du bête pion impersonnel viennent d’être atteints au moment où j’écris ces lignes. Le fonctionnement d’Ulule « poussant » un peu les soutiens à pledger dans les derniers jours, les 15 000 € des figurines en remplacement des pions de Capitaines, sont parfaitement jouables. L’histoire nous a appris à ne jamais sous-estimer les derniers jours d’une campagne Ulule ! Jeu en français intégral (actuellement 10 300 / 5 000 € et 233 soutiens. Fin le mardi 16 janvier à 16h00).

 

Revenons sur Kickstarter avec Tokyo Series : Jidohanbaiki, Metro & Jutaku par Dark Flight. Ces jeux sont les trois premiers d’une série de 12 dont le fil directeur est la vie à Tokyo et sont l’œuvre de Jordan Draper et de quelques autres auteurs invités de différentes nationalités.

tokyo-jidohanbaiki-box-art

Le thème de Jidohanbaiki est les distributeurs de boisson. Pas très sexy a priori, c’est en fait une compilation de 20 petits jeux de différents auteurs, aux mécaniques différentes (déduction, dextérité, etc) pour des parties de 5 à 15 minutes.

tokyo-metro-box-art

Metro, de Jordan Draper uniquement, ne boxe pas dans la même catégorie. Simulation de gestion de… métro, avec des parties de 2 heures en moyenne, on tape là dans le nettement plus velu. Investissements et spéculation boursière, gestion des rames et des horaires de circulation et même gestion des locations de vélos, voilà ce que vous propose Metro. J’en vois certains se trémousser sur leur chaise à cause de la douce sensation de chaleur qui irradie leur bas-ventre à la lecture des lignes précédentes. Les autres, les gens normaux, iront voir ailleurs.

tokyo-judaku-box-art

Quant à Jutaku, toujours du seul Jordan Draper, il s’agit d’une version XL du jeu éponyme déjà paru auparavant et totalement épuisé. Jouable en solo et jusqu’à 8, le ou les joueurs endossent le rôle d’architectes japonais qui vont devoir concevoir en temps réel des mini maisons sur des parcelles de terrains aux formes bizarroïdes. Le tout, avec ses éléments en bois de formes divers et variées, ressemble à une sorte de Tangram en 3D.

Particularité de la campagne, les pièces de monnaie du jeu en métal (proposée à quand même 25 $ en add-on) ajoutées gracieusement à tous les pledges si les 50 000 $ de financement sont atteints en 72 heures ou moins. Objectif atteint en moins de 48 heures, et avec le double des 21 000 $ demandés pour le financement (actuellement 55 000 / 21 000 $ et 600 soutiens. Fin le mardi 16 janvier à 16h00).

 

 separateur-1

 

À venir cette semaine

Ce n’est pas vraiment la grosse bousculade, mais ça devrait venir.

 

Mardi 9 janvier

western-legends-box-art

Western Legends par Kolossal Games

Présenté par son éditeur comme un jeu « bac à sable », mais sans beaucoup plus de précisions.
Les joueurs vont pouvoir choisir plus ou moins leur destin dans l’univers du grand Ouest sauvage américain, devenir le shérif, un chasseur de prime ou au contraire un desperado redouté, le tout en croisant les légendes de l’époque telles que Calamity Jane, Billy the Kid, Buffalo Bill, et compagnie.

 

 

Deja Vu Fragments of Memory jeu ks 2018

Déjà-vu : Fragments of Memory par Asteria Games

Une jeune fille sans nom se réveille dans une navette spatiale et ne se souvient plus de rien. Pour retrouver la mémoire, elle entreprend de visiter toutes les planètes dont l’ordinateur de bord a gardé la trace. Et devinez qui va devoir l’aider dans sa tâche ? Une mécanique qui mélange allègrement awélé, construction de tableau, collection de sets et combos, le tout dans un univers plus onirique que science-fictionnesque.

 

 

Mercredi 10 janvier

greenlanddb

Neanderthal cover

Neanderthal + Greenland par Sierra Madre Games

Ces deux jeux, qui vont faire l’objet d’une seule campagne, sont des reprints de jeux de Phil Eklund sortis respectivement en 2015 et 2014.

 

 

 

 

separateur-1

 

On les attend de pied ferme

separateur-1

On les attend de pied ferme

  • Batman de Monolith : Ce jeu reprend la très intéressante et originale mécanique d’overlord de Conan, avec un mode prévu spécifiquement pour 2 joueurs. Ludovox vous en parlait par ici après une partie sur le salon cannois. Campagne lancée le 27 février. 
  • Hate chez CMON, curieux nous sommes de voir ce que cela va donner !
  • Endeavor nouvelle édition (nouveau plateau central et personnel avec départ asymétrique, illustrations revues, matériel amélioré avec une figurine premier joueur et quelques menues changements dans la règle à prévoir… on attend d’en savoir plus), la campagne est prévue pour fin janvier. 
  • Immortal 8 campagne prévue pour mars chez Sorry we are French. Jeu de draft et de civilisation pour 3 à 8 joueurs. On y reviendra mais sachez que plein d’infos seront postées progressivement sur le site dédié.  
  • Claustrophobia chez Monolith, annoncé pour cet été. Retour de ce jeu 1 vs 1 asymétrique difficilement trouvable aujourd’hui. 

 

separateur-1

Légende des symboles utilisés

coeur rouge : Désigne les campagnes conseillées par Shanouillette.

coeur bleu : Désigne les campagnes conseillées par Gougou69.

fr : Désigne les campagnes dont tout ou partie des éléments sont en français.

: Désigne les campagnes particulièrement intéressantes sur le plan financier.

Attention 2 : Désigne les campagnes que nous déconseillons fortement.

