L’univers à l’Horizons

Horizons, c’est l’histoire d’un jeu qui était totalement passé sous mon écran radar (pas forcément très optimisé, je vous l’accorde, et encore moins dimensionné pour observer tous les jeux qui se profilent à l’horizon (ha !) ). Fruit d’un financement participatif lancé fin août 2017 sur la célèbre plateforme Kickstarter, la version française a été assurée par les non moins célèbres Pixie Games ! 

 

Fort heureusement, c’est également l’histoire d’un post, d’une image, d’un commentaire glané au hasard de mes déambulations sur internet. C’est ce hasard qui m’a permis de mettre en lumière Horizons sous mon oeil cerné et perdu dans ce flux continue de nouveautés. En l’occurrence, si j’en suis arrivé à rédiger ce pavé, c’est principalement à cause (j’accuse !) de Shanouillette et de Geeklette : l’une affichant une illustration de carte et l’autre se répandant en commentaires élogieux. Il n’en fallait pas plus pour réveiller mon côté consumériste, et pour que je commence à creuser un peu plus sur les mécaniques de cette boite aux couleurs chatoyantes. L’appétit venant en mangeant, j’ai eu de plus en plus envie de m’essayer à la bête, jusqu’à supplier mon entourage pour avoir un exemplaire. 

Heureusement, mon gros caprice avait finalement été entendu, et je pouvais sécher les larmes perlant sur mon visage pour remercier mes bienfaiteurs en esquissant un large sourire de contentement : MERCI. Le lendemain de cet odieux chantage affectif, j’étalais avec avidité l’ensemble du matériel sur la table, avec une réelle impatience. 

 

L’avenir dans le lointain

Dans Horizons, vous incarnez un peuple (rien que ça !) faisant ses premiers pas dans une nouvelle galaxie. En choisissant judicieusement vos alliés, vous partirez à la découverte de nouvelles planètes, collecterez des ressources vitales à votre développement, et installerez des collecteurs d’énergie ou de métaux afin d’assurer votre suprématie dans de nouveaux systèmes solaires. 

Pour assurer le suivi de l’évolution de vos concitoyens, vous disposerez d’un plateau de joueur sur lequel apparaît de nombreux éléments. Heureusement, tout a été pensé pour simplifier vos premières parties (ainsi que celles à venir), et l’ensemble bénéficie d’une iconographie claire et appuyée par une aide de jeu individuelle très pratique. Ainsi, on retrouvera une description succincte de votre race galactique, l’ensemble des actions que vous pourrez réaliser, un suivi des structures (collecteurs et colonies) que vous aurez installées, le type de planète sur lesquelles vous pourrez vous développer (nécessitant une adaptation au préalable), et les coûts de construction des structures. Ce sera véritablement votre tableau de bord pour l’ensemble de la partie. 

On trouve également dans la boîte de nombreux éléments en bois représentant les ressources, et les structures de chaque belligérant. Celles-ci sont agréables à manipuler et remplacent avec efficacité d’éventuels jetons en carton. Indéniablement, le travail d’édition a été remarquablement bien fait.
On trouve également des tuiles hexagonales à l’effigie des planètes et des étoiles qui se placeront au centre des systèmes (fonction du nombre de joueurs). Ces planètes seront tirées aléatoirement d’un sac aux dimensions plutôt ridicules… Comment pourrait-on mélanger les tuiles correctement dans un tel gant de toilette ? Il s’agit heureusement d’un petit couac largement pardonnable au vu de la qualité du reste du matériel. 

Les cartes représentant les alliés, ainsi que les objectifs bénéficient d’un soin tout particulier, et on apprécie (ou pas, c’est selon) la patte de « The Mico » qui a su imposer son style graphique dans « Architectes du Royaume de l’Ouest« . Je trouve ici le parti prix adapté et cohérent à l’univers d’Horizons avec une utilisation de couleurs chatoyantes et d’effets de lumière mettant en valeur les personnages. J’ai une affection toute particulière pour les G’Yeto et les Agorin (lointains cousins du Grinch !). 

En tout état de cause, il est appréciable de pouvoir jouer avec un matériel flattant la rétine (j’ai toujours du mal à prendre du plaisir dans des tableurs froids et sans âmes). Clairement, Horizons fait partie de ces jeux qu’on aime déployer sur la table… et qu’on aime ranger. Et oui, le rangement n’a pas été oublié, et n’est pas le vilain petit canard comme on peut en voir tant (de moins en moins il est vrai).
Le thermoplastique est bien fichu et contient sans peine tous les éléments, se payant même le luxe de pouvoir accueillir l’extension « Extermination ». Celle-ci contient les strechs goals disponibles lors du financement participatif. 

