Mafiozoo : Al Pacino et Marlon Brando sont dans un zoo…

Mafiozoo est le dernier jeu de l’éditeur Super Meeple, et il parle de mafia, de parrain, de corruption… Je ne vous spoile pas plus, en voici le pitch :

 

Dans Mafiozoo, chaque joueur cherche à devenir le nouvel affranchi du gang de Momo les dents longues en prenant le contrôle des quartiers et des lieux d’influence de la ville. Mais pour gagner votre place dans « la famille », vous devrez soudoyer les proches du parrain, gagner ou acheter leur soutien et bénéficier de leurs faveurs.

Hélas, vous n’êtes pas le seul sur le coup.

Le gagnant sera celui qui aura su placer au mieux ses hommes de main et qui possédera le plus d’influence à la fin de la partie.

 

Qu’est-ce que c’est donc ? c’est de qui ?

Mafiozoo est un jeu de majorité créé par Rudiguer Dorn, auteur allemand que l’on ne présente plus tant il commence à avoir des succès à son actif, tels que Goa, Istanbul ou encore Karuba. 

Une bien belle ludographie de plus de 40 titres, qui s’allonge à nouveau, ou plutôt s’actualise avec Mafiozoo. Pourquoi s’actualise, et bien parce que Mafiozoo est une réédition d’un de ses ancien titres, à savoir Louis XIV. En effet, changement de thème, changement d’ambiance, et changement de langue. Louis XIV n’avait jamais été localisé en France et l’équipe de SuperMeeple, grand spécialiste des rééditions (TIKAL) a jeté son dévolu sur ce jeu pour nous en proposer une version toute modernisée et bien plus chatoyante.

32_4244_1-32

Le jeu d’origine

 

N’ayant jamais joué à Louis XIV, je ne ferai pas de comparatif entre les versions, et je traiterai Mafiozoo comme s’il s’agissait d’un jeu nouveau. Je soulignerai juste que côté design, il y a un gros gros bond en avant, tout de même.

 

C’est beau, c’est qui qui dessine ?

On parle des illustrations ? Oh que oui.

Les illustrations sont de Damien Colboc (qui a également illustré récemment Little Big Fish, à paraître bientôt). 

mafiozoo (1)jeu de société ludovox

Le style animaux anthropomorphes utilisé pour la thématisation est plutôt un bon choix. On a un gros rappel à l’univers de la bande dessinée Blacksad, qui en reprend les codes et l’ambiance. C’est plutôt crédible et bien réalisé, sans pour autant arriver complètement au niveau de la référence en question.

Les illustrations des photos des personnages, que l’on retrouve sur les cartes et sur le plateau, sont pour moi assez superbes. Elles sont léchées, et représentent des scènes de vie très animées. J’ai beaucoup apprécié cette partie du travail d’illustration.

J’ai à l’inverse un peu moins apprécié l’illustration du plan de la ville, présent sur le plateau. Ce dernier est clairement un ton en dessous du reste, un peu terne et sans vie, et ne m’a pas séduit plus que cela. Mais on ne passe finalement assez peu de temps à regarder ce plan de la ville, contrairement au reste des éléments du plateau, qui eux sont très bien illustrés très clairs, et surtout ou chaque élément à sa place dédiée une fois mis en place.

mafiozoo-box3d

Coté couverture de la boite, je n’ai pas été très emballé non plus. Pour une fois, je trouve que la couverture est moins bien réalisée que la plupart des cartes du jeu. Elle est plutôt évocatrice et on comprend de quoi va parler le jeu, mais trop ton sur ton, sombre, et surtout la moitié des personnages qui nous tournent le dos ou qui sont de profil, ne sont pas des plus parlants. Bref petite déception.

mafiozoo (2)jeu de société ludovox

Pourquoi ne pas avoir conservé cette superbe affiche publicitaire pour la couv de la boite, je me le demande…

 

Par contre je tiens à y saluer la présence d’un petit easter egg, que les plus observateurs auront vu également, avec la tasse du policier qui arbore le chiffre XIV, un rappel à Louis XIV le jeu dont il est issu. Un clin d’œil sympathique et habilement glissé.

