Participatif, la sélection naturelle du 06 février 2017

► Cette semaine, vous allez constater plusieurs modifications dans cette rubrique. Chacune d’entre elles a pour ambition de rendre la chronique sur le participatif encore plus pertinente et efficace.

Ainsi, je ne m’appesantirai pas sur les projets dont j’estime qu’ils n’en valent pas la peine (ce qui ne veut pas nécessairement dire qu’ils n’ont aucun intérêt). Dans un souci d’exhaustivité maximale, ces derniers seront traités très brièvement dans une section nommée “Pour mémoire” à la fin de chaque partie de l’article.

► Autre modification, effectuée suite aux demandes des lecteurs de cette rubrique, vous trouverez désormais, après ma prose sur certains projets, une description du gameplay du jeu concerné. Cette description sera faite par Takumi, éminent membre de Cwowd et auteur d’excellentes traductions fan-made. Celui-ci venant, de fait, me renforcer dans ma quête de perfection ;-), ce dont je le remercie très sincèrement. [NDLR : Et nous aussi, du coup !]. 

Cette description de gameplay n’aura d’autre but que de vous donner une idée globale du jeu. Elle ne sera donc pas nécessairement très développée. Elle ne sera pas non plus systématique, et ne sera faite que pour les jeux dont nous estimons qu’ils le méritent. Le travail qui a été fait cette semaine est une sorte de test et va certainement s’affiner avec le temps. N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

► Je tiens également à attirer votre attention sur ce qui est un parti pris que j’assume totalement. J’ai déjà commencé, et je vais continuer, d’essayer (oui « essayer », je préfère être prudent) d’évoquer tous les projets français ou francophones dont j’aurai connaissance, ceci dans le but de les aider à se faire connaître et donc, dans l’idéal, à être financés.

Mais encore faut-il pour cela que les porteurs des projets en question se donnent la peine de donner le minimum d’informations pour que nous ayons connaissance de la campagne, et si possible pas 15 jours après son lancement ! Il est juste impossible de surveiller le lancement de tous les projets. Par ailleurs, avoir un pitch c’est bien, avoir les règles, c’est encore mieux. « Aide-toi, et les sites spécialisés t’aideront ». Ou pour le moins essaieront.

LudoboyBase

► Et surtout, surtout ! N’oubliez pas de verser une piécette sur le Tipeee lancé par Ludovox pour soutenir le site ! L’équipe de passionnés – voire d’acharnés – qui est derrière ce site en a vraiment besoin pour continuer. Comme pour toutes les quêtes, il n’y a pas de petits dons. N’oubliez pas : ce sont les petits ruisseaux qui forment les grandes rivières…

 

Comme à l’accoutumée, vous trouverez en fin de chronique le lexique qui vous permettra de mieux comprendre les termes un peu techniques employés parfois et dont la plupart est en orange.

 

Ça s’est passé la semaine dernière (et on nous a rien dit…)

Les lancements de campagnes :

By Order of the Queen de Junk Spirit Games

by-order-of-the-queen-boite

Ce jeu coopératif à base de cartes bénéficie d’une direction artistique bien à lui. Comme toujours dans ces cas là, on aime, ou pas. Jouer des héros devant s’entre-aider pour réaliser les quêtes que la Reine leur a confié pour sauver le royaume semble avoir convaincu assez de soutiens pour que le jeu soit largement financé dès le deuxième jour.

Le gameplay du jeu, par Takumi

By Order of the Queen est un jeu coopératif avec un thème med-fan où tous les joueurs vont gagner ou perdre ensemble contre le jeu.

 

But du jeu

Les joueurs gagnent s’ils accomplissent 3 missions ordonnées par la Reine.
Ils perdent s’il n’y a plus de villageois en jeu (15 au départ), si plus aucune région n’est alliée à la Reine (11 au départ) ou s’il n’y a plus de héros pour défendre le royaume (ni dans la pioche, ni dans la défausse).

 

Mise en place

La mise en place est simple mais demande pas mal de manipulations, car il va falloir créer tout un tas de decks de cartes.

4 decks de cartes Lieux, 1 deck de cartes Quêtes, 1 deck de cartes Mission de la reine, 1 deck de cartes Objet, 1 deck de cartes Héros, 1 deck de cartes Événement et 1 deck de cartes Monstres (2 boss et des monstres classiques).

Ensuite, chaque joueur sera affilié à une guilde qui lui donnera divers bonus et objets.

 

Tour de jeu

Chaque tour commence en mettant en jeu une nouvelle carte « événement » qui sera influencée par la position d’un jeton Lune (4 positions, du croissant à la pleine lune).

Ensuite, les joueurs vont piocher 7 nouvelles cartes « héros ». Les héros appartiennent à 4 classes (soigneur, archer, mêlée, défenseur) et ont plusieurs attributs parmi 7 (force, intelligence, charisme, combat….).