 

Un panel d’actions

Horizons est un jeu classé 3X mais qui s’adresse (contrairement au simple X) à un large public. En début de partie, chaque joueur part avec quelques ressources (on va rarement explorer l’univers nu comme un ver) et un allié, avant de chercher une planète à placer en orbite autour d’une étoile. Ensuite, il s’adapte (nous verrons cela plus tard) à cette planète.

Le joueur suivant fait de même, en disposant une nouvelle planète autour d’une autre étoile, puis choisit un type de planète déjà en place afin de s’y adapter. Quand tout le monde a terminé, la partie commence réellement. 

À son tour, un joueur choisit deux actions parmi les suivantes, sachant que jouer deux fois la même action est autorisée, et éventuellement utilise ses alliés (nous verrons cela dans un second temps):

  • EXPLORER :

 

Explorer permet d’étendre l’univers connu en découvrant de nouvelles planètes. Cela se fait le plus simplement du monde : on pioche une tuile dans le sac (taille XXS) renfermant l’ensemble des mondes, et on le positionne autour d’une étoile.

Les tuiles sont recto-verso, ce qui permet d’avoir un peu plus de maîtrise dans l’obtention d’un type de planète qu’on recherche. Ceci dit, cela reste une mission de découverte, et on ne peut jamais être certain que le bout du chemin dévoilera une planète sur laquelle on pourra installer son peuple : l’espace est hostile ! 
La récompense pour faire avancer la cartographie de l’univers est le gain d’un point de savoir (ce qui correspond à un point de victoire, mais un point de savoir, c’est tout de suite plus classe, d’autant plus que cela peut s’avérer utile pour profiter de certains effets de cartes). 

 

Chaque étoile ne pouvant accueillir que six mondes, une fois l’ensemble des systèmes constitué, on ne pourra plus ajouter de monde. Cependant, on gagnera tout de même un point de savoir (bravo, vous venez de cartographier une zone vide de l’espace). 

 

  • S’ADAPTER :

 

C’est l’action qui permet d’acclimater votre peuple à un type de monde. Pour cela, rien de plus simple, on ajoute un marqueur sur son plateau de jeu, et vos fidèles seront désormais capables de vivre sur cet espace anciennement hostile.

Planètes forestière, désertiques, glacées, gazeuses, océaniques, ou volcaniques, toutes pourront être colonisées à partir du moment où vous vous y serez adapté. 

Accessoirement, vous pourrez également récupérer une carte allié dans la pioche (cela restera possible, même si vous êtes déjà acclimaté à tous les types de mondes). 

 

  • CONSTRUIRE :

 

Comme son nom l’indique, c’est via cette action que vous pourrez vous installer sur les mondes, à condition de vous être adapté au préalable à son environnement.
Vous pourrez bâtir différentes structures : collecteurs d’énergie ou de métal, et même colonies (pour peu que vous vous plaisiez réellement dans le coin). 

Evidemment, ces constructions demanderont des ressources dépendantes du type de monde que vous souhaitez investir (certaines planètes ne pourront de plus pas forcément accueillir vos bâtiments : pas de collecteurs de métaux sur les planètes gazeuses par exemple).
Energies et métaux seront indispensables à l’établissement de vos structures. Ne faites pas vos radins et n’hésitez pas à vous développer, les ressources étant limitées à 10 de chaque en fin de tour (je vous voyais bien faire votre fourmi !). Faites cependant attention, car la place est limitée sur chaque monde, et le premier arrivé sera le premier servi !

 

  • RÉCOLTER :

 

Voilà le moment de recevoir le fruit de votre labeur. Par cette action, vous récupérerez autant d’énergies que le nombre de vos collecteurs correspondants, et autant de métaux que le nombre de vos collecteurs… correspondants. Vous l’aurez compris, plus vous construisez, plus vous récoltez, et plus vous pourrez construire : c’est beau le monde du travail ! Rassurez-vous, il ne sera pas question d’environnement ici, et vous pourrez abuser des richesses des mondes jusqu’à plus soif !

 

  • CONSPIRER :

 

Voilà une action qui devrait faire pétiller les yeux des plus fourbes d’entre vous. C’est en fait simplement le moyen d’acquérir de nouvelles missions : vous pourrez piocher deux missions ou une mission et un allié. Ces missions sont des objectifs personnels pour lesquels vous serez limités à 5 cartes : autant en piocher un maximum pour être certain d’obtenir celles que vous pourrez facilement accomplir, n’est-ce pas ? L’excédent sera défaussé en fin de tour, donc faites vous plaisir !