Le lexique du participatif

  • Add-on : (Nom m.) Ajouts optionnels et néanmoins payants proposés au cours de la campagne. Cela peut-être des packs de figurines, des extensions, des dés plus jolis, mais aussi des objets beaucoup plus dispensables tels que des t-Shirts ou des mugs, voire des pin’s (si si !). Dans tous les cas, les sommes collectées par ce biais participent à l’augmentation de la cagnotte et à atteindre les paliers des stretch goals.
  • Backer [bakeur] : (nom m.) Aussi utilisé, « pledger ». Personne qui avance de l’argent pour la réalisation d’un projet dont la campagne est en cours.
  • Box Upgrade : Modifications apportées tout au long de la campagne (souvent dans le cadre des stretch goals) qui permettent d’améliorer la qualité du matériel du jeu (cartes plus épaisses, carton de la boîte plus fort, dés spéciaux, etc…).
  • CAD$ : Dollars Canadiens (cours bien inférieur au Dollar US)
  • Campagne : Période au cours de laquelle le projet est proposé au souscripteurs. Généralement de 2 à 4 semaines, mais cela peut être moins ou beaucoup plus. Cette durée n’est pas anodine et ne doit pas être choisie au hasard par le porteur du projet. En effet, de celle-ci dépend la forme et la dynamique de la campagne.
  • CMoN : Initiales de l’éditeur “Cool Mini or Not”. Afin de briller en société et avoir l’air du mec (ou de la meuf) qui s’y connait, on le prononcera “Simone” (oui, comme la tata du même nom) et on proscrira les “kmone” ou, pire, les “komone”.
  • DPG : Initiales de l’éditeur “Devil Pig Games”.
  • Early Birds [eurli beurdz] : (Nom m.) Rien à voir avec des oiseaux qui arriveraient en avance. Il s’agit d’un nom poétique donné au pledge à prix réduit (généralement quelques dollars) ou avec un bonus proposé parfois aux tous premiers souscripteurs d’une campagne.
  • FdPI : Initiales de « Frais de Port Inclus »
  • KS : Contraction de KickStarter, la plus grosse plate-forme de financement du monde connu.
  • KS Exclu : Acronyme regroupant tout ce qui est proposé lors d’une campagne et qui lui est exclusif. Par exemple, un add-on ou un stretch goal « KS Exclu » ne se retrouvera jamais dans le commerce et ne pourra plus être acquis en dehors de la campagne. Mais certains porteurs de projets ont des notions bien personnelles de la signification du terme « exclusif ».
  • Mougeon : (Nom m.) Race animale grégaire endémique sur Kickstarter, mi-mouton mi-pigeon. Les spécimens qui la compose ont pour particularité d’avoir, au cours de certaines périodes de l’année qui correspondent peu ou prou à la durée des campagnes de financement les plus en vue, une capacité de discernement inversement proportionnelle à la taille de leur compte en banque.
  • Pledge [plèdj] : (Nom m.) Niveau de soutien proposé lors d’une campagne. Par extension, somme d’argent versée pour y accéder.
  • Pledge groupé (ou PG) : (Nom m.) Regroupement des participations de plusieurs soutiens géré par une personne, généralement pour diminuer (parfois drastiquement) les frais de port et après négociation avec le porteur du projet.
  • Pledger : [plédjé] (Verbe) Action de sélectionner un niveau de soutien et d’autoriser le débit de son compte de la somme correspondant en cas de réussite de la campagne.
  • Pledger : [plédjeur] (Nom m.) Voir « Backer ».
  • PnP : Initiales de « Print and Play ». Il s’agit d’un fichier (généralement PDF) gratuit ou payant, permettant d’imprimer les composants du jeu qui s’y prêtent et ainsi de le tester avant la fin de la campagne.
  • Reboot [rebout] : Deuxième (voire plus) lancement d’une campagne qui a précédemment échoué à être financée. En général, le porteur du projet essaie à ce moment là de corriger les erreurs qui ont mené à l’échec, mais pas toujours…
  • Reminder [wemeyndeur] : Option qui vous averti par mail de l’entrée d’une campagne dans ses dernières 48 heures et vous permet ainsi de juger de la pertinence d’y participer. Utile lorsque l’on est pas certain d’être intéressé en l’état en début de campagne.
  • Reprint : Nouveau tirage d’un jeu qui fait parfois l’objet d’une campagne participative.
  • ROW : Acronyme de “Rest Of the World”. Indique l’ensemble des zones géographiques concernées par des frais de port qui n’ont pas été déjà détaillées.
  • SG : Contraction de « Stretch Goals » (voir explication de ce terme).
  • Stretch Goals [strètch golz] : Paliers de financement qui, lorsqu’ils sont atteints, débloquent un ou plusieurs éléments supplémentaires venant généralement enrichir le jeu. Lorsque ces stretch goals sont spécifiques à la campagne et lui resteront exclusifs, on emploie l’expression acronyme de « SG KS Exclus ».
  • UE Friendly : Définit un projet dont le porteur s’est assuré que les colis de son jeu arriveront dans notre boîte aux lettres sans surcoût lié au passage en douane.

separateur-1

2 Commentaires

  1. Florent 09/01/2018
    Répondre

    Joli récap, ca compense le début un peu mou.

    J’ai lu de ci de là que CMON voulait faire un mélange de arcadia quest et de munchkin. Vu que c’est cmon, le kickstarter est probable. On a des infos là dessus?

    • Gougou69 09/01/2018
      Répondre

      Effectivement, il a bien été annoncé un Arcadia Quest Munchkin. Mais il me semble bien que ce sera uniquement en boutique et que cela ne passera pas par KS.

Laisser un commentaire