On applique ensuite « l’événement » en cours en mettant en place des jetons Menace sur les villageois et les régions, en piochant de nouveau monstres…

À son tour chaque joueur doit effectuer de 1 à 4  actions :

  • 1 – Résoudre une quête

Pour cela vous devrez résoudre une quête en jeu ou en piocher 2 et en garder une. Une fois la quête lue, vous devrez constituer votre équipe de 4 héros (parmi ceux de votre main) pour partir à l’assaut d’un lieu. Les cartes Lieu sont en plusieurs parties et demandent de résoudre des tests à la manière d’un “Contrée de l’horreur” (réussite sur 5 ou 6).

Il y a 3 types de test :

  • test de combat (1 dé par classe différente)
  • test de attribut (1 dé par héros avec du charisme par exemple)
  • test de classe (1 dé par soigneur par exemple)

 

Ensuite, en fonction de la réussite ou l’échec, vous obtiendrez des récompenses et objets selon l’événement en jeu.

By Order of the Queen box 2

  • 2 – Accomplir une mission de la reine

 

Cette action fonctionne presque de la même manière que l’action “résoudre une quête”

 

  • 3 – Combattre des hordes de monstres

Le combat est plus simple. Comme précédemment, vous allez monter votre équipe de héros et lancer 1 dé par classe différente en votre possession. Certains objets vous permettront d’en lancer davantage. Sur les cartes monstres sont indiquées une ou plusieurs valeurs de dés, vous devrez y placer des dés dont la valeur est supérieure ou égale pour les vaincre.

 

  • 4 – Combattre un boss

Cette action fonctionne presque de la même manière que l’action “Combattre des monstres”

 

Fin du tour

Une fois que chaque joueur a joué ses actions, le jeton Lune avance, on défausse 1 villageois et 1 région par jeton menace restant et on défausse des villageois par monstre encore en jeu. Ensuite un nouveau tour commence.

Evidemment, l’intérêt du jeu réside dans la variété des équipes des héros que vous allez constituer, les objets qui vous permettront de relancer, modifier, ou ajouter des dés, les événements et plein de petites mécaniques pas évoquées ici (les lieux sont divisés en 3 zones qui vont vous obliger à certains choix tactiques…).

 

 

Quodd Heroes de Ryan Iler  fr (PDF des règles + cartes)

qodd-heroes-image-boite-3

Reboot d’un projet dont j’avais fait mon « coup de cœur » dans la rubrique du 12 décembre 2016, la campagne avait été annulée bien tardivement, aux portes du financement. Annulation réclamée par un grand nombre de soutiens qui se rendaient compte que le jeu allait être tout juste financé, sans qu’aucun stretch goal n’ait été débloqué. Au-delà des stretchs goals, ce qui faisait rager c’est qu’il était évident que le jeu avait un gros potentiel, mais que la préparation (ou plutôt l’impréparation) de la campagne plombait celle-ci.

Et il s’avère que nous (les soutiens) avions raison. Ryan Iler, l’auteur et porteur du projet, revient avec une campagne revue et corrigée, remaniée en fonction des critiques et conseils reçus lors de la précédente. Montant de financement revu à la baisse, éléments de jeu optionnels intégrés de base dans un pledge unique…

Et le résultat est là : financé en jour 1 à hauteur de quasiment 100.000$ (pour 60.000 demandés), plus 37.000 le deuxième jour, contre à peine 75.000$ récoltés au moment de l’annulation de la première campagne. Idem pour le nombre de soutiens. Ainsi, si la première campagne a été soutenue par 677 personnes, se sont 927 contributeurs le premier jour, puis 352 le deuxième, qui ont permis à ce reboot de voir débloquer 6 Stretch Goals en 48 heures. Ce sont, au jour où j’écris ces lignes, plus de 165.000$ qui ont été récoltés, amenés par plus de 1500 soutiens.

Un joli début donc et, surtout, un véritable cas d’école quant au bien fondé de l’annulation d’une campagne boiteuse et de sa relance peu après, pour peu que celle-ci ait été bien pensée et remaniée.

Le gameplay du jeu

Nous sommes en présence d’un jeu de stratégie/action atypique pour 2 à 4 joueurs (peut-être plus grâce aux Stretch Goals) dans lequel chaque joueur dispose d’un personnage représenté par un cube.

 

Comment ça se joue ?

Les personnages étant cubiques, les déplacements vont s’effectuer par basculement d’une face vers une autre. Chacune d’entre elles a un pouvoir particulier qui se déclenche lorsque la face concernée se retrouve au sommet du cube à la fin de son déplacement.

Ces pouvoirs ne sont jamais les mêmes à chaque partie puisque déterminés par des tuiles tirées aléatoirement lors de la mise en place et placées sur un plateau de jeu individuel, sous le dessin correspondant à chacune des faces du cube. Chaque héros a donc à chaque fois un set d’actions qui lui est propre et qui lui confère une manière unique de se déplacer.