 

Ces missions vous rapporteront des points de victoire en fin de partie.

 

Les actions sont donc plutôt simples et logiques : vous devriez parvenir à vous en sortir, et envoyer votre peuple vers la victoire. 

 

Le soutien de vos alliés

Comme nous l’avons vu, vous aurez l’occasion de vous faire des contacts en parcourant les frontières de l’univers connu. Il existe différents peuples qui pourront vous être d’un grand secours dans votre recherche de grandeur, chacun étant lié à un type d’actions :

  • Les Olo pour l’action Explorer
  • Les G’Yeto pour l’action S’adapter
  • Les Feshar pour l’action Construire
  • Les Agorin pour l’action Récolter
  • Les Dalgryn pour l’action Conspirer

 

Lorsque vous déclenchez un type d’action, vous pouvez en plus bénéficier de l’effet d’un et d’un seul de vos alliés du type correspondant.
Malheureusement, celui-ci sera retourné afin de se souvenir qu’il a été utilisé. À son deuxième déclenchement, il retournera sous la pile de pioche des alliés de ce type (ou sera défaussé définitivement pour l’allié de départ avec lequel vous commencez la partie). Vous en conviendrez, ces soutiens ne sont pas des plus fidèles, et il se pourrait qu’ils accordent leurassistance à vos adversaire quelques tours plus tard ! 

Imaginez donc, les combos de cartes que vous pourrez réaliser avec les compétences de ces précieux atouts… Cela ajoute indéniablement une nouvelle dimension au jeu, non ? Petite précision, vous n’aurez droit qu’à 5 alliés devant vous, d’où l’expression « les amis peuvent se compter sur les doigts d’une main ! ». 

 

Répandre la bonne parole, par la connaissance ou le nombre

Vous aimez vous développer et voir votre peuple s’imposer aux yeux de tous ? Il faut bien que cela se termine un jour ! La fin de partie intervient lorsqu’un joueur place sa cinquième et dernière colonie : le jeu s’arrête immédiatement. C’est dur, c’est radical, et cela vous oblige à bien observer ce que font vos camarades de jeu. Vous qui pensiez être tranquille dans cet univers, c’est raté !

On décompte alors le nombre de points de victoire de chacun et celui qui en marque le plus remporte la partie : bravo à lui !

Mais oui, je vais vous dire comment obtenir ces points que tout joueur cherche à acquérir ! Chaque point de savoir est automatiquement converti en point de victoire : c’est simple et imparable. Chaque mission réussie apporte également son lot de points de victoire, sachant que celles que vous raterez ne vous donneront aucune pénalité : vous pouvez vous lâcher, car une mission non réussie est peut-être une mission qui ne rapportera pas de points à l’adversaire (mais n’oubliez pas la limite de 5 cartes mission). 

 

Il est temps de regarder un peu ce qui se passe dans cet univers nouvellement mis en place. Il y a un décompte par système : il s’agit d’une mécanique de majorité dans laquelle les collecteurs comptent pour 1 point de contrôle, et les colonies pour 2 points. 

On regarde ensuite s’il y a un contrôleur majoritaire ou minoritaire, et on distribue les points de victoire comme suit :

  Contrôleur Majoritaire Egalité de Majorité Contrôleur Minoritaire Egalité de Minorité
Points de victoire 6 3 chacun

3

1 chacun

 

 

Il va falloir jouer des coudes pour remporter des points : baston ! 

 

L’horizon vue du poste de commandement

Je ne vais pas tourner autour du pot : Horizons est une excellente surprise pour moi. Le jeu combine avec succès plusieurs mécaniques très classiques : gestion de ressources, système de majorités, et combos de cartes. Tout s’imbrique à la perfection, le plaisir est immédiat dès la première partie, et les tours de jeu restent bien fluides. Bien sûr, l’iconographie est dense au départ, mais les aides de jeu permettent de s’affranchir de cette difficulté, et de se concentrer sur l’essentiel : le jeu ! 

Différentes tactiques peuvent être développées via l’utilisation des cartes alliés, source potentielle de points de savoir si on parvient à judicieusement combiner les cartes, l’exploration de nouvelles contrées, la réalisation des cartes missions (qui peuvent être considérées comme la troisième ressource du jeu, ou la quatrième si on inclut les points de savoir), et la bataille des majorités dans les systèmes avec la construction intensive de structures. 