Mafiozoo easter egg

Super petit easter egg

Y a quoi dans la boite ?

Coté matériel, la boite contient d’abord un énorme plateau. Gigantesque, même (70x55cm). Il permet certes une belle immersion, mais il prend vraiment beaucoup de place sur la table. Un peu trop à mon goût, car pour un jeu à complexité moyenne, on se retrouve à devoir libérer énormément de place sur la table.

L’avantage c’est qu’il permet une belle mise en avant des illustrations, car toutes les photos sont présentes sur le plateau à des tailles très convenables. À noter également que chaque chose à sa place, qu’il s’agisse des stocks d’éléments restants, des jetons à récupérer ou les piles de cartes. Tout élément a un emplacement logique, et c’est assez agréable à utiliser.

MAFIOZOO-Board jeu de société ludovox

L’immense plateau

 

Le reste du matériel est de très bonne facture. On trouve ainsi de multiples jetons en cartons, des petits meeples « gros bras », et de nombreux diamants qui seront notre monnaie d’échange tout au long du jeu et qui sont très agréables à manipuler. On utilisera également quelques billets de banque comme monnaie alternative. Même s’ils ont beau être bien illustrés, ils font un peu dépassés dans un jeu moderne. J’aurai préféré un autre type de matériel plutôt que des billets en papier.

mafiozoo jeu de société ludovox

Pas de thermoformage dans la boite, mais plein de petits sachets pour tout ranger, ce que j’ai trouvé amplement suffisant (alors que j’aime bien les thermos).

 

Comment on joue, alors ?

Alors, sans rentrer dans le détail complet des règles, je vais vous faire un petit aperçu des règles de Mafiozoo.

Le but du jeu est de gagner des points d’influence (de victoire), et cela s’obtient principalement en gagnant des jetons « quartier », qui sont des petits jetons de points de victoire, et en s’installant dans des lieux stratégiques de la ville.

Les jetons quartier sont assez faciles à obtenir puisque directement via les personnages du plateau, mais il vous faudra tenter d’en avoir la majorité de chaque type pour les valoriser au maximum, ou d’en avoir de chaque type. Du coup on retiendra juste qu’il nous en faut un maximum.

La possession des lieux de la carte de la ville est plus complexe : il faut dépenser des ressources spécifiques (armes, alcool, bijoux) que l’on obtiendra auprès de certains membres du gang, puis en positionnant nos gros bras dans le bâtiment convoité (qui nous octroiera alors un pouvoir spécifique au lieu).

Toutes les ressources du jeu, que ce soient les quartiers, les éléments pour les lieux, les billets, ou même des cartes à effet, tout cela s’acquiert en soudoyant des personnages qui sont présents sur le plateau via des diamants, notre monnaie principale. Mais attention, certains des personnages ne nous octroierons notre butin que si nous sommes les plus offrants. Il y aura donc un jeu incessant d’enchères entre les joueurs pour tenter de séduire au mieux les personnages du plateau de jeu.

Ainsi, à notre tour nous allons choisir un personnage du plateau à aller voir, grâce à l’une des 5 cartes personnages que l’on aura piochées, puis déposer sur ce personnage des diamants pour le corrompre, ou bien décider depuis ce même personnage, d’égrainer les diamants en direction d’autres personnages connectés (et ainsi soudoyer 3 personnages d’un coup).

Mafiozoo jeu de societe ludovox (3)

Un exemple de main de carte pour égrainer nos diamants. Les pouvoirs du plateau sont répétés sous les cartes.

 

Tour à tour, les joueurs vont dépenser leur pécule pour tenter de soudoyer au mieux les personnages qui les intéressent.

À la fin de la manche, on résout chaque personnage dans un ordre précis, en déterminant quel joueur remporte quoi, selon combien il a misé de diamants (certains récompensent uniquement le plus offrant, certains autre donnent si on a atteint un certain montant). Les joueurs qui n’obtiennent pas la faveur des personnages récupèrent leurs diamants, ce qui fait une petite compensation.