Quodd Heroes perso

Une seule face ne reçoit pas d’action car elle déclenche un pouvoir spécial. C’est la face “Q” (je vous laisse déjà savourer les blaguounettes à deux balles qui ne manqueront pas de fuser lorsque cette face apparaîtra). En plus de déclencher le « Qpower », un pouvoir particulier spécifique à chaque héros (par exemple « ROK GEMSTALKER » peut créer ou détruire un mur), cette face permet de réorganiser le set d’actions sur les autres faces.

La séquence de jeu est simple et se divise en 3 phases :

  1. Le joueur effectue un mouvement dans la direction de son choix par basculement de son cube. Au début de la partie les héros démarrent avec une compétence de mouvement de 1. C’est le nombre de symbole « croix » sur la piste du bas du plateau de héros (ligne verte).
  2. Les éventuels effets du terrain sur lequel il s’est arrêté sont appliqués (ressort projetant le cube sur une autre case, piège…).
  3. L’action de mouvement du héros est activée en fonction de la face supérieure visible et de sa compétence de mouvement (différent de l’action).

Et c’est tout.

 

C’est vraiment tout ?

Heureusement, pas vraiment. Chaque héros possède une compétence d’exploration matérialisée par le nombre de symbole “cartes” sur la piste du bas du plateau de héros.

Cette compétence permet de tirer des cartes “exploration” de plusieurs types :

  • Nourriture : Elles améliorent le mouvement ou protègent d’effets indésirables.
  • Runes : Reliques d’une civilisation perdue, ces objets mystiques ont des effets très puissants qui peuvent altérer l’environnement (création d’un téléporteur, d’un tunnel. Rotation d’un plateau…).
  • Familiers : Chaque familier est le seul de son espèce. Lorsque l’on en obtient un, il est conservé et peut être utilisé à chaque tour, mais il devient une proie de choix pour les autres joueurs.
  • Objets : Comme les familiers, ils sont conservés en jeu et peuvent être utilisés lors de tous les tours (Le GGPS, par exemple, permet de réarranger les actions de mouvement à chaque tour).
  • On n’en sait pas beaucoup plus à ce sujet, mais des cartes événements et des dés de dispersion semblent pouvoir amener un peu de chaos au sein des plans soigneusement peaufinés par les joueurs.

 

Différents modes de jeux sont proposés :

  • Quêtes : Les joueurs s’affrontent dans une course pour compléter des objectifs, tels que la collecte de cristaux ou de reliques.
  • Rallye : Une course à points de passages obligés dans laquelle tout est permis pour être le premier à rallier l’arrivée.
  • Scénarios en équipe : 2 vs 2 ou 3 vs 1, ou n’importe quelle combinaison au choix des joueurs. Ce mode permet de tester des combinaisons de compétences dans le seul but de dominer l’autre équipe, qui ne manquera pas de faire de même.

 

 

 

Dragon Brew de August Games

dragon_brew_boite

Les jeux de gestion sur le thème de la bière reviennent sur Kickstarter avec une régularité quasi métronomique. Celui-ci tente l’originalité du thème en utilisant un contexte Med-Fan. Les mécaniques, quant à elles, sont plutôt classiques : gestion de ressources, pose d’ouvriers. Reste la direction artistique, qu’à titre personnel je trouve un peu trop sombre.

La campagne est franchement mollassonne, le jeu n’étant toujours pas financé au 5 ème jour.

Si vous êtes tentés, vous pouvez essayer le jeu sur Tabletopia.

 

SuperHot : The card Game de Board & Dice

superhot_card_game_boite

Un jeu de cartes étrange, tiré d’un jeu vidéo indé non moins étrange, qui semble plutôt calibré pour le solo. La base ? Un jeu de First Person Shooter (en gros, vous incarnez un perso qui tire sur tout ce qui bouge). 

L’étrangeté de ce titre ne l’a pas empêché (ou peut-être lui a permis) d’obtenir le titre de « Most Anticipated Game – Best of the Rest » (hors catégorie, donc) de BGG, titre gagné grâce aux votes des lecteurs du site, rappelons-le. Et cela explique sûrement le beau démarrage de la campagne : pour 8 000$ demandés, ce sont plus de 17 000 qui ont été récoltés le premier jour, grâce à plus de 700 soutiens. Si le montant a baissé les jours suivants, il est loin de s’être écroulé. De fait, à ce jour ce sont un peu moins de 48 000$ apportés par plus de 2 000 contributeurs engrangés dans la cagnotte. Et il reste 16 jours de campagne.

Le gameplay du jeu, par Shan

Récemment, dans le genre, on a joué à Adrenaline, le FPS sorti sur table de chez Czech games. Le principe original de Superhot le jeu vidéo c’est que vous avez du temps pour analyser ce qui va vous arriver, tout votre environnement et toutes vos embûches, car le temps ne s’écoulera que lorsque vous vous déplacerez ou quand vous effectuerez une action concrète. Anticipation et précision sont au rendez-vous. Original, non ? Et bien le jeu de cartes qui en est tiré tâche de reproduire le même état d’esprit.