Aucune voie ne semble favorisée par rapport à une autre, et toutes sont lucratives en termes de points de victoire : bien entendu, plus la difficulté est importante, et plus les points seront nombreux en fin de partie, les majorités dans les systèmes étant la source de points la plus intéressante, mais également la plus risquée, car elle impose de se confronter directement à ses adversaires (qui pourraient avoir la même idée que vous !). 

Le jeu reste cependant adressé à un public averti, la boîte mentionnant « à partir de 14 ans », et nécessite une concentration importante avec ces durées d’environ 1h30 / 2 heures pour 4 joueurs. On a connu pire pour ce type de jeux qui pourrait presque se classer dans la fameuse catégorie des « familial + ». 

Question rejouabilité, les plateaux proposent un renouvellement intéressant avec un départ asymétrique ou des peuples aux capacités identiques. Après une partie à 3 joueurs avec le verso des plateaux, ceux-ci orientent clairement le joueur dans une voie plutôt qu’une autre. J’ai pris un plaisir coupable à accélérer la fin de partie avec les Drej qui permettent de facilement installer des colonies directement sur les étoiles : autant dire que j’ai orienté une grande partie de ma tactique sur l’obtention rapide de ressources, et sur le gain des majorités dans les différents systèmes. 
En tout cas, cela présage d’une bonne longévité !

Si vous trouvez que vous avez fait le tour de la question (ou de l’univers), l’extension « Extermination » reprenant l’ensemble du matériel proposé en stretch goals lors du kickstarter sera un investissement peu onéreux qui devrait vous combler. En plus, comme je le disais ci-dessus, la boîte rentre dans le thermoformage de celle de base. 

Je pourrai faire les louanges d’Horizons pendant des lignes et des lignes, mais honnêtement le mieux est que vous vous lanciez vous-même dans une partie. Pour ma part, je n’ai pas que ça à faire, le jeu m’attend sur la table du salon ! 

 

Pub-Tipeee-grand-format-copie

4 Commentaires

  1. Photo du profil de Mahg
    Mahg 18/12/2018
    Répondre

    Merci pour le JP, ça donne bien envie!
    J’aurais bien du mal à sortir un 4x par chez moi (entourage frileux au thème SF, + parties très longues, avec beaucoup de règles, etc…) Mais pourtant celui-là  à l’air super accessible, y’a pas tant que ça de règles et d’actions possibles.
    J’suis tenté de me laisser tenter ! ^^

  2. kogaratsu 19/12/2018
    Répondre

    C’est un jeu faussement court. A 5 joueurs, il faut compter 1h45. Très rapide à expliquer, le jeu est plaisant mais se termine en couperet ce qui déplaira à certains. Moi en tout je ne regrette pas ce jeu de format moyen très accessible. Les cartes peuvent s’avérer très puissantes. Cool

  3. Ytrézius il y a 27 jours
    Répondre

    Bonjour Alendar,

    Je viens juste de lire ton JP et ton test de Horizons qui me tente vraiment pas mal!

    A la lecture du JP, ça a conforté mon avis, par contre suite à la lecture de ton test (après plusieurs parties donc) j’hésite vraiment.

    Le côté « déséquilibré » (j’ai aussi vu ce type de commentaires sur ce jeu sur FB) du jeu me fait craindre que ce dernier ne me convienne finalement pas. L’extension permet elle selon toi de diminuer ces déséquilibre? Est il possible d’ajuster le jeu (en enlevant des cartes objectifs et / ou alliés) pour rendre le tout plus équilibré et toujours intéressant à jouer?

    D’avance, merci pour tes conseils si tu as le temps de me répondre!

    • Photo du profil de Alendar
      Alendar il y a 27 jours
      Répondre

      Bonjour,
      Ce qui a sonné le glas du jeu chez nous a été le fait que je gagnais assez facilement en réalisant des combos de cartes et en augmentant mes points de savoir, pendant que les autres joueurs luttaient avec acharnement sur le terrain afin d’acquérir des majorités.
      J’ai vraiment trouver ça dommage pour un jeu qui se voulait interactif (j’ai même réussi à l’emporter sans placer un seul bâtiment, je ne sais plus si j’en parle dans le test).

      L’extension ajoute des cartes et de la confrontation, mais la stratégie « points de savoir » reste puissante. Je ne doute pas qu’il soit possible de la contrer, mais cela demande probablement d’épuiser le nombre de points disponibles, et ce n’est pas fun!

      Le jeu reste cependant intéressant, mais ce point a été rédhibitoire pour moi; cela n’empêche pas de lui laisser sa chance 🙂

Laisser un commentaire