Madame Ching c’est pas l’homme qui prend la mer… (c’est la femme)

Madame Ching c’est pas l’homme qui prend la mer… (c’est la femme)

1808 Mer de Chine

"- Madame Ching, faites moi confiance, je serais votre meilleur commandant, donnez-moi le China Pearl !
– Hmm. On va jouer ça au jeu. J'aime bien le dernier Cathala-Maublanc."

Jeune pirate fraîchement enrôlé sous les ordres de Madame Ching, vous lancez votre Jonque vers de lointaines expéditions. Vous tentez d'acquérir de nouvelles compétences car Madame Ching, la plus célèbre et redoutée des pirates asiatiques, ne confie le commandement du China Pearl qu'au meilleur Navigateur… C'est-à-dire que Madame Ching n'était pas un marin d'eau douce ! Personnage à la vie romanesque, elle demeure une des rares femmes pirates de l'histoire (sachez qu'elle possédait une flotte si puissante qu'elle surpassait même l'armée chinoise). Un thème à base de pirate, c'est pas très original, mais là, ça change un peu quand même !

Et avouons-le, lorsque l'on voit "un jeu de Bruno Cathala, Ludovic Maublanc ; Illustré par Vincent Dutrait ; Publié par Hurrican" on se dit que ça sent bon. Ce jeu-là est plutôt familial, mais attention, il y a de l'agression de joueurs dedans. Je peux vous en parler un peu puisque j'ai eu l'honneur de le jouer à Cannes. D'ailleurs je sais que certains l'ont dans leur radar depuis, et je ne leur apprendrais rien en leur disant qu'il est attendu en boutique pour mi-mai contre une trentaine d'euros.
 

Comment ça vogue ?

Vous avez donc un plateau qui représente l'espace navigable avec des cases numérotées sur lesquelles on dirigera nos jolies petites jonques.
En bas du plateau, des tuiles objectifs tirées au hasard présentant un chiffre ( à atteindre sur le plateau ) et des trésors ( à remporter ).

A chaque tour, trois cartes visibles et une cachée sortent sur le haut du plateau et les joueurs vont en choisir 1 chacun pour la mettre dans leur main. Celui qui choisit en premier est celui qui a posé au tour précédent la carte la plus forte (le chiffre le plus élevé).

 

Car en effet on pose des cartes pour faire progresser notre voilier. Sachant que ces cartes possèdent des symboles, et que si vous arrivez à poser des combinaisons, ça vous donnera des compétences et des jokers simples mais bourrins… Quand un joueur obtient 4 compétences, la partie se termine et on compte les trésors des uns et des autres.

A votre tour, vous faites donc avancer votre bateau sur le plateau en posant une carte de votre main mais attention, pas n'importe comment ! Si vous gardez la même couleur d'un tour sur l'autre vous avancerez tout droit, si vous changez de couleur, vous irez en bas. Bien sûr, plus vous vous éloignerez du point de départ, plus vous vous approcherez du grand objectif de Hong Kong qui représente un grand trésor… mais plus vous irez tout droit et plus vous pourrez faire des rencontres…

La course aux trésors

Attention, dernière contrainte pour poser vos cartes, il faut toujours que les valeurs aillent croissant d'un tour sur l'autre ! C'est pour ça que celui qui pose la plus élevée à le droit de jouer en 1er, car ce n'est pas un avantage en soit de poser des cartes fortes : il faudra être capable de surenchérir le tour suivant…et quand on ne peut plus, on retourne à la case départ et on doit recommencer une nouvelle expédition ! Ha c'est rude ! Par contre, si vous avez réussi à aller suffisamment loin, vous pouvez décrocher un petit objectif au passage…Si personne n'est passé par là avant vous bien sûr !

Bref, on peut préparer sa main pour la prochaine expédition tout en mettant des bâtons dans les voiles de ses adversaires à l'aide des cartes spéciales, on peut essayer de se concentrer sur ses objectifs en minimisant les risques, mais il faut pas trainer en mer car le premier a tout rafler ne vous laissera rien…

En quelques mots, un jeu des familles, fluide, opportuniste et un brin méchant… Parés à jouer ?

Laisser un commentaire