SuperHot Card Game 3

Pour ce faire, Superhot fait appel à la mécanique du deck-building de façon un peu particulière. Les cartes – armes et objets – achetées ne vont servir qu’une seule fois. À vous de créer un deck immédiatement efficace, en ramassant les bonnes cartes au bon moment. Comment ça, opportuniste ? Et oui, comme dans le jeu vidéo dont il est tiré, on doit faire au mieux avec ce qu’on voit à un instant T.   

Au centre de la table, trois zones. En haut, les missions à compléter pour gagner (on révèle une carte mission face visible, il faut en compléter trois pour gagner), les obstacles au centre (avec la pioche, la rivière de 6 cartes et la défausse) et puis dessous, l’aire pour les actions des joueurs.  

Les menaces que vous éliminez sont ajoutées à votre main, vous donnant des capacités améliorées et d’autres options tout en vous rapprochant de la victoire… Le jeu comporte quatre modes de jeu (Solitaire, Coopératif, Compétitif, all vs one). 

 

 

Dig de Julien Charbonnier fr

Amateurs de “pixel art”, ce jeu vous est destiné. Ce projet français nous propose un petit jeu simple mélangeant les mécaniques de gestion de tableau à du “stop ou encore”.

Le démarrage de la campagne est plus que laborieux. Pour 10 000€ demandés, ce sont à peine 1 200 qui ont été récoltés à ce jour. La faute à, comme toujours, l’absence de communication pré-campagne. Ce jeu est apparu sans que personne n’en n’ai jamais entendu parler, et le résultat est dépendant de cela. Le nombre de pledges différents est aussi bien trop grand pour un si modeste projet, et si le tarif de l’offre de base est tout à fait correct, les autres sont juste trop onéreuses pour attirer le chaland. À noter : l’effort de proposer une page en anglais dotée d’un miroir en français.

Dernière Minute ! : Le hasard faisant bien les choses, alors que je finalisais cette rubrique, la nouvelle est tombée de la part de l’auteur. Le projet va être annulé dans la semaine, pour être relancé plus tard, après refonte de la campagne. Une sage et courageuse décision, qui ne peut qu’être bénéfique à terme.

 

The Shared Dream de ODAM Publishing LLD

shared_dream_boite

Si vous avez toujours rêvé de combattre les créatures de vos cauchemars, vous allez être aux anges… c’est justement ce que vous propose ce jeu coopératif. Petit défaut pour les handicapés de l’anglais comme moi, ce jeu ayant également une composante narrative, les tartines de texte ornant les cartes sont un tantinet indigestes !

La campagne a, en tous cas, démarré doucettement mais finalement financée au quatrième jour. 

 

Pour mémoire

Necroboomicon de Alan Gerding

Extension au jeu à identité secrète Two Rooms and a Boom, celle-ci lui ajoute 9 personnages inspirés de la mythologie Lovecraftienne. L’accent est mis sur la facilité des échanges, en particulier pour un “petit” (6 à 10, pour ce jeu) groupe de joueurs.

 

Deep Madness Horror Soundscape de Ruby Niles Games

Des sons et musiques d’ambiance pour les jeux d’horreur, Chtulhesques et assimilés – destinés au jeu Deep Madness. À noter que tous les soutiens, dès 1€, auront droit à 38 minutes de sons d’ambiance de la campagne Kickstarter de 2013, plus deux heures de samples.

 

Tramways : Paris / New York de AV Studio Games / Ludibooster fr

Deux extensions pour le jeu Tramways d’Alban Viard. Ludovox devrait revenir dessus ultérieurement. 

 

Dungeon Mini de Ynnis fr

Nouvelle tentative pour allier numérique et jeux de plateaux. Et une nouvelle fois, cela ne semble pas attirer les foules. Si la technologie semble parfaitement au point, l’intérêt ludique n’est pas, quant à lui, parfaitement évident. Le prix des pledges en paraît donc un tantinet trop élevé. Quant aux frais de port prévus, ils sont juste abusifs en l’état et devraient refroidir plus d’une bonne volonté.

 

Exosphere : The Sci-Fi Strategy Card Game de Counter Culture Games

Un jeu de combats tactiques dans l’espace à base de cartes. Bon, je serais bien incapable de vous informer sur son intérêt. Le début de la campagne est, en tous cas, assez poussif…

 

British Vs Pirates de Apollo Randall

british_pirates_boite

Un jeu de combats navals sur le thème des pirates, avec des jolies figurines de bateaux ! Le premier jour de campagne laissait augurer le meilleur, la suite beaucoup moins.