Une fois cela résolu, les joueurs ont pu récupérer divers éléments qui pourront leur permettre de s’installer dans les bâtiments de la ville, afin de marquer les points d’influence.

Le jeu je joue ainsi en 4 manches (6 à 2 joueurs) puis on fera les totaux en fin de partie.

Mafiozoo jeu de societe ludovox (2)

Début de partie, chaque élément a sa place

 

Verdict ?

Alors avant de débuter sur le ressenti, je voulais préciser que la règle du jeu est l’une des plus claires et les mieux écrites qu’il m’ait été données de lire. C’est un élément que je rechigne souvent à lire, tant je préfère me faire expliquer les règles, mais dans le cas de Mafiozoo, tout est très bien détaillé, chapitré, et surtout tous les éléments du jeu sont référencés via un code couleur, qui est rappelé a chaque fois qu’on parle du dit élément. La lecture et la compréhension du jeu est donc très aisée. Cela n’empêche pas certains points de règles d’être complexes, je vais y revenir.

Au passage, le jeu est livré avec un petit erratum de règles, inclus dans la boite via un autocollant, à ne pas oublier tant le gap est important entre les valeurs initiales et celles proposées par l’autocollant.

Cette première partie a été réalisée à 2 joueurs, ce qui peut ne pas paraître l’idéal pour un jeu de majorité. Mais le jeu intègre ce paramètre via un système « d’homme de paille », un 3e joueur fictif, qui est plutôt pertinent, et sa présence perturbe beaucoup les choix des joueurs (donc c’est efficace).

Concernant le jeu en lui-même, le concept est assez rapidement expliqué. On comprend vite ce qu’il faut faire, et comment y arriver. On a donc un démarrage de la partie plutôt rapide, et on se retrouve vite à tenter des entourloupes pour prendre l’avantage sur nos concurrents, à grand coup de corruption avec nos diamants. Cette mécanique d’égrenage est très agréable et fonctionne très bien, et surtout compense la malchance à ne pas avoir en main les personnages que l’on souhaiterait aller voir.

Mafiozoo jeu de societe ludovox (5)

La concurrence est rude pour séduire le boss

 

On sent rapidement que derrière ses dehors sympathiques, le jeu est agressif, et que les majorités vont se jouer à peu de choses, causant de grandes frustrations aux joueurs qui se verront écartés des gains qu’ils pensaient récupérer.

Jusque là, tout va bien. Mais une fois cette phase d’égrenage effectuée, on passe alors à la résolution des personnages avec la comparaison des diamants  alloués à chacun d’entre eux. Et c’est là que le casse-tête commence.

En effet, il y a de base, 3 types de corruption :

  • Le plus offrant : seul celui qui a misé le plus rafle le butin, les autres remballent la marchandise
  • À qui peut payer : celui qui a misé le plus de gemmes récupère le gain, les autres peuvent le récupérer en échange d’argent liquide.
  • À qui a les moyens : tous ceux qui ont mis au moins le montant indiqué remportent le gain.

 

Vous me direz, 3 règles de jeu, ça peut aller. Je vous dirai que oui, sauf que :

Pour les deux premiers cas, les résolutions sont différentes si on est premier ou si on est 2e/3e. En effet, les seconds récupérant leurs diamants, cela fait des paramètres supplémentaires à prendre en compte. On passe donc en fait à 5 règles différentes.

De plus il existe des cas d’égalité très fréquents, qui rajoutent des conditions supplémentaires si les joueurs à égalité s’affrontent pour la première place. On passe donc à 7 règles.

À ce moment là, on commence déjà à être un peu moins familial. Mais c’est là que le pompon arrive. Sur la plateau, sera placé aléatoirement sur une des 4 premières cases personnages, le pion « Parrain », qui rend caduques les règles en place, et génère des règles spécifiques pour cette case pour le 1er, le second, les suivants et les majorités.