 

Suivi des campagnes précédemment lancées :

Age of Towers de Devil Pigs Games fr

Age of towers-devil pig games-Couv-Jeu de societe-ludovox

J’avais dit, la semaine passée, que les prix des pledges d’Age of Towers allaient se rationaliser avec le déblocage des Stretch Goals. Les 20 premiers apparus (oui oui, ce n’est pas terminé ! On parle d’une campagne des DPG là !) semblent bien me donner raison.

Ont été ajoutés, en vrac : tout le matériel pour un 5ème joueur, 3 nouvelles missions, 5 nouveaux événements, 4 nouvelles quêtes et leurs tuiles, 3 nouveaux bâtiments et leur miniature respective, ainsi que 3 nouveaux monstres réservés au pledge Castle. À tout cela viennent s’ajouter les deux add-ons de gameplay au prix très contenu de 5 et 10€.

Le cercle vertueux des stretch goals qui attirent d’autres soutiens, qui font eux-même tomber d’autres stretch goals, fait son office, mais cela n’a pas empêché un gros coup de mou assez curieux depuis quelques jours. Nul doute que les cochons ne laisseront pas passer un tel affront sans une réponse à sa mesure 😉 !

 

Tortuga 1667 de Travis Hancock fr (PDF)

tortuga_1667_livre

Tortuga persiste et signe : il sera l’une des plus belles réussites de ce début d’année ! Financé à plus de 21 fois la somme nécessaire, ce sont presque 6500 soutiens qui se sont laissés séduire par ce petit jeu admirablement présenté. Joindre la qualité du contenant à celle du contenu est, à l’évidence, particulièrement payant.

 

Medioevo Universalis de Giochix fr (+ 25€)

Medioevo Universalis-Giochix.it-Couv-Jeu de societe-ludovox

La réussite de ce monstre ne laisse pas d’étonner ! Ce jeu, qui aurait déjà été considéré comme un “gros jeu” dans les années 80 est largement financé à 16 fois la somme demandée. Un peu plus de 700 personnes ont estimé avoir la place, le temps et les joueurs (et aussi les finances) nécessaires pour pouvoir mener à bien des parties dont la durée se comptent en paires d’heures. Espérons pour eux que le jeu en vaille la chandelle.

 

OrcQuest de Maze Games fr

ORCQUEST logo

Joli maintien pour ce petit jeu de cartes magnifiquement illustré, pour peu que l’on aime les êtres à la peau verte (non, pas les Martiens.). Un ventre moi depuis une petite semaine, mais il ne pouvait en être autrement au vu de la durée de la campagne (45 jours).

  • La fiche du jeu sur Ludovox.
  • L’article de Deedlit1986 sur Cwowd.

 

Pour mémoire

Nightmare Forest : Alien Invasion de Dave Killingsworth

Judgement de Gunmeister Games

Land of Zion de Sky Kingdom Games

Wrathborn Champions de Randover Games

Heroes of Land, air and Sea de Gamelyn Games

 

Ils se terminent cette semaine

Forteresses et Clans de The Red Joker fr

forteresses-et-clans-logo-fr

Si la campagne est largement financée et à vu 10 stretch goals débloqués, elle n’est à mon sens malheureusement pas à la hauteur de la qualité du jeu.

Depuis le lancement du projet, je vous expose mon sentiment sur Forteresses & Clans, qui est que ce jeu est bien plus profond et stratégique qu’il en à l’air au premier abord. Thierry, notre boss, a testé le Print-and-Play et son avis rejoint mes impressions (lien juste là, en-dessous). Si vous aimez les jeux à deux, prenez 5 minutes pour lire ce petit article. Peut-être saura-t-il vous convaincre de franchir le pas.

  • Fin le mercredi 8 février à 23h00.
  • Le hub du Jeu sur Cwowd.
  • Article sur le jeu sur Cwowd.
  • News Ludovox

 

Alchemical Crystal Quest de Mystical Games fr

Alchemical Crystal Quest (2nd Edition)

Une jolie réussite, pas évidente de prime abord, pour ce jeu coopératif clairement orienté vers les plus jeunes joueurs. Si vous trouvez Mice & Mystics un peu trop ardu pour votre progéniture, mais que vous tenez à l’initier aux jeux avec figurines, Alchemical Crystal Quest semble être la solution idéale puisqu’il sera entièrement disponible en français, louable effort de l’éditeur qui mérite d’être signalé.

  • Fin le jeudi 9 février à 20h30.
  • Shanouillette parle du jeu sur Ludovox, ici.
  • Florian en parle également sur Cwowd, .
  • La fiche du jeu sur Ludovox.
  • Le hub du jeu sur Cwowd.

 

Napoléon 1806 de Shako fr

napoleon_1806_setup

Ce jeu de stratégie napoléonien n’a toujours pas réussi à séduire assez de soutiens pour financer, malgré ses évidentes qualités. Espérons que les derniers jours de campagne apportent les quelques 3000€ manquants.

  • Fin le vendredi 10 février à 23h59.

 

Day Night Z de Creating Games

Day-Night-Z-Logo 2

Même si la campagne n’est pas à plaindre car déjà très largement financée, elle subit tout de même un ventre mou depuis plus de deux semaines. À voir si le rappel des 48 heures va lui redonner un petit coup de fouet.

  • Fin le dimanche 12 février à 18h00.

 

Pour mémoire

Pinball Showdown de Shoot Again Games

Financé de façon confidentielle, mais financé.

  • Fin le vendredi 10 février à 04h00.

 

À venir cette semaine

► Dungeon Alliance de Quixotic Games

Un Dungeon Crawler avec les tuiles et figs habituelles mais compétitif et mâtiné de deck-building. Un DC/DB quoi ! 😉 . Chaque joueur contrôle une équipe d’aventuriers et un seul sortira vainqueur du donjon…

  • Lancement le lundi 6 février à 18h00.
  • Page du jeu sur le site de l’éditeur. 

 

► Ephyran de Elements Editions fr 

ephyran_logo

Un jeu de cartes français dans l’univers de la mythologie grecque (très à la mode chez les français en ce moment) où vous allez devoir construire une cité légendaire en vous faisant aider de créatures… mythologiques. Le traitement graphique, orienté “BD”, est à mon goût de toute beauté. Mais les goûts, les couleurs, toussa….

  • Lancement le mardi 7 février à 20h00 (Early Birds prévus à 19€ contre 22€).
  • Vidéo de présentation du jeu.

 

 

Le lexique du participatif

  • Add-on : (Nom m.) Ajouts optionnels et néanmoins payants proposés au cours de la campagne. Cela peut-être des packs de figurines, des extensions, des dés plus jolis, mais aussi des objets beaucoup plus dispensables tels que des t-Shirts ou des mugs, voire des pin’s (si si !). Dans tous les cas, les sommes collectées par ce biais participent à l’augmentation de la cagnotte et à atteindre les paliers des stretch goals.
  • Backer [bakeur] : (nom m.) Aussi utilisé, « pledger ». Personne qui avance de l’argent pour la réalisation d’un projet dont la campagne est en cours.
  • Box Upgrade : Modifications apportées tout au long de la campagne (souvent dans le cadre des stretch goals) qui permettent d’améliorer la qualité du matériel du jeu (cartes plus épaisses, carton de la boîte plus fort, dés spéciaux, etc…).
  • CAD$ : Dollars Canadiens (cours bien inférieur au Dollar US)
  • Campagne : Période au cours de laquelle le projet est proposé au souscripteurs. Généralement de 2 à 4 semaines, mais cela peut être moins ou beaucoup plus. Cette durée n’est pas anodine et ne doit pas être choisie au hasard par le porteur du projet. En effet, de celle-ci dépend la forme et la dynamique de la campagne.
  • CMoN : Initiales de l’éditeur “Cool Mini or Not”. Afin de briller en société et avoir l’air du mec (ou de la meuf) qui s’y connait, on le prononcera “Simone” (oui, comme la tata du même nom) et on proscrira les “kmone” ou, pire, les “komone”.
  • DPG : Initiales de l’éditeur “Devil Pig Games”.
  • Early Birds [eurli beurdz] : (Nom m.) Rien à voir avec des oiseaux qui arriveraient en avance. Il s’agit d’un nom poétique donné au pledge à prix réduit (généralement quelques dollars) ou avec un bonus proposé parfois aux tous premiers souscripteurs d’une campagne.
  • FdPI : Initiales de « Frais de Port Inclus »
  • KS : Contraction de KickStarter, la plus grosse plate-forme de financement du monde connu.
  • KS Exclu : Acronyme regroupant tout ce qui est proposé lors d’une campagne et qui lui est exclusif. Par exemple, un add-on ou un stretch goal « KS Exclu » ne se retrouvera jamais dans le commerce et ne pourra plus être acquis en dehors de la campagne. Mais certains porteurs de projets ont des notions bien personnelles de la signification du terme « exclusif ».
  • Pledge [plèdj] : (Nom m.) Niveau de soutien proposé lors d’une campagne. Par extension, somme d’argent versée pour y accéder.
  • Pledge groupé (ou PG) : (Nom m.) Regroupement des participations de plusieurs soutiens géré par une personne, généralement pour diminuer (parfois drastiquement) les frais de port et après négociation avec le porteur du projet.
  • Pledger : [plédjé] (Verbe) Action de sélectionner un niveau de soutien et d’autoriser le débit de son compte de la somme correspondant en cas de réussite de la campagne.
  • Pledger : [plédjeur] (Nom m.) Voir « Backer ».
  • PnP : Initiales de « Print and Play ». Il s’agit d’un fichier (généralement PDF) gratuit ou payant, permettant d’imprimer les composants du jeu qui s’y prêtent et ainsi de le tester avant la fin de la campagne.
  • Reboot [rebout] : Deuxième (voire plus) lancement d’une campagne qui a précédemment échoué à être financée. En général, le porteur du projet essaie à ce moment là de corriger les erreurs qui ont mené à l’échec, mais pas toujours…
  • Reminder [wemeyndeur] : Option qui vous averti par mail de l’entrée d’une campagne dans ses dernières 48 heures et vous permet ainsi de juger de la pertinence d’y participer. Utile lorsque l’on est pas certain d’être intéressé en l’état en début de campagne.
  • Reprint : Nouveau tirage d’un jeu qui fait parfois l’objet d’une campagne participative.
  • ROW : Acronyme de “Rest Of the World”. Indique l’ensemble des zones géographiques concernées par des frais de port qui n’ont pas été déjà détaillées.
  • SG : Contraction de « Stretch Goals » (voir explication de ce terme).
  • Stretch Goals [strètch golz] : Paliers de financement qui, lorsqu’ils sont atteints, débloquent un ou plusieurs éléments supplémentaires venant généralement enrichir le jeu. Lorsque ces stretch goals sont spécifiques à la campagne et lui resteront exclusifs, on emploie l’expression acronyme de « SG KS Exclus ».
  • UE Friendly : Définit un projet dont le porteur s’est assuré que les colis de son jeu arriveront dans notre boîte aux lettres sans surcoût lié au passage en douane.