Et boum, nous passons maintenant à 11 règles possibles selon les situations et les cases. Autant vous dire beaucoup trop pour les intégrer facilement.

Du coup on passe toute la partie à faire des allers-retours avec la règle pour savoir ce qui se passe dans telle situation, puis dans tel cas. Et cela consume complètement le plaisir de la première phase pour moi. En fait, c’est devenu un casse-tête qu’on pourrait résumer par : « si je mets un diamant là, je deviens 1er. Il se passera quoi ? Mais sinon je reste 2e… Qu’est-ce que j’y gagne ? » Bref, c’est laborieux, et on joue clairement avec le livret ouvert pour s’y référer sans arrêt.

Je doit avouer que cela a un peu gâché le plaisir sur notre première partie. J’aime à penser que je serais plus a l’aise sur une 2e partie, mais je n’en suis même pas certain. De plus, je jouerais forcement avec de nouveaux joueurs qui, eux, n’ont pas encore assimilé tous ces points de règles.

Passé ce point d’assimilation des règles laborieux, nous avons avancé dans notre partie, avec notre empire qui prenait forme petit à petit.

Le système de récupération des éléments de jeu pour investir les bâtiments est intéressant, et parfois assez cruel. Si vous avez besoin d’un élément précis, il peut assez rapidement vous passer sous le nez à cause d’une majorité perdue, et cela pourra rendre impossible l’investiture du bâtiment désiré. Vous pourrez peut-être vous rabattre sur un autre bâtiment moins intéressant, mais peut-être pas, et vous finirez même parfois par vous débarrasser de vos acquis, puisque sur tous les éléments que vous récupérez dans le tour, vous ne pourrez en conserver qu’ un seul d’un tour sur l’autre. C’est donc assez rude et de vives tensions peuvent rapidement apparaître entre les joueurs durant la phase d’enchère, tant certains coups sont cruciaux.

D’autant plus que l’on va pouvoir récupérer des cartes indics auprès de certains personnages. Ces cartes permettent, au moment de la résolution, d’ajouter quelques diamants sur le personnage. Grincement de dents garantis quand ces cartes sortent pour voler des majorités qui semblaient acquises.

Mafiozoo jeu de societe ludovox (1)

Les cartes indic, qui permettent de surprendre l’adversaire en rajoutant des diamants au moment de la résolution

 

Le système des bâtiments sur la carte est lui très malin, car il rajoute un paramètre de jeu très intéressant. En effet, on ne peut s’installer que dans un bâtiment qui se trouve en bordure de 2 des 4 côtés du plan en début de partie, puis juxtaposé à un bâtiment que l’on occupe ensuite. Cela permet de laisser les bâtiments chers et aux pouvoirs intéressants inaccessibles au début, et il faudra vous frayer un chemin à travers la ville pour y accéder. Pas forcement facile, mais bougrement satisfaisant quand on y arrive. Cela rajoute une surcouche de règles, certes, mais c’est un système très malin que j’ai beaucoup apprécié.

Mafiozoo jeu de societe ludovox (4)

Quand on arrive en ville…

 

La partie avançant, j’ai vu ma partenaire commencer à prendre de la distance avec le jeu en sortant de la partie. En effet, l’interaction entre les joueurs est forte, et ce jeu d’enchères peut en frustrer plus d’un qui pensaient mener leur petits stratégies tranquillement. Au final, nous n’avons joué que 4 manches sur les 6 recommandées à 2 joueurs (alors que toutes les autres configurations se jouent en 4 manches). Nous avons trouvé que 4 manches suffisaient amplement pour se développer, et je n’ai clairement pas compris pourquoi cette rallonge de 2 manches était indiquée. La partie risquerait de tirer en longueur, et je n’y ai pas trouvé d’intérêt ludique.

La partie se termine sur un décompte de points : on compte ses jetons quartiers, ainsi que leurs bonus de majorité et de multiplicité, mais aussi l’influence de tous les lieux, puis des points supplémentaires pour les cartes qu’il nous reste, plus les gemmes restantes sur le plateau, et pour finir des points suivant l’argent restant. Bref, des points un peu dans tous les sens, dont certains auraient pu être bien dispensables sans pour autant nuire au jeu.