 

 

22 Commentaires

  1. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 06/02/2017
    Répondre

    Format intéressant qui synthétise mais demande plus de travaille forcément.

     

    J’ajoute car je m y suis penché que Superhot implément Agent Decker un solo game Pnp plebiscité. Le jeu bénéficie d’une implémentation tabletopia entierement gratuie tres pratique pour se faitre une idée du jeu en solo.

    Perso, amateurs de gros challenge, la relative facilité m’a refroidi, mais c’est un bon moyen de le tester. (Mes maitres etalons sont mage knight et Vendredi)

  2. Photo du profil de fouilloux
    fouilloux 06/02/2017
    Répondre

    Très bonne section comme toujours. Je suis pas forcément fan de l’exhaustif: j’aimais bien passer par là parce que c’était un concentré de kickstarter, avec une sélection faites pour moi. mais j’en connais qui applaudiront la démarche 😉

  3. morlockbob 06/02/2017
    Répondre

    Elements a l’air d’avoir fait un gros effort pour son nouveau jeu… j ai envie de suivre ça de plus près.

  4. Achéron Hades 06/02/2017
    Répondre

    Pledgé Orcquest, c est simple et beau Et francais Mosieur

  5. Cpmartinez 06/02/2017
    Répondre

    Que pensez vous de dice throne ? Projet kickstarter que je ne vois pas mentionné

    • Gougou69 06/02/2017
      Répondre

      Alors là, je vais être très honnête, j’ai vu la page, j’ai vu le look du matériel, et je ne suis pas allé plus loin. Pourtant, je suis a priori la cible idéale de ce genre de jeu (j’adore les dés). Mais là, je trouve la DA tellement moche que j’ai fait l’impasse. Sinon, le projet en lui-même a l’air bien pensé, le prix des pledges est honnête, celui du port encore plus (les dés, c’est lourd).

      • Cpmartinez 06/02/2017
        Répondre

        Merci pour ta reponse et la qualite de tes articles

         

  6. Photo du profil de Grumf
    Grumf 06/02/2017
    Répondre

    Alors là, chapeau bas messieurs !!!

    Une telle réactivité d’une telle qualité… Rien à dire, à part BRAVO !!! (et merci…)

    • Gougou69 06/02/2017
      Répondre

      Y’a pas de quoi ! Quand on peut faire plaisir… 😉

  7. dominique 07/02/2017
    Répondre

    Bellum, un autre projet français débutera mardi 7 février à 16:00! Je ne comprends pas qu’il n’est pas mentionné!

    • Gougou69 07/02/2017
      Répondre

      Parce qu’il a été repoussé à une date ultérieure.

      • Gougou69 07/02/2017
        Répondre

        Mea Culpa ! Mea Maxima Culpa même ! Contrairement aux informations que j’avais eu, la campagne à bel et bien débuté aujourd’hui à 16 heures. Ce qui dénote déjà quelque lacune en la matière. A noter une énorme boulette du porteur, qui a lancé sa campagne dans la section « jeux de cartes » et pas dans la section « Jeux de pleteau ». La première étant plutôt réservée aux jeux de cartes traditionnels, les américains étant friands de jeux de 52 cartes décorés selon un thème précis (et qui valent souvent une petite fortune car à tirages limités)

        L’offre est tout à fait correcte, 22€ FdpIn en EB, 25€ prix normal, 18€ avec retrait à Paris.

        • dominique 08/02/2017
          Répondre

          je suis d’accord que la campagne pour Bellum fait très amateur! En plus la page du kickstarter est seulement en français. Je ne suis pas très confiant quant au financement du projet!

  8. GeekLette 07/02/2017
    Répondre

    merci beaucoup! superbe article encore 🙂

    j’ai pledgé quodd heroes arghhhhh 🙂

    (dig vient d’être annulé je pense)

    • Gougou69 07/02/2017
      Répondre

      Effectivement, Dig est annulé, ainsi que je le mentionne dans l’article d’ailleurs 😉

  9. Arno’ 07/02/2017
    Répondre

    Bonjour,

    Tout d’abord un grand merci pour ce travail qui me permet d’y voir plus clair dans ces innombrables projets KS. Grace a toi (ou a cause ;-)) j’ai soutenu Tao Long, Subterra et Age of Towers. a propos de ce dernier tu sembles louer le pledge « castle » (celui que j’ai pledgé) mais au vu du contenu du dernier addon « The Winx ». Le « bon » pledge ne serait-il pas la core box + The Wink, quand penses-tu ?

    • Gougou69 07/02/2017
      Répondre

      On peut prendre l’offre dans tous les sens qu’on veut, la meilleure offre gameplay / coût est le pledge de base. A partir de là, la seule question à se poser est : est-ce que tout ce qui est en plus dans la version Castle vaut ludiquement le surcoût ? Si la réponse est oui, le pledge Castle est très conccurentiel, dira-t-on. Si la réponse est non, mais que tu veux pouvoir jouer à 6, alors clairement la meilleure offre est effectivement le pledge de base + la Winx.

      Et merci pour les remerciements 😉

      • Photo du profil de Sha-Man
        Sha-Man 07/02/2017
        Répondre

        Perso ce qui me fait peur surtout dans la campagne Devil Pigs c’est la section risques et défis.

        En gros ils se sont prémunis de certaines situations pouvant causer des retards au projet, et ce, dans les petites lignes de la page.

        C’est assez malhonnête, je vous laisse juger :

         

        Ceci dit, malgré le fait d’avoir fait en sorte d’être sur que le jeu était bien préparé, et d’avoir choisi nos partenaires avec sagesse (imprimeur, logisticiens, etc.), nous pourrions toujours avoir des problèmes avec les impacts de météorites, les invasions de zombies et autres armageddons….

  10. Photo du profil de Grumf
    Grumf 13/02/2017
    Répondre

    @Gougou69 je ne trouve pas comment envoyer directement un message, alors je passe par les commentaires.

    Voici une maigre contribution aux explications de règles, puisque pour une fois j’ai eu le temps d’en lire une hier soir (elle ne fait que 2 ages en plus !)…

    Voici donc un résumé rapide des règles de Campy Creatures. Si tu veux l’intégrer à ta revue de KS, c’est avec plaisir que je te la donne…

    Chaque joueur choisit un set de créatures (le Blob, la Créature du Marais, l’Homme Invisible, la Momie, l’Extra-terrestre, le Loup-garou, Le vampire, King Kong et Kaiju), créatures qui sont identiques pour tous. Chaque créature a une Force (de 0 à 8) et un pouvoir.

    Autant de cartes « Mortels » que de joueurs sont retournées. Elles ont des valeurs positives ou négatives.

    Chaque joueur choisit une de ses cartes créatures, et la pose face cachée.

    Phase 1 : Toutes les cartes sont révélées en même temps. Certains pouvoirs s’activent à cette phase, ils sont donc résolus.

    Phase 2 : Les pouvoirs qui s’activent à cette phase sont résolus. La créature avec la plus haute valeur de force capture une proie (celui qui a joué cette carte choisit une des cartes « Mortels »). Celui avec la valeur en dessous choisit ensuite, et ainsi de suite…

    Les égalités sont résolues par une échelle où chaque joueur est représenté. A la fin de chaque tour, le joueur en haut de l’échelle passe dernier, le 2nd devient donc premier…

    Les cartes jouées et les cartes Mortels capturés sont laissées face visible.

    Quand la pile des cartes Mortels est vide, on fait les comptes (valeur des cartes, + quelques séries apportent des bonus ou des malus (par exemple les Ingénieurs : un nombre de cartes pair = -2 points, un nombre impair = +3 points).

    On re-mélange tout, et c’est reparti pour 2 autres tours !

    [avis subjectif, pas spécialement à intégrer] Joliment mais classiquement illustré, ce jeu, à la seule lecture des règles, n’a pas l’air de révolutionner grand chose. Dommage que la gestion des égalités n’ait pas utilisée un système un peu plus novateur… Mais il peut se révéler une bonne surprise en jouant. A tester donc avant de pledger (29$ fdp incl., assez cher donc s’il n’est que classique), d’autant que le Print&Play est disponible.

     

    • Gougou69 13/02/2017
      Répondre

      Je te remercie beaucoup pour ton initiative. Je l’intégrerais avec plaisir, mais je n’ai malheureusement plus la possibilité d’éditer le texte une fois celui-ci publié sur le site. Je vais demander à Shanouillette de s’en occuper dès qu’elle le pourra

Laisser un commentaire