Mafiozoo carte jeu de société ludovox

 

Et au final ?

Au final, je suis un peu mitigé sur le jeu.

Il y a de nombreux éléments très intéressants dans ce jeu de placement et d’influence à forte interaction entre joueurs, comme ce système d’égrenage et la capture des bâtiments qui nous octroient des pouvoirs sympathiques qui font évoluer la partie.

L’édition est très réussie, et même si j’ai trouvé le plateau un peu trop grand, le matériel est de très bonne qualité.

Toutefois j’ai trouvé que le jeu manquait peut être un peu d’épuration. Nous jouons avec beaucoup de « monnaies » différentes, à savoir l’argent, les gemmes, les faveurs, jetons quartier… Cela fait beaucoup d’éléments à gérer, et je ne suis pas certain que tous soient vraiment indispensables (l’argent est peut être de trop). De plus, ce scoring final m’a laissé perplexe, et là aussi certains éléments étaient pour moi sacrifiables pour gagner en lisibilité et en accessibilité.

Sous ses faux airs de jeux familial, Mafiozoo est pour moi clairement un jeu expert, de par ses mécanismes de majorité assez cruels d’une part, mais surtout de par le nombre de points de règles que le jeu contient, rendant son accessibilité difficile.

Je n’ai donc pas été complètement convaincu par cette première partie, mais j’ai réellement envie de rejouer à plus nombreux pour voir ce que cela donne, avec des joueurs prévenus et bien briefés sur le fonctionnement du jeu.

 

Mafiozoo-Supre-peeple-Materiel-Jeu-de-societe-ludovox

Les autres articles d’El Gringo ? => Clique ici !

Un jeu accessible mais exigeant ? => Isle of Skye, le Kennerspiel 2016, à retrouver ici

Karuba, presque un Spiel ? => Atom analyse Rudiger Dorn par là

 

14 Commentaires

  1. Photo du profil de TheGoodTheBadAndTheMeeple
    TheGoodTheBadAndTheMeeple 25/07/2017
    Répondre

    C’est clairement pas un jeu familial, il ne faut pas s’y méprendre.

    C est beau certes, mais c’est surtout fouine, et couine ! Je n’ai clairement pas été gené par les différents éléments de monnaie perso, parce que je m’attendais plutot à un jeu encore plus costaud, dans la veine d’un Saint Petersbourg.

    Tu parles d’accessibilité, ce qui veut dire que tu voudrais que le jeu soit familial, ce qui n’est pas le cas, il faut s’y faire. Ca reste une réédition de Louis XIV ! Un jeu pour joueurs chevronnés sans être des nerds.

    sinon je trouve la couv bien meilleure que l’affiche format cinéma (qui n’aurait jamais rentré dans une boite carrée, format super meeple)

    Bref moi je le trouve parfaitement dans son thème, parfaitement calibré pour son thème avec son public. Mais question d’appréciation.

    • Photo du profil de El Gringo
      El Gringo 25/07/2017
      Répondre

      Merci pour ton retour, d’autant plus qu’il va pas mal à l’encontre du mien, donc ça contrebalance.
      Pour ma part, j’ai vraiment jugé le jeu « sur la boite », et pas du tout pris en compte le passif Louis 14. Je me suis posé en acheteur Lamda qui découvre ce jeu dans sa boutique, avec pour le coup un look plutôt familial +. C’est pour ça que j’ai été surpris par son accessibilité un peu difficile.

      Pour la couv, c’est personnel. J’adore cette couv en affiche de film. Apres en effet, cela ne permet pas forcement la transposition en boite carré.

      Et pour finir, je tiens bien sûr à rappeller que cet avis est un just played, donc un retour suite à une seule partie

  2. GeekLette 26/07/2017
    Répondre

    Attention aux avis sur une seule partie jouée… le débat est lancé depuis qq jours avec un post sur BGG : https://t.co/2ZVRhOOkuc

    C’est compliqué pour un auteur comme pour un éditeur de voir sur UNE partie jouée un avis mitigé ou catastrophique… des heures et des jours voire des années de boulot sont mis à mal sur une seule partie.

    je suis assez d’accord, d’autant que Mafiozoo mérite plusieurs parties pour se faire un avis très clair sur le sujet.

     

    • Photo du profil de atom
      atom 26/07/2017
      Répondre

      Je pense qu’il faut faire la différence entre un article écrit même après une première partie, qui en plus à l’honnêteté de le  préciser – Article où l’on raconte les sensations de jeux – et un avis formulé à l’emporte-pièce. Tu écris toi aussi et je pense que quand tu le fais tu ne te laisses pas dominer par un premier sentiment, tu prends du recul, tu analyses. Ce que fait El gringo et que nous faisons tous je pense en tant que chroniqueurs.  Mais oui il y a des avis écrits sur des sites comme le vox, bgg ou Tric trac, où la personne après une demi partie se permet d’écrire : « ce jeu n’est pas équilibré ». Entre donner un avis pesé et argumenté qui sert la communauté et flatter son égo en balançant une « vérité » sur l’équilibrage, il y a une marge. Et puis là, le Gringo aborde la question de l’accessibilité. Pas besoin de 12 parties pour aborder cette question, s’il y a un décalage entre la promesse faite, le look, et l’épaisseur du livret de règles, on peut le dire rapidement.

      Il faudrait aussi éduquer le lecteur à prendre du recul et à prendre dans l’avis ou la critique ce qui va lui convenir et lui parler. Et en ce sens la review de Mafiazoo est utile.

    • Photo du profil de atom
      atom 26/07/2017
      Répondre

      J’estime que l’on est légitime d’écrire un avis même après une partie, simplement on va peut être prendre des précautions, ne pas affirmer des choses. Ce qui est marrant c’est que si quelqu’un écrit un avis sur une seule partie complétement dithyrambique, alors la question ne se pose pas de la légitimité ^^.

    • Photo du profil de fouilloux
      fouilloux 26/07/2017
      Répondre

      J’ai pas vu le débat en entier mais je pense qu’il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain: Ce que reproche l’auteur du post sur BGG c’est :
      1 Dire qu’un jeu est déséquilibré après une seule partie

      2 Ne pas dire qu’on y a joué qu’une fois.

      Ce n’est pas ce qui est fait ici: très clairement dit qu’il s’agit d’un ressenti après une première partie, et rien ne dit qu’il s’agit d’un problème d’équilibrage. Que nous dit l’auteur de l’article? Qu’il s’attendait à un jeu familiale, et que ce n’était pas le cas. Il ne dit pas que le jeu n’est pas bien, pas équilibré ou quoi que ce soit, juste qu’il s’attendait à un jeu familial alors que pas du tout. Est ce que c’est intéressant? personnellement je trouve que oui: le jeu me paraissait de loin moi aussi familial et accessible, je vois que ce n’est pas le cas, je saurais donc mieux à quoi m’attendre.

       

      Bref, je suis d’accord avec les remarques faites sur le post BGG, je n’ai pas l’impression qu’elle concerne les JP dans l’ensemble, dans le sens où il n’est nullement caché qu’il s’agit d’un avis à chaud, après une première partie, et rien de plus.

    • Photo du profil de El Gringo
      El Gringo 26/07/2017
      Répondre

      Salut Geekette.
      J’ai moi aussi pas mal suivi ce post BGG, et je confirme qu’il est interessant et pertinent. Mais j’estime ne pas etre tombé dans cet eccueil ici.
      Après, il faut bien differencier que l’on à 2 type de sujets sur Ludovox, les Just Played (ressentis à chaud apres une partie); et les test (evaluations après X parties).
      Pour ce Just Played je voulais faire part de mes ressentis, et de mon appreciation du jeu sur cette premiere partie, et en aucun cas remetre en cause le jeu à proprement parler. Je ne peut pas dire si il est bon ou pas apres une partie, en aucun cas, juste si il me correspond, si je m’y retrouve, et si je suis emballé ou non pour y rejouer rapidement.

      Voilou

    • Photo du profil de fouilloux
      fouilloux 26/07/2017
      Répondre

      Je pense qu’on a tous les 3 commencé à écrire notre réponse au même moment 🙂

  3. Romain 27/07/2017
    Répondre

    Je trouve que l’auteur de l’article se prends trop la tête pour les majorité. Après je fais parti de ces joueurs qui explique les regles sur des jeux assez lourds.

    Les zoolard sont des points de victoire à la fin. Les gemmes non.

    Sur une majorité 1st: le premier paye ses gemmes. Les autres n’ont rien. Égalité personne n’a rien.

    Symbole dollar. Le premier paye en gemme les autre le peuvent aussi mais en payant en dollar.(point de victoire)

    A qui peut payer tout le monde qui a mis les gemme prends l’influence.

    Voilà rien de compliqué. Pour la case parrain je peux faire la même. Il est vrai cependant que certains points de règles dans les jeux dépendent aussi niveau compréhension à celui qui les explique.

    • SUPER MEEPLE (Charles Amir PERRET) 01/08/2017
      Répondre

      Oui c’est simple mais une fois qu’on a compris, ça peut paraître un peu compliqué à la lecture des règles, mais c’est vrai qu’au 2ème ou 3ème tour d’une première partie, ça devient assez limpide.

      Pour un jeu gamer, je trouve au contraire qu’il est assez épuré, il y a peu d’éléments. Quand on voit l’abondance d’éléments, de façon de marquer des points dans certains jeux gamers qui sortent actuellement, Mafiozoo c’est une blague à côté 😀

      Merci en tout cas pour l’avis 🙂

    • Photo du profil de fouilloux
      fouilloux 16/10/2017
      Répondre

      Alors je sors d’une première partie, avec 4 personnes plutôt joueurs autour de la table, et on fait tous les 4 le même constat que l’auteur de l’article: on est tout le temps en train de vérifier ce qu’il se passe, même au dernier tour. Les règles générales sont simples en effet, mais les égalités quand on est sur le parrain sont franchement pas intuitives: Je ne suis pas encore certains, après avoir relu 5 fois la règle, de ce qu’il se passe en cas d’égalité pour le deuxième joueur au niveau du parrain.

  4. SUPER MEEPLE (Charles Amir PERRET) 01/08/2017
    Répondre

    Bonjour à tous,

    Merci pour l’article et merci à ceux qui ont répondu et donné un autre avis. El Gringo écrit bien qu’il s’agit d’un avis après une partie et est modéré dans ses propos, d’autant plus qu’il ne remet pas en cause un problème d’équilibre. Nous n’avons pas présenté le jeu comme un jeu familial car il ne l’est pas, c’est un jeu relativement simple mais pour un public de joueurs.

    Je n’ai personnellement pas suivi le débat des avis après les premières parties que vous mentionnez. Mais mon avis perso c’est que ça dépend de qui le donne 🙂 Car , quand bien même il est indiqué que l’avis est après une partie, ça reste un avis, et donc ça a un impact sur l’auditoire. Si Tom Vasel dit qu’un jeu est pourri après un premier test, ça va être compliqué pour le jeu aux US … Donc qu’un joueur donne un avis après une première partie, ça paraît normal et c’est un avis personnel, si c’est dans le cadre d’un blog, d’un site … qui a donc une portée plus importante, ça peut être discutable.

    • SUPER MEEPLE (Charles Amir PERRET) 01/08/2017
      Répondre

      « … qu’il ne remet pas en cause l’équilibre du jeu » , on va écrire français tant qu’à faire 🙂

    • Photo du profil de Umberling
      Umberling 01/08/2017
      Répondre

      On reparlera de ce syndrome de la première partie bientôt (c’est dans les tiroirs !) et l’article est bien pondéré par ça. En tout cas, merci de ton passage par ici !

Laisser un commentaire